JEAN-PAUL BELMONDO

Vue 734 fois

Profession:
Acteur, producteur, cascadeur et directeur de théâtre français

Date et lieu de naissance:
09-04-1933, à Neuilly sur Seine, France.

Date et lieu du décès:
06-09-2021, à son domicile à Paris, France.

Cause du décès:
De cause naturelle à l'âge de 88 ans.

Nom de naissance:
Jean Paul Charles Belmondo - Surnom Bébel

État civil:
Au cours de sa vie, il se maria à 2 reprises et eut 4 enfants :

Marié le 04 décembre 1959 - RENÉE CONSTANT, DITE ÉLODIE CONSTANTIN - Divorcé en 1965.
Ils eurent trois enfants : Patricia, (1953-1993), Florence (1960) et Paul (1963)

Marié le 29 décembre 2002 avec : NATHALIE TARDIVEL - Divorcé en 2008.
Le 13 août 2003, à 70 ans, Jean-Paul Belmondo est père pour la quatrième fois d'une petite fille, Stella.

Compagne : 1965, sur le tournage du film : Les Tribulations d'un chinois en chine il rencontre l'actrice : Ursula Andress. Compagne : 1972, il commence une histoire d'amour avec l'actrice italienne Laura Antonelli, ils vivront ensemble quelques années. Compagne : 1980, il est en couple avec l'actrice brésilienne Maria Carlos Sotto Mayor. Compagne : Barbara Gandolfi, femme d'affaires belge et ex-mannequin Le 1er octobre 2012, Jean-Paul Belmondo annonce qu’il se sépare de sa compagne Barbara Gandolfi Compagne : En 2020, il est révélé qu'il serait de nouveau en couple avec Maria Carlos Sotto Mayor depuis plus d'un an

Taille:
(1m76)

Commentaires: 1

Anecdotes


photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à JEAN-PAUL BELMONDO



Ajout des vidéos le 08 septembre 2021 par Philippe de CinéMémorial


Fils de Paul Belmondo d'origine piémontaise et sicilienne, né à Alger, un sculpteur et graveur en médailles française, et de Sarah Rainaud-Richard une française artiste-peintre. Jean Paul Charles Belmondo voit le jour le 9 avril 1933 à Neuilly-Sur-Seine. Il passe son enfance dans le 14é arrondissement de Paris place Danfert-Rochereau avec sa sœur cadette, Muriel, qui sera danseuse et actrice de cinéma et son frère aîné, Alain, futur producteur de cinéma.

Malgré son inscription dans de bonnes écoles parisiennes, il s’avère être un piètre élève, indiscipliné et peu enclin aux études, il ne jure que par le sport, le cyclisme, le football. Lorsque Marcel Cerdan devient champion du monde, adolescent, il s’inscrit en cachette de ses parents à l’Avia Club d’Issy-les-Moulineaux et pratique la boxe en amateur, brièvement il devient professionnel mais n’ayant pas assez la rage il décrocha rapidement. (une nouvelle salle de boxe l’Agora portera son nom)

À seize ans, atteint d'une primo-infection de la tuberculose, ses parents l'envoient dans le Cantal à Allanche.


Forcé de reconsidérer son avenir, de retour dans la capitale il s’oriente vers le septième art et passe une audition à la Comédie Française qui s’avère désastreuse devant André Bruno qui n’apprécie pas sa désinvolture et sa gouaille.

Sans se décourager, il prépare le Conservatoire national supérieur d'art dramatique, avec Raymond Girard. En 1950 il débute au théâtre en interprétant « La Belle au Bois Dormant » dans les divers hôpitaux de la ville de Paris et fait une autre tournée dans les Pyrénées avec « Mon ami cambrioleur » avec Guy Bedos. Partageant le même goût de la dérision et du chahut, les deux amis sympathisent immédiatement et se livrent à des numéros de cabaret sur les terrasses de café, jouant les sketchs des humoristes Pierre Dac et Francis Blanche.

C’est en octobre 1952, que Jean Paul est enfin admis au Conservatoire, il y restera quatre ans et se lie d’amitié avec ses camarades de promo qui le baptisent Bebel tels: Jean Rochefort, Jean-Pierrre Marielle, Bruno Crémer, Claude Rich, et bien d’autres. Cette même année, il fait la connaissance de sa première épouse Élodie Constant, une danseuse connue sous le nom de Renée Constant qui devient son épouse en 1959, il adoptera sa fille, Patricia, décèdée à l’âge de 40 ans dans un incendie. De leur union le couple aura deux enfants, Florence et Paul, ils se séparent lorsque Jean Paul tombe dans les bras d’Ursula Andress.

En 1953, Jean-Paul fait de vrais débuts sur les planches au Théâtre de l'Atelier avec deux mises en scène d'André Barsacq « Médée » de Jean Anouilh et « Zamore » de Georges Neveux. Il se tourne ensuite vers le cinéma avec « Les copains du dimanche » (1956) de Henri Aisner mais le film ne sortira qu’en 1967. Un peu déçu il retourne sur les planches, où il interprète des pièces de Feydeau et de George Bernard Shaw.

En 1957 il retrouve les plateaux et croise pour la première fois Alain Delon, aussi débutant dans « Sois belle et tais-toi » de Marc Allégret où tous deux sont des petits trafiquants aux cotés de Mylène Demongeot et Henri Vidal. Remarqué par Claude Sautet, il lui offre son premier grand rôle dans « Classe tous risques » (1959) celui d’Eric qui va planquer Lino Ventura un truand recherchez par la police.

Dans « A double tour » (1959) de Claude Chabrol autre cinéaste de la Nouvelle Vague, il campe avec vigueur un intrus venu flanquer la pagaille dans une famille bourgeoise refermée sur ses sales secrets. Puis Jean Luc Godard critique des cahiers du cinéma loue son talent dans « À bout de souffle » (1959), Michel un jeune voyou insolent en cavale tombe amoureux de l’irrésistible Jean Seberg, mais elle finit par le dénoncer à la police, son rôle lui vaut la reconnaissance des critiques et remporte l’Etoile de Cristal du meilleur acteur aux prix de l’Académie du cinéma Français . Puis enchaine avec une comédie dramatique « Les distractions » (1960) de Jacques Dupont, il est requis pour photographier un malfaiteur, qui vient de tuer un agent celui-ci s'avère être son meilleur ami (Claude Brasseur) qui traqué dans les bois, refuse de se rendre. Paul essaie de le persuader mais celui-ci se suicide.


Il s’impose ensuite dans une série de films dramatiques franco-italien: dont « La novice » (1960) d’Alberto Lattuada , avec Pascale Petit une intrigante religieuse qui cache un terrible secret, en flash back on découvre qu’elle a eu le coup de foudre pour un étudiant en droit (Jean-Paul Belmondo) ; « La paysanne aux pieds nus » (1960) de Vittorio De Sica où durant la Seconde Guerre mondiale à Rome Cesira (Sophia Loren) est une jeune veuve qui tombe amoureuse de Michèle (Jean-Paul Belmondo) aux idées communistes il est arrêté et fusillé par les allemands ; « Le mauvais chemin » (1960) de Mauro Bolognini, il tombe amoureux de Bianca (Claudia Cardinale) qui se prostitue dans une maison close pour être proche de sa dulcinée il devient videur dans le bordel où Bianca travaille, il découvre un monde désespérant, tragique et pourri par l’argent.

Jean Luc Godard le rappelle pour une joyeuse comédie sentimentale « Une femme est une femme » (1960) il est Emile l’ami de Jean Claude Brialy le mari d’Anna Karina qui veut un enfant mais il n'est pas si pressé, pour arriver à ses fins, elle le menace de faire un enfant avec son ami qui est amoureux d'elle.

Au tour de Jean-Pierre Melville de s’intéresser à cette idole montante de la nouvelle vague, il adapte à l’écran la véritable histoire de « Léon Morin, prêtre » (1961) d’après le roman de Béatrix Beck, et lui donne le rôle titre, où pendant l'occupation, le réalisateur relate les relations entre une jeune veuve juive (Emmanuelle Riva) mère d’une petite fille qui fuit les Allemands, elle trouve refuge chez un prêtre qui lui offre asile.

Puis c'est « Cartouche » (1961) film de cape et d'épée de Philippe de Broca où il aborde ses premières figures de casse-cou, un bandit d’honneur bondissant et séduisant qui détroussent les riches et les puissants avec une certaine bonne humeur, avec Vénus (Claudia Cardinale) sa compagne qui se sacrifie pour le sauver après son enterrement, il prépare sa vengeance.

Henri Verneuil réunit Jean Gabin et Jean-Paul dans sa comédie « Un singe en hiver » (1962) retenons le passage où nos deux compères vont connaître deux jours d'évasion grâce à l'ivresse.

Il revient à l’aventure avec brio dans « L’homme de Rio » (1963) de Philippe de Broca où il se retrouve au Brésil pour secourir sa fiancée la regrettée (Françoise Dorléac) enlevée par des ravisseurs ; il campe le soldat Maillat coincé dans les bombardements allemand dans « Week-end à Zuydcoote » (1964) d’Henri Verneuil avec Jean-Pierre Marielle, François Périer et Pierre Mondy ; pour Jean Becker il joue un gigolos qui court après les femmes fortunées dans «Tendre voyou » (1966) avec Geneviève Page et Mylène Demongeot.

Aux cotés d’Alain Delon, dans le policier de Jacques Deray « Borsalino » (1970) ils campent deux truands du milieu Marseillais des années folles. Jean-Paul Rappeneau l’invite dans sa comédie enjouée « Les mariés de l’an II » (1970) pour épouser une riche héritière il doit divorcer de sa femme Charlotte (Marlène Jobert) il part en France pour la retrouver, mais la Révolution fait rage, il a bien du mal trouver Charlotte qui est étroitement liée à une famille de royalistes.

Il est Roberto, dit la Scoumoune dans le film éponyme bourré d’actions de José Giovanni où il tente de prouver l’innocence du truand Saratov (Michel Constantin) victime d'une machination montée par un caid de la pègre.

Dans les années 70, Jean Paul Belmondo (aussi producteur de ses films) quadragénaire body-buildé, fait montre de ses talents de cascadeurs avec des scènes d’action devenues des classiques comme la poursuite sur le toit du métro, l’assaut d’un immeuble en mode hélitreuillé dans « Peur sur la ville » (1974) d’Henri Verneuil.

Citons aussi le film humoristique de Claude Zidi « L'Animal » (1977) il est Michel Gaucher un piètre cascadeur du cinéma, maladroit et bon à rien, qui n'arrête pas d'enchaîner les gaffes, sa compagne américaine (Raquel Welch) pratique le même métier et ne supporte plus ses catastrophes ; suivi de « Le guignolo » (1979) de Georges Lautner avec Georges Géret et Michel Galabru, il joue un séducteur et surtout un voleur, expert en cambriolage qui échappe aux policiers en s’accrochant à un hélicoptère.

Gérard Oury l'entraine dans « L’as des as » (1982) il campe un entraîneur de boxe qui accompagne l'équipe nationale aux Jeux Olympiques de Berlin sous le régime nazi, durant le voyage, il prend en charge un enfant de dix ans, (Rachid Ferrache) poursuivi par la Gestapo, il enfile les cascades à un rythme renversant avec à ses cotés Marie-France Pisier ; un commissaire de police aux méthodes expéditives dans « Le marginal » (1983) de Jacques Deray, il traque un trafiquant de drogue et pédophile (Henry Silva) où la poursuite en hélicoptère, duquel il saute sur un bateau est spectaculaire. Un légionnaire aux coté de Michel Constantin dans « Les morfalous » (1983) de Henri Verneuil avec Jacques Villeret.

En 1985 dans « Hold-up » d’Alexandre Arcady, déguisé en clown il commet un hold-up dans une banque, mais lors d’une cascade il se blesse sérieusement, à 52 ans le temps des films d’action semble résolu pour lui.

Il reçoit le César du meilleur acteur pour « Itinéraire d’un enfant gâté » (1988) un film mélancolique signé Claude Lelouch, où lassé de sa vie de chef d'entreprise il disparaît en Afrique, il est émouvant dans la peau d'un homme qui se remet en question en prenant conscience de l’essentiel de la vie lorsqu'il retrouve (Richard Anconina) son ancien employé, il abandonne pour le première fois le personnage de Bébel le casse-cou.

Dans « L’inconnu dans la maison » (1992) sous la direction de Georges Lautner, il joue un avocat devenu alcoolique après le décès de sa femme, il reprend du service pour défendre le petit ami de sa fille (Cristiana Réali) accusé à tort d’un meurtre ; Claude Lelouch le sollicite pour le rôle de Jean Valjean dans le film hugolien « Les misérables du vingtième siècle » (1994) avec entre autres Annie Girardot et Philippe Léotard les Thénardier ; et pour Philippe de Broca il tient le rôle d’un misantrope bourru qui se cache dans la jungle pour échapper à la justice dans « Amazone » en 2000.

En 2001, Jean Paul Belmondo est victime d’un AVC ayant entraîné une paralysie faciale du côté droit ce qui le tiendra éloigné des plateaux plusieurs années.

Le 29 décembre 2002, il épouse à Paris sa compagne Nathalie Tardivel, une ancienne coco-girl de Stéphane Collaro qu'il a rencontrée en 1989 avec laquelle il partageait sa vie depuis 13 ans, Natty de son petit nom donna naissance à une petite fille, Stella..

En avril 2007, il est promu commandeur de la Légion d'honneur.

En 2008 il se sépare de Natty et convole avec Barbara Gandolfi une femme d'affaires belge et ex-mannequin. La vie privée de l'acteur et les activités de sa nouvelle compagne suscitent l'intérêt de certains médias et entraînent des tensions au sein de sa famille. Fin juin 2010, Barbara Gandolfi est accusée dans la presse de profiter de Jean-Paul Belmondo par abus de faiblesse et d’escroquerie. Le 1er octobre 2012, l’avocat de Jean-Paul Belmondo annonce qu’il se sépare de sa compagne Barbara Gandolfi.

En 2008, après une longue réeducation, l’acteur retrouve les plateaux de cinéma pour un ultime film « Un homme et son chien » un drame de Francis Huster dans lequel Jean Paul interprète un homme qui se retrouve du jour au lendemain à la rue.


En 2011, lors du festival de Cannes, Jean-Paul Belmondo reçoit une Palme d'honneur pour l'ensemble de sa carrière. En juin 2012, à Bruxelles, pour l'ensemble de sa carrière, il reçoit la médaille de chevalier de l'Ordre de Léopold en même temps qu'un Coq de Cristal.

Ce monstre sacré a gagné la reconnaissance de toute une génération de cinéphiles, il laisse une image d’un homme humble apprécier de la profession et aimé de son public, ne rechignant jamais à signer un autographe. Outre cette mémoire collective, casse-cou à l’écran il laisse aussi un héritage filmographique jalonné d’énormes succès commerciaux.

Très fatigué depuis quelque temps, Bébel, s'est éteint tranquillement le 6 septembre 2021, à son domicile à Paris. Un hommage national lui est rendu sur les Invalides à Paris le 9 septembre 2019 et ses obsèques seront célébrés le 10 septembre à l'église Saint-Germain-des-Prés. Selon sa volonté il sera incinéré.

Source : Gary Richardson - Fait le 09 septembre 2021 par Philippe de CinéMémorial.

 

 

SES RÉCOMPENSES, HOMMAGES ET DÉCORATIONS :

2019 - Le 19 octobre - Gant d'Or d'honneur, lors de la cérémonie des Gants d'Or de boxe à Bruxelles.

2017 - Hommage de l'Académie des César pour l'ensemble pour l'ensemble de sa carrière, lors de la cérémonie des César.

2016 - Prix du Lion d'or pour sa carrière lors du Festival de Venise, en Italie.

2012 - Prix Coq de la Communauté française de Belgique spécial. L'acteur l'oublie ensuite dans les coulisses du Palais des beaux-arts de Bruxelles.

2011 - Palme d'Or d'Honneur - Festival du cinéma de Cannes, France.

2009 - Prix pour l'ensemble de sa carrière - Association des critiques de cinéma de Los Angeles,.États-Unis.

2001 - Prix Mission - Prix pour l'ensemble de sa carrière - Festival du cinéma artistique de Trencianske Teplice, Slovaquie.

1998 - Caméra d'Or Internationale - Prix pour l'ensemble de sa carrière, Allemagne.

1989 - Pour le film : ITINÉRAIRE D'UN ENFANT GÂTÉ - César du meilleur acteur, France.

1987 - Pour la Pièce : KEAN - Prix du Brigadier pour de Jean-Paul Sartre, Théâtre Marigny.

1972 - Prix Citron.

1961 - Pour le film : À BOUT DE SOUFFLE - Étoile de Cristal - Meilleur acteur - Académie du cinéma Français, France.

Filmographie


Belmondo et Delon Dans le film de 1970 : Borsalino


77 LONGS MÉTRAGES DÉTAILLÉS
_________________________________

 

2008 - HOMME ET SON CHIEN .UN

 

2000 - AMAZONE

 

2000 - ACTEURS .LES

 

1999 - PEUT-ÊTRE

 

1997 - CHANCE SUR DEUX .UNE

 

1995 - MISÉRABLES .LES

 

1995 - DÉSIRÉ

 

1994 - CENT ET UNE NUITS .LES

 

1992 - INCONNU DANS LA MAISON .L'

 

1988 - ITINÉRAIRE D'UN ENFANT GÂTÉ

 

1987 - SOLITAIRE .LE

 

1985 - HOLD-UP

 

1984 - JOYEUSES PÂQUES

 

1983 - MORFALOUS .LES

 

1983 - MARGINAL .LE

 

1982 - AS DES AS .L'

 

1981 - PROFESSIONNEL .LE

 

1980 - GUIGNOLO .LE

 

1979 - FLIC OU VOYOU

 

1977 - ANIMAL .L'

 

1975 - INCORRIGIBLE .L'

 

1975 - CORPS DE MON ENNEMI .LE

 

1975 - ALPAGUEUR .L'

 

1974 - STAVISKY

 

1974 - PEUR SUR LA VILLE

 

1973 - MAGNIFIQUE .LE

 

1972 - SCOUMOUNE .LA

 

1972 - HÉRITIER .L'

 

1972 - DOCTEUR POPAUL

 

1971 - CASSE .LE

 

1970 - MARIÉS DE L'AN II .LES

 

1970 - BORSALINO

 

1969 - SIRÈNE DU MISSISSIPPI .LA

 

1969 - HOMME QUI ME PLAÎT .UN

 

1968 - HO !

 

1968 - DÉMONIAQUE .LE

 

1968 - CERVEAU .LE

 

1967 - CASINO ROYALE

 

1966 - VOLEUR .LE

 

1966 - TENDRE VOYOU

 

1965 - TRIBULATIONS D'UN CHINOIS EN CHINE .LES

 

1965 - PIERROT LE FOU

 

1965 - PARIS BRÛLE-T-IL

 

1964 - WEEK-END À ZUYDCOOTE

 

1964 - PAR UN BEAU MATIN D'ÉTÉ

 

1964 - ÉCHAPPEMENT LIBRE

 

1964 - CHASSE À L'HOMME .LA

 

1963 - PEAU DE BANANE

 

1963 - HOMME DE RIO .L'

 

1963 - DRAGÉES AU POIVRE

 

1963 - CENT MILLE DOLLARS AU SOLEIL

 

1962 - SINGE EN HIVER .UN

 

1962 - PARADIS DES FEMMES

 

1962 - MER À BOIRE .LA

 

1962 - JOUR LE PLUS COURT .LE

 

1962 - DOULOS .LE

 

1962 - AÎNÉ DES FERCHAUX .L'

 

1961 - NOMMÉ LA ROCCA .UN

 

1961 - LÉON MORIN PRÊTRE

 

1961 - FEMME EST UNE FEMME .UNE

 

1961 - CARTOUCHE

 

1961 - AMOURS CÉLÈBRES .LES

 

1960 - PAYSANNE AUX PIEDS NUS .LA

 

1960 - NOVICE .LA

 

1960 - MAUVAIS CHEMIN .LE

 

1960 - FRANÇAISE ET L'AMOUR .LA

 

1960 - DISTRACTIONS .LES

 

1960 - CLASSE TOUS RISQUES

 

1960 - À BOUT DE SOUFFLE

 

1959 - MODERATO CANTABILE

 

1959 - À DOUBLE TOUR

 

1958 - TRICHEURS .LES

 

1958 - MADEMOISELLE ANGE

 

1958 - DRÔLE DE DIMANCHE .UN

 

1957 - SOIS BELLE ET TAIS-TOI

 

1957 - À PIED, À CHEVAL ET EN VOITURE

 

1956 - COPAINS DU DIMANCHE .LES

 

2 PARTICIPATIONS POUR LA TÉLÉVISION
____________________________________________

 

 

2001 - AÎNÉ DES FERCHAUX .L'
Téléfilm de Bernard Stora

 

1959 - TROIS MOUSQUETAIRES .LES
Téléfilm de Claude Barma

 

SES COURTS MÉTRAGES ET DOCUMENTAIRES :
____________________________________________

 

2017 - BELMONDO OU LE GOÛT DU RISQUE
Documentaire de Jérôme Wybon

 

2015 - BELMONDO PAR BELMONDO
Documentaire de Paul Belmondo

 

2015 - BELMONDO, LE MAGNIFIQUE
Documentaire de Bruno Sevaistre

 

2011 - BELMONDO, ITINÉRAIRE…
Documentaire de Vincent Perrot et Jean-François Domenech -

 

2011 - BELMONDO - IL ÉTAIT UNE FOIS LE BEAU MONDE
Documentaire de Frédéric Chaudier et Frédéric Zamochnikoff

 

2009 - ALLONS-Y ! ALONZO !
Court métrage de Camille Moulin-Dupré

 

2009 - TRAVERSÉE DU DÉSIR .LA
Documentaire d'Arielle Dombasle

 

2001 - GABIN, GUEULE D'AMOUR
Documentaire de Michel Viotte

 

1996 - BELMONDO, LE MAGNIFIQUE

 

1993 - CHAMBRE 12, HÔTEL DE SUÈDE
Téléfilm documentaire de Claude Ventura et Xavier Villetard

 

1990 - NE M'OUBLIEZ PAS
Court métrage de Mathias Ledoux

 

1986 - PROS .LES
Court métrage de Florence Moncorgé-Gabin

 

1974 - T'ES FOU MARCEL ?
Court métrage de Jean Rochefort

 

1968 - DIEU A CHOISI PARIS
Documentaire de Gilbert Prouteau et Philippe Arthuys

 

1967 - PORTRAIT DE BELMONDO
Court métrage de Charles Gérard

 

1966 - BANDE À BEBEL .LA
Court métrage de Charles Gérard

 

1963 - JEAN-PAUL BELMONDO
Court métrage de Claude Lelouch

 

1961 - CHASSE AUX VEDETTES
Court métrage de Camille Chatelot

 

1961 - COEUR GROS COMME ÇA .UN

 

1958 - CHARLOTTE ET SON JULES

 

1955 - MOLIÈRE
Court métrage de Norbert Tildian

 

_______________________FIN_____________________

commentaires (1)

Melle DEVILLERS Chrystel

12-09-2021 17:09:09

Cet Homme, Cet Acteur a été FORMIDABLE par sa drôlerie, sa coolerie, ses sauts, ses rebonds, son humeur, sa façon de jouer, ses sourires, sa légèreté, sa gouaillerie, ses expressions, son talent, sa facétie, ses plaisanteries, sa bouffonnerie, ses pitreries, son espièglerie, ses polissonneries, sa turbulence, ses dissipations, ses pétulances, sa vivacité, son agilité, ses démonstrations physiques, AVEC TOUJOURS, TOUJOURS SON SOURIRE EXTRAORDINAIRE