Accueil   |   Acteurs   |   Nouvelles   |   Filmographie   |   Liens   |   Livre d'or   |   Contact
SILVIA MONFORT
Cette page a été vue 5797 fois
        

INFORMATIONS :

 

Profession :

 

Comédienne et directrice de théâtre français.

Date et lieu de naissance :

07-06-1923, à Paris, France.

Date et lieu du décès :

30-03-1991, à Paris, France.
Inhumée au cimetière du Père-Lachaise.

Cause du décès :

Cancer du poumon à l'âge de 68 ans.

Nom de naissance :

Simonne Marguerite Favre-Bertin.

État civil :

Mariée en 1945 avec l'écrivain : MAURICE CLAVEL - Divorcée en 1955.

Mariée en 1955 avec le réalisateur : JEAN-PAUL LE CHANOIS - Divorcée en 1962.

Mariée en 1963 avec : PIERRE GRUNEBERG - Jusqu'au décès de Silvia en 1991.

Taille :

 

ANECDOTES :

 

 

Fille du sculpteur Charles Favre-Bertin et épouse de Pierre Gruneberg, cette comédienne talentueuse a été une militante inlassable du théâtre populaire.

Récompenses :

1973 : Chevalier de la Légion d'honneur

1979 : Officier des Arts et Lettres

1983 : Commandeur des Arts et Lettres

                              

 

 

Ajouter votre commentaire

 


SA BIOGRAPHIE

 

Elle a peine vingt ans lorsque, devant son domicile rue Visconti, Silvia est remarquée par Robert Bresson qui lui propose d'être son interprète à l'écran. Son jeu est si percutant qu'aussitôt le milieu du cinéma s'intéresse à cette jeune fille talentueuse. Après une dizaine de films, elle se tourne vers la scène. C'est au côté de son mari, le dramaturge Maurice Clavel, qu'elle commence à se passionner pour le théâtre d'avant-garde. Elle incarne Garcia Lorca, Ugo Betti, travaille avec Jean Vilar, joue Sartre, Anouilh et les classiques. Devenue directrice du Carré Thorigny, elle y monte des pièces parfois difficiles mais toujours enthousiasmantes. En tant que romancière, elle a signé plusieurs ouvrages comme Il ne m'arrivera rien, Aimer qui vous aime, Le droit chemin et L'amble. Elle s'éteint d'un cancer du poumon à Paris, à 68 ans.

Lettres à Pierre :
C'était au temps où les êtres qui s'aimaient s'écrivaient vraiment, en français, pas en phonétique... Les cellulaires n'existaient pas... Silvia Monfort, elle, existait vraiment... plus encore à travers le prisme magique de l'amour qui illumine cette correspondance qui allait durer 28 ans avec son compagnon qui deviendrait son époux Pierre Gruneberg : profession : "maître-nageur", je vous vois sourire, prisonniers d'un cliché (un de plus !). Un maître-nageur, fusse-t-il bel homme, peut aussi être intelligent. La preuve... On imagine mal Silvia Monfort faisant partager à un être qui serait superficiel, à travers plus de 1700 lettres, et durant un quart de siècle, la passion de son art : le théâtre dans ce qu'il avait de plus noble...

Un amour, que les années, et l'éloignement a rendu plus intense, plus vrai, un amour transcendé par les mots. Cette correspondace amoureuse superbe est aussi un témoignage, celui d'une de nos plus grandes actrices qui s'est battue pour que vive le grand théâtre classique et les auteurs contemporains, en leur temps d'avant-garde... Le monde artistique, politique, culturel, habite ces lettres qui se devaient d'être publiées. L'écrivain François Nourissier de l'Académie Goncourt en a été le premier convaincu, ami de l'actrice, il signe la préface de l'ouvrage. La femme engagée qui a participé à la Libération de Chartres au côté de Maurice Clavel, décorée par le Général de Gaulle et par le Général Patton, la femme de culture éprise de Sophocle, Racine, mais aussi de Lorca, de Cocteau, l'Electre, la Phèdre inoubliable et inimitable, le sphinx de "La machine Infernale" revivent au fil de lettres d'amour. Le "Carré Silvia Monfort", le "Carré Thorigny", La saison sous le Chapiteau des Gruss au Jardin d'Acclimatation, revivent eux aussi, son dernier combat : contre la maladie, est évoqué avec une extrème pudeur...

C'était au temps où les gens qui s'aimaient s'écrivaient en prenant le temps de se le dire avec de vrais mots dans cette belle langue française qui se meurt : faute d'amour et... de combattants !
Silvia Monfort : "Lettres à Pierre" (1965-1991) réunies par Danielle Netter. (Ed. du Rocher)

 

Source : Viviane Le Ray - Mise à jour le 23 janvier 2011 par Philippe de CinéMémorial.

 

 
Ajouter votre commentaire

 

 

15 INTERPRÉTATIONS

 

1963 - ITINÉRAIRE MARIN .L'

 

1962 - MANDRIN MET LE FEU AUX POUDRES

 

1960 - FRANÇAISE ET L'AMOUR .LA

 

1959 - PAR-DESSUS LE MUR

 

1958 - MISÉRABLES .LES

 

1958 - DU RIFIFI CHEZ LES FEMMES

 

1956 - CAS DU DOCTEUR LAURENT .LE

 

1956 - CE SOIR LES JUPONS VOLENT

 

1956 - THÉÂTRE NATIONAL POPULAIRE .LE

 

1955 - ÉVADÉS .LES

 

1954 - POINTE COURTE .LA

 

1948 - SECRET DE MAYERLING .LE

 

1948 - AIGLE À DEUX TÊTES .L'

 

1947 - GRANDE MAGUET .LA

 

1943 - ANGES DU PÉCHÉ .LES

 

*******************************************************

 

09 INTERPRÉTATIONS POUR LA TÉLÉ ET 1 COURT MÉTRAGE

 

1982 - EMMENEZ-MOI AU THÉÂTRE : PHÈDRE

Téléfilm

Réal : Jean Kerchbron

Avec Alain Cuny, Eléonore Hirt, Gérard Ismaël, Nathalie Jadot


1981 - CONVERSATIONS DANS LE LOIR-ET-CHER

Téléfilm

Réal : Yvon Gérault

Scénario, adaptation et interprète

Avec Daniel Gélin, Georges Géret, Robert Rimbaud


1980 - VIE DE PIERRE DE COUBERTIN .LA

Téléfilm

Réal : Pierre Cardinal

Uniquement le scénario.


1979 - MARÉCHALE D'ANCRE .LA

Téléfilm

Réal : Jean Kerchbron

Avec Jean-Pierre Bisson, Philippe Clay, Jean-François Poron, Jean Cassies


1975 - JEAN MARAIS, ARTISAN DU RÊVE

Court métrage - Uniquement narratrice)

Réal : Gérard Devillers -- Dans son propre rôle : Jean Marais


1975 - POURQUOI LA ROBE D'ANNA NE VEUT PAS REDESCENDRE

Téléfilm

Réal : Armand Ridel

Avec Bernard Giraudeau, André Gruss, Sandy Gilson, Claude Velly


1972 - BUNKER .LE

Téléfilm

Réal : Lazare Iglesis

Avec Jean Topart, François Chaumette, Jacques Duby, Claude Winter


1967 - GUERRE DE TROIE N'AURA PAS LIEU .LA

Téléfilm

Réal : Marcel Cravenne

Avec Caroline Cellier, Maria Mauban, Daniel Ivernel, Michel Etcheverry


1965 - ROI LEAR .LE

Téléfilm

Réal : Jean Kerchbron

Avec Michel Etcheverry, Jean-Paul Moulinot, François Chaumette


1963 - MACHINE INFERNALE .LA

Téléfilm

Réal : Claude Loursais

Avec Claude Giraud, Germaine Montero, André Thorent, Jean Négroni


Commentaires

Nom :daltrozzo annie
Date :19-05-2009 18:57:39
Commentaire :je l'admirais.un jour à Paris, je descendais de voiture. elle était là tout près de moi, elle se dirigeait vers le Théâtre des Champs Elysées. sans doute elle ne m'a pas vue mais moi étonnée je l'ai suivie d'un regard admiratif et son compagnon me voyant la reconnaître eu un petit sourire complice...
Nom :iffic
Date :17-12-2011 13:57:49
Commentaire :une tres grande dame; je cherche le nom de son fils chanteur qui je crois a participer a l eurovision dans annees 1960 70
Ajouter un commentaire:
Nom:
Email:
Commentaire:
Question de sécurité: quel est le nom de ce site ?