CLAUDE MERELLE

Vue 227 fois

Profession:
Actrice française.

Date et lieu de naissance:
17-04-1888, à Bois-Colombes en région parisienne, en France.

Date et lieu du décès:
16-09-1976, à Nice dans les Alpes-Maritimes, en France.

Cause du décès:
De mort naturelle à l'âge de 88 ans.

Nom de naissance:
Lise Henriette Marie Laurent.

État civil:
Au cours de sa vie, elle se maria à 1 reprise, pas d'enfant :

Mariée en 1923 avec l'acteur de théâtre et de cinéma : ALBERT DECOEUR
Jusqu'à la mort d'Albert en 1942.

Taille:
?

Commentaires: 0

Anecdotes

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Claude Mérelle est née Lise Henriette Marie Laurent le 17 avril 1888 à Bois-Colombes, en région parisienne. Son père Jules Laurent est employé de banque; sa mère Hortense une femme au foyer. Elle débute au cinéma sous son propre nom, Lise Laurent. L'histoire de ses débuts vaut d'être contée. Elle assistait un jour à une représentation, au Gaumont-Palace, lorsqu'un directeur de chez Gaumont s'avança vers elle pour lui rendre ses hommages, surprise Claude lui fit comprendre qu’il y erreur en la personne , le directeur l'avait prise pour la soprano italienne Lina Cavalieri,(c’est vrai qu’il y a une forte ressemblance) la méprise, vite dissipée profita à Lise Laurent, qui, quelques jours plus tard débuta au cinéma en 1912 pour la Société Gaumont devant les caméras de Louis Feuillade , dans le court métrage «Les noces sicilienne» . Puis elle enchaîne quelques films d’une ou deux bobines, principalement dirigés par Louis Feuillade, Gaston Ravel ou Léonce Perret.

Ce n’est qu’en 1918, sous le pseudonyme de Claude Mérelle, qu’elle entame sa carrière d’actrice de premier plan. Elle obtient son premier rôle majeur dans le drame social «Au travail» (1919) de Henri Pouctal, un sérial en sept chapitres où le réalisateur nous montre la misère du peuple elle est l’épouse coquette, adultère et diabolique dont la dépendance au luxe amène la chute de l’usine de son mari, ayant découvert son adultère, fou de douleur, il met le feu à son usine. Dans «Le roi de Camargue » (1921) de André Hugon, elle est la bohémienne nommée La Zingara, une femme à la beauté éblouissante dont le roi de Camargue, Charles de Rochefort, tombe sous charme, (dans ce film les fauves ne lui font pas peur et ne répugne pas de toucher les reptiles, mais Claude avait une crainte insurmontable de l’eau, surtout depuis le jour où, tournant une scène du «Rêve d'yvonne» de Georges Denola, elle faillit se noyer). Puis dans le sérial historique en 12 épisodes «Les trois mousquetaires» (1921) de Henri Diamant-Berger, une des meilleures adaptations de l’époque du cinéma muet du roman de Alexandre Dumas père, elle est la vénéneuse Milady de Winter qui finira assassinée dans le dernier épisode. Dans «La bouquetières des innocents» (1922) de Jacques Rober, elle est à la fois la gentille fleur Margot et la mauvaise fille Leonora Galigaï. Dans sa comédie «Dans Notre-Dame d’Amour» (1922), André Hugon profite de sa superbe pour en faire une fille peu farouche et volage nommée la belle Roseline.

Après avoir campé la comtesse Zicka dans «L’espionne» (1923) de Henri Desfontaines, Claude Mérelle combat un imposteur nommé Rocambole dans «Les premières armes de Rocambole» (1923) de Charles Maudru. Et dans sa suite «Les amours de Rocambole» (1924) du même réalisateur, elle tient le rôle de Baccara, une femme qui défend les faibles contre le brigand Rocambole, interprété par Maurice Thorez. En 1924, dans «Jocaste» (1924) de Gaston Ravel, elle est cette héroïne grecque mal mariée à Laïus roi de Thèbes qui sera tué par son propre fils.

Elle porte avec aisance l’habit d’aristocrate dans le sérial historique en 8 épisodes «Le Vert Galant » (1924) de René Leprince, elle est l’élégante duchesse de Montpensier. Puis, dans «Jean Chouan» (1925) de Luitz-Morat, un sérial en huit épisodes, elle est Maryse Fleurus une courtisane qui aime le fils du révolutionnaire Jean Chouan. Elle enchaîne avec une autre production en plusieurs épisodes, «Milord l’Arsouille» (1925) de René Leprince, où elle est Lady Seymore dans ce film qui retrace les aventures du fortuné Parisien Mylord l’Arsouille incarné par Aimé Simon-Girard. Dans «Le capitaine Rascasse» (1926), Henri Desfontaines lui donne le titre de la Madelon, la reine du whisky. Toujours dans l’aristocratie, elle est la baronne de Saint-Dizier dans «Le juif errant» (1926) de Luitz-Morat, un sérial en cinq chapitres.

Elle fait une dernière apparition au cinéma dans le drame d’aventure de 1927 «Rapa-Nui» réalisé par Mario Bonnard et avec André Roanne.

Claude Merelle quitte les plateaux à l’approche du cinéma parlant, en effet après quelques essais sa voix passe mal sur la bande son, un peu trop nazillarde et son jeu outrancier devient démodé, elle quitte alors définitivement la profession en 1928. Retirée sur la Cote d’Azur, elle s’éteint dans son appartement de Nice le 16 septembre 1976 à l'âge de 88 ans.

Elle a été mariée avec l'acteur de théâtre et de cinéma Albert Decoeur de 1923 jusqu'à sa mort en 1942. Les deux amoureux avaient joués dans plusieurs films ensemble.

Source : Gary Richardson - Fait le 08 août 2020 par Philippe de CinéMémorial.

 

Filmographie

 

46 LONGS MÉTRAGES ET COURTS MÉTRAGES
_________________________________

 

 

1928 - RAPA-NUI

 

1926 - JUIF ERRANT .LE

 

1926 - CAPITAINE RASCASSE .LE

 

1925 - MYLORD L'ARSOUILLE
Réal : René Leprince (Sérial en 8 époques)

 

1925 - JEAN CHOUAN

 

1924 - VERT GALANT .LE
Réal : René Leprince (Sérial en 8 époques)

 

1924 - PREMIÈRES ARMES DE ROCAMBOLE .LES

 

1924 - JOCASTE
Réal : Gaston Ravel

 

1924 - AMOURS DE ROCAMBOLE .LES
Réal : Charles Maudru

 

1923 - PETIT CHOSE .LE

 

1923 - ESPIONNE .L'
Réal : Henri Desfontaines

 

1923 - DIAMANT NOIR .LE

 

1922 - STELLA LUCENTE
Réal : Raoul d'Auchy

 

1922 - NOTRE DAME D'AMOUR
Réal : André Hugon

 

1922 - BOUQUETIÈRE DES INNOCENTS .LA
Réal : Jacques Robert

 

1921 - TROIS MOUSQUETAIRES .LES

 

1921 - ROI DE CAMARGUE .LE

 

1921 - AVENTURES DE ROBINSON CRUSOÉ .LES
Réal : Gaston Leprieur et Mario Garguelo

 

1920 - MYSTÈRES DU CIEL .LES
Réal : Gérard Bourgeois

 

1919 - CROISADE .LA
Réal : René Le Somptier

 

1918 - FEMME .LA
Réal : Claude de M. Maurice (court métrage)

 

1918 - AU TRAVAIL

 

1916 - RÊVE D'YVONNE .LE
Réal : Georges Denola (court métrage)

 

1916 - PARIS PENDANT LA GUERRE
Réal : Henri Diamant-Berger

 

1916 - MIRAGE DU COEUR .LE
Réal : Roger Tréville (court métrage)

 

1916 - FILLE D'ÈVE .LA
Réal : Gaston Ravel (court métrage)

 

1916 - DEBOUT LES MORTS !
Réal : Léonce Perret, André Heuzé et Henri Pouctal (court métrage)

 

1916 - CONFRONTATION .LA (court métrage)

 

1916 - CHANTECOQ OU L'ESPIONNE
Réal : Guillaume d'Henri Pouctal (court métrage)

 

1915 - PÊCHEUR D'ISLANDE
Réal : Henri Pouctal (court métrage)

 

1915 - FIFI TAMBOUR
Réal : Louis Feuillade (court métrage)

 

1915 - FER À CHEVAL .LE
Réal : Louis Feuillade (court métrage)

 

1915 - ESCAPADE DE FILOCHE .L'
Réal : Louis Feuillade (court métrage)

 

1915 - DEUX FRANÇAISES
Réal : Louis Feuillade (court métrage)

 

1915 - DEBOUT LES MORTS
Réal : Henri Pouctal

 

1915 - COLONEL BONTEMPS .LE
Réal : Louis Feuillade (court métrage)

 

1915 - COLLIER DE PERLES .LE
Réal : Louis Feuillade (court métrage)

 

1915 - CELUI QUI RESTE
Réal : Louis Feuillade (court métrage)

 

1915 - AUTRE DEVOIR .L'
Réal : Léonce Perret (court métrage)

 

1915 - ANGOISSE AU FOYER .L'
Réal : Louis Feuillade (court métrage)

 

1914 - UNION SACRÉE .L'
Réal : Louis Feuillade (court métrage)

 

1914 - ROMAN DE MIDINETTE .LE
Réal : Louis Feuillade (court métrage)

 

1914 - PETITE RÉFUGIÉE .LA
Réal : Gaston Ravel (court métrage)

 

1914 - FIANCÉES DE 1914 .LES
Réal : Louis Feuillade (court métrage)

 

1914 - BOUQUETIÈRE DES CATALANS .LA
Réal : Gaston Ravel (court métrage)

 

1912 - NOCES SICILIENNES .LES
Réal : Louis Feuillade (court métrage)

 

_______________________FIN_____________________

commentaires (0)