CLAUDE FARALDO

Vue 8577 fois

Profession:
Acteur, réalisateur et scénariste français.

Date et lieu de naissance:
23-03-1936, à Paris, France.

Date et lieu du décès:
30-01-2008, à Alès, Gard, France.

Cause du décès:
D'une crise cardiaque à l'âge de 71 ans.

Nom de naissance:
Claude Faraldo.

État civil:
Une fille : Julie.

Taille:
?

Commentaires: 2

Anecdotes

Claude Faraldo est aussi l'auteur d'une pièce de théâtre intitulée Doux Métroglodytes, dont il s'est inspiré pour réaliser Themroc (1972).

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Cinéaste autodidacte et contestataire, auteur d'une douzaine de films joyeusement provocateurs, d'inspiration anarchiste tels que "Bof", "Themroc" ou "Deux lions au soleil", le réalisateur Claude Faraldo est décédé mardi à l'âge de 71 ans, a-t-on appris jeudi auprès de son agent.

Né à Paris le 23 mars 1936, Claude Faraldo avait exercé divers petits métiers avant de venir au cinéma dans les années 60 et 70, où s'était épanoui son esprit radicalement contestataire.

Il a été inhumé ce jeudi "dans le Midi, en toute intimité", a indiqué à l'AFP son agent, Pierrette Panou.

L'un des rares cinéastes français à revendiquer une origine prolétarienne, Claude Faraldo a signé entre 1965 et 2000 une douzaine de titres ("La jeune morte", "Tabarnac", "Deux lions au soleil", "Flagrant désir"..) qui forment une oeuvre placée sous le signe de la rébellion et du refus des conformismes.

Parmi les plus connus figurent "Bof ou l'anatomie d'un livreur", une truculente pochade avec Marie Dubois et Paul Crauchet, jugée très provocante à sa sortie en 1971 : l'histoire d'un ouvrier décidant, au nom du droit à la paresse, de changer de vie.

L'année suivante, il clouait au pilori la société de consommation dans un autre film controversé, "Themroc", joyeuse farce montrant la révolte radicale d'un peintre en bâtiment, vieux garçon, incarné par Michel Piccoli.

Après un incident avec son patron, celui-ci s'enfuyait en rugissant et poussait les habitants de son quartier à retourner à l'âge des cavernes - grognements, borborygmes et rugissements remplacent les dialogues dans ce film, où les rapports mère-fils, frère-soeur, employeur-salarié sont mis en pièces.

Après l'échec de son long-métrage "Tabarnac" en 1974, il avait travaillé pour la télévision, signant notamment "le Serpent vert" et "Tête de pioche" dans les quartiers populaires de Marseille.

Le Festival de cinéma d'Alès, Itinérances, qui lui avait rendu hommage en 2006, regrette jeudi dans un communiqué la disparition d'un "cinéaste autodidacte, qui s'était emparé de cet art avec une énergie farouche, donnant à intervalles réguliers des nouvelles de la famille, du monde ouvrier, de la société française".

Claude Faraldo s'était "imposé dans les années 70 comme un des principaux représentants d'un cinéma contestataire, un cinéma de la rebellion et du refus des conformismes", dit le festival.

Source : AFP.

 

 

 

 

ENTRETIEN RÉALISÉ PAR JEAN ROY

 

Rencontres cinématographiques de Seine-Saint-Denis
Claude Faraldo ou le goût de la liberté
Bof, Themroc, Deux lions au soleil, Merci pour le geste, autant de films à redécouvrir pour y respirer le parfum d’un cinéma français buissonnier butinant l’air du temps et le refus des conventions.

Atypique, Claude Faraldo occupe une place à part dans le cinéma français. Une douzaine de titres parsèment pourtant son oeuvre qui, placée sous le signe de la rébellion et du refus des conformismes, trouve une place naturelle dans « De bruit et de fureur ». Rencontre avec un cinéaste si discret qu’on avait pu en venir à l’oublier un peu.

Comment êtes-vous venu au cinéma ?

Claude Faraldo. Rien ne m’y préparait, même pas par vocation. J’étais chauffeur livreur chez Nicolas avec Reiser. J’ai écrit un scénario, on m’a proposé de le faire, et voilà ! C’était la Jeune Morte, en 1965, qu’on a pu voir en Hongrie, en Tchécoslovaquie, mais qui n’est pas sorti en France. J’ai eu trois décès sur ce film, la script, la monteuse et Jean-Claude Rolland, qui était l’acteur principal. Je n’étais pas assez pro pour passer au-dessus de tout cela et je ne voulais plus en entendre parler. J’ai cru que le cinéma était fini pour moi. Après, j’ai fait une pièce de théâtre en 1969, Doux mais troglodytes. Il s’est passé un truc avec la pièce et j’ai écrit Themroc, mais on n’arrivait pas à le monter. J’ai alors fait Bof et, du coup, Piccoli s’est proposé, et Themroc est parti.

Où vous sentiez-vous dans le cinéma français ?

Claude Faraldo. Nulle part. Je ne connaissais pas le cinéma. Je n’étais ni cinéaste ni même cinéphile. J’avais vu quelques films, et c’est tout. Je n’avais jamais approché de caméra et je ne savais même pas qu’on pouvait changer les optiques. C’était une autre époque de la société et peut-être du cinéma. J’étais juste chauffeur livreur, ce qui est raconté dans Bof, film qui pourrait mentir mais ne ment pas.

Que s’est-il alors passé ?

Claude Faraldo. Bof a été viré des cinémas et Langlois l’a passé à la Cinémathèque. J’ai découvert ce gros monsieur qui semblait connaître et aimer le cinéma. Il m’a présenté des gens. Il faut dire que j’étais contre le parisianisme. Chez moi, on était communiste, on aimait Montand et Aragon. Tous les autres, c’était des intellectuels qui parlent. Le cinéma, ce n’était pas raisonnable. Avec Themroc, j’ai voulu faire un film qui soit seul et n’amène aucune analogie, c’est pourquoi il n’y a pas dedans de langage. Je ne me suis jamais senti avoir une place dans le cinéma.

Quand même, on a salué alors comment vous vous situiez dans la continuité de l’esprit libertaire de mai 1968…

Claude Faraldo. Libertaire ? Oui, ce sont surtout les metteurs en scène qui m’ont parlé le plus d’une certaine liberté que j’amenais dans le cinéma. J’agissais dans l’inconscience totale. Je ne croyais pas beaucoup à la connaissance. Maintenant j’y crois mais, alors, je pensais que l’ignorance était propice à la création et je recherchais une forme de solitude. Pas existentielle mais je pensais qu’il fallait agir à partir de ses sentiments, de ses élans et de ses réactions. Je ne connaissais même pas les gens qui faisaient du cinéma en même temps que moi. J’ai connu mai 1968 mais je n’étais pas prêt non plus.

Si on considère que vous avez tourné cinq films dans les années soixante-dix, vous faisiez quand même partie de la profession…

Claude Faraldo. Si on juge par le nombre de films, oui. Mais être d’une profession, c’est s’y sentir, en avoir la connaissance, les rapports. J’étais très peu dans l’accointance. Les gens du cinéma que j’aimais, ce n’était pas parce qu’ils étaient dans le cinéma. Quand j’ai compris que tout apprendre allait être très compliqué, qu’il me faudrait dix ans, j’ai décidé que je ne le ferais pas. J’avais raison parce que c’était faisable, parce qu’on travaille avec une équipe. Ce qu’il faut, c’est avoir des idées bien arrêtées. Un film, c’est des bouts qu’on tourne et qu’on garde à la suite des autres dans le rythme qu’on a choisi. Dans les arts techniques, le cinéma est certainement le seul où on peut travailler ainsi. Il faut dire que c’est une époque où il y avait des techniciens très intéressants. On en perd maintenant avec ce qui arrive aux intermittents.

Pourtant, on dit parfois des gens de la nouvelle vague qu’ils tournaient avec des jeunes aussi, faute de pouvoir se payer les techniciens confirmés…

Claude Faraldo. On avait le choix. Moi, il me fallait des techniciens confirmés, sentir qu’ils me suivaient bien, ça me poussait. Sur Bof, mon chef opérateur était Sacha Vierny, qui avait fait l’Année dernière à Marienbad, et c’était un homme épatant, gentil, modeste et plein de talent. C’était très important de l’avoir, pas du tout lourd. Il cherchait à se déplacer de ses films habituels. Ce sont les autres qui croyaient qu’il ne pouvait pas. Maintenant, la technique est tellement différente, avec le combo sur le côté et l’étalonnage vidéo et numérique. On n’est plus tenu aux raccords lumière, on arrange cela après. Là, on tournait à l’aveugle et on ne voyait que le lendemain ou le surlendemain. J’aimais ça. Je n’ai jamais été un bon technicien ni un bon metteur en scène mais j’avais le don géométrique de me déplacer dans l’espace, de voir du plafond en sachant que la table allait occuper l’espace et les têtes rien du tout, donc j’avais les places de la caméra. De même, je savais que si tel acteur regarde dans telle direction et tel autre dans telle autre, ils n’allaient pas, après montage, regarder ailleurs. Mes points forts ont toujours été la préparation du scénario et le jeu d’acteurs. J’ai laissé à d’autres le soin de bien faire du cinéma.

Et ensuite ?

Claude Faraldo. Plein de choses ont changé. L’arrivée de la télévision en production dans les films m’a beaucoup gêné. Que telle ou telle personne payée à l’année vienne discuter de la fin de mon film ou du choix des acteurs me dérange.

Et aujourd’hui ?

Claude Faraldo. Il y a tellement longtemps que je dis que la société doit être secouée. En ce moment, on voit des secousses maladroites et connes dans leur expression mais on ne peut pas regretter la secousse. Moi, il y a des années que j’attends le chaos. Or les sociétés que l’on croit solides sont très propices au chaos.

 

Filmographie

 

14 LONGS MÉTRAGES DÉTAILLÉS
_________________________________

 

2004 - ÉQUIPIER .L'

 

1999 - MERCI POUR LE GESTE

 

1999 - VEUVE DE SAINT-PIERRE .LA

 

1993 - ANGE NOIR .L'

 

1987 - BLANC DE CHINE

 

1985 - FLAGRANT DÉSIR

 

1983 - MESRINE

 

1980 - JARDINIER .LE

 

1980 - DEUX LIONS AU SOLEIL

 

1975 - FLEURS DU MIEL .LES

 

1974 - TABARNAC

 

1973 - THEMROC

 

1971 - BOF... ANATOMIE D'UN LIVREUR

 

1965 - JEUNE MORTE .LA

 

9 PARTICIPATIONS POUR LA TÉLÉVISION
____________________________________________

 

2006 - DAVID NOLANDE
Série TV de 2006 à nos jours - Créée par Joël Houssin
Participé comme acteur aux épisodes suivants : Chiens méchants - La carte du diable - Crescendo - L'horloge du destin - La proie des flammes
 

2005 - MAFIOSA, LE CLAN
Série TV De Louis Choquette
Uniquement interprétation

 

1995 - RIVIÈRE ESPÉRANCE .LA
Série TV en 9 épisodes de 90 Min. De Josée Dayan
Uniquement interprétation

 

1994 - PATIENCE DE MAIGRET .LA
Téléfilm d'Andrzej Kostenko
Uniquement interprétation

 

1993 - MAIGRET SE DÉFEND
Téléfilm d'Andrzej Kostenko
Uniquement interprétation

 

1992 - SERPENT VERT .LE
Téléfilm de Claude Faraldo

 

1992 - V COMME VENGEANCE
Série TV - Réalisateur de l'épisode : Champ clos

 

1989 - JUPONS DE LA RÉVOLUTION .LES
Téléfilm de Claude Faraldo

 

1988 - CHAÎNE .LA
Série TV - De Claude Faraldo

 

_______________________FIN_____________________

 

commentaires (2)

nana

07-04-2010 12:27:48

Claude faraldo et le meilleur acteur que j'ai jamais vue,j'aimerait qu'il soit encor la pour le remercier d'avoir crée tout c'est filmes

F.L

07-08-2011 08:33:54

Pour l'état civil, Claude Faraldo a eu 3 enfants (un garçon et deux filles). Cordialement