PIERRE BRASSEUR

Vue 35472 fois

Profession:
Acteur et homme de théâtre français.

Date et lieu de naissance:
22-12-1905, à Paris dans le 17ème, France.

Date et lieu du décès:
14-08-1972, à Brunico, Italie.
Inhumé au cimetière du Père-Lachaise à Paris.

Cause du décès:
D'une crise cardiaque à la suite d'une crise d'emphysème à l'âge de 66 ans.

Nom de naissance:
Pierre Albert Espinasse.

État civil:
État civil : Au cours de sa vie, il se maria à 2 reprises et eut 1 enfant :

Marié en 1935 avec l'actrice : ODETTE JOYEUX - divorcé en 1945.
Ils eurent un fils l'acteur : Claude Espinasse dit Claude Brasseur, né le 15 juin 1936.

Marié en 1947 avec la pianiste : LINA MAGRINI.

Liaison avec la chanteuse : CATHERINE SAUVAGE.

Taille:

Commentaires: 4

Anecdotes

Fils de Georges Espinasse et de la comédienne Germaine Brasseur.

La carrière cinématographique de Pierre Brasseur commence en même temps que sa carrière au théâtre, en 1924. Il joue dans La Fille de l'eau de Jean Renoir.

Il prend comme pseudonyme le nom de sa mère : Germaine Brasseur.

En 1935, il rencontre Jacques Prévert. Ils tournent ensemble Un oiseau rare.

C'est en 1938 qu'il est définitivement lancé. Il interprète un voyou souffleté par Jean Gabin dans Quai des Brumes de Marcel Carné. Il change alors de registre pour incarner des êtres " lâches ". En 1942, Jean Grémillon lui offre l'un des rôles principaux de Lumière d'été. En 1943, il retrouve Marcel Carné qui lui confie un de ses plus grands rôles dans Les Enfants du Paradis.

Outre ses nombreuses apparitions au théâtre, Pierre Brasseur joue une fois pour la télévision, en 1970, dans Les Frères Karamazov. Il a écrit entres autres L'Ancre noire (1927), Sainte Cécile (1944), Un ange passe (1943) et L'Enfant de Poméranie (1945).

En 1972, il meurt quelques jours avant la fin du tournage de La Piu bella serata della mia vita (La Plus belle histoire de ma vie) de Ettore Scola.

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à PIERRE BRASSEUR, dans un extrait "Le bateau d'Émile"

Fait le 04 novembre 2007 par Philippe de cinéMémorial.com

Fils de Georges Albert Espinasse comédien dans la troupe de Sarah Bernhardt et de Germaine Nelly Brasseur une modiste parisienne devenue actrice. La famille Brasseur est descendante d’une dynastie de comédiens qui commence à être connue dès la Monarchie de juillet 1830. Pierre Brasseur est né le 22 décembre 1905 dans le 18é arrondissement de Paris sous le nom Pierre Albert Espinasse.



Pierre Brasseur et Jean Gabin dans le film de 1958 : Les grandes familles


Sa scolarité est vite achevée. Après avoir vu Maurice Chevalier jouer au Théâtre des Bouffes Parisiens, l’adolescent décide de devenir acteur. Echoué au concours d'entrée au Conservatoire, il suit les cours d'art dramatique dispensés par Harry Baur et Fernand Ledoux.

Au cours des années 1920, Pierre Brasseur pratique la poésie, le dessin rencontre Pablo Picasso, Jean Cocteau,, Louis Aragon qui l'introduit dans le groupe surréaliste Grâce à Aragon, Robert Desnos et Jacques Prévert, il publie ses premiers textes dans la revue « La Révolution surréaliste » Il écrit quelques pièces de théâtre dont « L'Ancre noire » (1927), « Sainte Cécile » (1944), Un ange passe » (1943), « L'enfant de Poméranie » (1945).

Il fréquente les bars de Montparnasse et le cabaret « Le Bœuf sur le toit » où il côtoie Ernest Hemingway, Léonard Foujita, Kiki de Montparnasse…

En 1924 il adopte le pseudonyme de sa mère et joue dans sa première pièce « L’Ancre noire » au Théâtre de l'Œuvre. La même année il fait ses premiers pas au cinéma encore muet dans « La Fille de l'eau », sous la direction de Jean Renoir dont c’est son premier long métrage. Au début du cinéma parlant ses rôles sont principalement des personnages comiques ou de gigolos, qui ne lui apporte pas une grande notoriété, plutôt une période de vache maigre où il était toujours fauché, il habitait chez des filles de Montmartre qui le nourrissaient de sandwiches.

C'est à partir de 1938 qu'il commence à sortir de l’ombre. Notamment avec le rôle d’Alexandre Dumas fils dans « Le roman d'un génie », de Carmine Gallone. Mais très vite, repérée pour sa forte personnalité à la voix tonitruante, il se voit cantonner dans des rôles de mauvais garçons arrogants ou de petits voyous. Avec ce changement de registre, son jeu gagne en profondeur.

Citons « Quai des brumes » (1938) de Marcel Carné où dans la fameuse scène des auto-tamponneuses il se fait magistralement giflé par Jean Gabin, avec Michèle Morgan; un, mineur de fond dans « Grisou » (1939) de Maurice de Canonge, dont sa femme Madeleine Robinson le méprise pour ses mains noires, elle lui préfère le jeune Tony (Lucien Gallas); et la même année un jeune homme cynique et sans scrupule qui séduit Edwige (Janine Darcey) une jeune fille malade dans « Sixième étage » de Maurice Cloche.

Sous l’occupation sa filmographie s'enrichit d'œuvres incontournables avec des rôles d'envergures, ambigus et complexes comme dans « Lumière d'été » (1942), une satire sociale signé Jean Grémillon, où dans une auberge de montage Madeleine Robinson attend son amant Roland (Pierre Brasseur) un artiste peintre alcoolique, mais sa rencontre avec un aristocrate égoïste et débauché (Paul Bernard) va les conduire au drame. Il personnifie le comédien Frédérick Lemaître, un jeune acteur prometteur, qui entame une liaison avec Garance (Arletty) tandis qu’elle aime aussi en secret Baptiste (Jean-Louis Barrault) dans le chef-d'œuvre du néo-réalisme et poétique « Les enfants du paradis » (1944) une grande fresque devenue un classique du duo Carné-Prévert, s’ajoute au casting Marcel Herrand et Maria Casarès ; puis un trafiquant du marché noir pendant l'Occupation dans « Jéricho » (1945) de Henri Calef.

En 1946, Marcel Carné réalise le drame « Les portes de la nuit » il dépeint les aventures amoureuses et tragiques d’un jeune résistant Diego (Yves Montant) l'amant de la belle Malou (Nathalie Nattier ) mal mariée à Georges, (Pierre Brasseur) dont son frère Guy (Serge Reggiani) un ancien collaborateur a dénoncé son ami Raymond (Raymond Bussières) chacun vivra sa destinée fatale. En 1947, Jacques de Baroncelli retrace les aventures rocambolesques d'un voyou et assassin (Pierre Brasseur) qui se fait passer pour l'héritier d'une immense fortune dans «Rocambole» et sa suite «La revanche de Baccarat» avec Sophie Desmarets la comtesse Artoff dite Baccarat, Lucien Nat et Robert Arnoux.

En 1948, Cayatte signe une libre adaptation Shakespearienne « Les amants de Vérone » où deux jeunes amants Angelo et Georgia (Serge Reggiani et Anouk Aimé), vivent un amour menacé par les intrigues du louche Rafaeleo (Pierre Brasseur) à qui Georgia était promise, Raffaelo est tué, Angelo, va mourir dans les bras de Georgia qui par désespoir la jeune fille se tranche les veines.

Bernard Roland réalise le film empreint d'une noirceur profonde « Portrait d'un assassin » (1949) Pierre, un acrobate du cirque est poussé par sa vénéneuse impresario Lucienne (Maria Montez) qui a déjà causer la mort d'un de ses acrobates et Éric (Erich von Stroheim) estropie a vie, elle l’oblige à exécuter le looping de la mort, après avoir accompli l'effrayant looping, il se fait justice en tuant Lucienne.

Dans les années 50/60, il n’hésite pas à jouer des rôles de composition comme le tyran et assassin comte Amédée de Salfère dit « Barbe Bleu » (1951) de Christian-Jaque ; Georges Combret en fait son « Raspoutine » (1953) qui devient le favori de la cour du tsar de Russie pour avoir guéri son fils, il séduit la tsarine (Isa Miranda), on l'accuse de sorcellerie et un complot s'organise pour le tuer ; le révolutionnaire homme politique Barras dans le drame historique « Napoléon » (1954) de et avec Sacha Guitry avec Daniel Gélin le rôle titre et un impressionnant casting d’acteurs.

En 1954, Abel Gance l’entraine dans son film historique « La Tour de Nesle » elle est le théâtre des orgies de la reine Marguerite de Bourgogne (Silvana Pampanini) qui se livre à la débauche avec des gentilshommes qui sont ensuite assassinés, l'un d’eux le capitaine Buridan (Pierre Brasseur) réussit à s'échapper et jure vengeance, après de multiples rebondissements qui entraînent la mort du fils qu'il eût jadis avec Marguerite, la Régente perd la raison devant le cadavre de son fils.


Odette Joyeux, Pierre Brasseur et le bébé Claude Brasseur.


Il campe un sinistre chirurgien dans le film d'horreur « Les yeux sans visage » (1959) de Georges Franju, où pour réparer le visage de sa fille (Édith Scob) défigurée lors d'un accident de la circulation il n'hésite pas à tuer d'innocentes jeunes filles, mais un jour sa fille, dégoûtée par ses excès, tue l’assistante de son père (Alida Valli), et ouvre les cages des chiens, qui se ruent sur son père et le défigurent, enfin libérée, entourée de colombes qu'elle a également délivrées, elle s’enfonce dans une forêt sombre et mystérieuse.

Il endosse le costume d’Henri Ier de Montmorency dans « Vive Henri IV, vive l'amour »(1960) incarné par Francis Claude, Claude Autant-Lara dépeint une évocation de la vie du roi de France Henri IV assassiné par Ravaillac (Roger Hanin) avec Mélina Mercouri Marie de Médicis.

Citons encore de sa prolifique filmographie son interprétation d’un tueur russe dans « L'abominable homme des douanes » (1962) de Marc Allégret ; puis « Deux heures à tuer » (1965) d'Yvan Govar, Laurent (Pierre Brasseur), un journaliste interroge les voyageurs qui conversent sur les crimes d'un maniaque qui jettent la terreur dans le pays, il soupçonne que l'assassin est dans la salle, lorsque les gens montent dans le train, l'employé (Michel Simon) découvre le cadavre de Laurent.

En 1966, dans un rôle à contre-emploi, il campe un truculent général Géranium dans le film de Philippe de Broca « Le Roi de cœur » avec entre autres, la jolie Coquelicot (Geneviève Bujold), le duc de Trèfle (Jean-Claude Brialy), Églantine la tenancière de la maison close, (Micheline Presle) et Marcel, le coiffeur, (Michel Serrault).

Il retrouve un rôle tragique, Romain Gary fait appel à ce personnage hors du commun pour son mélodrame « Les oiseaux vont mourir au Pérou » (1967), une jeune femme frigide (Jean Seberg) mariée à un homme trop âgé (Pierre Brasseur) se donne a trois jeunes gens sur une plage son mari part à sa recherche et décide de tuer cette épouse nymphomane.

Monstre sacré, Pierre Brasseur n'a jamais cessé de tourner notamment pour financer son goût du jeu avec son meilleur ami Marcel Dalio. Il participa à plus de 40 pièces de théâtre, dont cinq fois metteur en scène, plus de 150 films qu'il faut bien sûr faire le tri de ses rôles alimentaires et quelques rôles à la télévision.

Il épouse l'actrice Odette Joyeux, le 16 août 1935 ; elle lui donne un fils, Claude né en 1936 devenu acteur, après leur divorce en 1945, il convole avec la pianiste Lina Magrini (décédée en 1970) et vit ses dernières années avec la chanteuse Catherine Sauvage.



Prématurément affaibli par une vie très mouvementé et bien arrosée, l’acteur décède d’un infarctus sur le tournage de « La plus belle soirée de ma vie » d'Ettore Scola, le 16 août 1972 à l’âge 66 ans, dans les bras de son partenaire Claude Dauphin. Il repose au cimetière du Père Lachaise à Paris...

Source : Gary Richardson - Fait le 11 décembre 2021 par Philippe de CinéMémorial.


Filmographie


Pierre Brasseur qui embrasse son fils Claude Brasseur

134 LONGS MÉTRAGES DÉTAILLÉS
_________________________________

1972 - PLUS BELLE SOIRÉE DE MA VIE .LA

 

1970 - MARIÉS DE L'AN II .LES

 

1970 - MACÉDOINE

 

1969 - GOTO, L'ÎLE D'AMOUR

 

1968 - SOUS LE SIGNE DE MONTE-CRISTO

 

1968 - PETITE VERTU .LA

 

1967 - OISEAUX VONT MOURIR AU PÉROU .LES

 

1967 - FOU DU LABO 4 .LE

 

1966 - FORTUNA

 

1966 - ROI DE COEUR .LE

 

1965 - VIE DE CHÂTEAU .LA

 

1965 - PAS DE PANIQUE

 

1965 - PAS DE CAVIAR POUR TANTE OLGA

 

1965 - MONDE NOUVEAU .UN

 

1965 - MÉTAMORPHOSE DES CLOPORTES .LA

 

1965 - DEUX HEURES À TUER

 

1965 - OR DU DUC .L'

 

1964 - LUCKY JO

 

1964 - COQ DU VILLAGE .LE

 

1964 - GRAIN DE SABLE .LE

 

1963 - MAGOT DE JOSEFA .LE

 

1963 - HUMOUR NOIR

 

1963 - SOIR PAR HASARD .UN

 

1963 - BONNES CAUSES .LES

 

1963 - ABOMINABLE HOMME DES DOUANES .L'

 

1962 - PETITS MATINS .LES

 

1961 - RENCONTRES

 

1961 - BATEAU D'ÉMILE .LE

 

1961 - CRIME NE PAIE PAS .LE

 

1961 - AMOURS CÉLÈBRES .LES

 

1961 - AFFAIRE NINA B .L'

 

1961 - PLEINS FEUX SUR L'ASSASSIN

 

1960 - VIVE HENRI IV, VIVE L'AMOUR

 

1960 - BEL ANTONIO .LE

 

1960 - CANDIDE OU L'OPTIMISME AU XXE SIÈCLE

 

1960 - DIALOGUE DES CARMÉLITES .LE

 

1959 - CARTHAGE EN FLAMMES

 

1959 - YEUX SANS VISAGE .LES

 

1959 - AMANTS DE DEMAIN .LES

 

1959 - TÊTE CONTRE LES MURS .LA

 

1959 - MESSIEURS LES RONDS DE CUIR

 

1958 - SANS FAMILLE

 

1958 - LOI .LA

 

1958 - GRANDES FAMILLES .LES

 

1957 - VIE À DEUX .LA

 

1957 - PORTE DES LILAS

 

1954 - OASIS

 

1954 - TOUR DE NESLE .LA

 

1954 - NAPOLÉON

 

1953 - VÊTIR CEUX QUI SONT NUS

 

1953 - RASPOUTINE

 

1952 - RIDEAU ROUGE .LE

 

1952 - POCHARDE .LA

 

1951 - PLAISIR .LE

 

1951 - MAINS SALES .LES

 

1951 - BARBE-BLEUE

 

1950 - MAÎTRE APRÈS DIEU

 

1950 - HOMME DE LA JAMAÏQUE .L'

 

1950 - SOUVENIRS PERDUS

 

1949 - MILLIONNAIRES D'UN JOUR

 

1949 - PORTRAIT D'UN ASSASSIN

 

1949 - JULIE DE CARNEILHAN

 

1948 - NUIT BLANCHE .LA

 

1948 - SECRET DE MONTE-CRISTO .LE

 

1948 - AMANTS DE VÉRONE .LES

 

1947 - CROISIÈRE POUR L'INCONNU

 

1946 - ROCAMBOLE

 

1946 - PORTES DE LA NUIT .LES

 

1946 - PÉTRUS

 

1946 - ARCHE DE NOÉ .L'

 

1946 - AMOUR AUTOUR DE LA MAISON .L'

 

1945 - PAYS SANS ÉTOILES .LE

 

1945 - FEMME FATALE .LA

 

1945 - JÉRICHO

 

1943 - ENFANTS DU PARADIS .LES

 

1943 - ADIEU LÉONARD

 

1943 - LUMIÈRE D'ÉTÉ

 

1942 - PROMESSE À L'INCONNUE

 

1942 - CROISÉE DES CHEMINS .LA

 

1941 - SOLEIL A TOUJOURS RAISON .LE

 

1941 - DEUX TIMIDES .LES

 

1940 - TOBIE EST UN ANGE

 

1940 - SIXIÈME ÉTAGE

 

1940 - FRÈRES D'AFRIQUE

 

1939 - CHEMIN DE L'HONNEUR .LE

 

1939 - DERNIÈRE JEUNESSE

 

1938 - TROIS ARGENTINS À MONTMARTRE

 

1938 - ROMAN D'UN GÉNIE .LE

 

1938 - FRÈRES CORSES

 

1938 - CAFÉ DE PARIS

 

1938 - VISAGES DE FEMMES

 

1938 - QUAI DES BRUMES .LE

 

1938 - PÈRE LEBONNARD .LE

 

1938 - GRISOU

 

1938 - GOSSE DE RICHE

 

1938 - SCHPOUNTZ .LE

 

1937 - MADEMOISELLE MA MÈRE

 

1937 - HERCULE

 

1937 - CLAUDINE À L'ÉCOLE

 

1936 - VOUS N'AVEZ RIEN À DÉCLARER ?

 

1936 - REINE DES RESQUILLEUSES .LA

 

1936 - PRÊTE-MOI TA FEMME

 

1936 - MARI RÊVÉ .LE

 

1936 - FEMME QUI SE PARTAGE .UNE

 

1936 - VALSE ÉTERNELLE

 

1936 - PATTES DE MOUCHE

 

1936 - PASSÉ À VENDRE

 

1935 - OISEAU RARE .UN

 

1935 - JEUNESSE D'ABORD

 

1935 - BOUT DE CHOU

 

1935 - BÉBÉ DE L'ESCADRON .LE

 

1935 - JONNY, HAUTE COUTURE

 

1934 - QUADRILLE D'AMOUR

 

1934 - MIROIR AUX ALOUETTES .LE

 

1934 - ONCLE DE PÉKIN .L'

 

1934 - ÉTOILE FILANTE .UNE

 

1934 - CARAVANE

 

1933 - GARNISON AMOUREUSE .LA

 

1933 - SEXE FAIBLE .LE

 

1933 - MOI ET L'IMPÉRATRICE

 

1933 - INCOGNITO

 

1932 - VOYAGE DE NOCES

 

1932 - QUICK

 

1932 - I.F.1 NE RÉPOND PLUS

 

1932 - CHANSON D'UNE NUIT .LA

 

1932 - RÊVE BLOND .UN

 

1931 - VAINQUEUR .LE

 

1931 - PAPA SANS LE SAVOIR

 

1931 - CIRCULEZ !

 

1930 - TROU DANS LE MUR .UN

 

1930 - MON AMI VICTOR !

 

1927 - FEU !

 

1925 - MADAME SANS-GÊNE

 

1924 - CATHERINE, OU LA VIE SANS JOIE

 

_______________________FIN_____________________

 

commentaires (4)

hugongerard

22-07-2008 10:58:15

Je voudrais me procurer en dvd le film de GEORGES FRANJU , LES YEUX SANS VISAGES , l ' un des meilleurs films d ' épouvante français , mais je ne le trouve pas en dvd , il fait partie pourtant de la collection RENE CHATEAU , j ' ai envoyé depuis le 26 mars 2008 un courrier à ce monsieur pour voir si il avait et pouvoir le commander , ce monsieur n ' a même pas denié de me répondre , pas trés poli de sa part.

Djemaa

24-11-2009 18:28:34

Bravo pour cet article! Je vous convie à venir découvrir mon blog consacré également au cinéma. Pascal Djemaa, journaliste. pascaldjemaa.over-blog.fr

francoisecoe

22-09-2013 11:38:39

j adore ainsi que son fils claude je n ai pas ce titre

hugongerard

15-12-2021 13:37:05

Pierre Brasseur avait signé le scénario du film de Marcel Blistène : Les amants de demain ( 1958) avec Edith Piaf dont il fût trés lié , Edith y chante 4 chansons dont le tître du film sur une musique de Marguerite Monnot il avait écrit aussi pour Edith Piaf : les paroles d une de ses chansons : Et pourtant sur une musique de Michel Emer rien a voir avec la chanson de Charles Aznavour : Et pourtant que ce dernier interprète dans un passage du film de Michel Boisrond : Cherchez l ' idole.