GREER GARSON

Vue 11411 fois

Profession:
Actrice et dame de théâtre Britannique, d'origine écossaise et irlandaise.

Date et lieu de naissance:
29-09-1904, à Manor Park (alors dans l'Essex et aujourd'hui dans Newham à Londres), Royaume-Uni.

Date et lieu du décès:
06-04-1996, à Dallas, Texas, États-Unis.

Cause du décès:
D'une crise cardiaque à l'âge de 92 ans.

Nom de naissance:
Eileen Evelyn Greer Garson - Surnom : Duchesse.

État civil:
Au cours de sa vie, elle se maria à 3 reprises et n'eut aucun enfant. :

Mariée le 28 septembre 1932 avec un officier britannique : EDWIN A. SNELSON
Divorcée le 08 mai 1940.

Mariée le 24 juillet 1943 avec l'acteur : RICHARD NEY - Divorcée le 25 septembre 1947.

Mariée le 15 juillet 1949 avec le magnat du pétrole : BUDY FOGELSON
Jusqu'au décès de Budy le 01 décembre 1987.

Taille:
(1m68)

Commentaires: 1

Anecdotes


photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à GREER GARSON

Mise à jour le 02 janvier 2022 par Philippe de CinéMémorial.

 

Eileen Evelyn Greer Garson d’origine écossaise et irlandaise est née le 29 septembre 1904 à County Doxn en Irlande du Nord (d’autres sources indiquent sa naissance à Londres avec une date imprécise que peut se situer entre 1903 à 1908).


Fille unique de George Garson un commercial et Nancy Sophia (née Greer). Après le décès du père, mère et fille s’installent en Angleterre. Elle fait des études au King’s College de Londres, dans l’intention d’être enseignante. Elle a apprit le Français, la littérature du 18ème siècle et a terminé ses études à l’Université de Grenoble en France.

Tout en travaillant comme secrétaire dans une agence de publicité, elle souhaite faire une carrière au théâtrale. En 1932 son enthousiasme lui vaut un petit rôle dans « Street Scene » au Birmingham Repertory Théâtre. Pendant plusieurs années, talentueuse et charismatique elle joue les répertoires classiques, dans les théâtres londoniens et remporte de grands succès notamment aux côtés de Laurence Olivier dans « Golden Arrow ». Petit à petit son nom s’impose dans le milieu théâtral, on la surnomme The duchess of Garson.

En 1937, Louis B. Mayer à la recherche de nouvelles têtes pour la MGM, se rend à Londres et la remarque sur scène dans la pièce, « Old Music ». Séduit et impressionné par cette actrice rousse aux yeux verts et au port aristocratique, le patron de la MGM l’invite à Hollywood et lui ouvre les portes d’une carrière qui s’avérera dorée.

Elle tourne son premier film avec Sam Wood « Au revoir Mr. Chips » (1938), Kathie est l’épouse d’un professeur dans un collège anglais qu’elle appelle Chips (Robert Donat), mais Kathie meurt en donnant le jour à leur enfant, malgré un rôle assez court, elle reçoit sa première nomination aux Oscars. Elle reçut d’élogieuses critiques pour son rôle d’Elizabeth Bennet dans la comédie romantique « Orgueil et préjugés » (1940) de Robert Z. Leonard avec Laurence Olivier.

Devenue une star des studios MGM, elle est associée à Walter Pidgeon, un duo qui fit fureur dans huit films. Elle obtient une deuxième nomination pour son rôle d’Edna Gladney dans le dramatique « Les oubliés » (1941) de Mervyn LeRoy, Greer considère Charlotte (Marsha Hunt) adoptée par ses parents comme sa sœur, mais le jour de ses fiançailles Charlotte apprend qu'elle une enfant adoptée, désespérée, elle met fin à ses jours.

Dans le mélodrame chargée de mélancolie signé William Wyler, « Madame Miniver » (1942), elle joue l’épouse de Walter Pidgeon et la mère-courage et émouvante qui perdra sa fille Carol (Teresa Wright), lors d’un raid aérien allemand. L'un des plus gros succès de la MGM avec ses six Oscars dont un pour Greer Garson qui reçoit pour sa prestation dramatique l'Oscar de la meilleure actrice. Dans « Prisonniers du passé » (1942) de Mervyn LeRoy, elle joue l'épouse dévouée de Ronald Colman un officier britannique devenu amnésique lors de la Première Guerre mondiale.

Elle est citée à l’Oscar pour son prestation dans le biopic « Madame Curie » (1943), Mervyn LeRoy relate l'histoire de la physicienne franco-polonaise Marie Sklodowska-Curie, personnifiée par Greer Carson, d’abord comme assistante du chercheur Pierre Curie incarné par Walter Pidgeon, elle tombe amoureuse de Pierre, ensemble, ils vont devenir le célèbre couple de scientifiques.

Aussi pour « Madame Parkington » (1944) de Tay Garnett elle est Susie l'épouse du major Parkington (Walter Pidgeon) suite au décès de leur fils ainé dans un accident, ce drame sépare les époux et le major part pour l'Europe, Susie désespérée part rejoindre son mari. Elle enchaine ave un drame social et romantique de Tay Garnett « La vallée du jugement » (1945), elle est Mary une jeune femme issue d'une famille pauvre employée comme domestique chez William Scott, (Donald Crisp), propriétaire d'une aciérie locale, le fils Scott (Grégory Peck) tombe amoureux de Mary, mais leur histoire d'amour est vivement menacée lorsque la famille et les amis de Mary se mettent en grève, avec Lionel Barrymore et Preston Foster.


Greer Garson - Dans le film de 1942 - Madame Miniver


Elle est superbement dirigé George Cukor dans son mélodrame romantique « La femme de l’autre » (1947), Marise souffre d'un sentiment de culpabilité qu’elle confie au psychiatre (Cecil Humphreys), l’annonce de la mort de son mari (Robert Mitchum), tué par les Allemands la bouleverse, Jean (Richard Hart), un ami de Paul, aide Marise à surmonter sa peine et finit par la séduire. Mais un jour, Paul réapparaît et lors d'une dispute, Jean tomba d'une falaise et se tue. Paul est prêt à pardonner à Marise.

Elle retrouve Walter Pidgeon dans la comédie pétillante « La belle imprudente » (1948) de Jack Conway, elle joue une artiste de music-hall, qui revient pour le mariage de sa fille de 18 ans (Elizabeth Taylor) qu'elle n'a pratiquement jamais vue, et par la même occasion elle revoit son mari qui est toujours épris d'elle avec à leur cotés Peter Lawford et Cesar Romero.

Puis elle campe une créature pulpeuse et volage dans une histoire de famille adultère qui se déroule à l'époque rigide et stricte de l'ère victorienne « La dynastie des Forsythe » (1949) un drame de Compton Bennett, Irène (Greer Carson) épouse à contrecœur Soames Forsyte (Errol Flynn), un riche avocat, séduisant mais égoïste, son amie June (Janet Leigh) lui présente son fiancé, le charmant Philip (Robert Young), contre toute attente, un coup de foudre immédiat unit Irène et Philip, folle de jalousie, June dénonce leur liaison adultère à Soames, peu après, Philip périt mystérieusement dans un accident, désespérée, Irène se réfugie chez le cousin de Soames, Young (Walter Pidgeon ) ils tomberont amoureux.

Avec la virtuosité d’une grande actrice, Greer accède à une œuvre marquante voire tragique avec « L’histoire des Miniver » (1950) de H.C. Potter, quand elle apprend qu'elle est atteinte d’une maladie incurable et qu’il lui reste que quelques mois à vivre, elle décide de cacher la vérité à son époux Clem (Walter Pidgeon) et à ses enfants ; un peu plus tard elle trouve enfin le courage d’annoncer à Clem sa fin prochaine, qu’elle accepte avec sérénité, elle va vivre des moments intenses avant de s’éteindre en douceur.

Dans une libre adaptation d'une époque historique on la voit dans le péplum « Jules César » (1953) de Joseph L. Mankiewicz, elle est Calpurnia, l'épouse de Jules César (Louis Calhern) ,qui ignorant ses conseils et ceux d'un devin (Richard Hale) , il se rend au Sénat, il y est poignardé par Cassius (John Gielgud) et Brutus (James Mason) après l'assassinat de César une guerre fratricide s'engage entre les partisans de Marc-Antoine (Marlon Brando) qui veut venger sa mort et les conspirateurs de Brutus.

Dans un drame médical, « Une étrangère dans la ville » (1955) de Mervyn LeRoy, elle est Julia docteur en médecine qui vient s'installer dans la petite ville de Santa Fe pour pratiquer la médecine suivant de nouveaux concepts, mais dès son arrivée, elle se heurte au docteur local (Dana Andrews) un homme aigri aux méthodes de médecine traditionnelles, mais petit à petit elle tombe sous son charme.

Elle remporte le Golden Globe de la meilleure actrice dans la catégorie drame et le Prix NBR de la meilleure actrice pour son rôle d’Eleanor, l'épouse de Franklin Roosevelt incarné par Ralph Bellamy dans « Sunrise at Campobello » (1960) de Vincent J. Donahue, un film biographique racontant la lutte de Franklin pour devenir le président des Etats-Unis, et plus tard lorsqu’il fut frappé de paralysie à l'âge de 39 ans.

On la revoit six ans plus tard jouer la mère prieure avec Ricardo Montalban le Père Clementi dans « Dominique » (1966) une biographie retraçant le succès de la chanteuse belge Sœur Sourire, interprété par Debbie Reynolds.

Greer Garson apparaît aussi dans une dizaine de séries télévisées. On peut relever entre autres son personnage de tante March dans le téléfilm « Les Quatre Filles du docteur March » (1978) de David Lowell Rich et sa présence comme invitée dans un épisode de la série « La croisière s'amuse (1982).

Cataloguée dans des rôles d'exception loin des rôles de femmes fatales, cette merveilleuse actrice à été nommée six fois aux Oscars sur sept ans dont un gagné avec « Madame Miniver » en 1942. Elle détient le record du plus grand nombre de nominations consécutives avec Bette Davis. Ce qui montre la popularité et le prestige de cette grande actrice. Et pour couronner le tout, en 1993 elle a eu l’honneur de recevoir des mains de la Reine, le CBE (Commander de l'Ordre de l'Empire britannique) pour ses services au théâtre et au divertissement.

Coté vie privée : Greer fut marié trois fois successivement avec le fonctionnaire Edward Alec Abbot Snelson en 1933 dont elle divorce en 1940, puis en 1943 avec l’acteur Richard Ney rencontré lors du tournage de Madame Miniver en 1942, dans lequel il incarne son fils, ils divorcent en 1948. En 1949 elle épouse en troisième noce le magnat du pétrole Buddy EE Fogelson, et se retire dans le ranch près de Santa Fe au Nouveau-Mexique qu'elle partageait avec son mari , tout en s’occupant d’environnement et d’œuvres caritatives. Le couple resta unis jusqu’au décès de son mari en décembre 1987.

Dans les années 1980, elle souffrait de problèmes cardiaques chroniques, l'incitant à ralentir. Ce fut la cause de son décès le 6 avril 1996 à Dallas au Texas, à l'âge de 91 ans. On ne lui connaît pas d’enfant.


Source : Gary Richardson - Fait le 02 janvier 2022 par Philippe de CinéMémorial.


SES RÉCOMPENSES :


1993 - Elle est nommée : Ordre de l'Empire Britannique.

1961 - Pour le film : SUNRISE AT CAMPOBELLO : Golden Globe - Meilleure actrice - Catégorie drame, États-Unis.

1960 - Pour le film : SUNRISE AT CAMPOBELLO : Prix NBR - Meilleure actrice - National Board of Review, États-Unis.

1945 - Prix pomme acide - Actrice la moins coopérative - Golden Apple Awards, États-Unis.

1945 - Prix de la star féminine la plus populaire - Photoplay Awards, États-Unis.

1944 - Prix de la star féminine la plus populaire - Photoplay Awards, États-Unis.

1943 - Pour le film : MADAME MINIVER : L'Oscar - Meilleure actrice, États-Unis.

Son étoile est sur le Walk of Fame au 1651 sur Vine Street.

 

commentaires (1)

hugongerard

23-07-2008 13:13:31

Elle forme avec WALTER PIDGEON , l ' un des couples les plus célèbres du cinéma glamour hollywoodien , pour ne citer des films comme L HISTOIRE DES MINIVER , MADAME CURIE de MERVYN LE ROY , MADAME PARKINGTON de TAY GARNETT .