ALAIN CUNY

Vue 16600 fois

Profession:
Acteur, réalisateur, scénariste et homme de théâtre français.

Date et lieu de naissance:
12-07-1908, à Saint-Malo, Ille-et-Vilaine, France.

Date et lieu du décès:
17-05-1994, à l'hôpital Cochin à Paris, France.
Inhumé au cimetière de Civry-la-Forêt, Yvelines, France.

Cause du décès:
De mort naturelle à l'âge de 85 ans.

Nom de naissance:
René Xavier Marie Alain Cuny.

État civil:
Marié en 1962 avec : MARIE-BLANCHE GIUDICELLI - divorcée en 1969.

Taille:
?

Commentaires: 1

Anecdotes

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Fils d'Albert Cuny avoué à Saint-Malo et de Marguerite (née Soudée), le jeune Alain Cuny est né le 12 juillet 1908 à Saint Malo en France. Il mène une enfance solitaire pensive et rêveuse dans une famille de petite noblesse. Dès son plus jeune âge dans l’institution religieuse où il est élevé, il se passionne pour le dessin et la peinture. A 15 ans, il monte à Paris pour y suivre des cours à l’école des Beaux-Arts.

Adulte il se lie d’amitié avec Picasso, Braque, Balthus ou encore Pierre Tal Coat, lequel lui dessinera plus tard la maquette de son unique film en tant que réalisateur « L’annonce faite à Marie » en 1990 pour lequel li reçoit le Prix œcuménique du jury au forum du nouveau cinéma au festival international du cinéma de Berlin, Allemagne.

Après avoir exercé quelques petits métiers dont ouvrier agricole dans le Roussillon, de retour à Paris, il accompagne une jeune danoise au cours de théâtre de Charles Dullin, ce dernier le prend pour un élève et lui demande de jouer une scène du « Dommage qu’elle soit une putain » pris au jeu il enchaîne avec la pièce de Jean Giono « Le bout de la route ». Pris au jeu il va rapidement imposer sa voix grave et lente, son charme mystique, éclairé d'un regard bleu acier mais ne peut jouer les jeunes premiers.

Durant son aventure théâtrale, il est engagé à la Comédie Française, il joue Hippolyte de Phèdre aux côtés de Marie Bell. Mais les sombres événements de la Seconde Guerre mondiale vont interromprent momentanément sa carrière. Les hostilité terminées, il rejoint Jean Vilar, et participe à l’aventure du T N P avec Gérard Philipe et bien d'autres futurs comédiens. Puis c'est la compagnie Renaud-Barrault qui lui va galvaniser son parcours théâtral en lui offrant les plus grands rôles du répertoire tragique. Alain Cuny ne reste pas insensible aux offres cinématographiques, où il débute en 1939 dans « Remorques » de Jean Grémillon, il campe un matelot aux cotés de Jean Gabin et Michèle Morgan. Il enchaîne avec « Après mein Kampf, mes crimes » (1940) de Alexandre Ryder, un film de propagande dans lequel il incarne Marinus van der Lubbe, l'auteur de l'incendie du Reichstag à Berlin avec Sandra Milowanoff et Roger Karl ; puis il côtoie Arletty dans le rôle titre « Madame Sans Gêne » (1941), il personnifie Roustan, le fidèle valet de l’empereur Napoléon incarné par Albert Dieudonné. C’est Marcel Carné qui lui donne son premier grand rôle dans « Les visiteurs du soir »(1942) , tout à la fois suave et terrifiant en créature démoniaque, il joue le ménestrel Gilles qui a passé un contrat avec le diable incarné par Jules Berry, mais Gilles oublie sa mission en tombant amoureux de Marie Déa, il finira statufié dans la pierre, une composition remarquable aux cotés d’Arletty gagnant la réputation d’un acteur littéraire , confirmé par le choix du « Baron Fantôme » où dans le château lui ayant appartenu un testament et un corps momifié vont modifier la vie des êtres qui y demeurent avec Odette Joyeux et Jany Holt.

Dans les années 50, Alain Cuny poursuit sa carrière en Italie qui comprend une vingtaine de films aux sujets souvent difficiles convenant à son caractère tourmenté comme dans « Le Christ interdit » (1950), de Serge de Poligny où il s'accuse d’un péché qu’il n’a pas commis pour imiter le Christ et racheter la faute du dénonciateur avec Raf Valllone son persécuteur. Il trouve encore un personnage à sa démesure dans « Notre Dame de Paris » (1956) de Jean Delannoy, il est Frolo torturé par amour de la belle gitane Esméralda (Gina Lollobrigida) il sera victime de la fatalité qu'il a déclenchée par Quasimodo incarné par Anthony Quinn, En 1958, dans « Les amants » il campe le mari trompé de Jeanne Moreau pour sa prestation il reçoit l' Etoile de Cristal du meilleur acteur aux prix de l’Académie du cinéma Français.

Une filmographie riche en rôle de composition et pourtant c’est au théâtre qu’il composera le meilleur de son talent c’est un acteur exigeant difficile, il, impressionne ses metteurs en scène et dérange ses partenaires, ami de Claude Claudel, de Artaud, de Prévert, et du couple Renaud-Barrault qui lui donneront des œuvres d’exceptions.

Néanmoins il poursuit sa carrière au cinéma , nous pouvons citer : l'intellectuel communiste dans « La dolce vita » (1960) de Federico Fellini avec Marcello Mastroianni et Anita Ekberg ; le vieil homme en noir, libidineux, qui prend sous son aile la jeune « Emmanuelle » interprétée par Sylvia Kristel, l’un des premier films semi-érotique sortie sur les écrans en 1974 réalisé par Just Jaeckin ; le moine Turpin dans « La chanson de Roland « (1978 ) de Frank Cassenti avec des pèlerins en route pour Saint-Jacques-de-Compostelle, ils content La Chanson de Roland aux villageois lors de leurs étapes ; le père de «Camille Claudel » (1987) de Bruno Nuytten, interprétée par Isabelle Adjani ; Merlin l'enchanteur dans « Les chevaliers de la table ronde » (1989) de Denis Lorca et le vieux marquis de Celcy dans « Le retour de Casanova » (1990) de Edouard Niermans. Il termine sa carrière en 1992 en jouant un vieil homme dans « L’œillet sauvage « de Silvano Agosti.

Alain Cuny fut un acteur ombrageux interprétant des personnages austères parfois décalés, donnant à ses rôles un caractère plus ou moins théâtral.

Il a épousé en 1962 Marie-Blanche Guidicelli une soprano et divorcé en 1969, sans enfant. Il décède le 17 mai 1994 à l’hôpital Cochin de Paris à l’âge de 86 ans, il est inhumé à Civry-la-Forêt dans les Yvelines.

Source : Gary Richardson - Fait le 12 décembre 2020 par Philippe de CinéMémorial.

 

Filmographie

 

51 LONGS MÉTRAGES DÉTAILLÉS
_________________________________

 

1992 - RETOUR DE CASANOVA .LE

 

1991 - OEILLET SAUVAGE .L'

 

1991 - ANNONCE FAITE À MARIE .L'

 

1989 - CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE .LES

 

1988 - NUIT DE L'ÉCLUSIER .LA

 

1988 - CAMILLE CLAUDEL

 

1987 - CHRONIQUE D'UNE MORT ANNONCÉE

 

1987 - TERRE ÉTRANGÈRE

 

1986 - LUCKY RAVI

 

1984 - DÉTECTIVE

 

1984 - VOYAGEUR DES QUATRE SAISONS .LE

 

1981 - IL QUARTETTO BASILEUS

 

1980 - JEUX DE LA COMTESSE DOLINGEN DE GRATZ .LES

 

1980 - MAÎTRES DU TEMPS .LES

 

1978 - CHRIST S'EST ARRÊTÉ À EBOLI .LE

 

1977 - VIVA EL PRESIDENTE

 

1977 - ROBERTE

 

1977 - CHANSON DE ROLAND .LA

 

1976 - CADAVRES EXQUIS

 

1975 - IRÈNE, IRÈNE

 

1974 - EMMANUELLE

 

1974 - PROXIMENETS .LES

 

1973 - TOUCHE PAS À LA FEMME BLANCHE

 

1973 - ROSE ROUGE

 

1972 - MAÎTRE ET MARGUERITE .LE

 

1971 - LARME DANS L'OCÉAN .UNE

 

1971 - AUDIENCE .L'

 

1971 - GRANDE SCROFA NERA .LA

 

1971 - CIAO, FEDERICO !

 

1970 - VALPARAISO, VALPARAISO

 

1970 - HOMMES CONTRE .LES

 

1969 - SATYRICON

 

1968 - VOIE LACTÉE .LA

 

1965 - ASTATAÏON OU LE FESTIN DES MORTS

 

1963 - PEAU DE BANANE

 

1962 - CORRUPTION .LA

 

1961 - CROIX DES VIVANTS .LA

 

1961 - SCANO BOA

 

1960 - DOUCEUR DE VIVRE .LA

 

1958 - AMANTS .LES

 

1956 - NOTRE-DAME DE PARIS

 

1953 - DAME SANS CAMÉLIA .LA

 

1952 - CHEMISES ROUGES .LES

 

1952 - CONQUÉRANTS SOLITAIRES .LES

 

1950 - CHRIST INTERDIT .LE

 

1945 - SOLITA DE CORDOUE

 

1942 - VISITEURS DU SOIR .LES

 

1942 - BARON FANTÔME .LE

 

1941 - MADAME SANS-GÊNE

 

1940 - REMORQUES

 

1939 - APRÈS MEIN KAMPF MES CRIMES

 

6 COURTS MÉTRAGES
____________________________________________

1964 - BAGATELLE POUR UN CENTENAIRE
Réal : Jean Salvy, Yannick Bellon

 

1963 - MAIN BASSE SUR BEL
Réal : Yannick Bellon, Jean Salvy

 

1961 - PICASSO, LE ROMANCERO DU PICADOR
Réal : Jean Desvilles

 

1959 - BELLE SAISON EST PROCHE .LA
Réal : Jean Barral

 

1956 - JEHANNE
Réal : Robert Enrico

 

1952 - CRIMES DE L'AMOUR : MINA DE VANGHEL .LES
Réal : Maurice Clavel, Maurice Barry

 

_______________________FIN_____________________

commentaires (1)

J. Marot

19-02-2015 23:12:08

J'ai un doux souvenir de ce vieux monsieur, rencontré lors d'un cocktail donné au centre culturel canadien de Paris en 1993. Il a été charmant et m'avait, à moi la Québécoise, conté fleurette toute la soirée. Je ne savais pas qu'il allait décéder peu de temps après.