TYRONE POWER

Vue 13280 fois

Profession:
Acteur, producteur et homme de théâtre américain.

Date et lieu de naissance:
05-05-1914, à Cincinnati, Ohio, États-Unis.

Date et lieu du décès:
15-11-1958, à Madrid, Espagne - Incinéré au Hollywood Memorial Cemetery, Hollywood, Californie, États-Unis.

Cause du décès:
D'une crise cardiaque à l'âge de 44 ans.

Nom de naissance:
Tyrone Edmund Power Jr. - Surnom : Ty.

État civil:
Marié le 23 avril 1939 avec l'actrice : ANNABELLA - divorcé le 26 janvier 1948.
Une fille adoptive Anne Power (Fille d'Annabella)

Marié le 23 janvier 1949 avec l'actrice : LINDA CHRISTIAN - divorcé le 07 août 1956.
Ils eurent deux filles : Romina Francesca Power, (née en 1951) et Taryn Power, (née en 1953)

Marié le 07 mai 1958 avec : DEBBIE ANN MINARDOS - jusqu'au décès de Tyrone en 1958.
Ils eurent un fils : Tyrone William Power IV, (né en 1959)

Liaison avec l'actrice : JUDY GARLAND (pas de date)

Liaison avec l'actrice : LANA TURNER (vers 1945-46)

Taille:
(178 cm)

Commentaires: 0

Anecdotes

fils unique de l'acteur anglais Frederick Tyrone Edmond Power, (né en 1869 décédé en 1931) et de l'actrice Helen Emma "Patia" Reaume

1 Sœur Anne (née en 1915).

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Power est aviateur dans l'United States Marine Corps.

Ironie du sort : son père Frederick Power était mort dans les mêmes conditions que son fils sur un plateau de cinéma.

Le 07 mai 1958, il se marie avec Debbie Ann Minardos jusqu'à son décès prématuré.
De ce fait, ne connut jamais le fils que Deborah mettrait au monde deux mois plus tard. Ce fils, il l'avait désiré de toutes ses forces afin de perpétuer la lignée théâtrale des Power. Décède d'une attaque cardiaque à Madrid en Espagne, lors du tournage de Salomon et la reine de Saba (Solomon and Sheba) en 1958, à l'âge de 45 ans (il est remplacé dans le film par Yul Brynner).

 

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à TYRONE POWER

 

 

Ajout de la vidéo le 06 juillet 2009

 

 

 

Il était beau comme un jeune dieu. " Et ce fut son châtiment ", dirent quelques cyniques lorsqu'ils apprirent que Tyrone Power venait d'être foudroyé en plein tournage de " Salomon et la Reine de Saba " à Madrid. Déplorable oraison funèbre, injuste aussi car personne n'était plus conscient de cette " infortune " d'être né séduisant que ce comédien passionné qui valait beaucoup mieux, parce que authentiquement doué, que ce qu'on lui fit faire durant ses années dorées chez Fox, dont il fut le N° 1, chef de file dès ses débuts au cinéma à une époque où la séduction physique constituait en quelque sorte le meilleur des passeports vers la célébrité. Mais, si au début, il fut flatté par cette adoration des femmes à son égard, ce sentiment ne dura guère. Au contraire, cela l'excéda bien vite et il joua au solitaire non par pose ou pour se rendre intéressant mais tout simplement, parce qu'il n'y avait aucune n'ombre de fatuité chez ce garçon intelligent, lucide, qui cachait mal une timidité authentique. Il avait aussi la pudeur de ses sentiments.

Dans son harmonieuse demeure de West Pico Boulevard, à Beverly Hills. Dans une pièce qui était sa chambre secrète, son tabernacle professionnel. Au mur, des affiches de théâtre et celles dont il était le plus fier, ce n'étaient pas celles où son nom s'étalait en caractères grands comme ça mais celles relatives aux pièces que son père, Tyrone Power Senior, avait jouées. Quand il parlait de l'auteur de ses jours, c'était avec une fierté qu'il ne cherchait nullement à déguiser. Je crois avoir dit qu'il n'était pas le moins du monde vaniteux.

Devant ce métier qui lui avait tellement apporté, la fortune, l'adulation des foules, la réalisation de presque tous ses rêves, si pas nécessairement la consécration de ses authentiques dons, Il avait réussi à rester humble. il souhaitait, dit-il, "que vienne le plus vite possible la maturité car je pourrai alors laisser au vestiaire tous mes détestables oripeaux de jeune premier romantique". C'est ce dont il avait le plus horreur.

Il est mort comme souhaitent mourir ceux qui exercent l'art dramatique avec une foi totale : en scène, Non au théâtre mais au cinéma, en tournant un film qui, normalement, aurait dû lui apporer un triomphe personnel. George Saniers, à qui il livrait une bataille fictive, n'a raconté comme il vit son vieil ami Ty ils avaient fait plusieurs films ensemble et avaient donc eu le temps d'apprendre à se connaître, s'effondrer soudain avec, sur le visage, une expression indéfinissable. On crut qu'il avait tout simplement trébuché et on se porta à son secours, mais déjà il était trop tard. Il rappelle aussi que Ty lui avait dit : Ce film sera celui de ma maturité ". Et George, le cynique par excellence, l'homme qui ne croyait plus à grand-chose mais quand même encore à l'amitié, avait ajouté : " Ce jour-là j'ai pleuré comme un enfant. Je ne pouvais out simplement pas réaliser qu'une venait de prendre fin devant mes yeux... ".

Tyrone Power fut en quelque sorte le pendant masculin d'Elizabeth Taylor. Le drame de celle-ci fut aussi d'être trop belle et cela suffisait pour qu'on lui déniât tout talent. Mais le génie chez elle est venu avec les premières rides, il est vrai imperceptible, et la maturité lui a apporté ses plus authentiques succès. Il en aurait sans doute été de même avec Ty. Pendant vingt ans, ii a dû se contenter d'histoires la plupart du temps insipides, spéculant outrancièrement sur son charme de bien-aimé. Il s'est alors tourné vers le théâtre comme un naufragé s'accroche à une bouée de sauvetage. Il y a été, notamment, le héros de " Mr. Roberts ", jouant le rôle qu'Henry Fonda marqua d'une empreinte si profonde. Avec son grand ami, combien admiré !

Charles Laughton, il a donné des soirées de lectures de grands textes littéraires comme " John Brown's Body " et donné la réplique à l'une des plus grandes comédiennes de la scène américaine, Katherine Cornell. Et le Ty du théâtre sut être bien différent de celui que les cinéphiles connaissaient : là, le don de soi était total.

Ce garçon équilibré, qui doit sa chance de popularité à Virginia Zanuck, femme de Darryl, elle attira l'attention de celui-ci sur un débutant dont ce grand manitou du cinéma américain n'avait pas directement deviné les possibilités, provoqua bien vite un raz de marée aussi impétueux que Clark Gable dans un studio voisin. Aujourd'hui que les vedettes se sont démocratisées en désertant leur piédestal, on n'a pas plus idée des proportions que pouvait prendre une idolâtrie comme celle dont Ty Power devint l'objet. Il avait toutes les femmes américaines à ses pieds et les Européennes et asiatiques allaient suivre. On le fiança d'innombrables fois, entre autres à Sonja Henie avec qui il fit deux films. C'est pourtant une divorcée française, Annabella, qu'il choisit pour compagne. Peut-être leur union aurait-elle duré plus longtemps si la guerre n'avait éclaté et Ty partit faire son devoir comme tous les jeunes Américains. Lorsqu'il revint, il n'était plus le même homme, il avait moralement vieilli, n'attachant plus la même importance à certaines choses. Et une autre femme était entrée dans sa vie : Lana Turner. Elle brûlait la vie avec une frénésie rare. En somme, ils étaient aux antipodes l'un de l'autre mais on sait que ce simple fait peut rapprocher irrésistiblement deux êtres diamétralement opposés.

Ty était résolu à épouser Lana à son retour de Rome où l'appelaient brièvement des raisons professionnelles. Est-ce par désœuvrement que la belle passa une soirée à New York avec Frank Sinatra qui lui avait jadis fait une cour empressée ? Il est évident que Ty fut rapidement informé par quelques bonnes âmes et il rompit sur-le-champ. Pour tomber peu de temps après entre les griffes acérées d'une jolie panthère appelée Linda Christian. Une femme d'expérience. Cette union se serait défaite rapidement s'il n'y avait eu le lien de deux filles que leur père idolâtrait. Néanmoins, la graine de discorde avait poussé de profondes racines et, divorcé pour la deuxième fois, Ty Power épousa une autre divorcée, Deborah Montgomery Minardos qui n'allait jouer qu'un rôle très court dans la vie de son mari : marié en mai, il fut terrassé par un infarctus en novembre. Et de ce fait, ne connut jamais le fils que Deborah mettrait au monde deux mois plus tard. Ce fils, il l'avait désiré de toutes ses forces afin de perpétuer la lignée théâtrale des Power. Et Arthur Loew Jr., que Deborah devait épouser ensuite, elle a divorcé depuis, lui a donné son nom, afin qu'il puisse hériter de sa fortune. Si jamais Tyrone Jr. se décide à suivre la carrière paternelle, il devra reprendre un nom célèbre dans les annales théâtrales américaines. Mais, jusqu'à présent, l'hérédité n'a pas joué...

 

Source : C.T.R. - Mise à jour le 06 novembre 2011 par Philippe de CinéMémorial.

 

 

Filmographie

 

52 LONGS MÉTRAGES DÉTAILLÉS
_________________________________

1958 - SALOMON ET LA REINE DE SABA

 

1957 - TÉMOIN À CHARGE

 

1957 - POUR QUE LES AUTRES VIVENT

 

1957 - QUAND SE LÈVE LA LUNE

 

1957 - SOLEIL SE LÈVE AUSSI .LE

 

1956 - TU SERAS UN HOMME MON FILS

 

1955 - TANT QUE SOUFFLERA LA TEMPÊTE

 

1955 - ÉTREINTE DU DESTIN .L'

 

1955 - CE N’EST QU’UN AU REVOIR

 

1953 - CAPITAINE KING

 

1952 - GENTILHOMME DE LA LOUISIANE .LE

 

1952 - DERNIÈRE FLÈCHE .LA

 

1952 - COURRIER DIPLOMATIQUE

 

1951 - GRAND CHOC .LE

 

1951 - ATTAQUE DE LA MALLE-POSTE .L'

 

1950 - GUÉRILLAS

 

1950 - ROSE NOIRE .LA

 

1949 - ÉCHEC À BORGIA

 

1949 - SCANDALE EN PREMIÈRE PAGE

 

1948 - ÉNIGMATIQUE MONSIEUR HORACE .L'

 

1947 - CHARLATAN .LE

 

1947 - CAPITAINE DE CASTILLE

 

1946 - FIL DU RASOIR .LE

 

1943 - REQUINS D'ACIER

 

1942 - CYGNE NOIR .LE

 

1942 - CHEVALIER DE LA VENGEANCE .LE

 

1942 - ÂMES REBELLES

 

1941 - ARÈNES SANGLANTES

 

1941 - YANKEE DANS LA R.A.F. .UN

 

1940 - SIGNE DE ZORRO .LE

 

1940 - ODYSSÉE DES MORMONS .L'

 

1940 - JOHNNY APOLLO

 

1939 - DÎNER D'AFFAIRES

 

1939 - BRIGAND BIEN-AIMÉ .LE

 

1939 - FILLE DU NORD .LA

 

1939 - MOUSSON .LA

 

1939 - ROSE DE BROADWAY .LA

 

1938 - SUEZ

 

1938 - MARIE-ANTOINETTE

 

1938 - FOLLE PARADE .LA

 

1937 - J'AI DEUX MARIS

 

1937 - INCENDIE DE CHICAGO .L'

 

1937 - NUITS D'ARABIE

 

1937 - PRINCE X .LE

 

1937 - CAFÉ MÉTROPOLE

 

1937 - AMOUR EN PREMIÈRE PAGE .L'

 

1936 - PACTE .LE

 

1936 - DORTOIR DE JEUNES FILLES

 

1936 - QUATRE FEMMES À LA RECHERCHE DU BONHEUR

 

1935 - NORTHERN FRONTIER

 

1934 - MADEMOISELLE GÉNÉRAL

 

1932 - CADETS AMÉRICAINS

 

_______________________FIN_____________________

commentaires (0)