KATINA PAXINOU

Vue 372 fois

Profession:
Actrice Grecque.

Date et lieu de naissance:
15-12-1900, à u Pirée en Grèce.

Date et lieu du décès:
22-02-1973, à Athènes en Grèce.

Cause du décès:
D'un cancer à l'âge de 72 ans.

Nom de naissance:
Ekateríni Konstantopoulou.

État civil:
Durant sa vie, elle s'est mariée à 2 reprises et mère de 2 enfants :

Mariée en 1917 avec : IOANNIS PAXINOS - Divorcée en 1923
Ils eurent 2 filles, mais une de leur filles décède très jeune malheureusement.

Mariée le 21 mars 1940 avec : ALEXIS MINOTIS - jusqu’au décès d’Alexis en février 1973.

Taille:
?

Commentaires: 0

Anecdotes



photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à KATÍNA PAXINOÚ


Katina Paxinou et Rosalind Russell
Dans un extrait du film de 1947 : Le deuil sied à Électre
Ajout des vidéos le 05 août 2022 par Philippe de CinéMémorial

 

Excellente actrice, destinée à une belle carrière cinématographique, mais elle préféra les planches de théâtre aux plateaux de cinéma, où elle y débuta tardivement à l'âge de 43 ans.

Katina Paxinou est née Ekateríni Konstantopoulou le 15 décembre 1900 au Pirée en Grèce. Elle a étudié la musique et le chant au Conservatoire de Musique de Genève puis à Berlin et à Vienne. Après avoir terminé ses études, elle épouse à 17 ans Ioannis Paxinos un riche industriel qui lui donna deux filles, mais leur union se termine par un divorce en 1923. Une de ses filles décède malheureusement très jeune.

Dès 1920, elle décroche son premier grand rôle dans « Soeur Béatrice » un opéra de Maurice Maeterlinck, une mise en scène de Dimitri Mitropoulos présenté au Théâtre Municipal du Pirée.



En 1928, après quelques années de chant classique dans plusieurs opéras, Katina devenue membre de la troupe de Marika Kotopouli, apparaît pour la première fois au théâtre, dans une production athénienne « La femme nue » d'Henry Bataille.

En 1931, elle rejoint la troupe d'Aimilios Veakis et devient une remarquable interprète des plus grandes œuvres classiques grecques notamment avec son interprétation de l'héroïne tragique dans la pièce « Electra » (1937) de Sophocle au Théâtre d'Épidaure, sans oublier les adaptations de Shakespeare dont « Othello ou le Maure de Venise (1933) ; « La Nuit des rois » (1935); « Le malade imaginaire » (1937) de Molière; « Désir sous les ormes »(1937) d'Eugene O'Neill ; « Le Roi Lear » (1938) d’Oscar Wilde où encore « Richard III » (1939).

C’est dans cette troupe qu’elle fait la connaissance de l'acteur et metteur en scène Alexis Minotis, ensemble ils vont développer une fructueuse collaboration artistique qui les conduiront au mariage en 1940, ils resteront unis jusqu’au décès d’Alexis en février 1973.

Lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate, le couple Minotis, en tournée à Londres, où Katina est acclamée dans le rôle-titre d’ « Electre » de Sophocle (1939), décide d'émigrer aux Etats-Unis et se produit à Broadway.

Après avoir démontré son fort caractère méditerranéen, l'actrice est sollicitée par Sam Wood, pour interpréter au grand écran Pilar une révolutionnaire Espagnole, rebelle et forte dans « Pour qui sonne le glas » (1943), Robert Jordan un américain (Gary Cooper) rejoint le groupe de résistants républicains lors de la guerre d'Espagne, dirigé Pilar et Pablo son mari (Akim Tamiroff), Jordan tombe amoureux de la résistante Maria (Ingrid Bergmam). Pour son rôle de Pilar, Katina devient la première actrice étrangère à être récompensée d’un Oscar du meilleur second rôle féminin et du Golden Globe du meilleur second rôle féminin. Ainsi qu’Akim Tamiroff qui reçoit le Golden Globe du meilleur second rôle masculin.

Cette notoriété lui ouvre son entrée à Hollywood et quatre autres films américains suivront jusqu'en 1949.



Elle enchaine avec un film de guerre américain produit par Paramount Pictures « Les otages de la Moldau » (1943) de Frank Tuttle, où pendant la Seconde Guerre mondiale, un groupe de résistants tchèques dirigé par Maria (Katina Paxinou) contre l'occupant nazi a pour mission de faire sauter un approvisionnement en munitions allemand et concevoir un plan pour sauver 26 prisonniers détenu par les allemands, avec William Bendix, le chef de la résistance, Luise Rainer, Paul Lukas et Oskar Homolka.

Suivi du film d'espionnage « Agent secret » (1945) de Herman Shumlin, l'action se déroule juste avant le début de la Seconde Guerre mondiale, Luis (Charles Boyer) un républicain espagnol est envoyé en Grande Bretagne afin d'empêcher les fascistes d'obtenir un contrat de livraison de charbon, une intrigue sombre et pleine de suspense impliquant des compatriotes infidèles tels Peter Lorre ou Katina Paxinou, une meurtrière diabolique, devenue folle elle se suicide en prenant du poison avec les principaux protagonistes Lauren Bacall, Wanda Hendrix et Victor Francen.

Dudley Nichols signe le mélodrame « Le deuil sied à Electre » (1947), la guerre de sécession finie, le général Ezra (Raymond Massey) et son fils Orin (Michael Redgrave) rentrent chez eux, pendant leur absence, Christine (Katina Paxinou), l'épouse d'Ezra, est devenue la maitresse de son neveu, Adam (Leo Genn), Adam et Christine, veulent se débarrasser d'Ezra et l'assassinent, Orin, pour venger son père, tue Adam, puis Christine, puis se suicide.

Dans le drame historique « Echec à Borgia » (1948) d’Henry King, Katina joue la maman d'Andréa Orsini (Tyrone Power) homme de main du duc César Borgia (Orson Welles) qui veut conquérir la ville de Citta Del Monte du vieux comte Varano (Felix Aylmer), César ordonne à Orsini d'aller assassiner le comte, mais sur place, Orsini, tombe amoureux de la jeune femme du comte, Camilla, (Wanda Hendrix) et refuse sa mission.

En 1950, les époux Minotis retournent en Grèce et poursuivent pendant quelques années leurs activités théâtrales au sein du Théâtre national de Grèce. Outre le cinéma américain, elle apparaît dans le film franco-hispano-suisse l’intrigant « Monsieur Arkadin » (1955) de et avec Orson Welles dans lequel elle camp un chef de gang avec Patricia Medina, Michael Redgrave, Akim Tamiroff, Mischa Auer. Elle est particulièrement touchante dans le rôle de la matriarche italienne Rosaria Parondi dans le chef-d'œuvre de Luchino Visconti « Rocco et ses frères » (1960) la mère des frères Rocco (Alain Delon) et Simone (Renato Salvatori), mais l’harmonie familiale est rapidement brisée, Rocco et Simone sont tous les deux amoureux d’une jeune prostituée, Nadia (Annie Girardot) le drame devient inévitable Simone tue Nadia à coups de couteau.



Elle sera encore une résistante dans le film grec « L’île d’Aphrodite » (1965) de George Skalenakis à Chypre, Kyriakoulis (Angelos Antonopoulos) un résistant chypriote est capturé et pendu par les Britanniques, en représailles ses camarades kidnappent le fils (Kostas Kastanas) d'une Anglaise amie de l'administrateur britannique, la mère de Kyriakoulis (Katína Paxinoú) interdit que l'otage soit pendu à son tour, les combattants libèrent leur prisonnier.

En 1969 l’actrice termine son parcours cinématographique en Italie avec un rôle amer dans une comédie dramatique de John Crowther « The Martlet’s tale » sur une île grecque, le jeune Sotiris, (George Linjeris) rejette l'avarice des membres de sa riche famille qui est dominée par Orsetta, (Katina Paxinou) une matriarche vindicative, la puissance d'Orsetta vient du fait qu'elle est la seule à connaitre la cachette d'un trésor dissimulé sur l'île.

Cette même année 1969, on lui diagnostic un cancer, malgré cela Katina continue de jouer au théâtre notamment dans « Mère Courage et ses enfants » de Bertolt Brech à Athènes (sans doute un titre prémonitoire) puis une dernière apparition à la télévision dans l'épisode « L'ennemi devant nous » de la série « Les règles du jeu » en 1970 avec Richard Conte, Anthony Franciosa et Martin Balsam.

Cette inoubliable actrice considérée à juste titre comme la plus grande actrice grecque du XXe siècle épuisée par la maladie s’éteint le 22 février 1973 à Athènes. Le public lui fait des adieux dignes d’une reine dans le théâtre d’Epidaure dont le festival acquiert une renommée internationale, grâce à elle et à son mari.

En 1987, la Grèce, lui dédie un timbre commémoratif à son éffigie et Hollywood lui dédie son étoile sur le Walk of Fame d'Hollywood Boulevard.


 

Source : Gary Richardson - Fait le 05 août 2022 par Philippe de CinéMémorial.

 

SES RÉCOMPENSES :

 

1943 - Pour le film : Pour qui sonne le glas - Oscar du meilleur second rôle féminin, États-Unis.

1943 - Pour le film : Pour qui sonne le glas - Golden Globe du meilleur second rôle féminin, États-Unis.

Filmographie



Annie Girardot, Renato Salvatori et Katina Paxinou. Dans le film de 1960 : Rocco et ses frères.

15 LONGS MÉTRAGES DÉTAILLÉS
_________________________________

 

1970 - MARTLET'S TALE .THE

 

1969 - ÉTÉ SAUVAGE .UN

 

1967 - TANTE ZITA

 

1965 - ÎLE D'APHRODITE .L'

 

1962 - PROCÈS .LE

 

1961 - MORT D'UN BANDIT

 

1960 - ROCCO ET SES FRÈRES

 

1959 - QUAND LA TERRE BRÛLE

 

1955 - DOSSIER SECRET

 

1949 - ÉCHEC À BORGIA

 

1947 - ONCLE SILAS

 

1947 - DEUIL SIED À ÉLECTRE .LE

 

1945 - AGENT SECRET

 

1943 - POUR QUI SONNE LE GLAS ?

 

1943 - OTAGES DE LA MOLDAU .LES

 

6 PARTICIPATIONS POUR LA TÉLÉVISION
____________________________________

 

1970 - RÈGLES DU JEU .LES
Série TV de Barry Shear - The Name of the Game, Saison 3, épisode 5 The Enemy before Us

 

1968 - BBC PLAY OF THE MONTH
Série TV - Saison 3 - Épisode 9 The old ladies

 

1959 - PAXINOU IN ATHENS
Documentaire de Basil Maros, produit par la BBC - Dans son propre rôle, ainsi que son second mari

 

1959 - NOCES DE SANG
Titre Original du Téléfilm - Blood Wedding, adaptation de la pièce éponyme de Federico García Lorca

 

1953 - HALLMARK HALL OF FAME
SÉRIE TV - Saison 2, épisode 22 : Socrate's Wife

 

1952 - CHESTERFIELD PRESENTS
SÉRIE TV - épisode 2 ; The Girl on the Wire

 

_______________________ FIN _____________________

 

commentaires (0)