REX REASON

Vue 296 fois

Profession:
Acteur américain.

Date et lieu de naissance:
30-11-1928, à Berlin, Allemagne.

Date et lieu du décès:
19-11-2015, à Walnut, Californie, États-Unis.

Cause du décès:
D'un cancer de la vessie à l'âge de 86 ans.

Nom de naissance:
Rex George Reason Jr.

État civil:
Au cours de sa vie, il se marie à 3 reprises et père de 2 enfants. :

Marié en 1952 avec : ELOISE SEYBERT - Divorcé en 1960.
Ils eurent une fille et un fils, Andrea et Brent.

Marié em 1962 avec : SANITA PELKEY - Divorcé en 1963.

Marié en août 1968 avec : SHIRLEY HAKE - jusqu’au décès de Rex en 2015.

Taille:
(1m91)

Commentaires: 0

Anecdotes

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à REX REASON

Source : Spanish Films - Ajout de la vidéo le 11 août 2020 par Philippe de CinéMémorial

 

C’est lors d’un voyage d’affaire de ses parents en Allemagne que Rex George Reason Jr voit le jour à Berlin le 30 novembre 1928. De retour aux Etats-Unis , la famille s’installe à Los Angeles avec son jeune frère Rhodes né en 1930 qui fera lui aussi une carrière d’acteur axée principalement vers la télévision.

Après le divorce de ses parents sa mère s’installe avec ses enfants à Glendale en Californie. Où les deux frères feront leurs études à lycée Herbert Hoover High School. Adolescent Rex participe à des pièces de théâtre scolaires. A 17 ans, après son diplôme d'études secondaires, il quitte l’école pour s'enrôler dans l'armée américaine pour prendre part à la Seconde Guerre mondiale.

En 1948, libéré de son engagement, il s’inscrit à la Pasadena Playhouse, où il s'est produit pendant trois ans avant de se faire remarquer par Hollywood . Doté d’un physique agréable, d’une allure athlétique et d’une imposante stature 1,91m, il se fait remarqué par les chasseurs de talent de la Columbia Pictures qui le font débuter au grand écran dans « Scaramouche » (1952) de George Sidney avec Stewart Granger dans le rôle titre et Nina Foch la reine Marie-Antoinette. Il enchaîne avec le drame policier « Models, Inc.» (1952) de Reginald Le Borg où il joue un employé d'hôtel avec Howard Duff et Coleen Gray. C’est Andrew Marton qui le sort de l’ombre et qui lui offre le rôle principal celui d'un pilote d’avion ravitailleur dans le drame de la Seconde Guerre mondiale « Tempête sur le Tibet » (1952), aux côtés de Diana Douglas (la première épouse de Kirk Douglas et mère de Michael). Après une apparition prometteuse dans l’épopée biblique « Salomé» (1953) de William Dieterle avec Rita Hayworth dans le rôle-titre, l’acteur passe chez Universal qui le présente sous le nom de Bart Roberts dans deux films dont « Taza, fils de Cochise » (1953) de Douglas Sirk, on le découvre en indien, le visage maquillé et portant la perruque, il est Naiche avide de vengeance envers l’homme blanc opposé à son demi-frère Taza Rock Hudson ardent défenseur de la paix, le fils de Cochise incarné par Jeff Chandler et la belle Oona Barbara Rush, convoitée par les deux frères ennemis.

Dans le film d’aventure «Yankee Pacha» (1954) de Joseph Pevney , coiffé d’un turban et portant la barbichette , il est Omar Id-Din un Marocain qui emmène Rhonda Fleming aux cheveux de flamme pour compléter son harem, Jeff Chandler la sauve de son esclavage et tombe sous son charme. C’est sur l’affiche du western «Le fleuve de la dernière chance» (1954) de Jerry Hopper, qu’apparaît pour la première fois le nom de Rex Reason avec Dana Andrews, entre la jalousie de deux hommes pour la belle Piper Laurie et la traversée du fleuve qui est sous la menace d'attaques des indiens Ute, le trajet est périlleux, Rex y perdra la vie.

N’ayant pas une personnalité cinématographique bien définie, Rex Reason se fait engager dans différents registres on le découvre en scientifique réputé embringué dans une lutte contre des extraterrestres prêts à venir s’installer sur Terre dans « Les survivants de l’infini » (1954) de Joseph M. Newmam aux effets spéciaux de qualité pour l’époque avec Faith Domergue et Russell Johnson ; dans « El Tigre» (1955) de Joseph M. Newman il campe le Duc de Montera qui fait appel à un hors-la-loi Jack Palance pour ramener une princesse Barbara Rush en Espagne afin de revendiquer son titre de reine mais certains mexicains ne veulent pas qu'elle atteigne sa destination.

Un autre scientifique dans le dernier volet de la trilogie consacrée à l’étrange créature du Lac noir « La créature est parmi nous » (1955) de John Sherwood avec Jeff Morrow ; pour le même réalisateur il campe un joueur nostalgique dans le western «La proie des hommes » (1956) aux côtés de Rory Calhoun et Yvonne de Carlo. Sous la direction de Raoul Walsh, on le voit en capitaine de l’armée de l’Union dans «L’esclave libre» (1957) un mélodrame à la distribution brillante avec entre autres Clark Gable, Yvonne De Carlo et Sidney Poitier.

Son contrat avec Universal n’étant pas renouvelé, il rejoint la 20th Century Fox qui l’engage dans le drame de guerre «Devant l’ennemi» (1957) de James B. Clark, il campe un avocat qui défend un héros de la Seconde Guerre mondiale Henry Morgan et ses hommes accusés de désertion.

Rex Reason termine sa carrière au grand écran avec une belle prestation dans « The miracle of the hills » (1959) de Paul Landres il campe un pasteur qui arrive dans un village pour reprendre son église délabrée, lors d’un tremblement de terre il sauve des d'enfants coincés dans les mines inondées avec Nan Leslie.

La télévision lui offre un second souffle jusqu’en 1963, après un épisode de « La grande caravane», il décide de mettre un terme définitif à sa carrière d’acteur et change radicalement de profession en devenant courtier dans l’immobilier.

Rex Reason fut marié trois fois d’abord avec Eloise Seybert en 1952 divorcé en 1960, une fille et un fils sont nés de leur union, il convole en deuxième noce avec Sanita Pelkey en 1962, le couple divorce en 1963 et un dernier contrat avec Shirley Hake d’août 1968, jusqu’au décès de l’acteur quelques jours avant son 87e anniversaire le 19 novembre 2015 d’un cancer de la vessie.

Source : Gary Richardson - Fait le 11 août 2020 par Philippe de CinéMémorial.