JEAN-JACQUES BEINEIX

Vue 745 fois

Profession:
Réalisateur, écrivain, dialoguiste, scénariste, producteur français.

Date et lieu de naissance:
08-10-1946, à Paris, dans le 17é arrondissement en France.

Date et lieu du décès:
13-01-2022, à Paris en France.

Cause du décès:
À la suite d'une longue maladie à l'âge de 75 ans.

Nom de naissance:
Jean-Jacques Beineix.

État civil:
Marié avec : AGNES jusqu'au dcès de Jean-Jacques le 13 janvier 2022.
Ils eurent une fille Frida.

Taille:
1m82

Commentaires: 0

Anecdotes

fils de Robert Beineix, directeur d'une compagnie d'assurances, et de Madeleine Maréchal. Élève au lycée Carnot, puis au lycée Condorcet de Paris,



photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à JEAN-JACQUES BEINEIX

Ajout de la vidéo le 28 janvier 2022 par Philippe de CinéMémorial


Né à Paris, Jean-Jacques Beineix s’oriente vers le cinéma après trois années d’études de médecine. Il débute comme assistant-réalisateur de Jean Becker sur la troisième saison de la série télévisée les Saintes Chéries (en 1969), puis il collabore successivement, toujours au même poste, avec Claude Berri, René Clément, Jean-Louis Trintignant et Claude Zidi. En 1977, il réalise son premier court-métrage : le Chien de Monsieur Michel.


On le sent intègre. Hors système. Beineix, par son parcours, ses films, son exigence, ressemble à un personnage à la fois zen et passionné. Il ne vit que pour son art, tel un artisan perfectionniste. Et puis, pas loin, il y a le gamin, fana de cinéma, fier de prolonger ses rêves d'ados. Car Beineix aime le 7ème Art. Il en est une sorte de survivant ; il peut vous citer une réplique de Jouvet dans Quai des Orfèvres et être un grand fan de cinéma japonais, de Vigo, de Dumont (L'Humanité) ou d'Egoyan (Exotica). Il apprécie autant la farce et les polars de Melville que les oeuvres épurées, éclatées, esthétisantes.

Beineix n'est pas contradictoire, il est humain. Il défend sa profession, son travail et les petits cinémas comme Le Balzac. Si Besson est passé au mode industriel, Beineix reste un petit commerçant qui ne veut pas faire d'histoires, mais simplement les raconter. Après 20 ans de cinéma, le réalisateur a pris de la bouteille, a piqué des coups de gueule, a pris des coups dans la gueule. Bref le milieu ne l'a pas épargné. Il en est marginalisé, faisant bande à part, et reste dans la lignée des cinéastes maudits et acclamés, à l'instar d'un Carax. Ils partagent le même romantisme noir, le même sens de l'allégorie, des paysages surréalistes, et ce sens de l'esthétique qui leur sont propres : chaque cadre est soigné, chaque plan est rempli de symboles, et le récit, au final, a l'aspect d'une narration multimédia, proche de l'expérimental, et pourtant si épique.

Mais Beineix, que l'on verrait bien écrire et réaliser un polar de société, qui aurait pu nous épater avec ses Vampires dans Paris (le projet a avorté pour cause de trop gros budget), se fait rare, et, ainsi, entretient involontairement sa légende. Un film signé Beineix est forcément un OVNI. Cet homme curieux et railleur fut d'abord, dans les années 70, assistant de Zidi (qu'il remercie à chaque fois), Berri, Nadine Trintignant, Simenon, Jean-Louis Trintignant,... C'est son premier film qui en fit un phénomène. A peu près en même temps que Le dernier Combat de Besson, Beineix signe le sublîme Diva. Ode à la voix qui marqua les esprits. Césarisé, Diva lance par ailleurs Bohringer père. Un nouveau cinéma français naît : coloré, stylisé, énergique, mystérieux. Un thriller qui fait du débutant un réalisateur dans lequel tous les espoirs sont permis.

Douche froide puisque La lune dans le Caniveau, son second opus, sera traîné dans les égouts, et les étoiles ne se reflèteront nulle part ailleurs que sur les marches (salies) de Cannes. Torrents de tomates. Huées. Depardieu se désolidarise de cet échec artistique. Beineix gardera cette blessure, cette humiliation, cette destruction en règle. Cannes a son scandale. Mais Beineix ne sera pas son sacrifié.

Il fera d'ailleurs monter le thermomètre très haut en ouvrant son nouveau film avec une scène de cul restée anthologique. Anglade à poil ne pouvait que bander devant cette pulpeuse révélation, brune incendiaire, bouche infernale; et Beineix créa la Dalle. 37°2 le matin sera un hit mondial, remportant plusieurs prix, devenant le summum culminant de la carrière de Beinex, rencontrant un large public, jusqu'à la Madonne " True Blue " qui fera de " Betty Blue " son film culte du moment. Le réalisateur sait très bien transposer l'univers conflictuel, passionnel de Djian.

Chacun de ses films a un décor à la fois magique et oppressant, où le sentiment de liberté, d'exploration côtoie la destruction des humains. Après les plages, Beineix s'enferme dans un cirque, avec les lions, puis dans une île aux grands arbres, avec les pachydermes. La critique ne le loupe pas. Le public ne s'intéresse plus à ses opus insensés et beaux.


Jean-Jacques Beineix, Victoria Abril, Nastassja Kinski et Gérard Depardieu présenté au Festival de Cannes en 1983 pour le film : La Lune dans le caniveau.


Il se fait dévoré cru par le cinéma français, perd la confiance des producteurs, s'installe en politicien du 7ème Art. Il sera le dernier réalisateur a avoir filmer Yves Montand. Lui offrant un cercueil en celluloïd, avec un message digne des meilleurs mangas : initiation, vieux sage, transmission de savoir, environnement. Vert avant l'heure. Et puis le silence.
Les rouleaux de vagues bercent les cabanons. La cantatrice s'arrête. Les lions ne rugissent plus et le fouet est rangé. Les arbres infinis couvrent ses éventuels cris.

Beineix va au Japon, un pays qui lui va si bien. Il écrit une histoire à grand spectacle de vampires au dessus de la capitale, avec Réno en big star. Les financiers ne suivront finalement pas, pour l'instant, ce budget de 300 millions de francs. Il se refait la main avec un polar psychanalytique, à tiroir et à couloirs labyrinthiques... Si le film échoue, il pense perdre le goût. Celui de filmer. Il sait que ses oeuvres sont éternelles et lui survivront. Prêt pour le cimetière des éléphants... Même les cinéastes sont mortels.


Gérard Darmon, JJ Beineix et Béatrice Dalle.

SES RÉCOMPENSES :

2011 - Le Prix Gregory Peck, Prix d’Excellence - Festival international du film de Dingle, En Irlande.

2009 - Étoile d’or d’honneur aux Étoiles d'or du cinéma français.

1992 - Pour le film : IP5 - Prix Golden Space Needle du meilleur réalisateur et du meilleur film au Festival international du film de Seattle, États-Unis.

1986 - Pour le film : 37°2 LE MATIN - Prix du meilleur film en langue étrangère de la société des critiques de Boston, États-Unis.

1986 - Pour le film : 37°2 LE MATIN - Festival des films du monde de Montréal : Grand Prix des Amériques, Canada.

1986 - Pour le film : 37°2 LE MATIN - César de la meilleure réalisation, César du meilleur acteur, César de la meilleure actrice, César de la meilleure musique originale, César du meilleur acteur dans un second rôle, César de la meilleure actrice dans un second rôle, César du meilleur montage, BAFTA Award du meilleur film étranger, Golden Globe du meilleur film en langue étrangère, et à l'Oscar du meilleur film international, France.

1986 - Pour le film : 37°2 LE MATIN - César de la meilleure affiche pour Christian Blondel, France.

1984 - Pour le film : LA LUNE DANS LE CANIVEAU - César des meilleurs décors : Hilton McConnico, France.

1981 - Pour le film : DIVA - Prix de la critique au Festival international du film de Toronto, Canada.

1981 - Pour le film : DIVA - Nomination en tant que « Meilleur réalisateur » à la National Society of Film Critics (NSFC), États-Unis.

1981 - Pour le film : DIVA - César du meilleur son : Jean-Pierre Ruh, France.

1981 - Pour le film : DIVA - César de la meilleure première oeuvre, France.

1981 - Pour le film : DIVA - César de la meilleure photographie : Philippe Rousselot, France.

1981 - Pour le film : DIVA - César de la meilleure musique : Vladimir Cosma, France.

1981 - Pour le film : DIVA - Hugo d’Argent du meilleur premier film au festival international de cinéma de Chicago, États-Unis.

1979 - Pour le Court métrage : LE CHIEN DE MONSIEUR MICHEL - Nomination au César du meilleur court métrage de fiction, France .

1977 - Pour le Court métrage : LE CHIEN DE MONSIEUR MICHEL - 1er prix au festival Off-Courts Trouville, France.


Source : Écran Noir - Fait le 28 janvier 2022 par Philippe de CinéMémorial.


Filmographie


Béatrice Dalle et Jean-Huges Anglade les deux acteurs du film : 37°2 Le Matin, réunis pour un dernier hommage à J.J. Beineix..

18 LONGS MÉTRAGES DÉTAILLÉS
________________________________

 

2000 - MORTEL TRANSFERT

 

1991 - IP5, L'ÎLE AUX PACHYDERMES

 

1988 - ROSELYNE ET LES LIONS

 

1986 - 37°2 LE MATIN

 

1983 - LUNE DANS LE CANIVEAU .LA

 

1980 - DIVA

 

1979 - FRENCH POSTCARDS

 

1977 - ANIMAL .L'

 

1976 - AILE OU LA CUISSE .L'

 

1975 - COURSE À L'ÉCHALOTE .LA

 

1974 - MÂLE DU SIÈCLE .LE

 

1973 - PAR LE SANG DES AUTRES

 

1973 - DÉFENSE DE SAVOIR

 

1972 - JOURNÉE BIEN REMPLIE .UNE

 

1972 - DAY THE CLOWN CRIED .THE

 

1971 - COURSE DU LIÈVRE À TRAVERS LES CHAMPS .LA

 

1970 - CINÉMA DE PAPA .LE

 

1970 - BATEAU SUR L'HERBE .LE

 

SA PARTICIPATIONS POUR LA TÉLÉVISION
_____________________________________

 

2016 - OMBRE AU TABLEAU .L'
Documentaire pour une Mini série TV - Dans son propre rôle

 

2015 - AU FIL DE LA NUIT
Documentaire pour une série TV - Dans son propre rôle

 

2012 - GAULOIS AU-DELÀ DU MYTHE .LES
Documentaire pour la TV de Jean-Jacques Beineix + le scénario

 

2006 - COSMICCONNEXION
Documentaire pour la TV de Marie Cuisset et Anne Jaffrennou - Uniquement la production

 

2002 - LOFT PARADOXE
Documentaire pour la TV de Jean-Jacques Beineix

 

1997 - ASSIGNÉ À RÉSIDENCE
Documentaire - Série TV de Jean-Jacques Beineix + la production

 

1997 - WORKS .THE
Série TV Documentaire de Jean-Jacques Beineix - Réalisation d’un épisode - Saison 3, épisode 2 : LOCKED-IN SYNDROME

 

1986 - ÉPI D'OR .L'
Réal. : Fabrice Cazeneuve - Uniquement le scénario.

 

1974 - VAGABOND .LE
Série TV - Uniquement assistant réal. - Participé dans 28 épisodes

 

1970 - SAINTES CHÉRIES .LES
Série TV - Uniquement assistant réal. - Participé dans 13 épisodes

 

SES COURTS MÉTRAGES, DOCUMENTAIRES ET ANIMATIONS
__________________________________________

 

2012 - MYSTÈRE DES MOMIES COPTES D’ANTINOË .LE
Documentaire de Jackie Bastide - Uniquement la production

 

2011 - RHABILLAGE
Documentaire d'Ovidie - Uniquement la production

 

2011 - RÊVE DU 1ER AVRIL 1999
Documentaire de David B, Thomas Bertrantd-Batlle, Maxence Martin, Julien Hazebroucq, Emmanuelle Leleu, Bastien Létoile, Juan Paul Monge, Héloïse Papillon et Camille Perrin - Uniquement la production

 

2010 - MINUS
Dessin Animé de Marine Brun, Antoine Foulot, Inès Pagniez, Raphaël Théolade et Paul Torris - Uniquement le producteur exécutif

 

2010 - HELLVILLE
Dessin Animé de Rémy Busson, Yann Drevon, Aurélien Duhayon, Laurent Durieux, Maxime Mege-Ythier, Florian Pichon, Julien Soler, Raphaël Tillie et Gonglin Wang - Uniquement le producteur exécutif

 

2010 - EGARO
Dessin Animé de Benoit Delaunay, Anaëlle Moreau, Alexia Provoost, Bruno Salamone et Simon Taroni + le producteur exécutif

 

2010 - BRANDT RHAPSODIE
Dessin Animé de François Avril, Morrigane Boyer, Thibaud Clergue, Paolo Didier, Ren-Hsien Hsu, Lucas Morandi, Tristan Ménard, William Ohanessian & Lucas Veber - Uniquement la production

 

2009 - ON BOSSE ICI ! ON VIT ICI ! ON RESTE ICI !
Documentaire du Collectif des Cinéastes Pour les Sans-Papiers - Uniquement la réalisation d’un segment

 

2006 - CLASSIFICATION SYSTÉMATIQUE DU VIVANT EXTRATERRESTRE
Documentaire de Denis van Waerebeke - Uniquement la production

 

2005 - REQUIEM POUR BILLY THE KID
Documentaire d'Anne Feinsilber - Uniquement producteur exécutif

 

2005 - ALLEZ, YALLAH !
Documentaire de Jean-Pierre Thorn - Uniquement la production

 

1994 - OTAKU
Documentaire de Jean-Jacques Beineix et Jackie Bastide + la production

 

1989 - GRAND CIRQUE .LE
Documentaire de Bruno Delbonnel - Uniquement la production

 

1977 - CHIEN DE MONSIEUR MICHEL .LE

 

1977 - ANATOLE

 

1973 - IL Y AURA UNE FOIS…
Court métrage de Fabienne Chauveau - Uniquement premier assistant réalisateur

 

_______________________ FIN _____________________

 

commentaires (0)