ROBERT RYAN

Vue 8406 fois

Profession:
Acteur américain.

Date et lieu de naissance:
11-11-1909, à Chicago, Illinois, États-Unis.

Date et lieu du décès:
11-07-1973, à New York, dans l'État de New York, États-Unis.

Cause du décès:
D'un cancer de la lymphe à l'âge de 63 ans.

Nom de naissance:
Robert Bushnell Ryan.

État civil:
Marié le 11 mars 1939 avec : JESSICA CADWALADER - jusqu'au décès de Jessica en 1972.
Robert Ryan mourut un an plus tard en 1973.

Ils eurent trois enfants : Chevney, Timothy et Lisa.

Taille:
(193 cm)

Commentaires: 0

Anecdotes

Fils de Yimothy Ryan et de Mabel Bushnell.

La famille Ryan a vécu à New York dans le même immeuble que John Lennon et Yoko Ono, le Dakota, dans la 72ème rue. C'est dans le hall de cet immeuble que John Lennon fut assassiné par Mark David Chapman le 8 décembre 1980.

Fait le 05 mars 2010 par Philippe de CinéMémorial.

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à ROBERT RYAN.

 

Source de la vidéo : Ladymoviestar1 -- You Tube -- Ajout de la vidéo le 01 juin 2013 par Philippe de CinéMémorial

 

 

 

Cet acteur américain, connu pour ses rôles fréquents de flics endurcis et de bandits impitoyables, est un des plus puissants de sa génération. Il est né le 11 novembre 1909 à Chicago (Illinois) de parents émigrés irlandais, Timothy Ryan et Mabel Bushnell.

Robert Ryan épousera Jessica Cadwalader le 11 mars 1939. De leur union sont nés deux fils, Cheyney et Timothy, et une fille, Lisa.

Étudiant pendant 4 ans au Dartmouth College (New Hampshire), un des plus anciens établissements supérieurs américains, il détient durant toute cette période le titre de champion de boxe poids lourd (1 m 93 pour 89 Kg) de l'Université.

Après quelques petits boulots, il souhaite travailler dans le monde du spectacle et devenir dramaturge, il s'établit à Hollywood. Pour subvenir à ses besoins, il fait quelques apparitions sur scène et dans des films de la Paramount en 1940. Il prendra des cours d'art dramatique avec Max Reinhardt et Stanislavski qui lui enseigneront un jeu sobre et maîtrisé.

En 1943, il obtient un rôle secondaire dans un film de propagande à la gloire de l' U.S. Air Force (" Bombardier " avec Randolph Scott) produit par la RKO. Il signe un contrat avec cette compagnie qui l'emploiera dans 6 films la même année, en lui confiant des rôles toujours plus importants.

Il est enrôlé en 1944 dans les fusiliers marins et devient instructeur au camp de Pendleton à San Diego (Californie). Il y fait la connaissance de l'écrivain et futur metteur en scène Richard Brooks, sous la direction duquel il tournera dans " Les Professionnels ", 22 ans plus tard.

En 1947, il rejoint Hollywood et la RKO. Edward Dmytryk lui offrira dans " Feux croisés ", une adaptation d'un roman de Richard Brooks, le rôle de Montgomery, antisémite névrosé, assassin d'un soldat juif, qui commettra un second crime pour éloigner les soupçons des enquêteurs. Son interprétation alliant une force haineuse à une inquiétante fragilité lui valut une nomination aux Oscars.

La carrière de Robert Ryan est définitivement lancée. Il travaillera notamment avec Nicholas Ray, Robert Wise, Samuel Fuller. Il s'illustrera dans différents genres : films noirs, westerns, films de guerre.

Ses rôles les plus marquants.

Bill 'Stoker ' Thompson dans " Nous avons gagné ce soir " de Robert Wise (1949). Un boxeur en fin de carrière persuadé qu'il peut encore gagné un ultime combat. Son manager, qui ne croit pas en ses chances, le trahira en concluant un marché avec son adversaire. Stoker doit se " coucher ". Sa victoire lui vaudra une sévère punition.

Jim Wilson dans " La maison dans l'ombre " de Nicholas Ray (1952). Un policier frustré, solitaire et violent, qui retrouvera son humanité grâce à la sœur infirme d'un assassin. Un film dont la production (Howard Hughes) modifiera la fin en la rendant lénifiante.

Dans " L'Appât " d'Anthony Mann (1953), il campe Ben, un hors-la-loi, séducteur au sourire cynique, captif de trois chasseurs de primes. Son interprétation rusée parvient à faire douter de la culpabilité de son personnage et fait ressortir les plus vils instincts de ses geôliers.

Un rôle inoubliable encore dans un film moins achevé : la crapule odieuse et vieillissante, Earle Slater, qui poursuit de sa haine raciste son équipier noir Johnny Ingram (Harry Bellafonte) dans " le coup de l'escalier " de Robert Wise (1959). Ils périront tous deux carbonisés rendant impossible l'identification des deux corps.

Acteur appartenant à la mythologie hollywoodienne d'après-guerre, Robert Ryan sera encore présent lorsqu'une nouvelle génération de réalisateurs voudra imposer une politique d'auteurs et rénover tant sur le fond que sur la forme le cinéma américain. Il fait partie de la distribution de " La horde sauvage " de Sam Peckinpah (1969) qui enterra les mythes du western traditionnel, et notamment celui du bandit romantique. Il y joue un chasseur de primes contraint malgré lui de traquer son meilleur ami.

Robert Ryan succombera à New York d'un cancer, peu de temps après le tournage de " The Iceman Cometh " de John Frankenheimer (1973) où il retrouvait pour la quatrième fois (après " Un homme est passé ", " Les professionnels " et " Les douze salopards ") son complice Lee Marvin. Ce film-fleuve de 4 heures lui apporta ses seules récompenses (posthumes) : le National Board of Review du meilleur acteur en 1973, et un Prix spécial du National Society of Film Critics en 1974.

L'année précédant son décès, Robert Ryan avait perdu sa femme également atteinte d'un cancer.

Robert Ryan était un démocrate libéral qui a inlassablement défendu la protection des droits civils. En dépit de son passé militaire il partageait les convictions pacifistes de sa femme Jessica qui était Quaker.

Durant le Maccarthysme, il rejoint le " Comité du premier amendement " qui conteste à la " Commission sur les activités antiaméricaines " (HUAC) le droit d'interroger quiconque sur son appartenance politique.

Pendant les années 50, Robert Ryan s'investit par des dons et des actions de soutien auprès d'organisations civiques et religieuses. En 1959 il est coprésident du comité d'Hollywood pour une politique nucléaire raisonnée. Dans les années 60, il milite contre les discriminations raciales en s'inscrivant au " Comité de défense " de Martin Luther King.

Le citoyen Robert Ryan avait des convictions très éloignées des personnages que l'acteur incarnait si talentueusement.

 

Source : Jean-Claude Bernouin - Fait le 01 juin 2013 par Philippe de CinéMémorial.

 

SES RÉCOMPENSES :

 

1974 - Pour le film : THE ICEMAN COMETH - Prix Spécial à titre posthume - Société nationale des critiques de cinéma, États-Unis.

1974 - Pour le film : THE ICEMAN COMETH - Prix KCFCC à titre posthume - Meilleur acteur de soutien - Société des critiques de film de Kansas City, États-Unis.

1973 - Pour le film : THE ICEMAN COMETH - Prix NBR à titre posthume - Meilleur acteur - National Board of Review, États-Unis.

 

Filmographie

 

74 LONGS MÉTRAGES
_________________________________

1973 - ICEMAN COMETH .THE

 

1973 - ACTION IMMÉDIATE

 

1972 - FILLE NOMMÉE LOLLY MADONNA .UNE
Titre Orig. : Lolly-Madonna XXX
Réal : Richard C. Sarafian

 

1972 - ÉCHEC À L'ORGANISATION

 

1971 - COURSE DU LIÈVRE À TRAVERS LES CHAMPS .LA

 

1971 - LOVE MACHINE .THE
Réal : Jack Haley Jr.

 

1971 - HOMME DE LA LOI .L'

 

1969 - CAPITAINE NEMO ET LA VILLE SOUS-MARINE .LE
Réal : James Hill

 

1968 - BATAILLE POUR ANZIO .LA

 

1968 - HORDE SAUVAGE .LA
Titre Orig. : The wild bunch
Réal : Sam Peckimpah

 

1967 - SEPT SECONDES EN ENFER

 

1967 - DOUZE SALOPARDS .LES

 

1967 - CUSTER, L'HOMME DE L'OUEST
Titre Orig. : Custer of the West
Réal : Robert Siodmak

 

1966 - PROFESSIONNELS .LES

 

1966 - BUSY BODY .THE
Réal : William Castle

 

1965 - MINUTE POUR PRIER, UNE SECONDE POUR MOURIR .UNE

 

1965 - GUERRE SECRÈTE

 

1965 - BATAILLE DES ARDENNES .LA

 

1964 - CROOKED ROAD .THE

 

1962 - BILLY BUDD

 

1961 - ROI DES ROIS .LE

 

1961 - JOUR LE PLUS LONG .LE

 

1960 - ESCADRON ROUGE .L'
Titre Orig. : The Canadians
Réal : Burt Kennedy

 

1960 - AVENTURIERS .LES

 

1959 - COUP DE L'ESCALIER .LE

 

1959 - CHEVAUCHÉE DES BANNIS .LA

 

1958 - LONELYHEARTS

 

1958 - PETIT ARPENT DU BON DIEU .LE

 

1956 - CÔTE 465

 

1956 - SHÉRIF .LE

 

1956 - ÉCHAPPÉS DU NÉANT .LES

 

1955 - RUBIS DU PRINCE BIRMAN .LES

 

1955 - MAISON DE BAMBOU

 

1955 - IMPLACABLES .LES

 

1954 - ROMANCE SANS LENDEMAIN

 

1954 - LOI DU LARGE .LA

 

1954 - HOMME EST PASSÉ .UN

 

1953 - PISTE FATALE .LA
Titre Orig. : Inferno
Réal : Roy Ward Baker

 

1953 - FILS DE MADEMOISELLE .LES

 

1953 - CITÉ SOUS LA MER .LA

 

1953 - APPÂT .L'

 

1952 - TRAÎTRE DU TEXAS .LE

 

1952 - DÉMON S'ÉVEILLE LA NUIT .LE

 

1952 - ATTENTION, MON AMOUR
Titre Orig. : Beware, my lovely
Réal : Harry Horner

 

1951 - RACKET

 

1951 - PLUS FORT QUE LA LOI

 

1951 - MAISON DANS L'OMBRE .LA

 

1951 - FORT, VITE ET BIEN
Titre Orig. : Hard, fast and beautiful
Réal : Ida Lupino

 

1951 - DIABLES DE GUADALCANAL .LES

 

1950 - LIT DE ROSES

 

1949 - NOUS AVONS GAGNÉ CE SOIR

 

1949 - IMPASSE .L'

 

1949 - GRÈVE DES DOCKERS .LA

 

1949 - FUREUR SECRÈTE

 

1949 - BERLIN EXPRESS

 

1948 - FAR WEST 89
Titre Orig. : Return of the badmen
Réal : Ray Enright

 

1948 - GARÇON AUX CHEVEUX VERTS .LE

 

1947 - FEUX CROISÉS

 

1947 - FEMME SUR LA PLAGE .LA

 

1947 - ACTE DE VIOLENCE

 

1946 - DU SANG SUR LA PISTE
Titre Orig. : Trail Street
Réal : Ray Enright

 

1944 - REGARDS SUR LE PASSÉ

 

1944 - MARINE RAIDERS
Réal : Harold D. Schuster

 

1943 - TENDRE CAMARADE

 

1943 - IRON MAJOR .THE
Réal : Ray Enright

 

1943 - AVENTURE INOUBLIABLE .L'
Titre Orig. : The sky's the limit
Réal : Edward Griffith

 

1943 - FACE AU SOLEIL LEVANT

 

1943 - BOMBARDIER

 

1941 - QUAND UNE FEMME S'EN MÊLE
Titre Orig. : The feminine touch
Réal : W.S. Van Dyke

 

1940 - TUNIQUES ÉCARLATES .LES

 

1940 - TEXAS RANGERS RIDE AGAIN .THE
Réal : James P. Hogan

 

1940 - QUEEN OF THE MOB

 

1940 - MYSTÈRE DU CHÂTEAU MAUDIT .LE

 

1940 - GOLDEN GLOVES

 

2 DOCUMENTAIRES
____________________________________________

 

1961 - inheritance .THE
Documentaire d'Harold Mayer - Uniquement sa voix

 

1957 - Eight steps to peace
Documentaire - Uniquement la narration

 

_______________________FIN_____________________

 

commentaires (0)