Accueil   |   Acteurs   |   Nouvelles   |   Filmographie   |   Liens   |   Livre d'or   |   Contact
MARIO DAVID
Cette page a été vue 8571 fois
        

INFORMATIONS :

 

Profession :

 

Acteur et homme de théâtre français.

Date et lieu de naissance :

09-08-1927, à Charleville-Mézières dans les Ardennes en France.

Date et lieu du décès :

29-04-1996, à l'hôpital de la Pitié-Salpétrière à Paris. - inhumé au cimetière de Limoges.

Cause du décès :

D'une embolie pulmonaire à l'âge de 68 ans.

Nom de naissance :

Jacques Paul Jules Marie David.

État civil :

Marié à FRANÇOISE CORNU
Ils eurent une fille : Elisa.

Taille :

?

 

ANECDOTES :

 

Il débuta très tôt dans le cirque, en y jouant le rôle d'un clown, acrobate et aussi en dompteur de fauves.
Et c'est comme ça qu’il rencontre Robert Dhéry qui le pris dans sa troupe.

Il triompha pendant 7 ans de suite au théâtre.

Il était bâti comme un catcheur, mais avec un grand coeur, aussi bien en amitié sur le plan proffesionnel que dans sa vie privé.

 


                              

 

 

Ajouter votre commentaire

 


SA BIOGRAPHIE

 

Hommage à MARIO DAVID dans un extrait de la pièce de théâtre "Oscar" Désolez pour la mauvaise qualité de l'image

MARIO DAVID dans un extrait du film "Oscar"

Fait le 14 novembre 2008 par Philippe de CinéMémorial.


Avec son physique impressionnant de lutteur, sa "gueule" de méchant, Mario David ne passe pas inaperçu. Et, si le grand public ne connaît pas toujours son nom, il connaît son allure, son visage et bon nombre des soixante-quinze films qu'il a tournés. Dès son plus jeune âge, Mario David fut attiré par le monde du spectacle : cirque, music-hall, danse acrobatique, domptage... et, bien sûr, art dramatique. Pas même suivi les cours de Solange Sicart pendant... trois jours ! Ami de Robert Hossein, il collabore avec lui, en 1954, à la pièce Docteur Jekyll et Mister Hyde, adaptée par Frédéric Dard (plus connu sous le nom de San Antonio). C'est cette même année que Mario David va faire ses premiers pas au cinéma. Des pas assez timides, il faut bien l'avouer, et qui n'apporteront pas grand-chose à sa riche carrière de second rôle. Le " cocktail " de ses premiers films peut en effet paraître assez indigeste : un soupçon de Norbert Carbonnaux, une bonne dose de Raoul André, deux trois gouttes de Willy Rozier et un peu de Jean Bastia. Cette période permit tout de même à Mario David de tourner aux côtés de Brigitte Bardot dans Cette sacrée gamine, de Michel Boisrond, et de retrouver Robert Hossein qui le dirigea dans Pardonnez nos offenses. De cette période 1954-1958, au cours de laquelle Mario David tourna plus d'une vingtaine de films, on peut également retenir Le Triporteur, avec Darry Cowl, qui fut un grand succès public, bien qu'il eût trahi le roman de René Fallet, et La Chatte, d'Henri Decoin, un très intéressant film consacré au célèbre personnage de la Résistance.

C'est après ces débuts inégaux que Mario David rencontre chez les frères Hakim, très célèbres producteurs, le metteur en scène débutant, Claude Chabrol, qui le présente à son scénariste, Paul Gégauff. Ce dernier déclare simplement : " Épatant ", et Mario entre dans le " clan ". Il tournera huit films avec Claude Chabrol. Après A double tour, il fera dans Les Bonnes Femmes une composition très remarquable et... très remarquée. Suivront en 1959 et 1960 quelques films plus intéressants tels que Recours en grâce, de Laslo Benedek (le célèbre réalisateur de La Mort d'un commis voyageur et de L'Équipée sauvage), et Le Farceur de Philippe de Broca avec Jean-Pierre Cassel. Ce sera le début d'une période plus riche au niveau cinématographique et théâtral. Tout comme l'argent appelle l'argent, la réussite, bien souvent, appelle la réussite. De 1958 à 1961 c'est au théâtre le succès d'Oscar, de Claude Magnier. Cette pièce, jouée au théâtre de l'Athénée, puis aux Bouffes-Parisiens et à La Porte Saint-Martin, sera reprise en 1971 au Palais-Royal.

Mais Mario David n'a pas abandonné le cinéma pour autant. En 1961, il joue dans Un nommé La Rocca, de Jean Becker, puis dans Le Caporal épinglé, de Jean Renoir. Quelques Livreurs ou Bricoleurs " traînent " encore dans sa filmographie, mais le tournant est pris : maintenant, de grands metteurs en scène font appel à Mario qu'ils ont enfin su reconnaître comme un grand second rôle du cinéma français. Ce sera Landru, en 1962, et La Ligne de démarcation, en 1966, de Claude Chabrol, L'Enfer, malheureusement inachevé, en 1964, sous la direction du très grand Henri-Georges Clouzot, Un homme de trop, de Costa-Gavras, en 1966, etc. Mario David saura également exploiter ses dons de comique et il participera avec succès à quelques excellentes comédies. Après avoir, en 1965, terminé l'épouvantable " saga de Champignol ", de Jean Bastia (un " Champignol ", ça va ! trois " Champignol "...), il sera demandé par des metteurs en scène de qualité tels que Philippe de Broca, Édouard Molinaro (pour qui il tournera la version filmée d'Oscar), Gilles Grangier, Gérard Oury, Jean-Paul Rappeneau, Pierre Richard, etc. 1968 marque pour Mario David la rencontre avec Michel Audiard, pour qui il tournera trois films. Mario est déjà définitivement imposé au public et il pourra tourner aux côtés des plus grandes stars françaises (Louis de Funès, Jean-Paul Belmondo, Alain Delon) et leur apporter ce que seuls les seconds rôles savent apporter. Mais Mario David a-t-il bien conscience de cet apport ? N'y a-t-il pas un peu d'amertume en lui lorsqu'il déclare : " Si l'on refaisait aujourd'hui La Grande illusion, on axerait tout sur la vedette, en oubliant sciemment les merveilleux comparses qu'étaient Carette, Dalio, Gaston Modot ou Jean Dasté. On ne peut même plus allumer une cigarette : ça fait une longueur ! "

Depuis 1977, le rythmé des films a diminué dans la carrière de Mario David. Après deux ou trois très bons films, tels que Violette Nozière, de Claude Chabrol, ou Coup de tête, de Jean-Jacques Annaud - qui allait connaître une immense célébrité trois années plus tard avec La Guerre du feu - Mario semble avoir raccroché son habit de comédien de cinéma. Provisoirement, nous l'espérons. Est-ce dû au succès de Reviens dormir à l'Élysée, la pièce de Jean-Paul Rouland, qui entame sa cinquième saison ?

Quoi qu'il en soit, la carrière de Mario David qui est loin d'être terminée est déjà très remplie : plus de soixante-quinze films, une soixantaine de télévisions (parmi lesquelles des séries aussi célèbres que Vidocq, Les Dossiers de l'Agence 0, ou Les Saintes chéries) et une dizaine de pièces de théâtre, parmi lesquelles des succès aussi importants que Oscar, La Cage aux folles, Danton-Robespierre ou Reviens dormir à l'Élysée. C'est donc à un palmarès impressionnant que le public a affaire et il ne s'y trompe pas. Mario David a certes joué dans de très mauvais films mais Carette, Dalio, Saturnin Fabre, etc., n'en ont-ils pas fait de même ? En 1979, Mario David déclarait : " J'ai joué d'excellents seconds rôles, des rôles assez insignifiants aussi, et je crois que c'est ma principale erreur. J'ai tendance, lorsque l'on me propose quelque chose qui n'est pas très important, et que l'on me prend un peu à l'amitié, à me laisser faire. Or, je crois que c'est une erreur, car je me suis dévalué aux yeux des professionnels qui ne me connaissaient pas. Ils ont dû se dire "Mario David, au cinéma, il joue les petits rôles". C'est sans doute pour cela que le cinéma me fait un peu la nique depuis quelques années. "

Le public, en tout cas, ne semble pas, lui, " faire la nique " à Mario David. Ce dernier a su prouver, au long d'une carrière féconde et parfois 'très riche (Renoir, Clouzot, Costa-Gavras, Chabrol, Annaud), qu'il était un excellent comédien, à la palette large, capable de se mouvoir dans les rôles les plus variés. En 1957, sous la direction (?) de Jean Boyer, Mario David avait tourné le Rôle de sa vie. Espérons que ce titre aura été un heureux présage. Et que Mario David saura être un peu moins Raoul André et beaucoup plus Jean-Jacques Annaud. Pour sa plus grande satisfaction... et pour celle de son public.

Source : Didier Thouart et Jacques Mazeau. Les grands seconds rôles du cinéma français


 
Ajouter votre commentaire

 

 

80 LONGS MÉTRAGES

************************************

 

1993 - ENFER .L'

 

1992 - INCONNU DANS LA MAISON .L'

 

1986 - VIE DISSOLUE DE GÉRARD FLOQUE .LA

 

1985 - DE FLYGANDE DJÄVLARNA
T.or : The Flying devils
Réal : Anders Refn

 

1982 - EN CAS DE GUERRE MONDIALE JE FILE À L'ÉTRANGER

 

1982 - TIR GROUPÉ

 

1982 - FANTÔMES DU CHAPELIER .LES

 

1981 - SIGNÉ FURAX

 

1980 - MER COULEUR DE LARMES .LA

 

1978 - GENDARME ET LES EXTRA-TERRESTRES .LE

 

1978 - COUP DE TÊTE

 

1978 - ZIZANIE .LA

 

1978 - VIOLETTE NOZIÈRE

 

1977 - CET OBSCUR OBJET DU DÉSIR

 

1977 - ANIMAL .L'

 

1976 - DRÔLES DE ZÈBRES

 

1975 - GITAN .LE

 

1975 - FLIC STORY

 

1974 - BONS BAISERS À LUNDI

 

1973 - URSULE ET GRELU

 

1973 - MAGNIFIQUE .LE

 

1970 - MACHINS DE L'EXISTENCE .LES
Réal : Jean-François Dion

 

1970 - BORSALINO

 

1971 - MALHEURS D'ALFRED .LES

 

1970 - EXPLOSION .L'

 

1970 - MARIÉS DE L'AN II .LES

 

1970 - RUPTURE .LA

 

1969 - QU'EST CE QUI FAIT COURIR LES CROCODILES ?

 

1969 - VEUVE EN OR .UNE

 

1968 - CERVEAU .LE

 

1968 - GENDARME SE MARIE .LE

 

1968 - FAUT PAS PRENDRE LES ENFANTS DU BON DIEU POUR DES CANARDS SAUVAGES

 

1967 - GRANDES VACANCES .LES

 

1967 - FOU DU LABO 4 .LE

 

1967 - OSCAR

 

1966 - HOMME À LA BUICK .L'

 

1966 - HOMME DE TROP .UN

 

1966 - CHOIX D'ASSASSINS .UN

 

1966 - PAUVRE CHEMISIER .LE
Réal : Alfred Ebel

 

1966 - LIGNE DE DÉMARCATION .LA

 

1965 - CAÏD DE CHAMPIGNOL .LE

 

1965 - TRIBULATIONS D'UN CHINOIS EN CHINE .LES

 

1964 - GORILLES .LES

 

1964 - TIGRE AIME LA CHAIR FRAÎCHE .LE

 

1964 - COMMENT ÉPOUSER UN PREMIER MINISTRE

 

1964 - ENFER .L'

 

1963 - GRUTIER .LE
Réal : Serge Witta

 

1963 - COMMISSAIRE MÈNE L'ENQUÊTE .LE

 

1963 - BANDE À BOBO .LA
Réal : Tony Saytor

 

1962 - LANDRU

 

1962 - BRICOLEURS .LES

 

1961 - CAPORAL ÉPINGLÉ .LE

 

1961 - PLAISIRS DE LA VILLE .LES
Réal : Alex Joffe

 

1961 - NOMMÉ LA ROCCA .UN

 

1961 - LIVREURS .LES

 

1961 - TRACASSIN OU LES PLAISIRS DE LA VILLE .LE

 

1960 - MOUTONS DE PANURGE .LES

 

1960 - BONNES FEMMES .LES

 

1960 - JEUX DE L'AMOUR .LES

 

1960 - FARCEUR .LE
Réal : Philippe de Broca

 

1959 - RECOURS EN GRÂCE

 

1959 - À DOUBLE TOUR

 

1959 - CERTAINS L'AIMENT FROIDE

 

1959 - NATHALIE, AGENT SECRET

 

1959 - TORTILLARDS .LES

 

1958 - SICILIEN .LE

 

1958 - GENDARME DE CHAMPIGNOL .LE

 

1958 - CHATTE .LA

 

1958 - BALLE DANS LE CANON .UNE

 

1958 - GUINGUETTE

 

1957 - TRIPORTEUR .LE

 

1957 - RÔLE DE SA VIE .LE
Réal : Jean Boyer

 

1957 - ET PAR ICI LA SORTIE

 

1957 - TOUS PEUVENT ME TUER

 

1956 - PARDONNEZ NOS OFFENSES

 

1956 - NOUS AUTRES À CHAMPIGNOL

 

1956 - HOMME ET L'ENFANT .L'

 

1955 - IMPASSE DES VERTUS
Réal : Pierre Mère

 

1955 - PLUS DE WHISKY POUR CALLAGHAN
Réal : Willy Rozier

 

1955 - CETTE SACRÉE GAMINE

 

1955 - FILLE ÉPATANTE .UNE

 

1955 - CHERCHEZ LA FEMME

 

1954 - AH ! LES BELLES BACCHANTES

 

1953 - CORSAIRES DU BOIS DE BOULOGNE .LES

 

 

1952 - TOURNÉE DES GRANDS DUCS .LA
Réal : André Pellenc

 


Commentaires

Nom :LEBOURGEOIS
Date :11-05-2009 15:03:45
Commentaire :J'appréciais cet acteur, je viens de trouver ce blog en cherchant des infos sur les embolies pulmonaires... tout comme lui, ma mère est décédée le 7 avril 1997 à l'age de 62 ans d'une embolie pulmonaire massive à la pitié-salpetrière... CL
Ajouter un commentaire:
Nom:
Email:
Commentaire:
Question de sécurité: quel est le nom de ce site ?