YVES DENIAUD

Vue 328 fois

Profession:
Acteur et chansonnier français.

Date et lieu de naissance:
06-12-1901, à Paris 11e au 18 rue d’Angoulême, France.

Date et lieu du décès:
07-12-1959, à l'hôpital Necker, Paris 15e, France.

Cause du décès:
D'un cancer à l'âge de 58 ans.

Nom de naissance:
Yves Hyacinthe Deniaud.

État civil:
Époux de Clotilde Jeannot.

Taille:
?

Commentaires: 0

Anecdotes


Louis Jouvet et Yves Deniaud - Dans le film de 1950 : Knock


photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie


Colette Mars et Yves Deniaud - Dans le film de 1954 : Leguignon guérisseur


Yves Hyacinthe Deniaud, acteur de théâtre, de cinéma, de radio, également chansonnier, voit le jour le 6 décembre 1901 dans le 11e arrondissement de Paris. Peu d’information circule sur son enfance et sur sa vie privée, on sait juste qu’il débute comme camelot, bonimenteur et vendeur à la sauvette dans les rues de Paris pour gagner sa vie.

Au début des années 30, il rencontre Jacques Prévert à Saint-Germain-des-Prés, qui l’invite à jouer au théâtre du Groupe Octobre des pièces à connotation politique. Fin 1938, il acquit une certaine notoriété avec Paul Frankeur, dans un numéro de duettistes barbus créé par Fabien Loris et joué au cabaret-théâtre de la chanteuse Agnès Capri.

Il eu aussi son heure de gloire sur les antennes de Radio Luxembourg. En 1940 on écoutait sa gouaille parigote dans une émission hebdomadaire semi-comique intitulée « Le tribunal » où il relatait les aventures du lampiste Leguignon, un brave ouvrier plein de bon sens et au verbe expressif qui passait sans arrêt en jugement pour des faits qu’il n’a pas commis et qui était systématiquement condamné par le juge (Pierre Destailles). Un genre populiste qui semble avoir inspiré l'illustre « Tribunal des flagrants délires » de Claude Villers et Pierre Desproges. (Une version cinématographique sera adaptée au grand écran en 1951 par Maurice Labro).

Chansonnier au cabaret de la République et à la Rose Rouge, puis au Caveau de la République où il interpréta entre autres dans les années 50 des versions argotiques des Fables de La Fontaine, et des contes de Perrault, on lui doit aussi des textes du poète Gaston Couté.

Entre temps, Yves Deniaud est entré au cinéma. La calvitie précoce; les yeux vifs, le nez ironique, la moustache touffue et toujours la plaisanterie sur les lèvres, il tourna à tout-va, un grand nombre de divertissements populaires, mais en dehors du comique ballot, où on le cantonna, il ne rata pas l’occasion d’un rôle plus ciselé qu’on lui proposait.

Premier pas devant les caméras en 1935 où toute sa personnalité de bon vivant va s’éclater durant une trentaine d’années, jouant le français moyen, le gars débrouillard toujours avec le mot pour rire. Il joue un policier en civil dans « Drôle de drame » de Marcel Carné, d'après un scénario et dialogues de Jacques Prévert avec Louis Jouvet et Michel Simon ; un bonimenteur dans « Les Gens du voyage » (1938) de Jacques Feyder ; le vendeur d’un bazar dans « Le récif de corail » (1939) de Maurice Gleize avec Jean Gabin et Michel Morgan ; le bonimenteur au musée du crime dans le drame policier « La tradition de minuit » (1939) de Roger Richebé avec Pierre Larquey, Alexandre Rignault et Viviane Romance ; un petit rôle de facteur jovial dans « Les surprises de la radio » (1940) de Marcel Aboulker ; un vendeur arabe dans le film colonial de Maurice Gleize « L'appel du bled » (1942) avec Madeleine Sologne et Gabrielle Dorziat.

Caracolant dans tous les genres, il se voit affubler de surnoms fantaisistes tel ; Tatave dans la comédie policière « Signé illisible » (1942) de Christian Chamborant ; Pénelan dans « Le Comte de Monte-Cristo » (1943) de Robert Vernay, avec Pierre Richard-Willm jouant Edmond Dantès et Michèle Alfa Mercédès sa fiancée ; Mirandole dans « Domino » (1943) de Roger Richebé avec Fernand Gravey et Simone Renant ; Machepied dans le drame policier « Cécile est morte » (1944) de Maurice Tourneur avec Santa Relli dans le rôle titre et Albert Préjean, le commissaire Maigret ; Gilbert dit: Patte de velours dans « L'extravagante Mission » (1945) d’Henri Calef.


Yves Deniaud - Dans le film de 1943 : Adieu Léonard


Citons encore quelques petits rôles truculents tels : un petit truand farfelu nommé Maclou dans « L'Arche de Noé » (1947) d’Henry Jacques ; Truche, donnant la réplique Louis Salou et Viviane Romance dans une dramatique « La colère des dieux » (1947) de Carl Lamac. Il endosse l’habit du sergent Brocard dit Lafleur de l'armée impériale napoléonienne dans « Barry » (1949) de Richard Pottier ; Le sergent Poirier dans le régiment des sapeurs-pompiers de Paris dans « La bataille du feu » (1949) de Maurice de Canonge avec Michel Galabru en sapeur-pompier ; Antoine le clochard dans « Millionnaires d'un jour » (1949) d’André Hunebelle avec Gaby Morlay et Pierre Brasseur.

Il obtient enfin quelques rôles dramatiques où s’efface son coté fantasque, celui de l’inquiétant patron de bistrot dans un sombre mélodrame d’après guerre « Un homme marche dans la ville » (1950) un film d'une noirceur sans complaisance, signé Marcel Pagliero avec Ginette Leclerc, Jean-Pierre Kerien, Frehel et Dora Doll; puis campe un gangster, le complice d'Andrex , le chef de la bande avec un Fernandel somnambule et pickpocket dans « Boniface somnambule » (1951) de Maurice Labro ; l'inspecteur-chef Bonnardel qui enquête sur une sale histoire de meurtre d'un riche industriel dans « Ouvert contre X » (1952) de Richard Pottier avec Elina Labourdette, Robert Dalban et Henri Crémieux ; il excelle avec virtuosité dans le rôle du commissaire de police implacable Lussac dans le film noir « Le couteau sous la gorge » (1956) de Jacques Séverac, enquêtant avec l’aide d’un chinois dit Pacos (Jean Chevrier), sur le kidnapping du fils d'un chirurgien (Jean Servais) dont la rançon a été payée sans obtenir la libération de l'enfant enlevé, s’ensuit une véritable chasse à l'homme sur le port de Marseille.

Après ces épisodes policiers où il fit montre d’un excellent talent dramatique, il revient aux rôles plus enjoués ; il est le patient de Louis Jouvet qui lui pose la question > dans « Knock » (1951) de Guy Lefranc ; le paysan auquel le roi Henri IV (Gaston Rey) lui promet la poule au pot dans « Si Versailles m'était conté » (1954) de Sacha Guitry.

Il reprend son personnage radiophonique celui de Leguignon dans « Leguignon guérisseur » (1955) de Maurice Labro où il a le don de guérir et devient rapidement un magnétiseur réputé mais cela va le conduire en correctionnelle puis en prison pour une quinzaine de jours, ulcéré, il décide de ne plus prodiguer de soins mais les malades ne le laissent pas en repos, et celui de l'abbé Pellegrin dans « Mon curé chez les pauvres » (1956) d’Henri Diamant-Berger avec Arletty et Raymond Bussières.

Il est encore le chef de bande Pépito qui dirige avec autorité les agissements d'une bande de petits malfrats dans « Ce joli monde » (1957) de Carlo Rim avec entre autres Darry Cowl, Noël Roquevert et Micheline Dax et celui de Roderick, un saltimbanque dans une comédie musicale genre western « Sérénade au Texas » (1958) de Richard Pottier avec Luis Mariano, Bourvil et Germaine Damar.

Il termine sa prolifique carrière avec « Nuits de Pigalle » (1959) de Georges Jaffé où il dirige un cabaret qui est fréquenté par de faux maharadjahs avec Danielle Godet qui deviendra une véritable vedette grâce à l’un deux.

Yves Deniaud dont on reconnaît plus familièrement son visage à l’écran que de se souvenir de son nom fut l'un des meilleurs serviteurs du type parigot gouailleur et rouspéteur de la grandeur du cinéma français des années 40/50 Bien qu’il obtint rarement le premier rôle voire quelques fois juste un passage le temps d’une réplique, (d’ailleurs il s’en accommodait avec bonne humeur), il finit par acquérir une authentique popularité.


Fut’il marié, avait’il des enfants ? on ne sait pas. L’acteur décède lendemain de son 58e anniversaire d’un cancer le 7 décembre 1959, il repose au cimetière Nord de Clichy dans les Hauts-de-Seine…

Source : Gary Richardson - Fait le 13 octobre 2021 par Philippe de CinéMémorial.


Filmographie


Yves Deniaud et Paul Frankeur - Dans le film de 1953 : L'Étrange désir de Monsieur Bard


96 LONGS MÉTRAGES DÉTAILLÉS
_________________________________

1958 - SÉRÉNADE AU TEXAS

1958 - NUITS DE PIGALLE

1958 - MOUCHARDE .LA

1957 - QUAND LA FEMME S'EN MÊLE

1957 - CE JOLI MONDE

1956 - MON CURÉ CHEZ LES PAUVRES

1956 - COPAINS DU DIMANCHE .LES

1956 - COLONEL EST DE LA REVUE .LE

1955 - ON DÉMÉNAGE LE COLONEL

1955 - COUTEAU SOUS LA GORGE .LE

1954 - LEGUIGNON GUÉRISSEUR

1954 - HUIS CLOS

1954 - FANTAISIE D'UN JOUR

1954 - CHIFFONNIERS D'EMMAÜS .LES

1953 - SI VERSAILLES M'ÉTAIT CONTÉ

1953 - ÉTRANGE DÉSIR DE MONSIEUR BARD .L'

1953 - CRAINQUEBILLE

1953 - CHASSEUR DE CHEZ MAXIM'S .LE

1953 - AUTANT EN EMPORTE LE GANG

1952 - OUVERT CONTRE X

1952 - MON CURÉ CHEZ LES RICHES

1952 - LOTERIE DU BONHEUR .LA

1952 - BERGÈRE ET LE RAMONEUR .LA

1952 - BANQUET DES FRAUDEURS .LE

1951 - ROI DES CAMELOTS .LE

1951 - MONSIEUR LEGUIGNON LAMPISTE

1951 - MAISON BONNADIEU .LA

1951 - DEUX GOSSES .LES

1951 - BONIFACE SOMNAMBULE

1950 - ROSE ROUGE .LA

1950 - PEAU D'UN HOMME .LA

1950 - KNOCK

1950 - FEMMES SONT FOLLES .LES

1949 - ON DEMANDE UN ASSASSIN

1949 - MONSEIGNEUR

1949 - MILLIONNAIRES D'UN JOUR

1949 - JEAN DE LA LUNE

1949 - HOMME MARCHE DANS LA VILLE .UN

1949 - HÉROÏQUE MONSIEUR BONIFACE .L'

1949 - BATAILLE DU FEU .LA

1949 - AU P'TIT ZOUAVE

1949 - 84 PREND DES VACANCES .LE

1948 - SIGNAL ROUGE .LE

1948 - FANTÔMAS CONTRE FANTÔMAS

1948 - BARRY

1948 - ARMOIRE VOLANTE .L'

1948 - AMANTS DE VÉRONE .LES

1947 - PAS SI BÊTE

1947 - IDOLE .L'

1947 - FANTÔMAS

1947 - CARRÉ DE VALETS

1946 - FOIRE AUX CHIMÈRES .LA

1946 - COLÈRE DES DIEUX .LA

1946 - ARCHE DE NOÉ .L'

1945 - TENTATION DE BARBIZON .LA

1945 - PART DE L'OMBRE .LA

1945 - MESSIEURS LUDOVIC

1945 - LEÇON DE CONDUITE

1945 - JÉRICHO

1945 - EXTRAVAGANTE MISSION .L'

1945 - COUPLE IDÉAL .LE

1943 - VIE DE PLAISIR .LA

1943 - SERVICE DE NUIT

1943 - PREMIER DE CORDÉE

1943 - FLORENCE EST FOLLE

1943 - FEU NICOLAS

1943 - DOMINO

1943 - CÉCILE EST MORTE

1943 - ADIEU LÉONARD

1943 - À LA BELLE FRÉGATE

1942 - SIGNÉ ILLISIBLE

1942 - LETTRES D'AMOUR

1942 - DES JEUNES FILLES DANS LA NUIT

1942 - COMTE DE MONTE-CRISTO .LE

1942 - BIENFAITEUR .LE

1942 - APPEL DU BLED .L'

1941 - FEMME DANS LA NUIT .UNE

1941 - DEUX TIMIDES .LES

1941 - DÉPART À ZÉRO

1940 - TOBIE EST UN ANGE

1940 - FAUSSE ALERTE

1939 - TRADITION DE MINUIT .LA

1939 - SURPRISES DE LA RADIO .LES

1939 - QUARTIER LATIN

1939 - HÉRITIER DES MONDÉSIR .L'

1939 - DÉSERTEUR .LE

1939 - DERNIÈRE JEUNESSE

1939 - ANGÉLICA

1938 - RUISSEAU .LE

1938 - RÉCIF DE CORAIL .LE

1938 - PRISONS DE FEMMES

1938 - JE CHANTE

1937 - GENS DU VOYAGE .LES

1937 - DRÔLE DE DRAME

1936 - RIGOLBOCHE

1935 - CRIME DE MONSIEUR LANGE .LE

 

3 COURTS MÉTRAGES :
______________________________________________

1949 - APPEL D'YVES DENIAUD
Court métrage et documentaire anonyme - Dans son propre rôle

1949 - SÉRAPHINS ET TRUANDS
Court métrage de René Sti

1945 - COMÉDIENS AMBULANTS

 

SA PARTICIPATION POUR LA TÉLÉVISION
____________________________________________

1959 - ANGE DE MISÉRICORDE .L'
Réal. : François Gir

1958 - AIRS DE FRANCE
Série TV - Épisode : Là-haut de Jean-Paul Carrère

1956 - AFFAIRE VOUS CONCERNANT
De Claude Loursais

1955 - MONSIEUR BROTONNEAU
De François Gir - Dans le rôle de : M. Brotonneau

 

_______________________FIN_____________________

commentaires (0)