MADELEINE MARION

Vue 6661 fois

Profession:
Actrice et femme de théâtre français.

Date et lieu de naissance:
23-04-1929, à ?

Date et lieu du décès:
10-03-2010, à Paris, France.

Cause du décès:
Suite d'un cancer, à l'âge de 80 ans.

Nom de naissance:
Madeleine Marion.

État civil:
?

Taille:
?

Commentaires: 1

Anecdotes

Fille de Jacques Doriot (1898-1945)

Élève de Béatrix Dussane au Conservatoire dans les années 50.

Madeleine Marion était pensionnaire de la Comédie-Française depuis 2002.

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Personne ne jouait Claudel comme elle. Madeleine Marion le respirait et le portait, de sa voix grave qui savait devenir lyrique, sans jamais renoncer à une impeccable précision. L'actrice, qui fit partie du mythique Soulier de satin, mis en scène par Antoine Vitez dans la Cour d'honneur du Palais des papes, à Avignon, en 1987, est morte mercredi 10 mars, à Paris, des suites d'un cancer, à 80 ans. Elle a connu une blessure qui a lourdement pesé sur sa vie : Madeleine Marion était la fille de Jacques Doriot (1898-1945). Venu de la gauche communiste, il avait fondé en 1936 le Parti populaire français, qui devint l'un des principaux partis de la collaboration, et combattu aux côtés des nazis sur le front russe.

"La seconde guerre mondiale a été un enfer pour toi", lui a dit son ami l'acteur Pierre Vial, à l'occasion d'une remise de décoration. Il avait pris part à la Résistance mais il n'était pas du côté de ceux qui ont décidé de faire payer sa filiation à Madeleine Marion, à qui l'entrée à la Comédie-Française fut d'abord refusée à sa sortie du Conservatoire, en 1954. Sur tout cela, l'actrice se taisait. Elle évoquait sa mère, mais pas son père, qu'elle a peu connu. Née le 23 avril 1929, elle avait 15 ans quand Jacques Doriot est mort, en Allemagne. "On sentait chez elle une grande blessure, se souvient le metteur en scène Stanislas Nordey. Elle savait que je savais, mais nous n'en parlions pas."

Il a fallu beaucoup de temps pour que Madeleine Marion trouve la place que son talent justifiait. Dans les années 1960, elle travaille sous la direction de Sacha Pitoëff (Les Trois Soeurs, de Tchekhov) ou de Roger Planchon (Edouard II, de Marlowe). Mais elle reste cependant à la marge jusqu'en 1981. Cette année-là, Antoine Vitez prend la direction du Théâtre national de Chaillot. Il connaît Madeleine Marion depuis qu'ils ont joué ensemble Partage de midi, de Claudel, à Cassis, en 1956. Il était Amalric, elle était Ysé. "Elle a vraiment tenu pour moi le rôle d'initiation de la langue claudélienne", dira Antoine Vitez, qui a fait revenir l'actrice sur le devant de la scène en la dirigeant dans Bérénice, de Racine, en 1980.

À Chaillot, Madeleine Marion interprète Garnier (Hippolyte, en 1981), Shakespeare (Hamlet, en 1983), sous la direction d'Antoine Vitez, qui offre en 1987 son chef-d'oeuvre : l'intégrale du Soulier de satin. Madeleine Marion tient deux rôles : la mère de Rodrigue, et la soeur des pauvres. Son jeu est grand, de la façon la plus simple qui soit. A Chaillot, où le spectacle est repris, après la création à Avignon, l'actrice enseigne, dans l'école voulue par Antoine Vitez.

C'est l'autre face de son art : elle aime passionnément transmettre le goût des grands textes. Claudel bien sûr, mais aussi Racine et Hugo comptent parmi ses favoris. De 1988 à 1995, elle est un professeur adoré de ses élèves, au Conservatoire national supérieur d'art dramatique.

Après la mort brutale d'Antoine Vitez, en 1990, commence un compagnonnage avec Jean-Pierre Vincent, qui la dirige plusieurs fois dans Musset, en particulier dans On ne badine pas avec l'amour et Il ne faut jurer de rien (1993). Elle joue aussi sous la direction de jeunes metteurs en scène, Christian Schiaretti (Médée, d'Euripide, en 1991), Stanislas Nordey (J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne, de Lagarce, en 1997), Julie Brochen (Penthésilée, de Kleist, en 1998) ou Jean-Christophe Saïs (Sallinger, de Koltès, en 1999).

Puis arrive le tardif grand jour : le 1er septembre 2002, Madeleine Marion entre comme pensionnaire à la Comédie-Française. Elle fait ses débuts dans Extinction, de Werner Schwab, en jouant Mme Pestefeu, une vieille dame qui sait bien ce qu'exterminer voulait dire, dans les années 1940.

Selon ses amis, Madeleine Marion a connu de nombreux bonheurs à la Comédie-Française, comme celui de jouer dans les fameuses Fables de La Fontaine, mises en scène par Robert Wilson, en 2004. Elle était tour à tour vache, fourmi, dame ou génisse, portant avec une élégance naturelle de grosses pastilles blanches sur le corps. Avec Pierre Vial, elle a formé le couple des Perrichon dans Le Voyage de M. Perrichon, de Labiche, en 2009. Elle a aussi interprété Calderon de la Barca, Edouard Bourdet ou Pessoa, et s'apprêtait à jouer dans Les Trois Soeurs, de Tchekhov, sous la direction d'Alain Françon.

"Pour la troupe, elle représentait toute une génération, dit Muriel Mayette, l'administrateur général de la Maison. Elle était une sorte de nounou, ou de grand-mère, et rejoignait en cela son rôle de professeur. C'était une belle personne, très digne."

Source : Lemonde.fr - Fait le 31 mars 2010 par Philippe de CinéMémorial.

 

Filmographie

 

9 LONGS MÉTRAGES ET 3 TÉLÉFILMS DÉTAILLÉS
_________________________________

1998 - PAPA EST MONTÉ AU CIEL
Téléfilm

 

1994 - VIE DE MARIANNE .LA
Téléfilm

 

1989 - CYRANO DE BERGERAC

 

1988 - CINÉMA
Téléfilm

 

1987 - POKER

 

1986 - ÉTAT DE GRÂCE .L'

 

1984 - SOULIER DE SATIN .LE

 

1969 - FEMME DOUCE .UNE

 

1967 - ÉTRANGÈRE .L'

 

1964 - DÉCLIC ET DES CLAQUES

 

1959 - TESTAMENT DU DOCTEUR CORDELIER .LE

 

1959 - MACBETH

 

_______________________FIN_____________________

 

commentaires (1)