Accueil   |   Acteurs   |   Nouvelles   |   Filmographie   |   Liens   |   Livre d'or   |   Contact
ALBERT REMY
Cette page a été vue 7595 fois
        

INFORMATIONS :

 

Profession :

 

Acteur et homme de théâtre français.

Date et lieu de naissance :

09-04-1915, à Sèvres, Hauts-de-Seine, France.

Date et lieu du décès :

26-01-1967, à Paris, France.

Cause du décès :

D'une crise cardiaque à l'âge de 51 ans.

Nom de naissance :

Albert Louis Rémy.

État civil :

?

Taille :

?

 

ANECDOTES :

 

Il fait de la figuration dans Hôtel du Nord en 1938.

Albert Rémy, admirateur de Van Gogh et Brueghel, fait les Beaux Arts. Mais ayant toujours regretté de ne pas avoir été dompteur, il s'oriente vers le cirque et le music-hall.

Mise à jour le 08 septembre 2008 par Philippe de CinéMémorial.

 


                              

 

 

Ajouter votre commentaire

 


SA BIOGRAPHIE

 

Des yeux tristes, une allure de « perdant » de « loser » diraient les Anglo-Saxons, une impression de faiblesse due à un excès de bonté et de fatalisme, telle était l'image que donnait de lui le grand acteur que fut Albert Rémy. Il semblait souvent ne pas jouer, mais simplement « passer » dans des films, s'excusant presque d'être devant la caméra... Ce sont sans doute cette allure gauche et timide, cette extrême pudeur, qui le rendirent si émouvant et si apprécié du public.

Il naquit le 9 avril 1915, à Sèvres. Après des études au collège Stanislas et au lycée Michelet, il suivit les cours de l'école des Beaux-Arts, à Paris. Car c'est d'abord la peinture qui l'attira : admirateur de Van Gogh, de Brueghel, de Delacroix, il souhaitait suivre leurs traces. C'est pourquoi, à quinze ans, alors qu'il était encore au lycée, il faisait souvent l'école buissonnière pour aller dessiner à La Grande-Chaumière, un atelier de peinture. Mais Albert Rémy ne devint pas célèbre en tant que peintre. Le destin en décida autrement. Il resta toutefois dans le monde des arts et fut attiré par le cirque, où il travailla quelque temps.

Alors qu'il n'avait que vingt-trois ans, il fut engagé par Marcel Carné pour tenir un tout petit rôle dans Hôtel du Nord, aux côtés d'Annabella, de Jean-Pierre Aumont, de Louis Jouvet et d'Arletty. Ces premiers pas au cinéma furent sans suite immédiate. Albert continua à travailler sous les chapiteaux, puis au théâtre, aussi bien en tant que décorateur (les Beaux-Arts n'étaient pas encore bien loin !), qu'en tant que metteur en scène. En 1941, il joua avec Gilles Margaritis (qu'il avait rencontré grâce au cirque), au théâtre de l'A.B.C., dans La Ford en folie. Dans ce spectacle comique, Albert Rémy interprétait une cinquantaine de personnages différents. Louis Daquin, qui se trouvait dans la salle, le remarqua et décida de l'engager dans le film qu'il tournait, Madame et le Mort. La même année, il tourna également dans Goupi mains rouges, et le rôle qu'Albert tint dans ce film (Jean des Goupi) resta toute sa vie l'un de ses meilleurs souvenirs. A partir de cette date, la carrière d'Albert Rémy démarra réellement et il ne devait plus cesser de jouer pour le théâtre, le cinéma et la télévision.

Pierre Brasseur le remarqua dans le film de Becker et lui proposa de jouer au théâtre dans Sainte-Cécile. Ce furent là ses débuts sur les planches. Il joua dix-huit pièces au cours de sa carrière, et eut un répertoire très varié allant de La Puce à l'oreille, de Georges Feydeau à En attendant Godot, de Samuel Beckett, en passant par Huon de Bordeaux, La Preuve par quatre, etc. Toutefois, le cinéma resta sa principale activité et en 1943, on put le voir dans Adieu Léonard, de Pierre Prévert et surtout dans Les Enfants du Paradis, de Marcel Carné. Si les films auxquels il participa dans les années qui suivirent furent, dans l'ensemble, médiocres (à l'exception de Le Diable au corps, de Claude Autant-Lara), ils permirent cependant à Albert Rémy d'imposer sa personnalité et de se faire connaître d'un plus large public.

Il lui fallut attendre 1954, pour que de bons metteurs en scène finissent à nouveau appel à lui et c'est ainsi, qu'entre 1954 et 1958, on eut l'occasion de le voir dans des films aussi marquants que : Razzia sur la chnouf et L'Affaire des poisons, d'Henri Decoin, French Cancan et Eléna et les Hommes, de Jean Renoir, Rafles sur la ville, de Pierre Chenal (aux côtés de Mouloudji, des merveilleuses vamps des années cinquantecinq-soixante qu'étaient Bella Darvi et Danik Patisson, et d'un débutant nommé... Michel Piccoli), En cas de malheur, de Claude Autant-Lara (aux côtés de Jean Gabin et de l'alors nouvelle grande star, Brigitte Bardot). Contrairement à ce qu'il se passa pour d'autres acteurs, Albert Rémy ne fut pas mis sur la « liste noire » de la nouvelle vague. Bien au contraire. François Truffaut lui offrit deux excellents rôles dans Les quatre cents coups et dans Tirez sur le pianiste.

En 1961, il interpréta son unique rôle de roi, Louis XVI, dans La Fayette, de Jean Dréville un rôle où il put pleinement utiliser son talent et son physique. Il parvint ainsi, dans un rôle plus complexe qu'il n'y paraît, à succéder brillamment à bon nombre de grands acteurs. Cette période des années soixante allait être cinématographiquement très riche pour lui : outre quelques films français, entre autres de Georges Lautner (dont Le Septième Juré, l'un des meilleurs de ce metteurs en scène), d'Yves Robert ou de Louis Daquin, il allait tourner sous la direction de deux « géants » du cinéma américain : Vincente Minnelli et Gene Kelly. Rares sont les acteurs français à avoir eu cette possibilité. Le cinéma américain allait d'ailleurs faire à nouveau appel à lui peu de temps après. En effet, John Frankenheimer l'engagea pour Le Train, tourné en France dans l'Eure, près de Louviers, puis, deux ans plus tard, pour Grand Prix, un film consacré aux courses automobiles.

Ce film devait malheureusement être l'un de ses derniers. Alors que sa carrière se développait de plus en plus, que de nouveaux metteurs en scène (Costa Gavras, Serge Korber) faisaient appel à lui, Albert Rémy décédait brutalement, le 27 janvier 1967, âgé d'à peine 51 ans. Il nous restera de lui le souvenir d'un homme cultivé, sensible, aux dons multiples : dessinateur, décorateur, il réalisa également quelques courts métrages (Achille le victorieux, Transports rapides, Ali en est baba). Lorsqu'il se reposait dans sa villa de Provence, ses deux loisirs étaient l'apiculture et la conception architecturale de fontaines... Bref, Albert Rémy fut un artiste, au plein sens du terme, qui est malheureusement passé dans la vie comme il donnait l'impression de passer à l'écran : trop vite.

Source : Didier Thouart et Jacques Mazeau. les grands seconds roles du cinéma français.

 


 
Ajouter votre commentaire

 

 

76 LONGS MÉTRAGES

************************************

 

1967 - IDIOT À PARIS .UN

 

1967 - VINGT-CINQUIÈME HEURE .LA

 

1966 - PLUS VIEUX MÉTIER DU MONDE .LE

 

1966 - HOMME DE TROP .UN

 

1966 - GRAND PRIX

 

1965 - BONS VIVANTS .LES

 

1964 - WEEK-END À ZUYDCOOTE

 

1964 - MATA-HARI AGENT SECRET H-21

 

1964 - TRAIN .LE

 

1964 - CENT BRIQUES ET DES TUILES

 

1963 - ROI SANS DIVERTISSEMENT .UN

 

1963 - FOIRE AUX CANCRES .LA

 

1963 - BÉBERT ET L'OMNIBUS

 

1962 - MANDRIN MET LE FEU AUX POUDRES

 

1962 - COUTEAU DANS LA PLAIE .LE

 

1962 - GIGOT LE CLOCHARD DE BELLEVILLE

 

1961 - QUATRE CAVALIERS DE L'APOCALYPSE .LES

 

1961 - SEPTIÈME JURÉ .LE

 

1961 - MONOCLE NOIR .LE

 

1961 - LIGNE DROITE .LA

 

1961 - LA FAYETTE

 

1960 - TIREZ SUR LE PIANISTE

 

1960 - PASSAGE DU RHIN .LE

 

1960 - DIALOGUE DES CARMÉLITES .LE

 

1959 - PANTALASKAS

 

1959 - QUATRE CENTS COUPS .LES

 

1959 - VACHE ET LE PRISONNIER .LA

 

1958 - EN CAS DE MALHEUR

 

1958 - CIGARETTES, WHISKY ET PETITES PÉPÉES

 

1957 - RAFLES SUR LA VILLE

 

1957 - POLICE JUDICIAIRE

 

1957 - ESCAPADE

 

1956 - QUE LES HOMMES SONT BÊTES

 

1956 - PARIS, PALACE HÔTEL

 

1956 - NOTRE-DAME DE PARIS

 

1956 - TRUANDS .LES

 

1956 - CRIME ET CHÂTIMENT

 

1955 - HUSSARDS .LES

 

1955 - AFFAIRE DES POISONS .L'

 

1955 - JE SUIS UN SENTIMENTA

 

1955 - ELENA ET LES HOMMES
De Jean Renoir

 

1955 - FRENCH CANCAN

 

1955 - RAZZIA SUR LA CHNOUF

 

1953 - VIRGILE

 

1953 - MINUIT, CHAMPS-ELYSÉES

 

1953 - FRUITS SAUVAGES .LES
D'Hervé Bromberger

 

1953 - AVANT LE DÉLUGE

 

1953 - LÉGÈRE ET COURT-VÊTUE

 

1953 - ADAM EST... ÈVE
De René Gaveau

 

1952 - FILLE DANS LE SOLEIL .UNE
De Maurice Cam

 

1952 - AMOURS FINISSENT À L'AUBE .LES

 

1952 - AU DIABLE LA VERTU

 

1951 - SEUL DANS PARIS

 

1951 - PARIS-ROME-PARIS
SIGNORI IN CAROZZA
De Luigi Zampa

 

1950 - MAÎTRE APRÈS DIEU
De Louis Daquin

 

1949 - RONDE DE NUIT

 

1949 - TOUS LES CHEMINS MÈNENT À ROME

 

1948 - IMPECCABLE HENRI .L'

 

1948 - JO LA ROMANCE

 

1947 - AMANTS DU PONT SAINT-JEAN .LES

 

1947 - VILLAGE PERDU .LE

 

1947 - CROISIÈRE POUR L'INCONNU

 

1947 - DIABLE AU CORPS .LE

 

1946 - PARADE DU RIRE
De Roger Verdier

 

1945 - PART DE L'OMBRE .LA

 

1945 - FILLE DU DIABLE .LA

 

1945 - FRANÇOIS VILLON
D'André Zwobada

 

1944 - CAVALIER NOIR .LE

 

1943 - ENFANTS DU PARADIS .LES

 

1943 - CIEL EST À VOUS .LE

 

1943 - BOITE AUX RÊVES .LA

 

1943 - DOUCE

 

1943 - ADIEU LÉONARD

 

1943 - VOYAGEUR DE LA TOUSSAINT .LE

 

1943 - MADAME ET LE MORT

 

1942 - GOUPI MAINS-ROUGES

 

1938 - HÔTEL DU NORD

 

 


 

 

 

Commentaires

Nom :J.M.L.NEVERS
Date :26-01-2010 17:25:40
Commentaire :C'était un super comédien et acteur,décédé trop jeune encore? VRAIMENT DOMMAGE? Il n'y en plus beaucoup des commes lui,à notre époque.
Nom :mourrain
Date :29-08-2010 16:02:05
Commentaire :C'est en visitant par pur hasard le petit cimetière de oppede-le-vieux dans le Luberon que j'ai découvert sa sépulture.Ma génération a bien connu cet acteur..mais rien ne rappelle son souvenir dans la commune..bien dommage !il est inhumé avec son épouse qui lui a survécu 30 ans! Yliane une artiste peintre décédée en 2007! Je regrette encore une fois qu'il n'y ait aucun hommage pour cet acteur ne serait-ce que dans la brochure touristique de ce village
Ajouter un commentaire:
Nom:
Email:
Commentaire:
Question de sécurité: quel est le nom de ce site ?