GILBERT GIL

Vue 259 fois

Profession:
Acteur, réalisateur et homme de théâtre français.

Date et lieu de naissance:
07-09-1913, à Goussainville dans le Val-d'Oise en France.

Date et lieu du décès:
25-08-1988, à Maisons-Laffitte, dans les Yvelines en France.

Cause du décès:
Décédé d'un emphysème à l'âge de 74 ans.

Nom de naissance:
Gilbert Jean Alphonse Moreau.

État civil:
Aucune info sur sa vie privée, était’il marié avait’il des enfants ? , on ne sait pas…

Taille:
?

Commentaires: 0

Anecdotes



Gilbert Gil et Madeleine Robinson


photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Gilbert Gil, est né Gilbert Jean Alphonse Moreau le 7 septembre 1913 à Goussainville dans le Val-d'Oise en région Île-de-France.

Après avoir étudié l'art dramatique au conservatoire de Paris, il se produit en 1935 au Théâtre Saint-Georges dans « Rouge ! » une comédie en trois actes d'Henri Duvernois avec Signoret et Gaby Morlay. Une activité théâtrale qu'il alternera tout au long de sa carrière avec ses compositions cinématographiques.

Cette même année 1935, il fait ses premiers pas au cinéma jouant un étudiant dans « Mayerling » d’Anatole Litvak avec Charles Boyer et Danielle Darrieux. C’est ensuite le policier romantique « Pépé le Moko » (1936) de Julien Duvivier, où son rôle de Pierrot le jeune protégé de Jean Gabin lui vaut d'emblée la célébrité avec Mireille Balin, Line Noro et Lucas Gridoux.

Il enchaîne rapidement d’autres films comme jeune premier un peu timide et pâlot. Il est le camarade de fac de Danielle Darrieux dans le drame « Abus de confiance » (1937) d’Henri Decoin avec Yvette Lebon et Charles Vanel ; le fils de Raimu où père et fils se déchire pour les faveurs de la charmante Natalie (Michèle Morgan) dans « Gribouille » (1937) de Marc Allégret.



Il est Pierre, l’amoureux timide de Suzy une prostituée (Michèle Morgan) dans le dramatique « L’entraîneuse » (1938) d’Albert Valentin ; le médecin Louis Blérioz, le fils du compositeur Hector Blérioz, interprété par Jean Louis Barrault dans le biopic « La symphonie fantastique » (1941) de Christian-Jaque avec Renée Saint-Cyr, Lise Delamare et Jules Berry ; l'anarchiste Gavrilo Princip, l'assassin de l’archiduc François-Ferdinand, à Sarajevo, dans le drame « De Mayerling à Sarajevo » de Max Ophüls, (1940) un acte qui à déclenché la Première Guerre mondiale.

L’instituteur, Mr Morin dans la comédie dramatique « Nous les gosses » (1941) de Louis Daquin, il responsabilise ses élèves pour qu’ils se cotisent afin de payer la verrière qu’ils ont cassé en jouant au foot, mais un voyou (Raymond Bussières) s’empare de la tirelire, les enfants jouent au détective et découvrent le coupable.

Dans un triangle romantique « Secrets » (1942) de et avec Pierre Blanchar qui est marié à Marie-Thérèse (Marie Déa), pour améliorer les résultats scolaires de son petit garçon, Marie fait appel à un précepteur, Michel (Gilbert Gil), Claire, une jeune orpheline de 17 ans qui partage les cours du maître n'est pas indifférente au charme du jeune homme tout comme Marie-Thérèse qui tombe également amoureuse de Michel et jalouse sa pupille.

Une comédie fantaisiste « On demande un ménage » (1945) de Maurice Cam, tout juste démobilisés, Pierre et son ami Jacques (Gilbert Gil et Robert Dhéry) s'engagent chez un savant farfelu Octave Le Goulven (Jean Tissier) pour retrouver le trésor caché dans sa propriété par l'oncle de Pierre, leur projet et vite perturbé par l’entourage d’Octave.

André Cayatte signe le drame social « Le dernier sou » (1946), un escroc (Noël Roquevert) directeur d’une agence financière, engage Pierre (Gilbert Gil) un champion cycliste et tente de l’escroquer, la secrétaire du directeur, Marcelle (Ginette Leclerc) amoureuse de Pierre fait son possible pour l'éloigner des escroqueries de son patron mais ce dernier réussit à le piéger et à le ruiner, Marcelle le dénonce à la police, mais avant d'être arrêté celui-ci la tue.



Saturnin Fabre, Jean Gabin et Gilbert Gil - Dans le film de 1937 : Pépé le Moko.


En 1947, il passe derrière la caméra et réalise une aventure d'espionnage « Brigade criminelle » il se donne le rôle du dirigeant de la brigade, il charge son commissaire Chabrier (Jean Davy) de démasquer un réseau d'espions, avec dans les rôles principaux Gisèle Préville et Jean-Max. Le film n’a pas trouvé le succès et restera sa seule et unique réalisation.

Dans un drame mystérieux « La dame d'onze heures » (1947) de Jean Devaivre, dans la famille Pescara où chacun tait ce qu’il sait, Gérard (Pierre Renoir) reçoit de nombreuses lettres anonymes, jusqu'au jour où son fils Charles (Gilbert Gil) est retrouvé agonissant apparemment empoisonné, il a murmuré avant de mourir ‘La dame d'onze heures’, puis c'est le père qui est empoisonné, le détective S.O.S (Paul Meurisse) ami de la famille mène l’enquête, qui le conduit dans une mystérieuse clinique dans le nord de la France.

Les années suivantes, l’acteur ralenti son activité et tourne avec parcimonie tant au théâtre qu’au cinéma. On le retrouve en 1950 dans le drame familial de Maurice Cloche « Né de père inconnu », où il est Raymond Denis accusé d'avoir tué sa maîtresse, alors qu'elle s'est suicidée parce qu'il ne voulait pas reconnaître leur enfant, lors du procès, il est acquitté par son avocat Claude Nogent (Jean-Pierre Kérien) né lui aussi de père inconnu, Raymond retrouvera le bonheur auprès de Jacqueline (Nicole Stéphane) avec au casting les principaux protagonistes, Gaby Morlay, Gabrielle Dorziat et Héléna Manson.

C’est ensuite Sacha Guitry qui lui confie des personnages du 18éme siècle dans ses fresques historiques tels: l’écrivain Jean-Jacques Rousseau dans « Si Versailles m'était conté » (1953) ; Louis Bonaparte dans « Napoléon » (1954) ; le dramaturge Molière dans « Si Paris nous était conté » (1955). Trois grands succès dans lesquels on y retrouve une pléiades de grands acteurs. Pour Jean Boyer il campe un commandant d'aviation lors de la Première Guerre mondiale dans « La Madelon » (1955) avec Line Renaud dans le rôle titre.

Dans les années 60, sa carrière est pratiquement terminée, ses six derniers films ne relèvent plus guère de rôles bien passionnants, souvent non crédité, on peux à peine sauver son rôle du chroniqueur judiciaire dans « Les bonnes causes » (1962), de Christian-Jaque avec Pierre Brasseur, Marina Vlady et Bourvil ; et pour son dernier film il campe un inspecteur dans le thriller « Le glaive et la balance » (1962) d'André Cayatte, où trois jeunes hommes (Anthony Perkins, Jean-Claude Brialy et Renato Salvatori) sont accusés de kidnapping et d'assassinat d'un petit garçon, c'est la foule qui rendra un verdict impitoyable.



Jean Gabin et Gilbert Gil - Dans le film de 1937 : Pépé le Moko.

Filmographie



Michele Morgan et Gilbert Gil - Dans le film de 1937 : Gribouille.


48 LONGS MÉTRAGES DÉTAILLÉS
_________________________________

1963 - GLAIVE ET LA BALANCE .LE

1963 - BONNES CAUSES .LES

1963 - ASSASSIN VIENDRA CE SOIR .L'

1962 - TEMPS DES COPAINS .LE

1961 - DANS LA GUEULE DU LOUP

1960 - EN VOTRE ÂME ET CONSCIENCE

1958 - ÇA N'ARRIVE QU'AUX VIVANTS

1955 - SI TOUS LES GARS DU MONDE

1955 - SI PARIS NOUS ÉTAIT CONTÉ

1955 - MADELON .LA

1954 - NAPOLÉON

1953 - SI VERSAILLES M'ÉTAIT CONTÉ

1951 - MOUSQUETAIRES DU ROI .LES

1950 - NÉ DE PÈRE INCONNU

1947 - MANNEQUIN ASSASSINÉ .LE

1947 - DAME DE ONZE HEURES  .LA

1947 - BRIGADE CRIMINELLE

1946 - MONSIEUR DE FALINDOR

1945 - ON DEMANDE UN MÉNAGE

1945 - LEÇON DE CONDUITE

1943 - SECRETS

1943 - PIERRE ET JEAN

1943 - DERNIER SOU .LE

1942 - SYMPHONIE FANTASTIQUE .LA

1942 - MONSIEUR LA SOURIS

1942 - LOI DU PRINTEMPS .LA

1942 - HAUT LE VENT

1942 - ASSASSIN A PEUR LA NUIT .L'

1941 - NOUS LES GOSSES

1941 - HISTOIRE DE RIRE

1941 - ÂGE D'OR .L'

1939 - NUIT DE DÉCEMBRE

1939 - DE MAYERLING À SARAJEVO

1938 - NOIX DE COCO

1938 - GLU .LA

1938 - ENTRAÎNEUSE .L'

1937 - VOLEUR DE FEMMES .LE

1937 - GRIBOUILLE

1937 - FEMME SANS IMPORTANCE .UNE

1937 - CHANTEUR DE MINUIT .LE

1937 - CANTINIER DE LA COLONIALE .LE

1937 - ABUS DE CONFIANCE

1936 - MAYERLING

1936 - JEUNES FILLES DE PARIS

1936 - GRANDS .LES

1936 - PÉPÉ LE MOKO

1936 - MIOCHE .LE

1936 - COUPABLE .LE

 

5 PARTICIPATIONS POUR LA TÉLÉVISION
____________________________________

1969 - ALLÔ POLICE
Série TV

1965 - THIERRY LA FRONDE
Série TV - Épisode : Le Signe du sagittaire

1965 - MISÈRE ET LA GLOIRE .LA
Téléfilm

1960 - ET CE FUT LA MARNE
Téléfilm

1958 - CHÂTEAUX EN ESPAGNE
Téléfilm

 

_______________________ FIN ____________________

 

commentaires (0)