KATHERINE KATH

Vue 241 fois

Profession:
Actrice française.

Date et lieu de naissance:
18-08-1920, à Berck dans le Pas-de-Calais, en France.

Date et lieu du décès:
17-11-2012, à Londres au Royaume-Uni.

Cause du décès:
De cause inconnue à l’âge de 92 ans.

Nom de naissance:
Rose Marie Nelly Faess.

État civil:
Mariée en 1953 avec : JACK CLAYTON - Divorcée.
Pas d'enfants.

Taille:
?

Commentaires: 0

Anecdotes

A été pendant dix ans une ballerine prima au Théâtre du Châtelet à Paris, Se tourna vers le théâtre après une blessure à la cheville s'est avérée préjudiciable à sa carrière de danseuse.

 

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Katherine Kath est née Rose Marie Nelly Faess à Berck Plage dans le Nord de la France le 18 août 1920. Cinquième enfant d’Adrien Faess et Alix née Caserbo. La petite fille rêve depuis sa plus tendre enfance de devenir une étoile de la danse, motivée et encouragée par ses parents , elle se forme assidûment pendant une dizaine d’années, et devient la meilleure danseuse de ballet de sa classe. Promise à une belle carrière, elle évolue pendant une dizaine d’années comme prima Ballerina au théatre du Chatelet à Paris. Malheureusement sur avis médical , son rêve s’arrête brusquement après une blessure assez sévère à la cheville.

Résignée, Katherine Kath se dirige vers le théâtre, on la voit d’abord dans un petit rôle dans « Irma la douce», elle connaît ensuite quelques succès retentissants au Théâtre de l’Atelier à Paris dans des pièces de Jean Anouilh, comme entre autres «Antigone» (1944); «L’invitation au château», (1947) ; La Soif» (1949) une pièce d' Henri Bernstein avec un jeune débutant Jean Gabin. La Petite Lily» (1951) avec Edith Piaf.

Parallèlement au théâtre, elle apparaît pour la première fois devant les cameras de Andrée Feix en 1947 dans «Capitaine Blomet» un petit rôle aux cotés Fernand Gravey et Gaby Sylvia. Elle trouve ensuite sa place aux cotés d’acteurs confirmés ; elle campe une voyeuse auprès de Claude Dauphin dans «Ainsi finit la nuit» (1948) de Emil Edwin Reinert ; une commédienne aux cotés de Fernandel dans «L’armoire volante» (1948) de Carlo Rim ; à Henri Nassiet et Madeleine Robinson dans «Le cavalier de Croix-Mort » (1948) ; elle est la maîtresse de Jean Parédès dans «Toute la famille était là» (1948) de Jean de Marguenat ; elle côtoie Michel Simon et Pierre Brasseur dans «Le rideau rouge» (1952) de André Barsacq ; auprès de Michèle Morgan elle est la Ribaude une fille joie qui se prostitue pour vivre, dans «Destinée» (1952) de Jean Delannoy.

A partir des années 50 sa carrière s’internationalise, tourné au Royaume-Uni et à Paris, John Huston lui confie le rôle de l'excentrique danseuse La Goulue dans le biographique «Moulin Rouge» (1952) avec Zsa Zsa Gabor, Suzanne Flon et José Ferrer dans le rôle du peintre Toulouse Lautrec. Katherine Kath fut brièvement mariée en 1953 au réalisateur adjoint britannique Jack Clayton.

De retour à Paris elle campe un professeur de mathématique dans un collège où Jean Marais enquête sur un meurtre survenu dans «Le dortoir des Grandes» (1953) de Henri Decoin. Elle est Gimblette, la danseuse aux cotés de Fernandel dans «Mam’zelle Nitouche» (1953) de Yves Allégret.

Puis à nouveau sur le continent américain, elle donne la réplique à de grandes stars telles : Ingrid Bergman et Yul Brynner dans «Anastasia» (1956) de Anatole Litvak ; à Anthony Quayle dans «Le secret» (1957) de Herbert Wilcox ; à John Wayne, Rita Hayworth et Claudia Cardinale dans «Le plus grand cirque du monde» (1964) de Henry Hathaway ; à Curd Jürgens dans «Assassinats en tous genres» (1968) de Basil Dearden. Elle est remarquable dans un rôle de composition celui de Catherine de Médicis dans «Maria Stuart, reine d'Écosse» (1971) de Charles Jarrott avec Vanessa Redgrave dans le rôle titre. Elle quitte le grand écran après «Justine» (1976) de Chris Boger, un film étrange, celui du monde dépravé où règne la débauche et la prostitution. Plusieurs séries télévisées complètent aussi sa filmographie signalons son rôle de Madame Engadine dans quelques épisodes de la série culte «Le prisonnier» en 1967 avec Patrick McGoohan.

Katherine Kath décède le 17 novembre 2012 à Londres au Royaume-Uni de cause inconnue à l’âge vénérable de 92 ans.

Source : Gary Riachardson - Fait le 31 mai 2020 par Philippe de CinéMémorial.