HENRI VERNEUIL

Vue 12595 fois

Profession:
Réalisateur, scénariste, producteur et acteur français, d'origine arménienne.

Date et lieu de naissance:
15-10-1920, à Rodosko, Turquie.

Date et lieu du décès:
11-01-2002, à Paris, France.

Cause du décès:
À la suite d'une opération cardiaque dans une clinique parisienne à l'âge de 81 ans.

Nom de naissance:
Achod Malakian.

État civil:
Marié à VÉRONIQUE
Père de : Patrick, Sophie, Sevan, Gayané, et sa petite fille Lisa.

Taille:

Commentaires: 3

Anecdotes

Décembre 1924 Arrive en France avec sa famille pour fuir les massacres perpétrés par les Ottomans de l'époque, le jeune Henri Verneuil vit à Marseille. Sorti ingénieur de l'Ecole navale des arts et métiers d'Aix-en-Provence, il devient un temps journaliste de cinéma. Après avoir gagné Paris, il réalise plusieurs courts métrages et devient assistant réalisateur sur le film Véronique (1949) de Robert Vernay.

Grand ami de Charles Aznavour.

Il est journaliste au magazine "Horizon" en 1944

29 mars 2000 : il est élu membre de l'Académie des Beaux-Arts.

Il a raconté son enfance dans ses deux derniers films formant diptyque : Mayrig et 588, rue Paradis.

Il est l'auteur, en association avec Christian-Marcel Russo, d'une autobiographie intitulée V. comme Verneuil.

Dernière mise à jour : 26 février 2007

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Henri Verneuil s'est éteint à 81 ans.

PARIS Vendredi, à 81 ans et plus de 30 films, Henri Verneuil s'en est allé rejoindre le 588, rue Paradis. Et c'est l'Académie des beaux-arts, dont il avait été fait membre en l'an 2000, qui a annoncé le décès du cinéaste, d'une crise cardiaque. Pour les uns, c'est un grand du septième art populaire qui s'est éteint. Pour les autres, un faiseur qui avait trop ou trop souvent regardé vers Hollywood. Une critique qui le blessait profondément. `Peut-être que quand j'aurai un pied dans la tombe, on estimera que j'ai un énorme talent ´, plaisantait-il déjà dans les années 50. Le public, lui, n'avait pas attendu ce moment pour le consacrer roi de ce que l'on n'appelait pas encore, à l'époque, le box-office. Car plus que tout autre, le réalisateur d'origine arménienne savait s'entourer des plus grands et faire financer des projets colossaux.

C'est pourtant petitement et par une porte dérobée qu'il arrive au cinéma. Débarqué à Marseille à l'âge de quatre ans, à bord d'un cargo rempli d'oranges, Achod Malakian avait vu le jour à Rodosto, en Turquie, le 15 octobre 1920. Sa famille, fuyant le génocide arménien perpétré par les Turcs, s'installe sur la Canebière. Achod s'inscrit aux Arts et Métiers et embrasse, plus tard, la carrière de journaliste. Mais le cinéma l'attire. Et, comme il aimait à le répéter, c'est grâce à un autre Arménien, Rouben Mamoulian, dont il avait admiré le film La reine Christine, au cinéma Rialto, qu'il décide d'en faire son métier. A l'occasion du tournage d'un documentaire sur sa ville, Escale au soleil, il rencontre Fernandel qui accepte d'en lire le commentaire. Ce sera le début d'une longue amitié entre les deux hommes qui travailleront ensemble sur La table aux crevés, Le boulanger de Valorgues, Le mouton à cinq pattes - qui lui vaudra l'Oscar du meilleur film étranger - et, bien entendu, La vache et le prisonnier.

Ce sera ensuite au tour de Gabin de faire un bout de chemin avec Verneuil, de Mélodie en sous-sol au Clan des Siciliens en passant par Un singe en hiver. Belmondo (100.000 dollars au soleil, Week-end à Zuydcoote, Peur sur la ville), Delon (Le clan des Siciliens) seront aussi ses intimes. `Tous ses films sont nés d'une amitié ou en ont fait naître une´, écrivait d'ailleurs, dans un hommage, François Chalais. Puis vint sa période hollywoodienne, pendant laquelle on le qualifia de plus américain des cinéastes français...A la fin des années 70, son étoile pâlit. I comme Icare ou Mille milliards de dollars déçoivent. Il s'attelle alors à la rédaction d'un livre, Mayrig (maman, en arménien), qu'il portera à l'écran, en deux parties (Mayrig, 588, rue Paradis), et dans lequel il raconte, enfin, sa vie de jeune émigré.

En 1996, on décerne à Verneuil un César d'honneur. Mais ses plus belles récompenses sont les deux jeunes enfants que lui donne sa seconde épouse, Véronique. Aujourd'hui, Sophie, Patrick (né d'un premier mariage), Sevan et Kayané ont perdu bien plus qu'un monument du cinéma...

 

Source : Isabelle Monnart de la Dernière Heure. - Fait le 26 février 2007 par Philippe de CinéMémorial.

 

UNIQUE RÉCOMPENSE

 

1996 - César d'honneur pour l'ensemble de sa carrière, France.

Filmographie

 

35 LONGS MÉTRAGES DÉTAILLÉS
_________________________________

 

1992 - 588 RUE PARADIS

 

1991 - MAYRIG

 

1983 - MORFALOUS .LES

 

1982 - MILLE MILLIARDS DE DOLLARS

 

1979 - I COMME ICARE

 

1975 - CORPS DE MON ENNEMI .LE

 

1974 - PEUR SUR LA VILLE

 

1973 - SERPENT .LE

 

1971 - CASSE .LE

 

1969 - CLAN DES SICILIENS .LE

 

1968 - BATAILLE DE SAN SÉBASTIAN .LA

 

1967 - VINGT-CINQUIÈME HEURE .LA

 

1964 - WEEK-END À ZUYDCOOTE

 

1963 - MÉLODIE EN SOUS-SOL

 

1963 - CENT MILLE DOLLARS AU SOLEIL

 

1962 - SINGE EN HIVER .UN

 

1961 - LIONS SONT LÂCHÉS .LES

 

1960 - PRÉSIDENT .LE

 

1960 - FRANÇAISE ET L'AMOUR .LA

 

1960 - AFFAIRE D'UNE NUIT .L'

 

1959 - VACHE ET LE PRISONNIER .LA

 

1958 - GRAND CHEF .LE

 

1958 - MAXIME

 

1957 - MANCHE ET LA BELLE .UNE

 

1956 - PARIS, PALACE HÔTEL

 

1955 - DES GENS SANS IMPORTANCE

 

1954 - AMANTS DU TAGE .LES

 

1954 - MOUTON À CINQ PATTES .LE

 

1953 - CARNAVAL

 

1953 - ENNEMI PUBLIC N°1 .L'

 

1952 - FRUIT DÉFENDU .LE

 

1952 - BRELAN D'AS

 

1952 - BOULANGER DE VALORGUE .LE

 

1951 - TABLE AUX CREVÉS .LA

 

1949 - VÉRONIQUE

 

1 PARTICIPATIONS POUR LA TÉLÉVISION
____________________________________________

 

1993 - MAYRIG
Série TV - Réal+Scén+Dial : Henri Verneuil

 

1 DOCUMENTAIRE et 11 COURTS MÉTRAGES
____________________________________________

1950 - ON DEMANDE UN BANDIT
Court métrage - Réal : Henri Verneuil

 

1950 - PIPE CHIEN
Court métrage - Réal+Adapt : Henri Verneuil

 

1950 - ART D'ÊTRE COURTIER .L'
Court métrage - Réal : Henri Verneuil

 

1950 - LÉGENDE DE TERRE-BLANCHE .LA
Court métrage - Réal+Scén : Henri Verneuil

 

1950 - MALDONNE
Court Métrage - Réal+Scén : Henri Verneuil

 

1950 - CHANSONS S'ENVOLENT .LES
Court métrage - Réal : Henri Verneuil

 

1949 - NOUVEAUX MISÉRABLES .LES

 

1949 - TRENTE-TROISIÈME CHAMBRE
Court métrage - Réal : Henri Verneuil

 

1947 - RYTHMES DE PARIS
Court métrage - Réal+Scén : Henri Verneuil

 

1947 - ESCALE AU SOLEIL
Documentaire - Court métrage - Réal+Scén+Dial : Henri Verneuil

 

1949 - JOURNÉE AVEC JACQUES HÉLIAN ET SON ORCHESTRE .UNE
Court métrage - Réal : Henri Verneuil

 

1948 - À LA CULOTTE DE ZOUAVE

________________________________________________

 

commentaires (3)

GIVKOVIC

31-08-2008 09:33:57

Je suis à la recherche du nom de sa réalisation cinématographique en 3 parties, sur sa vie avec sa famille émigrée à Marseille. Chaque film porte un nom différent. Merci de me répondre et de me dire comment je peux les voir, j'espérais que la télé les transmettrait au moment de sa mort... merci à l'avance,

GIVKOVIC Janine

02-10-2008 13:28:20

Je viens de relever les noms des films que je cherchais : il n'y en a 2, MAYRIG et 588 rue Paradis. Les titres ne sont pas surligné en jaune, donc je ne peux pas avoir plus de détails ! Merci de votre compréhension et de me tenir informée.

DUMP KRAMER

28-12-2009 23:05:40

J'en ai encire froid dans le dos. Peur sur la ville... Un homme en haut de la colline du polar. Un guide de hautes montagnes. Dump Kramer