BLANCHETTE BRUNOY

Vue 24803 fois

Profession:
Actrice française.

Date et lieu de naissance:
05-10-1915, à Paris dans le 14e arrondissement, France.

Date et lieu du décès:
04-04-2005, à Manosque en Haute Provence, France.
Elle repose aux côtés de son dernier mari au cimetière du Nord à Reims.

Cause du décès:
De mort naturelle à l'âge de 89 ans.

Nom de naissance:
Blanche Bilhaud.

État civil:
Mariée avec l'acteur : ROBERT HOMMET - jusqu'au décès de Robert en 1958.

Mariée le 16 février 1961 avec l'acteur : MAURICE MAILLO - jusqu'au décès de Maurice en 1968.

Taille:
?

Commentaires: 5

Anecdotes

Cette photo m'a été donné gracieusement par le Studio Vauclair.

Filigranes Editions


photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à BLANCHETTE BRUNOY
Document inédit sur le tournage de La Marie du Port de Marcel Carné

Source Ajout de la vidéo le 16 août 2021 par Philippe de CinéMémorial


Fille du peintre et dessinateur Henri Doucet (elle est née après la mort de son père, tué au front) et de sa compagne Camille Versal. Sa mère se remarie avec le docteur Bilhaud qui adopta la fillette et porta le nom de son beau-père.


Blanchette Brunoy et Fernandel dans le film : Coiffeur pour Dames de Jean Boyer (1952)


Blanchette Brunoy, son pseudonyme de scène voit le jour le 5 octobre 1918 à Paris où elle y vécut sa petite enfance. Par la suite elle suit son père adoptif qui ouvre un cabinet médical dans les Vosges. Heureuse loin de la capitale, elle passe ses vacances scolaires à Pontoise dans le Val d’Oise chez son parrain le célèbre écrivain Georges Duhamel.

De retour à Paris, la jeune fille rêve de devenir comédienne. Sur les conseils de l’acteur Léon Bernard, elle tente et réussit le concours d’entrée au Conservatoire d’art dramatique. Elle entre dans la classe d’André Brunot sociétaire de la comédie française. Son camarade de classe, le futur acteur Paul Cambo la met en relation avec un impresario qui la fit débuter en 1935 sur les planches du Théâtre de l’Œuvre dans une rêverie sentimentale « Nationale 6 ». Parallèlement à sa carrière cinématographique Blanchette Brunoy poursuit son activité théâtrale jusqu’en 1973. On peut la découvrir entre autres dans « Les Chevaliers de la Table ronde » de Jean Cocteau, (1937) ; « Le Bossu » (1940) de Paul Féval et Auguste Anicet-Bourgeois, ou encore « Le maître de forges » (1941) de Georges Ohnet ; « Les deux orphelines » d'Adolphe d'Ennery (1941) ; « Le marché aux puces » d'André Gillois (1954) « Le paysan parvenu » (1973) d'Albert Husson.

Jolie et photogénique, le regard lumineux, dotée une expression d’une émouvante douceur et l’art de passer du sourire aux larmes, elle avait tous les atouts qui lui garantissait une grande carrière qu’elle rencontra avec succès durant les années 30 et 40. Elle commence par donner la réplique à Danielle Darrieux dans l’irrésistible comédie « Un mauvais garçon » (1936) de Jean Boyer ; à Raimu et Meg Lemonnier dans le rôle titre « La chaste Suzanne » (1937) d’André Berthomieu. Et trouve enfin la consécration en incarnant l’intrépide héroïne de Colette aux cotés de Pierre Brasseur dans « Claudine à l’école » (1937), une adaptation signée Serge de Poligny.


Blanchette Brunoy, Michelinne Presle et Gaby Morlay Dans le film : Elles étaient 12 femmes


Blanchette Brunoy tint souvent des rôles d’ingénues, ou de femmes capables de se sacrifier par amour. Jean Renoir lui offre en 1938 le rôle de la douce Flore qui veut aider son ami d'enfance Jacques Lantier (Jean Gabin) dans le très beau mélodrame « La bête humaine » avec la sensuelle Simone Simon et Julien Carette. Elle est rayonnante de fraicheur dans la comédie romantique de Pierre Colombier « Quartier Latin » (1939) un jeune homme (Bernard Lancret) tombe amoureux d'une jeune étudiante (Blanchette Brunoy) et se fait passer pour un artiste peintre pour la séduire.

Petit à petit Blanchette Brunoy casse son image de jeune fille respectable. Elle est saisissante dans « L'empreinte du dieu » un film dramatique de Léonide Moguy, Karélina épouse le cabaretier contrebandier Gomar (Jacques Dumesnil) chaque jour elle subit l'horreur et la bestialité d'une union mal assortie, à l'arrestation de Gomar, elle rejoint sa sœur Wilfrida (Annie Ducaux) mariée à un ingénieur (Pierre Blanchar) celui-ci tombe sous le charme cette enfant malheureuse, et l'irréparable se produit. Dans le drame familial « Le briseur de chaînes » (1941) de Jacques Daniel Norman, le patriarche du clan des Mamouret (André Brunot) veut marier selon la tradition familiale son benêt de fils Guillaume, avec la jolie Marie-Josèphe, dite Fifine, une orpheline adoptée par le clan, mais Fifine avec l’approbation de l'aïeule du clan (Marcelle Geniat) trouve l’amour avec Marcus (Pierre Fresnay) le briseur de chaînes du cirque de passage.

En 1943 Jacques Becker la choisit pour incarner la jolie Goupi-Muguet dans sa fameuse satire paysanne « Goupi-mains rouges » avec Georges Rollin, Robert Le Vigan et Fernand Ledoux, le patriarche ; Jacques Daroy signe un drame rural « Rabiolot » (1945) incarné par Julien Bertheau, mariée à ce brave homme passionné de braconnage, mais à cause de la jalousie d'autres braconniers, il devient un homme traqué qui, pour se défendre, commet un crime, avec entre autres Alexandre Rignault et René Blancard le garde-chasse qui a juré la perte de Raboliot.

En 1947 Jean Gehret réunit Bernard Blier et Blanchette Brunoy dans le mélodrame « Le Café du cadran » un couple d’auvergnats Julien et Louise reprenne un café dans Paris, Louise timide et apeurée se transforme en vraie parisienne, elle dépense sans compter et se laisse courtiser par un violoniste (Aimé Clariond), Julien fou de jalousie finira par tuer sa femme d'un coup de revolver.

Dans un triangle amoureux « La Marie du port » (1948), Marcel Carné lui offre le rôle d’une brave fille un peu paumée, la maîtresse de Jean Gabin, qui n'est pas insensible au charme de sa jeune sœur de 18 ans (Nicole Courcel) ; autre mélodrame adultérin de Jean Gourguet « Le secret d'une mère » (1952) avec André Le Gall qui élève avec amour sa fille, Josette après le décès accidentel de sa femme (Blanchette Brunoy), il apprend par un voisin, que sa femme l'ayant trompée, il n'est pas le père de cette enfant, après cette découverte Martin ne peut plus supporter la présence de Josette.

Elle retrouve pour la troisième fois Jean Gabin dans « Le baron de l'écluse » (1959) de Jean Delannoy joueur invétéré il est séduit par Maria la patronne du café de la Marine et caresse un moment l'idée d'une vie rangée, mais accroc aux jeux et à l'argent facile, il repart sur son yacht et abandonne Maria. Dans le film religieux « Il suffit d'aimer » (1960), Robert Darène relate la vie de Bernadette Soubirous une sainte catholique qui voit des apparitions de la Vierge dans la grotte de Lourdes, dans ce film Blanchette tient le rôle de la Mère Nathalie Portat avec Danièle Ajoret dans le rôle titre et Madeleine Sologne sa mère.

Dès les années 60 elle met sa carrière au ralentit et travaille à la télévision avec Claude Santelli pour « Le théâtre de la jeunesse » de 1962 à 1965. Et dès les années 50 elle a aussi participée à une cinquantaine de téléfilms ou de séries télévisées.

Après vingt ans d’absence l’actrice revient au cinéma en 1985 avec le rôle de Mémé Odette dans « L’Amour en douce » d’Edouard Molinaro avec Daniel Auteuil et Emmanuelle Béart et tient son dernier rôle face à Marie Trintignant et Guillaume Depardieu dans « Comme elle respire » (1997) de Pierre Salvadori.

L’actrice fut mariée en première noce avec l'acteur Robert Hommet jusqu'à son décès en 1958 et convole ensuite avec l'acteur Maurice Maillo jusqu'au décès de Maurice en 1968.


Jean Gabin et Blanchette Brunoy - Dans le Film : Le Baron de L'Écluse de Jean Delannoy (1959).


Blanchette Brunoy termine sa vie dans une maison de retraite de Manosque, en Haute Provence, elle s’éteint comme elle a vécu, en toute discrétion le 4 avril 2005 à l’âge de 87 ans. Elle repose aux côtés de son dernier mari au cimetière du Nord à Reims…

Source : Gary Richardson - Fait le 16 août 2021 par Philippe de CinéMémorial.

 

Filmographie


65 LONGS MÉTRAGES DÉTAILLÉS
____________________________


1998 - COMME ELLE RESPIRE

 

1994 - CENT ET UNE NUITS .LES

 

1992 - ROULEZ JEUNESSE

 

1984 - AMOUR EN DOUCE .L'

 

1964 - ENFER .L'

 

1964 - VIE CONJUGALE .LA

 

1963 - BÉBERT ET L'OMNIBUS

 

1963 - BONNE SOUPE .LA

 

1962 - VEINARDS .LES

 

1960 - IL SUFFIT D'AIMER

 

1959 - BARON DE L'ÉCLUSE .LE

 

1954 - OPÉRATION TONNERRE

 

1956 - CIRCUIT DE MINUIT .LE

 

1954 - RAFLE EST POUR CE SOIR .LA

 

1953 - PETIT JACQUES .LE

 

1953 - TOURMENTS

 

1952 - SECRET D'UNE MÈRE .LE

 

1952 - COIFFEUR POUR DAMES

 

1951 - TRAITÉ DE BAVE ET D'ÉTERNITÉ

 

1951 - ENFANT DANS LA TOURMENTE .UNE

 

1951 - PASSAGE DE VÉNUS .LE

 

1951 - SI ÇA VOUS CHANTE

 

1949 - MARIE DU PORT .LA

 

1949 - HOMME AUX MAINS D'ARGILE .L'

 

1949 - DÉSORDRE .LE

 

1949 - VIENT DE PARAÎTRE

 

1949 - VEDETTES EN LIBERTÉ

 

1948 - MATERNELLE .LA

 

1948 - SOUVENIRS NE SONT PAS À VENDRE .LES

 

1947 - MANNEQUIN ASSASSINÉ .LE

 

1947 - SYMPHONIE HUMAINE

 

1946 - CAFÉ DU CADRAN .LE

 

1946 - TAVERNE DU POISSON COURONNÉ .LA

 

1945 - DAMES DU BOIS DE BOULOGNE .LES

 

1945 - SOLITA DE CORDOUE

 

1945 - RABOLIOT

 

1945 - INVITÉ DE LA ONZIÈME HEURE .L'

 

1943 - VOYAGEUR SANS BAGAGES .LE

 

1943 - AU BONHEUR DES DAMES

 

1943 - CEUX DU RIVAGE

 

1942 - CAMION BLANC .LE

 

1942 - GOUPI MAINS-ROUGES

 

1942 - CADETS DE L'OCÉAN .LES

 

1942 - GRAND COMBAT .LE

 

1941 - VIE PRIVÉE

 

1941 - DERNIÈRE AVENTURE

 

1940 - EMPREINTE DU DIEU .L'

 

1941 - BRISEUR DE CHAÎNES .LE

 

1940 - CAVALCADE D'AMOUR

 

1940 - ELLES ÉTAIENT DOUZE FEMMES

 

1940 - VINGT-QUATRE HEURES DE PERM'

 

1939 - FAMILLE DURATON .LA

 

1939 - QUARTIER LATIN

 

1938 - ALTITUDE 3200

 

1938 - BÊTE HUMAINE .LA

 

1938 - JEANNETTE BOURGOGNE

 

1937 - VOLEUR DE FEMMES .LE

 

1937 - CHASTE SUZANNE .LA

 

1937 - CLAUDINE À L'ÉCOLE

 

1936 - VOUS N'AVEZ RIEN À DÉCLARER ?

 

1936 - MAUVAIS GARÇON .UN

 

1936 - PEAU D'UN AUTRE .LA

 

27 PARTICIPATIONS POUR LA TÉLÉVISION
____________________________________________

 

1993 - JULIE LESCAUT
Série TV de 1992 à 2011

 

1993 - CORRUPTRICE .LA
Téléfilm de Bernard Stora

 

1990 - STAGIAIRE .LE

 

1989 - COMÉDIEN DANS UN JEU DE QUILLES .UN

 

1988 - TANTIE
Série TV

 

1986 - PETIT DOCTEUR .LE

 

1982 - TOUTES GRIFFES DEHORS

 

1981 - MARCHELOUP
Série TV de Roger Pigaut

 

1980 - AMOURS DES ANNÉES FOLLES .LES
Série TV - Épisode : Les solitaires de Myols

 

1980 - VIE DES AUTRES .LA
Série TV - Épisode : Le bec de l'aigle

 

1979 - FILLES D'ADAM .LES

 

1977 - EYGLETIÈRE .LES
Série TV de René Lucot, Louis-A. Pascal

 

1975 - BERTHE .LA
Téléfilm de Philippe Joulia

 

1975 - THÉÂTRE DE TRISTAN BERNARD .LE
Téléfilm de Georges Folgoas, Dominique Nohain (Segment : Le prétendant

 

1974 - CURÉ DE CHOC .UN
Série TV de Philippe Arnal

 

1973 - ÉTRANGE HISTOIRE D'UNE ABOYEUSE .L'
Téléfilm d'Aldo Altit

 

1972 - PIERRE ET JEAN
Téléfilm de Michel Favart

 

1972 - INCONNUE DU VOL 141 .L'
Série TV de Louis Grospierre

 

1967 - MALICAN PÈRE ET FILS

 

1967 - SALLE N°8
Série TV de Jean Dewever et Robert Guez

 

1967 - SEPT DE L'ESCALIER QUINZE B .LES

 

1965 - SANS FAMILLE

 

1963 - GÉNÉRAL DOURAKINE .LE

 

1962 - THÉÂTRE DE LA JEUNESSE : OLIVER TWIST
Téléfilm de Jean-Paul Carrère

 

1961 - AVOINE ET L'OSEILLE

 

1960 - DERNIER CRI

 

1958 - CINQ DERNIÈRES MINUTES .LES

 

1956 - FAMILLE ANODIN .LA
Série TV

 

1 DOCUMENTAIRE et 1 COURT MÉTRAGE
____________________________________________

1950 - TRAITÉ DE BAVE ET D'ÉTERNITÉ
(Documentaire d'Isidore Isou

 

1959 - MÈRE ET L'ENFANT .LA
(Court métrage - De Jacques Demy

_______________________FIN_____________________

commentaires (5)

Nestor One

05-10-2008 04:50:14

Bravo! C'est toujours une gageure que de monter un site dédié au cinéma vue la concurrence. Ce qui fera la différence et donc la qualité de votre site,c'est l'originalité de vos sources. Bon courage!

Marco

07-01-2010 12:03:33

A côtè de Jean Gabin dans le Baron de l`ècluse Superbe , dans la Bête Humaine jolie ,dans la Marie du port ravissante , une grande Actrice finalement

holtz

09-06-2011 14:20:05

Blanchette Brunoy était une artiste talentueuse et une femme merveilleuse, pleine d'humour,généreuse, et intelligente. Je l'ai beaucoup aimée, son amitié me manque ainsi que sa joie de vivre.Son beau visage, si souvent rieur,me revient en mémoire en découvrant ce site. J'ai eu beaucoup de chance de la connaître.JH.

Philippe B.

18-06-2012 18:22:40

Neuveu de Maurice Maillot, jai connu Blanchette lorsqu'elle habitait à Reims (rue Léon Mathieu)avec ma Grand'mère (mère de Maurice et de ma Mère Germaine).Il me reste les lettres de Blanchette et de Maurice adressées à ma Grand'mère ainsi que des photos. Blanchette Brunoy est décédée chez sa soeur à Manosque où elle est enterrée.Maurice Maillot est enterré à Reims.