ALEC GUINNESS

Vue 7739 fois

Profession:
Acteur et réalisateur britannique.

Date et lieu de naissance:
02-04-1914, à Londres au Royaume-Uni.

Date et lieu du décès:
05-08-2000, à Midhurst dans le Sussex au Royaume-Uni.
Inhumé au cimetière de Petersfield, Hampshire.

Cause du décès:
D'un cancer du foie à l'âge de 86 ans.

Nom de naissance:
Alec Guinness de Cuffe. - Sir Alec Guinness de Cuffe.

État civil:
Marié jusqu'à son décès à l'atrice : MERULA SALAMAN (20-06-1938 - 2000)
62 années de mariage. - Ils eurent un fils : Matthew Guinness (06-06-1940)

Taille:
(178 cm)

Commentaires: 1

Anecdotes

 

 

Tout en travaillant dans le secteur publicitaire, il suivit des études d'art dramatique au Fay Compton Studio of Dramatic Art et débute sa carrière de comédien en 1936 dans le théâtre londonien Old Vic.

En 1941, il s'engagea dans la Royal Navy.

En 1946, il tourne dans Les Grandes Espérances, de David Lean. Il jouera ensuite dans Oliver Twist et De la coupe aux lèvres un an plus tard.

Il est une figure emblématique des Studios Ealing, notamment par ses prestations dans les comédies Noblesse oblige (Kind Hearts and Coronets), en 1949 (où il interprète huit rôles différents dont celui d'une femme) et Tueurs de dames (The Ladykillers), en 1955 (où il partage la vedette avec Peter Sellers).

Il est aussi un familier des films de David Lean puisqu'on le retrouve entre autre dans Oliver Twist (1948), Lawrence d'Arabie (1962), Docteur Jivago (1965) et surtout Le Pont de la rivière kwaï (1957) où son interprétation du colonel Nicholson lui apporte un oscar et un Golden Globe.

Il tient également le rôle d'Hitler en 1973 dans Les Dix derniers jours d'Hitler (Hitler: The Last Ten Days).

Une autre génération de spectateurs le connaît également pour son rôle d'Obi-Wan Kenobi dans la Guerre des étoiles, un rôle qu'il détestait ouvertement et dont il qualifiait les répliques de banales : ironie du sort dans ce parcours classique où l'acteur trouve la célébrité auprès du public fan de ces films.

Après soixante ans de carrière, le chevalier Jedi a assuré la relève avec son fils Matthew, vu dans La promise ou Lady Jane, et qui tourne toujours, même si, ces dernières années, on ne l'a plus vu que dans de simples productions télé comme Eskimo Day, réalisé en 1996.

Source : Wikipédia

Son Étoile se trouve au 1551 Vine Street - Hollywood Walk of Fame.

Fait le 25 octobre 2007 par Philippe de cinememorial.

 

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à SIR ALEC GUINNESS.

 

Ajout de la vidéo le 12 juillet 2009

 

 

Il réussit à prendre mille visages, moins par des effets de costume et de maquillage que par sa faculté à assumer la personnalité, la psyché d'un autre.
L'acteur anglais Alec Guinness est mort samedi soir à l'hôpital King Edward VII à Midhurst (Sussex) à l'âge de 86 ans. Il était célèbre pour le rôle du colonel Nicholson, une ganache à cheval sur les règlements militaires, qu'il avait interprété dans le Pont de la rivière Kwaï de David Lean, ainsi que pour celui du vieux sage de la Guerre des étoiles de George Lucas, ou pour ses travesdans Noblesse oblige, comédie macabre superbement mise en scène par Robert Hamer en 1949.

Il serait pourtant injuste de réduire la carrière assez fantastique de ce comédien formé au théâtre et à Shakespeare à ces quelques rôles qui ont marqué le public français. Sir Alec Guinness, anobli en 1959 par la reine Elisabeth II, a joué en effet dans nombre de grands films. Et sa filmographie dément à elle seule l'affirmation très hexagonale (elle vient de François Truffaut qui ensuite a changé d'avis) selon laquelle le cinéma anglais, mis à part Hitchcock, ne vaut pas tripette.

Travestissement, intériorité.
Alec Guinness de Cuffe est né à Londres le 2 avril 1914 de père inconnu. Il a cinq ans quand sa mère se marie avec un capitaine de l'armée, un Écossais avec lequel il ne s'entend pas. L'enfant apprend vite, explique-t-il dans son autobiographie Blessing in Disguise, à contrôler ses émotions, sans doute aussi à les contrefaire. Toute sa vie aussi, avoue-t-il également, il recherchera son vrai père.

Il entre dans la vie active en devenant rédacteur dans une agence de publicité. Mais le théâtre le passionne depuis le pensionnat et il prend des cours d'art dramatique au Fay Compton Studio of Dramatic Art. Ses capacités sont telles qu'il va débuter au Kings Theatre, à Hammersmith, quartier de Londres, puis rejoindre John Gielgud avec lequel il va jouer des classiques dans la compagnie de l'Old Vic (à partir de 1936). En 1938, il est même un Roméo, qu'il qualifiera lui-même d'un des plus mauvais de l'histoire du théâtre, avant de se signaler par ses seconds rôles remarquables (le fou dans King Lear par exemple) et sa capacité à se travestir. Comme le disent ses compagnons de scène, s'il réussit ainsi à prendre mille visages, c'est moins par des effets de costume et de maquillage que par sa faculté incroyable à assumer la personnalité, la psyché, d'un autre. Chez lui tout part de l'intérieur.

L'amitié de David Lean.
En 1938, il épouse Merula Salaman, actrice comme lui, mais aussi fille d'une famille d'artistes plasticiens et elle-même peintre. Ils auront un fils qui deviendra acteur à son tour. En 1941, il est enrôlé dans la marine, qu'il quittera en 1942 pour jouer dans une pièce de propagande à New York. Il fait ses grands débuts au cinéma en 1946 (il avait déjà fait une apparition dix ans plus tôt) avec David Lean, le cinéaste auquel il sera toujours fidèle et à qui il devra quelques-uns de ses plus grands rôles. Il est d'abord le Herbert Pockett des Grandes Espérances. Puis, deux ans plus tard, dans une autre adaptation de Charles Dickens par Lean, il est le Fagin d'Oliver Twist, un personnage que l'on accusera d'être qu'une caricature antisémite. Robert Hamer, qui est alors un cinéaste en pleine ascension, a remarqué son sens de la composition et surtout du travestissement, et lui propose huit rôles dans Noblesse oblige (1949). Huit d'Ascoynes, nobliaux assassinés par un de leurs cousins. Cet exploit va faire de Guinness un phénomène international.

Il devient la star des films d'humour britannique, aujourd'hui un peu oubliés mais superbes. Il est ainsi l'employé de banque braqueur de De l'or en barres de Charles Crichton, puis la même année (1951) l'Homme au complet blanc d'Alexander Mackendrick, deux films qui assurent encore plus sa popularité. Trois ans plus tard, et juste avant de jouer dans Tueurs de dames de Mackendrick, il incarne le Père Brown, un curé policier dans une adaptation d'une œuvre de Gilbert Keith Chersterton (Détective du bon dieu, Hamer, 1954). Est-ce l'influence de ce rôle, mais Alec Guinness, né anglican comme tout le monde, se convertit en 1956 au catholicisme.

En retrouvant son ami David Lean l'année suivante dans le Pont de la rivière Kwaï, production américaine, Alec Guinness va changer radicalement d'emploi. Il endosse l'uniforme d'un officier supérieur borné, le colonel Nicholson. Le rôle va lui valoir un oscar, celui du meilleur acteur de l'année 1957, et une réputation mondiale. En 1959, il joue dans Notre agent à la Havane, adaptation tout à fait honorable par Carol Reed d'un roman célèbre de Graham Greene. Mais c'est avec David Lean qu'il va encore trouver ses meilleurs rôles. Il est ainsi le prince Faysal dans Lawrence d'Arabie (1962), Yevgrav, le frère communiste orthodoxe du Docteur Jivago (1965) ou encore un vieux médecin indien dans Passage to India, la Route des Indes (1984). Tous films qui sont autant de grandes réussites.

Dans la Chute de l'Empire romain d'Anthony Mann (1964), Guinness joue Marc Aurèle (l'empereur qu'incarnera trente-cinq ans plus tard Richard Harris dans Gladiator). Il sera le Charles Ier du Cromwell de Ken Hughes (1970), Hitler dans les Dix derniers jours d'Hitler d'Ennio De Concini, le pape Innocent III dans François et le chemin du soleil (ces deux derniers tournés en 1973). Des films donc où il est à peu près la seule attraction.

Il est aussi le vieux sage Obi wan Kenobi de la Guerre des étoiles (de George Lucas) et de l'Empire contre-attaque (d'Irvin Kerschner). Mais il déteste ces films. A San Francisco, il est accosté un jour par un jeune garçon qui lui déclare avoir vu la Guerre des étoiles une centaine de fois. Il le regarde dans les yeux et il lui dit: "J'aimerais que tu fasses quelque chose pour moi." "Tout ce que vous voudrez", lui répond enthousiaste le gosse. "Très bien, j'aimerais que tu n'ailles plus jamais voir la Guerre des étoiles." Il paraît que l'enfant éclata en sanglots. Ce qui ne chagrina pas outre mesure l'acteur, effrayé par l'impact des enfantillages signés Lucas.

Acteurs français préférés.
Sir Alec Guinness a écrit ses mémoires, Blessing in Disguise, un très bon livre au début des années 80, afin, disait-il, que personne ne puisse écrire sa biographie "avec encore plus d'erreurs". En 1996, à 82 ans, il publia un journal, celui de sa retraite sous le titre Mon nom m'échappe... Il y révélait un grand sens du croquis et ses goûts en matière d'acteurs. Ses préférés étaient français. Chez les hommes il admirait Pierre Fresnay et chez les femmes Jeanne Moreau.

Par Edouard Waintrop de la Libération

SES RÉCOMPENSES :

 

1996 - Prix pour l’accomplissement de sa carrière - Prix du cinéma européen, Europe.

1990 - Prix pour l’accomplissement de sa carrière - Prix du cinéma britannique Evening Standard, Royaume-Uni.

1988 - L'Ours d’Or d’Honneur - Festival international du cinéma de Berlin, Allemagne.

1986 - Pour : Little Dorrit - Prix LAFCA - Meilleur second rôle masculin - Cercle des critiques de cinéma de Los Angeles, États-Unis.

1980 - Oscar d'Honneur pour l'ensemble de sa carrière - Academy Awards, États-Unis.

1980 - Pour la série télévisée : Tinker, Tailor, Soldier, Spy - BAFTA TV Award - Meilleur acteur anglais aux British Academy Awards, Royaume-Uni.

1980 - Pour la série télévisée : Tinker, Tailor, Soldier, Spy - Broadcasting Press Guild - Meilleur acteur anglais, Royaume-Uni.

1977 - Pour : La guerre des étoiles - Prix Saturn - Meilleur second rôle masculin - Académie des films d’horreur, fantastique et de science fiction, États-Unis

1958 - Pour : De la bouche du cheval - Coupe Volpi - Meilleur acteur - Festival du cinéma de Venise, Italie.

1958 - Pour : Le Pont de la rivière kwaï - Oscar - Meilleure interprétation masculine, États-Unis.

1958 - Pour : Le pont de la rivière Kwaï - BAFTA - Meilleur acteur anglais aux British Academy Awards, Royaume-Uni.

1958 - Pour : Le pont de la rivière Kwaï - Golden Globe - Meilleur acteur de cinéma catégorie drame, États-Unis.

1958 - Pour : Le pont de la rivière Kwaï- Prix NBR - Meilleure interprétation masculine - National Board of Review, États-Unis.

1958 - Pour : Le pont de la rivière Kwaï - Prix NYFCC - Meilleure interprétation masculine - Association des critiques de cinéma de New York, États-Unis.

1951 - Pour : De l’or en barre - Ruban d’Argent - Meilleur acteur étranger - Syndicat national italien des journalistes de cinéma, Italie.

1950 - Pour : Noblesse oblige - Prix NBR - Meilleure interprétation masculine - National Board of Review, États-Unis.

 

Filmographie

 

48 LONGS MÉTRAGES
_________________________________

 

1995 - TÉMOIN MUET
Réal : Anthony Walker
Avec : Marina Zudina - Fay Ripley - Evan Richards - Oleg Yankovsky - Alec Guinness

 

1992 - A FOREIGN FIELD

 

1991 - KAFKA
Réal : Steven Soderbergh
Avec : Jeremy Irons, Theresa Russell, Joel Grey, Alec Guinness, Ian Holm, Jeroen Krabbé

 

1987 - POIGNÉE DE CENDRES .UNE
Réal : Charles Sturridge
Avec : James Wilby, Kristin Scott Thomas, Richard Beale, Jackson Kyle, Norman Lumsden, Jeanne Watts, Kate Percival, Richard Leech, Alec Guinness

 

1986 - LITTLE DORRIT
Réal : Christine Edzard
Avec : Derek Jacobi - Joan Greenwood - Max Wall - Patricia Hayes - Alec Guinness - Cyril Cusack

 

1983 - ROUTE DES INDES .LA

 

1983 - LOVESICK
Réal+Scén : Marshall Brickman
Avec : Dudley Moore - Elizabeth McGovern - Alec Guinness - Christine Baranski - Gene Saks - Renée Taylor

 

1983 - RETOUR DU JEDI .LE
Réal : Richard Marquand
Avec : Mark Hamill, Harrison Ford, Carrie Fisher, Billy Dee Williams, Anthony Daniels, Peter Mayhew, Sebastian Shaw, Ian McDiarmid, Frank Oz, James Earl Jones, David Prowse, Alec Guinness, Kenny Baker, Michael Pennington

 

1980 - PETIT LORD FAUNTLEROY .LE

 

1980 - GUERRE DES ABÎMES .LA
Réal : Jerry Jameson
Avec : Jason Robards, Richard Jordan, David Selby, Anne Archer, Alec Guinness, Bo Brundin, M. Emmet Walsh, J.D. Cannon, Norman Bartold, Elya Baskin

 

1979 - EMPIRE CONTRE-ATTAQUE .L'

 

1977 - GUERRE DES ÉTOILES .LA

 

1976 - CADAVRE AU DESSERT .UN

 

1972 - DIX DERNIERS JOURS D'HITLER .LES
Réal+Scén : Ennio de Concini
Avec : Alec Guinness - Simon Ward - Adolfo Celi - Diane Cilento - Gabriele Ferzetti - Eric Porter - Joss Ackland

 

1972 - FRANÇOIS ET LE CHEMIN DU SOLEIL
Réal : Franco Zeffirelli
Avec : Graham Faulkner - Judi Bowker - Leigh Lawson - Kenneth Cranham - Lee Montague - Valentina Cortese - Alec Guinness

 

1970 - SCROOGE

 

1970 - CROMWELL

 

1967 - COMÉDIENS .LES

 

1966 - PARADISO, HÔTEL DU LIBRE ÉCHANGE

 

1966 - SECRET DU RAPPORT QUILLER .LE
 

1966 - DOCTEUR JIVAGO

 

1964 - SITUATION DÉSESPÉRÉE... MAIS PAS SÉRIEUSE

 

1963 - CHUTE DE L'EMPIRE ROMAIN .LA

 

1962 - MUTINÉS DU TÉMÉRAIRE .LES
 

1962 - LAWRENCE D'ARABIE

 

1961 - GENTLEMAN EN KIMONO .LE
Réal : Mervyn LeRoy
Avec : Rosalind Russell - Alec Guinness - Ray Danton - Madlyn Rhue - Mae Questel - Marc Marno

 

1960 - FANFARES DE LA GLOIRE .LES

 

1959 - NOTRE AGENT À LA HAVANE

 

1959 - BOUC ÉMISSAIRE .LE

 

1958 - DE LA BOUCHE DU CHEVAL
 

1957 - PONT DE LA RIVIÈRE KWAÏ .LE

 

1957 - IL ÉTAIT UN PETIT NAVIRE

 

1956 - CYGNE .LE

 

1955 - TUEURS DE DAMES

 

1954 - EMPRISONNÉ .L'
Réal : Peter Glenville
Avec : Alec Guinness - Jack Hawkins - Wilfrid Lawson - Kenneth Griffith - Jeanette Sterke - Ronald Lewis

 

1954 - DEUX ANGLAIS À PARIS

 

1954 - DÉTECTIVE DU BON DIEU

 

1953 - TONNERRE SUR MALTE
Réal : Brian Desmond Hurst
Avec : Alec Guinness - Jack Hawkins - Anthony Steel - Muriel Pavlow - Renée Asherson - Hugh Burden - Nigel Stock - Reginald Tate

 

1953 - CAPITAINE PARADIS
 

1952 - TROIS DAMES ET UN AS

 

1951 - HOMME AU COMPLET BLANC .L'

 

1951 - DE L'OR EN BARRES

 

1951 - VACANCES SUR ORDONNANCES

 

1950 - MOINEAU DE LA TAMISE .LE

 

1949 - NOBLESSE OBLIGE

 

1949 - DE LA COUPE AUX LÈVRES

 

1948 - OLIVER TWIST

 

1946 - GRANDES ESPÉRANCES .LES

 

1934 - EVENSONG
Réal : Victor Saville
Avec : Evelyn Laye - Fritz Kortner - Emlyn Williams - Carl Esmond - Alice Delysia - Alec Guinness

 

12 PARTICIPATIONS POUR LA TÉLÉVISION
____________________________________________

 

1996 - ESKIMO DAY
Téléfilm de Piers Haggard
Avec : Maureen Lipman - David Ross - Benedict Sandiford - Tom Wilkinson - Laura Howard - Alec Guinness

 

1994 - TÉMOIN MUET - MUTE WITNESS
Téléfilm d'Anthony Waller
Avec : Marina Zudina - Fay Ripley - Evan Richards - Sergei Karlenkov - Alec Guinness

 

1992 - TALES FROM HOLLYWOOD
Téléfilm de Howard Davies
Avec : Jeremy Irons - Theresa Russell - Joel Grey - Ian Holm - Jeroen Krabbé - Armin Mueller-Stahl - Alec Guinness

 

1987 - GREAT PERFORMANCES
Série TV - De Rodney Bennett
Avec : Alec Guinness - Leo McKern - Ian Richardson - Graham Crowden - Maurice Denham

 

1984 - EDWIN
Téléfilm de Rodney Bennett
Avec : Alec Guinness - Renée Asherson - Paul Rogers

 

1982 - TAUPE .LA
Série TV
Avec : Alec Guinness - Eileen Atkins - Bill Paterson - Vladek Sheybal - Michael Byrne - Tusse Silberg - Germaine Delbat

 

1979 - TINKER, TAILOR, SOLDIER, SPY
Série TV - De John Irvin
Avec : Alec Guinness - Michael Jayston - Anthony Bate - George Sewell - Ian Richardson - Ian Bannen

 

1976 - HALLMARK HALL OF FAME
Série TV de 1951 à ? -- De James Cellan Jones
Avec : Alec Guinness - Geneviève Bujold - Iain Cuthbertson - Margaret Courtenay - Clive Francis

 

1974 - GIFT OF FRIENDSHIP .THE
Téléfilm de Mike Newell
Avec : Alec Guinness - Sarah Badel - Roger McGough

 

1970 - E.E. CUMMINGS - SOLO
Téléfilm de James Cellan Jones
Avec : Alec Guinness

 

1969 - TWELFTH NIGHT
Téléfilm de John Sichel
Avec : Tommy Steele - Ralph Richardson - Alec Guinness - Joan Plowright - Gary Raymond - Adrienne Corri

 

1959 - STARTIME
Série TV de 1959 à 1960 - De Franklin J. Schaffner
Avec : Patricia Barry - Charles Coburn - Alec Guinness - Arthur Hughes - Henry Jones

 

_______________________FIN_____________________

 

commentaires (1)

Bodart

14-09-2014 13:50:39

Bonjours, Je vous adresse ce mail afin de vous signaler un bug quant