MAX PECAS

Vue 13360 fois

Profession:
Réalisateur, scénariste et producteur français.

Date et lieu de naissance:
25-04-1925, à Lyon, Rhône, France.

Date et lieu du décès:
10-02-2003, à Paris, France.

Cause du décès:
D'un cancer à l'âge de 77 ans.

Nom de naissance:
Max Edouard Louis Pecas.

État civil:
?

Taille:
?

Commentaires: 2

Anecdotes

En 1963, il fonde sa propre compagnie : "Les Films du Griffon".

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Le réalisateur, scénariste et producteur français Max Pecas, 77 ans, est mort dans un hôpital parisien "des suites d'une longue maladie", selon sa famille. Pecas a bâti sa carrière loin de la reconnaissance des critiques, qui souvent le méprisaient. Ce Lyonnais fut l'un des seuls, depuis l'irruption de la Nouvelle Vague dans les années 50, à rejeter ce qu'il ressentait comme un diktat auteuriste et à prendre exemple sur la production hollywoodienne de seconde zone. L'objectif était de fournir très précisément au public ce qu'il attend. Une règle d'airain édictée par lui-même résume l'entreprise qu'il mènera pour la trentaine de films qu'il a tournés : "Un film, c'est un titre et une affiche".

Pecas commence sa carrière au milieu des années 50, comme petite main dans les studios qui fleurissent alors sur la Côte d'Azur. Il passe à la réalisation en 1960, pour "Le Cercle vicieux". Un polar. Si Pecas cherche encore son style, quelques éléments sont déjà en place : une intrigue minimaliste, un bâclage assumé découlant des contraintes économiques... et, surtout, une prédisposition pour le film de "genre". Pecas ajoute progressivement une touche érotique ("La Baie du désir" en 1964, "La Main noire" en 1967) qui le mènera lentement vers le porno soft, via un film charnière : "Claude et Greta" (1969), où un couple de lesbiennes franco-allemand (co-production oblige) est pris en otage par un maniaque sexuel.

Pecas enchaîne avec un film important pour lui, "Je suis une nymphomane", où une jeune bourgeoise se découvre un appétit sexuel à la suite d'une chute dans l'escalier. Pour la première fois, Pecas travaille avec le scénariste Claude Mulot (qui réalisera lui-même en 1981 "le Jour se lève et les conneries commencent", avec Johnny Hallyday, et l'explicite "Jouissance" en 1976). Pecas enchaîne les films érotiques ("Banane mécanique" en 1973, sans doute un hommage à Kubrick, "Les milles et une perversions de Felicia" en 1975) sans grand succès, avant d'avoir la révélation qui fera de lui le champion indiscuté du box-office.

En 1977, il assiste à la projection d'un film américain, "Lâche-moi les baskets". Celui-ci fait un carton outre-Atlantique, marquant alors la renaissance d'un genre qui ne s'exprimait alors qu'à la marge : le "teen movie" (film sur et pour les ados). Pecas absorbe tout et lâche le porno soft. Sans changer ses habitudes de travail artisanales, il racontera désormais des histoires de jeunes et de drague. Il sort immédiatement "Marche pas sur mes lacets" (tiré d'une réplique du film, une habitude qu'il conservera) et enchaîne : "Embraye bidasse, ça fume" (1978), "On est venu là pour s'éclater" (1979) et, bien sûr, "Mieux vaut être riche et bien portant que fauché et mal foutu", une histoire d'héritage avec Victoria Abril.

En 1982, il décroche un casting de rêve (Jean Lefebvre, Bernadette Lafont, Georges Beller, Jackie Sardou, Henry Guibet) pour "On n'est pas sorti de l'auberge" : l'un de ses nombreux exégètes, François Kahn, soutenait que l'absurdité du dénouement n'est pas sans rappeler certains films de John Huston. Pecas apparaît lui-même dans le film, sous les traits d'un publiciste minable. Difficile d'être plus clair.

Le cycle tropézien ("Les branchés à...", "Deux enfoirés à...", "On se calme et on boit frais à...") qui suivra lui apportera gloire, renommée et fortune, d'autant qu'il produit tous ces films. Mais la mode passe. Il ne revient pas pour autant au porno mais emploie Brigitte Lahaie, habillée, dans "On se calme et on boit frais..." (1987), comme un clin d'œil à un cinéma qu'il a aimé : ce sera son denier film.

Source : Grégory Schneider pour La Libération.

 

Filmographie

 

40 LONGS MÉTRAGES
_________________________________

 

1986 - ON SE CALME ET ON BOIT FRAIS À SAINT-TROPEZ
(Plus scénario et producteur)
Avec Brigitte Lahaie, Luq Hamet, Eric Reynaud-Fourton, Leila Fréchet, Noëlle Noblecourt

 

1985 - DEUX ENFOIRÉS À SAINT-TROPEZ

 

1984 - BRIGADE DES MOEURS

 

1983 - BRANCHÉS À SAINT-TROPEZ .LES
(Plus scénario)
Avec Olivia Dutron, Xavier Deluc, Yves Thuillier, Aleksandra Sikorska

 

1982 - ON N'EST PAS SORTI DE L'AUBERGE

 

1981 - BELLES, BLONDES ET BRONZÉES

 

1980 - MIEUX VAUT ÊTRE RICHE ET BIEN PORTANT QUE FAUCHÉ ET MAL FOUTU
(Plus scénario et producteur)
Avec Sylvain Green, Victoria Abril, Claus Obalski, Ingeborg Steinbach

 

1979 - ON EST VENU LÀ POUR S'ÉCLATER
(Plus producteur)
Avec Marco Perrin, Sylvain Green, Gérard Croce, Daniel Derval

 

1978 - EMBRAYE BIDASSE, ÇA FUME !
(Plus scénario et producteur)
Avec Sylvain Green, Dominique Jubelin, Jean-Marc Longval, Michel Vocoret

 

1977 - MARCHE PAS SUR MES LACETS
(Plus scénario, producteur et adaptation)
Avec Sylvain Green, Dominique Jubelin, Jean-Marc Longval, Vanessa Vaylord

 

1976 - LUXURE
(Plus scénario et producteur)
Avec Karine Gambier, Richard Darbois, Pierre Danny, Corinne Lemoine

 

1975 - MILLE ET UNE PERVERSIONS DE FELICIA
(Plus scénario et producteur)
Avec Rebecca Brooke, Jean Roche, Béatrice Harnois, Roland Charbaux

 

1974 - SEXUELLEMENT VÔTRE

 

1973 - CLUB PRIVÉ POUR COUPLES AVERTIS
(Plus scénario et producteur)
Avec Michel Vocoret, Philippe Gasté, Chantal Arondel, Denyse Roland, Henri Serre

 

1971 - COMMENT LE DÉSIR VIENT AUX FILLES
(Plus scénario)
Avec Marie-Georges Pascal, Sandra Julien, Jean-Luc Terrade, Anne Kerylen, Thierry Murzeau

 

1970 - JE SUIS UNE NYMPHOMANE

 

1969 - CLAUDE ET GRETA

 

1968 - MAIN NOIRE .LA

 

1967 - NUIT LA PLUS CHAUDE .LA
(Plus scénario, dialogue et adaptation)
Avec Chantal De Berg, Agnès Ball, Roland Charbaux, Chantal Deberg, Jean-Pierre Dorat

 

1966 - PEUR ET L'AMOUR .LA
(Plus scénario, dialogue et adaptation)
Avec Kim Camba, Claude Cerval, Milarka Nervi, Pierre Tissot, Véra Valmont

 

1965 - ESPIONS À L'AFFÛT
LA CHALEUR DE MINUIT
(Plus scénario, dialogue, producteur et adaptation)
Avec Jean Claudio, Claudine Coster, Anna Gaël, Robert Lombard, Michel Vocoret

 

1964 - BAIE DU DÉSIR .LA
(Plus scénario et adaptation)
Avec Fabienne Dali, Sophie Hardy, Jean Valmont, François Dyrek

 

1963 - CINQ FILLES EN FURIE
LES CHIENNES DE SOLEDOR
(Plus scénario)
Avec Colette Régis, Jacqueline Wolff, Jeannie Peterson, Felicia Andrews, Madeleine Constant

 

1962 - FEMME AUX ABOIS .UNE

 

1961 - DOUCE VIOLENCE

 

1961 - DE QUOI TU TE MÊLES, DANIELA !

 

1959 - CERCLE VICIEUX .LE

 

1959 - VISA POUR L'ENFER
Réal : Alfred Rode
Uniquement assistant réalisateur

 

1957 - ARÈNES JOYEUSES

 

1957 - FILLE DE FEU .LA

 

1956 - TROIS DE LA MARINE

 

1955 - TROIS DE LA CANEBIÈRE

 

1952 - TOURBILLON

 

1951 - SERGIL CHEZ LES FILLES

 

1950 - PORTE D'ORIENT

 

1949 - MAISON DU PRINTEMPS .LA

 

1948 - SERGIL ET LE DICTATEUR

 

1948 - PASSAGÈRE .LA

 

1948 - DROIT DE L'ENFANT .LE

 

1947 - NUIT SANS FIN

 

_______________________FIN_____________________

 

commentaires (2)

hugongerard

19-06-2008 10:13:47

Le roi du nanard franchouillard à la française

hugongerard

19-06-2008 11:39:38

Beaucoup de navets dans sa filmographie ses films sont a fuir et ne laissent pas un souvenir imperrissable dans nôtre cinémathèque française .