RAYMOND PELLEGRIN

Vue 24265 fois

Profession:
Acteur et homme de théâtre français.

Date et lieu de naissance:
01-01-1925, à Nice, Alpes Maritimes, France.

Date et lieu du décès:
14-10-2007, à Garons, Gard, France.

Cause du décès:
De mort naturelle à l'âge de 82 ans.

Nom de naissance:
Raymond Louis Pilade Pellegrini.

État civil:
Marié le 12 juillet 1949 avec l'actrice : DORA DOLL - Divorcé le 11 juillet 1955.
Ils eurent une fille : Danielle.

Marié le 18 octobre 1955 avec l'actrice : GISELE PASCAL - Jusqu'au décès de Raymond en 2007.
Ils eurent une fille : Giselle, comédienne, née le 12-09-1962.
Il a cinq petits-enfants.

Taille:
?

Commentaires: 2

Anecdotes

Il disparait 8 mois après son épouse : Gisèle Pascal qui est décédée le 2 février 2007.

Il a tourné dans plus de 120 films, principalement en France mais aussi aux États-Unis et en Italie. Ses maîtres étaient Marcel Pagnol et Sacha Guitry; il a aussi tourné beaucoup de films noirs, notamment avec Jean-Pierre Melville.

Il avait également prêté sa voix au Fantômas interprété par Jean Marais dans les trois films d'André Hunebelle (Fantômas en 1964, Fantômas se déchaîne en 1965 et Fantômas contre Scotland Yard en 1967).

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à RAYMOND PELLEGRIN dans un extrait de "Jusqu'au dernier"

 

 

Ajout de la vidéo le 17 octobre 2009 par Philippe de CinéMémorial

 

 

BIOGRAPHIE ÉCRITE PAR YVAN FOUCART POUR LES GENS DU CINÉMA QUE JE REMERCIE PERSONNELLEMENT

Fils de parents toscans établis à Nice, à 14 ans, il perd Attilius, son père, restaurateur.

Cela l'oblige à travailler plus tôt que prévu et bien que son voeu le plus cher soit de devenir officier de marine, il doit aider sa mère. Il commence par de petits métiers comme notamment apprenti dans le bâtiment, marchand de glaces et garçon de restaurant.

Les vicissitudes de la vie, Raymond les connaît très tôt. Deux ans plus tard, sa vocation se dessine : il décide qu'il sera acteur et s'inscrit aux cours d'art dramatique dispensés par Pierrette Caillol, l'épouse du cinéaste Yvan Noé qui, par ailleurs, lui offre son premier rôle au cinéma dans Six petites filles en blanc.

Un an plus tard, il a 17 ans, il débute au Palais de la Méditerranée à Nice dans Le président Haudecoeur de Roger Ferdinand.

L'année suivante, il joue Un déjeuner de soleil d'André Birabeau. La pièce tient une semaine, sa partenaire a pour nom Giselle Pascal. A ce moment, il ne se doute pas qu'elle occupera, par la suite, un rôle important dans sa vie.

En 1943, alors qu'il se produit au Théâtre de Monaco dans C'était en juillet, une pièce en quatre actes, dont chacun lui permet de multiples transformations, Marcel Pagnol qui est dans la salle le découvre et subodore en ce jeune passionné un talent infiniment prometteur.

En 1945, il l'engage pour une reprise de son Topaze au Théâtre Pigalle à Paris, puis pour la création le 14 décembre 1946, toujours à Paris, de César au Théâtre des Variétés. Il interprète un convaincant Césariot auprès de Henri Vilbert en César (Raimu étant décédé trois mois plus tôt), Arius en Panisse et Orane Demazis en Fanny. Dès cet instant, pièces et films s'enchaînent sans discontinuer.

Impossible de citer tout l'actif théâtral de Raymond Pellegrin. Retenons et sans que cela soit dans l'ordre chronologique : Etienne de Jacques Deval; Savez-vous planter les choux ? de Marcel Achard; La première légion d'Emmet Lavery; Jupiter de Robert Boissy; Shéhérazade de Jules Supervielle; Evangeline de Henry Bernstein, avec Danielle Darrieux; Les petits renards de Lilian Ellman, adaptée en français par Simone Signoret qui se réserve le premier rôle féminin (Théâtre Sarah-Bernhardt); L'engrenage de Jean-Paul Sartre; Le zéro et l'infini d'Arthur Koestler; Leocadia de Jean Anouilh et Boulevard Feydeau, les deux avec à nouveau Danielle Darrieux, Adorable Julia de Marc-Gilbert Sauvajon, avec Madeleine Robinson; etc.

Il accompagne souvent les tournées, notamment les Karsenty pour : Histoire de rire d'Armand Salacrou, avec Odette Joyeux; Liberté provisoire de Michel Duran, avec Giselle Pascal; Quadrille de Sacha Guitry; Topaze, etc.

Le 7 octobre 1955, il crée Judas de Marcel Pagnol au Théâtre de Paris avec Jean Chevrier en Ponce Pilate, Léonce Corne et Daxely. Malheureusement, la carrière de cette pièce n'est guère brillante et est, en outre, émaillée de nombreux accidents.

Un soir, en sortant de scène à la fin du second acte, Raymond Pellegrin tombe en syncope et doit être remplacé au pied levé par Roger Rudel. Celui-ci se défend fort bien, mais s'effondre au bout d'une semaine : crise d'appendicite foudroyante.
Elvire Popesco, directrice du Théâtre, prie tous les saints de sa Roumanie natale, mais cela n'empêche pas le pauvre Judas de s'arrêter au bout de dix semaines. Elvire est contrainte de reprogrammer son grand succès Ma cousine de Varsovie de Louis Verneuil qu'elle défend avec Lucien Baroux et Jacqueline Porel.

La filmographie de Raymond Pellegrin comporte près de cent titres parmi lesquels il faut, bien sûr, élaguer.
Les producteurs lui découvrent, tel Janus, un double profil et lui font jouer les "bons" et - plus souvent - les "méchants".
Des rôles de durs, de proxénètes, de flics ou de truands.

Il possède une voix reconnaissable entre toutes, somptueuse, soyeuse, qui n'est pas sans rappeler celle de Charles Boyer, un physique et surtout un talent qui s'affirme de film en film.

Citons le puisant réquisitoire de Cayatte Nous sommes tous des assassins dans lequel il incarne Gino, le jeune Corse condamné à mort pour avoir vengé l'honneur de sa famille. Ce film est le catalyseur de sa carrière cinématographique et son interprétation est récompensée par le "Prix du Meilleur acteur français".

S'il est le tendre instituteur amoureux de la ravissante sauvageonne de Manon des sources, il peut aisément changer de registre, notamment en devenant l'infâme souteneur de Françoise Arnoul dans Les compagnes de la nuit.

Dans Le grand jeu, version Siodmak, Jean-Claude Pascal, aveuglé par la jalousie, le tue pour les beaux yeux de Gina Lollobrigida. Dans Le feu dans la peau, il vit avec Giselle Pascal un drame aux amours passionnées et torturées.

S'il incarne l'amant diabolique de Jeanne Moreau dans Les intrigantes de Henri Decoin, il peut se métamorphoser auprès d'elle et cela sans aucun problème en bon médecin de campagne pour Les hommes en blanc, tiré du célèbre roman d'André Soubiran.

Ces années 50 sont des années fortes pour le comédien dont l'apothéose est le sacre que lui réserve Sacha Guitry en lui permettant de personnifier un Napoléon plus vrai que nature. Il remplit son rôle avec une conviction et une parfaite crédibilité. Le "Prix Triomphe du Cinéma français" lui est fort justement attribué en 1955.

Carillons sans joie, qu'il tourne en 1961 avec Paul Meurisse et Dany Carrel ne suscite pas l'intérêt des spectateurs, mais nous nous plaisons de le citer tout simplement parce qu'il est réalisé non loin de son domicile de l'époque, près d'Aups.

Par contre, en 1966, Jean-Pierre Melville lui offre une excellente composition dans son percutant suspense policier Le deuxième souffle, tiré d'un roman de José Giovanni. Il incarne un truand marseillais associé à Lino Ventura pour un hold-up sanglant.

Signalons aussi qu'à cette époque, il prête sa voix aux Fantômas d'André Hunebelle.

Après une prolifique carrière en France et l'arrivée de la Nouvelle Vague, il connaît un passage à vide. Le doute s'installe, s'incruste et le taraude. L'amertume aussi, ce qui est bien compréhensible. Les pourquoi et les comment se bousculent et ne trouvent pas de réponses. En outre, de son propre aveu, il n'est pas doté d'un caractère tellement facile. Des emportements, des vérités tranchantes qui ne favorisent rien surtout dans un métier où on ne se réjouit pas souvent du succès des autres et où l'amitié s'avère souvent superficielle...

Heureusement, le cinéma transalpin l'appelle. Un "second souffle" en quelque sorte, mais qui arrive bien à propos. Il tourne des films intéressants, notamment ceux de Pasquale Squitieri, des moins bons, un Maigret avec Gino Cervi dans le rôle titulaire et même un western Quanto costa morire tourné dans les Abruzzes avec un "vrai" cow-boy importé d'Hollywood : John Ireland

Il revient en France en 1981, à l'appel de Claude Lelouch pour sa grande fresque familiale Les uns et les autres dans laquelle il incarne un directeur de music-hall parisien, père de Francis Huster.

Deux ans plus tard, il remet çà avec Lelouch pour Viva la vie !, mais le film n'enregistre qu'un succès d'estime.

Il est également sollicité, il est important de le rappeler, par des réalisateurs américains et non des moindres puisqu'il s'agit de Nicholas Ray (Amère victoire), Sidney Lumet (Vu du pont d'après la pièce d'Arthur Miller) et Fred Zinnemann pour Et vint le jour de la vengeance. Et puis, il y a aussi la télévision avec, entre autres, Le drame de Sainte Hélène de Guy Lessertisseur; Jeanne d'Arc de Pierre Badel, etc.

Elle lui confie plusieurs téléfilms dont le désormais célèbre Châteauvallon de Paul Planchon et Serge Friedman dans lequel il interprète un chiffonnier milliardaire, ainsi que la série des sept épisodes du commissaire Rocca, une série un peu brutalement interrompue par TF1.

Raymond Pellegrin épouse Dora Doll le 12 juillet 1949 à la mairie du 17ème arrondissement de Paris. Ils divorcent le 11 juillet 1955. De cette union naît Danielle, dont la marraine n'est autre que Danielle Darrieux.

Il convole en secondes noces le 8 octobre 1955 à Bures-sur-Yvette (Yvelines) avec Giselle Pascal qui lui donne une seconde fille : Pascale, elle même comédienne.

Il a cinq petits-enfants.

Parfaitement comblé, en accord avec lui-même, il savoure la vie au sein de sa maison de campagne quelque part en Camargue.

Pour sa famille, ses amis, ceux qui le connaissent bien, Raymond est un tendre, profondément humain et généreux, loin des clichés de rude ou de bourru imprégnés sur les pellicules du septième art.

Aujourd'hui, un talent tel que le sien manque cruellement au cinéma français. Sa présence, aussi. Son décès, huit mois après celui de Giselle, nous le confirme.

Source transmise par l'aimable Yvan Foucart pour Les gens du cinéma.

Filmographie

 

93 LONGS MÉTRAGES
_________________________________

 

1988 - DON BOSCO
De Leandro Castellani

 

1984 - VIVA LA VIE

 

1983 - RONDE DE NUIT

 

1982 - MARCHE AU PAS

 

1982 - PLUS BEAU QUE MOI, TU MEURS

 

1980 - BAR DU TÉLÉPHONE .LE

 

1980 - UNS ET LES AUTRES .LES

 

1979 - PORCI CON LA P.38
De Gianfranco Pagani

 

1978 - ROSE ET LE BLANC .LE

 

1977 - ANTONIO GRAMSCI : I GIORNI DEL CARCERE
De Lino Del Fra

 

1976 - SCANDALO
De Salvatore Samperi

 

1976 - APPÂT .L'
ZERSCHOSSENE TRÄUME
De Peter Patzak

 

1976 - PUTTANA GALERA
COLPO GROSSO AL PENITENZIARIO
De Gianfranco Piccioli

 

1976 - PAURA IN CITTÀ
De Giuseppe Rosati

 

1976 - FLIC EN JEAN
ITALIA A MANO ARMATA
De Marino Girolami

 

1975 - QUAND LA VILLE S'ÉVEILLE

 

1975 - AMBIZIOSO .L'
De Pasquale Squitieri

 

1975 - CHANGE
De Bernd Fischerauer

 

1974 - VIAGGIA, RAGAZZA, VIAGGIA, HAI LA MUSICA NELLE VENE
De Pasquale Squitieri

 

1974 - SEUL LE VENT CONNAÎT LA RÉPONSE
DIE ANTWORT KENNT NUR DER WIND
D'Alfred Vohrer

 

1974 - SALUT LES POURRIS

 

1973 - FLIC HORS-LA-LOI .UN

 

1973 - OFFICIER DE POLICE SANS IMPORTANCE .UN

 

1973 - ONORATA FAMIGLIA .L'
De Tonino Ricci

 

1973 - LUCIA ET LES GOUAPES

 

1973 - SOLITAIRE .LE

 

1973 - COMPLOT .LE

 

1972 - TUEURS À GAGES .LES

 

1972 - CRESCETE E MOLTIPLICATEVI
De Giulio Petroni

 

1972 - ABUS DE POUVOIR

 

1971 - INTRUS .LES

 

1971 - ODEUR DES FAUVES .L'

 

1971 - PART DES LIONS .LA

 

1971 - SAUT DE L'ANGE .LE

 

1969 - CAS DE CONSCIENCE .UN

 

1969 - LIENS D'AMOUR ET DE SANG
BEATRICE CENCI
De Lucio Fulci

 

1968 - SOUS LE SIGNE DE MONTE-CRISTO

 

1968 - COLTS BRILLENT AU SOLEIL .LES
QUANTO COSTA MORIRE
De Sergio Merolle

 

1967 - HOMME QUI VALAIT DES MILLIARDS .L'

 

1966 - FANTÔMAS CONTRE SCOTLAND YARD

 

1966 - MAIGRET À PIGALLE

 

1966 - DEUXIÈME SOUFFLE .LE

 

1966 - BRIGADE ANTI-GANGS

 

1966 - SOIR À TIBÉRIADE .UN

 

1965 - FURIA À BAHIA POUR OSS 117

 

1965 - FANTÔMAS SE DÉCHAÎNE

 

1964 - FANTÔMAS

 

1964 - ET VINT LE JOUR DE LA VENGEANCE

 

1963 - BONNE SOUPE .LA

 

1962 - VÉNUS IMPÉRIALE

 

1962 - MYSTÈRES DE PARIS .LES

 

1962 - HORACE 62

 

1962 - CARILLONS SANS JOIE

 

1961 - VU DU PONT

 

1960 - IMPRÉVU .L'

 

1960 - CHIEN DE PIQUE

 

1959 - SECRET PROFESSIONNEL

 

1959 - CASQUE BLANC
EL CASCO BLANCO
De Pedro Balañá, Pedro Bonvehi et Tony Saytor

 

1958 - ÇA N'ARRIVE QU'AUX VIVANTS

 

1958 - MIMI PINSON

 

1958 - BONNE TISANE .LA

 

1957 - AMÈRE VICTOIRE

 

1957 - FEU AUX POUDRES .LE

 

1956 - JUSQU'AU DERNIER

 

1956 - LOI DES RUES .LA

 

1955 - LUMIÈRE D'EN FACE .LA

 

1955 - HOMMES EN BLANC .LES

 

1955 - CRÂNEUR .LE

 

1955 - CHANTAGE

 

1954 - IMPURES .LES

 

1954 - NAPOLÉON

 

1954 - MARCHANDES D'ILLUSIONS

 

1954 - INTRIGANTES .LES

 

1954 - BELLE ROMAINE .LA

 

1954 - FEU DANS LA PEAU .LE

 

1953 - RAGE AU CORPS .LA

 

1953 - GRAND JEU .LE

 

1953 - COMPAGNES DE LA NUIT .LES

 

1953 - TÉMOIN DE MINUIT .LE
De Dimitri Kirsanoff

 

1952 - MANON DES SOURCES

 

1952 - NOUS SOMMES TOUS DES ASSASSINS

 

1952 - FRUIT DÉFENDU .LE

 

1952 - BANQUET DES FRAUDEURS .LE

 

1951 - TROIS FEMMES

 

1950 - CLOCHARD MILLIARDAIRE .LE

 

1950 - COUPABLE

 

1947 - DIAMANT DE CENT SOUS .LE

 

1947 - FLIC .UN

 

1947 - FEMME EN ROUGE .LA
De Louis Cuny

 

1946 - JERICHO
DERRIÈRE CES MURS
De Maurice de Canonge

 

1945 - NAÏS

 

1945 - MARIE LA MISÈRE

 

1941 - SIX PETITES FILLES EN BLANC

 

29 PARTICIPATIONS POUR LA TÉLÉVISION
____________________________________________

 

2002 - NOTES SUR LE RIRE
Téléfilm de Daniel Losset

 

1993 - ROCCA
Série TV de Bernard Dumont

 

1991 - AFFAIRE DE HAUTERIVE .L'
Téléfilm de Bernard Villiot

 

1990 - ENQUÊTES DU COMMISSAIRE MAIGRET .LES
Série TV - Épisode Maigret à New-York

 

1989 - TRIPLÉ GAGNANT .LE
Série TV de Bernard Villiot

 

1989 - DER LEIBWÄCHTER
Téléfilm d'Adolf Winkelmann

 

1989 - BIG MAN
Série TV de Steno - Participé dans 3 épisodes : (Polizza droga - Diva - Boomerang)

 

1988 - GARÇONNE .LA

 

1988 - IL PROFESSORE
Téléfilm de Steno - Participé dans 2 épisodes (Fanciulla che ride - 395000 dollar l'oncia)

 

1988 - ADORABLE JULIA

 

1987 - OMBRA NERA DEL VESUVIO .L'
Série TV de Steno - Participé à l'épisode : Jubiabá - Bahia de tous les saints

 

1986 - NEL GORGO DEL PECCATO
Série TV d'Andrea Frazzi

 

1985 - CHÂTEAUVALLON
Série TV de Serge Friedman et Paul Planchon

 

1984 - WESTERN DI COSE NOSTRE
Téléfilm de Pino Passalacqua

 

1984 - BAVURE .LA
Série TV de Nicolas Ribowski

 

1983 - LOUISIANE

 

1982 - TRUQUEUR .LE
Téléfilm d'Abder Isker

 

1982 - CONRAD KILLIAN, LE FOU DU DÉSERT
Série TV de Jean-Paul Trébouet

 

1981 - MADAME SANS-GÊNE
Téléfilm d'Abder Isker

 

1981 - HOMME DE HAMBOURG .L'
Téléfilm de Jean-Roger Cadet

 

1981 - COMMISSAIRE MOULIN
Série TV de Claude Grinberg - Participé à l'épisode La bavure

 

1980 - DOCTEUR TEYRAN
Téléfilm de Jean Chapot

 

1979 - ON PURGE BÉBÉ

 

1979 - PROMESSA .LA
Téléfilm d'Alberto Negrin

 

1979 - HISTOIRES DE VOYOUS
Série TV de Gilles Grangier - Participé à l'épisode : L'élégant

 

1978 - MESSIEURS LES RONDS-DE-CUIR

 

1978 - MAIS N'TE PROMÈNE DONC PAS TOUTE NUE
Téléfilm de Jeannette Hubert

 

1971 - MORT DES CAPUCINES .LA
Téléfilm d'Agnès Delarive

 

1965 - TRAIN BLEU S'ARRÊTE 13 FOIS .LE

 

1961 - CAMÉRA EXPLORE LE TEMPS .LA
Série TV de Guy Lessertisseur - Participé à l'épisode : Le drame de Sainte-Hélène

 

_______________________FIN_____________________

commentaires (2)

leduc

18-06-2011 01:45:43

Raymond pellegrin un très grand acteurs que l'on oubliera jamais .et sa voie était vraiment génial . je le trouve super en napoléon . ça lui va comme un gan .

hugongerard

19-01-2012 13:30:01

La voix française de Fantomas( 1964) d ' André Hunebelle avec Jean Marais , c ' était lui .