JEANNETTE BATTI

Vue 7388 fois

Profession:
Actrice française.

Date et lieu de naissance:
06-09-1921, à Marseille, dans les Bouches-du-Rhône, France.

Date et lieu du décès:
10-02-2011, à Courbevoie, dans les Hauts-de-Seine, France.

Cause du décès:
Probablement de mort naturelle à l'âge de 89 ans.

Nom de naissance:
Henriette Eugénie Genot - Également sous le nom de : Janette Batti ou Jeanette Batti.

État civil:
Mariée à l'acteur : HENRI GENES.

Taille:
?

Commentaires: 0

Anecdotes

?

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Pétulante et vive, la blonde et pulpeuse Jeannette Batti disposait d’un abattage certain et d'un joli sens de la répartie qui auraient pu faire d’elle une seconde Arletty. Hélas, la qualité souvent indigente des farces plus ou moins musicales dans lesquelles elle s’est galvaudée à l’écran seule ou avec son mari le chanteur Henri Genès, l’ont empêchée de faire beaucoup d’étincelles. L’actrice qui admirait tant Jean Arthur, s’est donc contentée de jouer les Martha Raye hexagonales, avec sa jovialité coutumière. Ce qui ne fut pas suffisant pour laisser une trace durable dans l’histoire du cinéma !

Née en 1921 à Marseille, Jeannette Batti a d’abord paru comme simple figurante dans de nombreux films à partir de 1939. Mais c’est sur scène que les planches, que l’actrice va se faire remarquer. En 1948, elle remporte un très gros succès à Bobino (11 représentations par semaine !) dans une opérette de Francis Lopez « 4 jours à Paris » (d’où est tirée la samba brésilienne) aux cotés d’Andrex et d’Henri Génès. Ce dernier, comédien jovial à la faconde toute marseillaise, va devenir son mari, et également son comparse dans de nombreuses comédies de boulevard, opérettes et films de qualité très discutable.

Avec sa voix acide, ses formes rondelettes et ses jolies jambes (les plus belles de Paris selon certains), Jeannette Batti se remarque dans les films où elle paraît même si ces rôles sont souvent secondaires : prostituée dans Macadam, ou bonne copine dans l’Eternel conflit, c’est la parigote par excellence (malgré ses origines provençales !), effrontée et dynamique. Au théâtre, elle est abonnée aux rôles de bonne un peu vulgaire (Pantoufle au théâtre des Capucines). On raconte que cette actrice de tempérament regrettait de ne pas trouver de vrai rôle intéressant. Il faut dire que la pauvre n’a pas été gâtée, en tournant avec les réalisateurs les plus nuls du moment dans des farces stupides et creuses, difficiles à défendre. Notamment ce Voyage à trois (1950) assez racoleur, qui ressemble plus à un prétexte pour exhiber une cohorte de jolies filles nues (et un sein de Jeannette itou) ou encore la petite chocolatière (1950), un breuvage qui sent le réchauffé selon l’Ecran français.

On préfèrera de loin Nous irons à Monte Carlo, bien sympathique musical de l’orchestre de Ray Ventura, où Miss Jeannette se retrouve avec un bébé encombrant sur les bras (celui de la débutante Audrey Hepburn) qui va vite être adopté par les différents membres de la formation. Un bon divertissement sans prétention, où elle se chamaille gentiment avec son cher Henri Génès ; on retrouve le couple dans une série de comédies musicales à très petit budget comme Soirs de Paris, destinée à mettre en valeur des spectacles de cabaret et de revue, et de fort jolies figurantes. Des films souvent creux et réalisés sans la moindre once de talent, qui reflètent une certaine idée de Paris, et qui sont davantage destinés à l’exploitation dans les villages et à l’étranger. Pas grand-chose non plus à sauver dans les remakes d’opérettes marseillaises comme trois de la canebière, ou trois de la marine, car les chansons si connues sont souvent réduites en fond sonore et les ballets bien mal filmés ; quant à l’auberge fleurie (1954) destinée à mettre en valeur le ténor Rudy Hirigoyen : malgré la glorieuse voix du chanteur, c’est une adresse à fuir ! Miraculeusement, parmi tous ces nanards, des « carottes sont cuites » au « coup dur chez les mous » ce situe un classique du cinéma la Traversée de Paris de Claude Autant Lara, où elle tient le rôle de l’épouse de Bourvil et donne la réplique à Gabin : un attaque corrosive sur le marché noir pendant l’occupation et de loin le film le plus prestigieux de sa carrière.

Alors qu’Henri Génès connaît quelques gros succès dans le monde de la variété et du disque (la tantina de Burgos 1956, le facteur de Santa Cruz 1957), Jeannette enregistre aussi quelques titres (dont une chanson d’Aznavour) mais avec bien moins de succès. Elle grave aussi sur la cire quelques airs gouailleurs de l’opérette Coquin de printemps (1958) qu’elle joue au théâtre avec son mari puis Fernand Sardou. Au cours des années 60 et 70, tout en poursuivant les opérettes avec son mari , des spectacles d’une qualité toujours décroissante de Francis Lopez, Jeannette parait à l’occasion dans un médiocre western allemand , une sorte de copie des gendarmes de St-Tropez avec Sim (Henri Génès ne s’est il pas compromis dans le facteur de St Tropez- dont l’affiche précisait que « le gendarme est son meilleur copain » ?) ou encoure Touche pas à mon biniou : Tout est dans le titre.

Elle figure aussi dans la version télévisée de l’opérette A la Jamaïque (1980) avec José Villamor et Maria Candido. En 1981, on reconnaît brièvement Jeannette Batti lors du banquet donné dans la comédie culte le Père Noël est une ordure. C’est donc sur l’un des plus gros succès du cinéma comique français de ces trente dernières années, que l’actrice a tiré sa petite révérence. Elle vient de nous quitter début 2011 dans une totale discrétion six ans à peine après le décès de son cher Henri Génès.

 

Source : Movie-musical-world.blogspot.com - Fait le 2 août 2011 par Philippe de CinéMémorial.

 

Filmographie

 

39 LONGS MÉTRAGES
_________________________________

 

1982 - PÈRE NOËL EST UNE ORDURE .LE

 

1980 - TOUCH' PAS À MON BINIOU
Réal : Bernard Launois

 

1980 - NUIT DE LA MORT .LA

 

1979 - SACRÉS GENDARMES

 

1972 - JOYEUX LURONS .LES

 

1969 - CLAIR DE TERRE .LE

 

1968 - GROS MALINS .LES

 

1964 - JALOUX COMME UN TIGRE

 

1963 - QUESTE PAZZE PAZZE DONNE
Réal : Marino Girolami

 

1963 - PIRATES DU MISSISSIPPI .LES
Réal : Jürgen Roland

 

1956 - TROIS DE LA MARINE

 

1956 - TRAVERSÉE DE PARIS .LA

 

1956 - AUBERGE EN FOLIE .L'

 

1955 - TROIS DE LA CANEBIÈRE

 

1955 - COUP DUR CHEZ LES MOUS

 

1954 - SOIRS DE PARIS

 

1953 - NUIT À MEGÈVE .UNE

 

1953 - OEIL EN COULISSE .L'

 

1953 - J'Y SUIS J'Y RESTE

 

1952 - DÉTECTIVES DU DIMANCHE .LES

 

1952 - FÊTE À HENRIETTE .LA

 

1952 - ÉTRANGE AMAZONE .L'

 

1952 - BACCHUS MÈNE LA DANSE
Réal : Jacques Houssin - Film inachevé

 

1952 - PARIS EST TOUJOURS PARIS

 

1952 - CENT FRANCS PAR SECONDE

 

1951 - NOUS IRONS À MONTE-CARLO

 

1951 - MOUMOU

 

1950 - VOYAGE À TROIS

 

1949 - PETITE CHOCOLATIÈRE .LA

 

1949 - AMÉDÉE

 

1949 - JEAN DE LA LUNE

 

1948 - AUX YEUX DU SOUVENIR

 

1947 - NUIT À TABARIN .UNE

 

1947 - MADEMOISELLE S'AMUSE

 

1947 - ÉTERNEL CONFLIT

 

1946 - MACADAM

 

1945 - ROI DES RESQUILLEURS .LE

 

1942 - MAIN DU DIABLE .LA

 

1939 - CHEMIN DE L'HONNEUR .LE

 

1 COURT MÉTRAGE
____________________________________________

1978 - ARTIGNOSSE À PARIS
Court métrage de Jacques Soumet

 

_______________________FIN_____________________

 

commentaires (0)