FAY BAINTER

Vue 7393 fois

Profession:
Actrice américaine.

Date et lieu de naissance:
07-12-1893, à Los Angeles, Californie, États-Unis.

Date et lieu du décès:
16-04-1968, à Beverly Hills, Californie, États-Unis.

Cause du décès:
D'une pneumonie à l'âge de 74 ans.

Nom de naissance:
Fay Okell Bainter.

État civil:
Mariée en 1922 avec : REGINALD VENABLE - Jusqu'au décès de Reginald en 1964.
Ils eurent un fils : Richard Venable.

Taille:
(1m65)

Commentaires: 0

Anecdotes

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à FAY BAINTER

Ajout de la vidéo le 02 août 2020 par Philippe de CinéMémorial

 

Fille des comédiens Charles F. Bainter et de Mary Okell, Fay Okell Bainter vient au monde le 7 décembre 1893 à Los Angeles dans l’Etat de Californie aux Etats-Unis. A peine âgée de six ans, elle fait ses débuts sur scène aux cotés des ses parents et a quinze ans elle se produit avec la troupe itinérante de la Morosco Stock Company de Los Angeles. Puis en 1912 elle décroche son premier rôle à Broadway; elle a joué Céline Marinter dans « The Rose of Panama» suivi de «The Bridal Path» (1913) puis enchaîne plusieurs pièces de théâtre alternant comédie et mélodrame.

Fay Bainter et Bette Davis recevants leurs Oscars de 1939 pour le film : Jezabel

C’est lors d’une représentation théâtrale qu’elle est admirée par lieutenant-commandant Reginald Venable de la Marine, il tombe immédiatement amoureux de Fay . Ils se sont fiancés pendant un an avant de se marier en 1920. (Pour la petite histoire Reginald a fait la une, quand il a enfreint les règlements de la Marine en utilisant le destroyer dont il était responsable à des fins personnels pour rencontrer sa bien aimée, il a réorienté le cap du destroyer afin qu'il puisse être le premier à rencontrer le bateau à vapeur de Bainter qui revenait d'un voyage en Europe mais la Marine a cependant, a été indulgent déclarant que c’était un acte d’amour.) Cinq plus tard il a démissionné de la marine pour gérer les affaires commerciales de sa femme et pour s'impliquer dans des travaux immobiliers. Le couple a eu un fils, Reginald Venable, Jr., qui est devenu acteur.

En 1926 Fay atteint la reconnaissance du public et est acclamée par la critique pour sa performance dans «The Enemy» de Channing Pollock, dans laquelle elle partage la vedette avec le célèbre Walter Abel. Après une vingtaine d’années à fouler les planches de théâtre où elle a gagné son statut de star, Fay Bainter se laisse convaincre par la MGM d’aborder le cinéma.

A 40 ans, elle apparaît pour la première fois dans un drame social et familial «Ce côté du paradis» (1933) où elle est l’épouse de Lionel Barrymore qui impliqué dans une affaire de détournement de fond pense au suicide. Après avoir honoré tous ses contrats théâtraux, elle revient au grand écran en 1937 avec des personnages maternels qu'elle réalisera tout au long de sa carrière. Tout en parlant de sa voix rauque si caractéristique, elle joue la mère d’Anton Walbrook qui tient le rôle titre dans «Les aventures de Michel Strogoff» et enchaîne la même année avec le rôle de la maman de Katharine Hepburn dans «Pour un baiser» de George Stevens avec Franchot Tone.

L’année 1938 s’avère positive pour Fay Bainter. Elle nommée à l’Oscar de la meilleure actrice (sans l’obtenir) pour son rôle émouvant dans «La femme errante» d’Edmund Goulding, elle campe une femme sans-abri qui dérive dans la vie, elle se rend utile comme cuisinière et femme de ménage dans une famille où elle sait que leur voisin est le fils qu'elle a enfanté hors mariage et abandonné pour l’adoption ; elle remporte l’Oscar du meilleur second rôle féminin pour son interprétation de la sévère tante de Bette Davis qui remporte l’Oscar de la meilleure actrice pour son rôle d’une femme vaniteuse et obstinée dans «L’insoumise» (1938) de William Wyler avec Henry Fonda son fiancé. Elle est exceptionnelle dans sa manière d’interpréter une femme de la bonne société dans «La douairière et les gangsters» (1938) de Benjamin Stoloff elle est en fait un chef d’un gang organisé pour chasser tous les raquetteurs de sa ville.

Fay Bainter a marqué l'histoire du cinéma hollywwodien en devenant la première actrice à être nominée pour un Oscar deux fois la même année 1939 ; pour la meilleure actrice dans «La femme errante» et la meilleure actrice dans un second rôle dans «L’insoumise» pour lequel elle a remporté la statuette.

De construction trapue, des yeux expressifs et une voix chaude et légèrement fumée elle va s’imposer comme l’une des meilleures actrices de complément de l’âge d’or d’Hollywood dans une vingtaine de productions où sa personnalité reflète bien souvent des personnages sévères voire antipathiques, elle est entre autres, la despotique belle-sœur de Joan Crawford une danseuse de night-club dans «L’ensorceleuse » (1938) de Frank Borzage avec Melvyn Douglas et Margaret Sullavan ; la mère du brillant inventeur Thomas Alva Edison incarné par Mickey Rooney dans le biopic de Norman Taurog «La jeunesse d’Edison» (1940) ; la riche et égoïste matrone qui se soucie peu des effets de la Seconde Guerre mondiale dans «La guerre contre Mme Hadley» (1942) de Harold S. Bucquet avec Jean Rogers et Richard Ney ses enfants ; la tante excentrique aux comportement étrange vis-à-vis de Merle Oberon dans «Eaux dormantes» (1944) de André De Toth avec Franchot Tone et Thomas Mitchell ; ou encore la mère autoritaire, surprotectrice et abusive de Danny Kaye un rêveur dans «La vie secrète de Walter Mitty» (1947) de Norman Z. McLeod. Elle termine sa carrière en 1961 au grand écran avec le dramatique «La rumeur» de William Wyler elle nommée à l’Oscar du meilleur second rôle pour celui de la riche grand-mère de sa petite fille Karen Balkin, une gamine menteuse qui pour se venger de ses deux directrices Audrey Hepburn et Shirley MacLaine qui l'ont puni, elle colporte qu'elle a vu les deux directrices avoir des rapports inavouables ce qui aura des effets tragiques.

Dès les années 50, Fay Bainter s’est produit également à la télévision dans une vingtaine de séries et a participé à quelques émissions ou shows télévisées, elle se retire définitivement à 72 ans après un exceptionnel parcours cinématographique. L’actrice s’éteint le 16 avril 1968 à l’âge de 74 ans à Los Angeles, emportée par une pneumonie ; elle repose au cimetière militaire d’Arlington en Virginie aux côtés de son mari.

Source : Gary Richardson - Fait le 02 août 2020 par Philippe de CinéMémorial.

 

 

SES RÉCOMPENSES :

1939 - Pour le film : L'INSOUMISE - Oscar - Meilleure actrice de soutien, États-Unis.