ANTONIN ARTAUD

Vue 7274 fois

Profession:
Acteur, Scénariste, Théoricien du théâtre, Poète et Écrivain français.

Date et lieu de naissance:
04-09-1896, à Marseille, Bouches-du Rhône, France.

Date et lieu du décès:
04-03-1948, à Ivry-sur-Seine, Val-de-Marne, France.
Il fut d'abord enterré au Cimetière d'Ivry et en 1975 il fut transféré au cimetière de Saint-Pierre à Marseille.

Cause du décès:
D'un cancer des intestins à l'âge de 51 ans.

Nom de naissance:
Antoine Marie Joseph Artaud - Surnom : Artaud le Momo.

État civil:
Fiançailles annoncé et interrompue en 1937 avec : CÉCILE SCHRAMME.

Taille:
?

Commentaires: 1

Anecdotes

04 septembre 1896. Naissance, à Marseille, d'Antoine Marie Joseph Artaud, dit Antonin. Son père, Antoine Roi Artaud, est capitaine au long cours et possède une petite compagnie maritime. Sa mère, Euphrasie Nalpas, est originaire de Smyrne. Ses deux grands-mères, Catherine Artaud et Marie Nalpas, sont sœurs. Inventeur du concept du " théâtre de la cruauté " dans Le Théâtre et son Double, Artaud aura tenté de transformer de fond en comble la littérature, le théâtre et le cinéma. Par la poésie, la mise en scène, la drogue, les pèlerinages, le dessin et la radio, chacune de ces activités a été un outil entre ses mains, " un moyen pour atteindre un peu de la réalité qui le fuit ".

Souffrant de maux de tête chroniques depuis son adolescence, qu'il combattra par de constantes injections de médications diverses, la présence de la douleur influera sur ses relations comme sur sa création. Il sera interné en asile près de neuf années durant, subissant de fréquentes séries d'électrochocs.

Artaud, vu par Pierre Brasseur :

"Il avait un visage d'homme, des yeux d'enfant et une tendresse de grand-père, mais je l'aimais comme un petit frère. Moi, je lui plaisais comme une photo mal développée, si bien qu'il ne me reconnaissait jamais. Devant lui, j'avais l'impression d'être une ombre. Il n'aimait pas rire. Pour lui, le rire était une fausse carte qui brisait le jeu" (dans Ma vie en vrac).

 

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Né le 04 septembre 1896, à Marseille, d'Antoine Marie Joseph Artaud, dit Antonin. Son père, Antoine Roi Artaud, est capitaine au long cours et possède une petite compagnie maritime. Sa mère, Euphrasie Nalpas, est originaire de Smyrne. Ses deux grands-mères, Catherine Artaud et Marie Nalpas, sont sœurs.

Il y a un mystère dans ma vie, Marthe Robert, dont la base est que je ne suis pas né à Marseille le 4 septembre 1896, mais que je suis passé ce jour-la, venant d'ailleurs, parce qu'en réalité je ne suis jamais né et qu'en vérité je ne peux pas mourir (lettre à Marthe Robert du 29 mars 1946).

1910-1921. Premiers poèmes qu'il publie dans la revue de son collège sous le pseudonyme de Louis des Attides. Après plusieurs séjours dans des maisons de santé (dépressions, troubles " nerveux "), il s'installe à Paris, confié par sa famille au docteur Toulouse, qui le nomme co-secrétaire de sa revue Demain. Il s'occupe de la rubrique critique (arts, littérature, théâtre). Rencontre Lugné-Poe ; devient figurant de théâtre. Engagé dans la compagnie de Charles Dullin, qui deviendra plus tard l'Atelier (plusieurs petits rôles). Rencontre avec la comédienne Génica Athanasiou, à laquelle le liera jusqu'en 1927 une passion orageuse.

1923. Travaille avec la compagnie Pitoëff. Parution de son premier recueil de poèmes, Tric Trac du ciel.

1924. Parution de la Correspondance avec Jacques Rivière à la N.R.F. Collabore à La Révolution surréaliste.

1925. Publie dans de très nombreuses revues ; responsable du n° 3 de La Révolution surréaliste. Publication de L'Ombilic des Limbes et du Pèse-Nerfs aux Éditions de la N.R.F. Début du tournage du Napoléon d'Abel Gance (rôle de Marat).

1926. Publication du manifeste du Théâtre Alfred Jarry qu'il fonde avec Roger Vitrac et Robert Aron. Il est exclu du groupe surréaliste. 1927-1930. Tourne dans plusieurs films, dont La Passion de Jeanne d'Arc de Carl Dreyer (rôle du moine Massieu). Spectacles du Théâtre Alfred Jarry ; écrit des scénarios de films, dont La Coquille et le Clergyman, et de nombreux textes, manifestes, projets de mises en scène. Il décide de mettre un terme à l'expérience du Théâtre Alfred Jarry.

1931-1933. Nombreux textes théoriques sur le théâtre. Le 1er octobre 1932, le premier manifeste du Théâtre de la Cruauté paraît dans la N.R.F., le second, sous forme de brochure en 1933. Plusieurs tentatives de désintoxication (a commencé à prendre de l'opium en 1919). Rencontre Anie Besnard et Anaïs Nin.

1934. Publication de Héliogabale ou l'Anarchiste couronné chez Denoël. Parution dans la N.R.F. du Théâtre et la Peste. Rencontre avec Balthus.

1935. Représentations aux Folies-Wagram des Cenci, tragédie d'après Shelley et Stendhal qu'il met en scène dans des décors de Balthus. Prépare le recueil de ses textes sur le théâtre, Le Théâtre et son Double, qui paraîtra finalement en 1938.

1936. Séjour au Mexique, en partie financé par une mission du ministère de l'Éducation nationale : nombreux textes et conférences. Passe le mois de septembre avec les Indiens de la Sierra Tarahumara.

1937. Projet de mariage puis rupture avec Cécile Schramme. Cures de désintoxication. Décide que son nom doit disparaître : parution chez Denoël des Nouvelles Révélations de l'Être, signées Le Révélé. Parution, dans la N.R.F., D'un voyage au pays des Tarahumaras, signé par trois étoiles. Au retour d'un voyage houleux en Irlande (oubli de son identité, un moment emprisonné pour vagabondage), il est interné d'office à l'asile psychiatrique de Quatre-Mares à Sotteville-lès-Rouen.

1938. Transféré à Sainte-Anne où il est vu, entre autres, par Jacques Lacan.

1939-1943. Séjour à l'hôpital psychiatrique de Ville-Évrard. Écrit de très nombreuses lettres. En novembre 1942, la mère d'Artaud obtient, grâce à l'aide de Robert Desnos, le transfert de son fils en zone " libre ", dans le service du docteur Ferdière à Rodez.

1943-1946. Séjour à l'hôpital psychiatrique de Rodez. Série d'électrochocs. Adaptation de textes de Lewis Carroll et d'Edgar Poe, dans le cadre de l'art-thérapie prôné par le docteur Ferdière. Écrit beaucoup, en particulier de nouveaux textes en vue de la publication d'Un voyage au pays des Tarahumaras en novembre 1945. À partir du début de l'année 1945, il commence à réaliser de grands dessins en couleur, écrit et dessine tous les jours dans de petits cahiers d'écolier qui deviendront les Cahiers de Rodez puis du retour à Paris. Cette activité durera jusqu'à sa mort. En avril 1946, sortie de Lettres de Rodez chez G.L.M. Amitié de Jacques Prevel. 1946. Libéré de l'asile, il arrive à Paris le 26 mai. Les amis qui ont organisé son retour en particulier, Marthe Robert et Arthur Adamov l'installent à Ivry dans la maison de santé du docteur Delmas qui lui donne toute liberté d'aller et venir. Le 6 juin : exposition à la galerie Pierre de peintures, dessins et manuscrits offerts par de nombreux artistes et écrivains afin qu'ils soient vendus aux enchères à son profit. Le 7 juin est organisée au théâtre Sarah-Bernhardt une séance d'hommage à Antonin Artaud, ouverte par André Breton. 13 juin : vente aux enchères des œuvres exposées. Enregistre pour la radio Les Malades et les médecins et Aliénation et magie noire. Écrit et publie de nombreux textes.

1947. 13 janvier : Tête à tête, séance au Théâtre du Vieux-Colombier. En juillet, exposition de " Portraits et dessins " à la galerie Pierre (textes lus par Marthe Robert, Colette Thomas, Roger Blin et Artaud lui-même). 22-29 novembre : enregistrement de l'émission Pour en finir avec le jugement de dieu. Parution d'Artaud le Mômo et de Van Gogh le suicidé de la société. Absorbe de grandes quantités de laudanum pour soulager ses douleurs.

1948. Publication de Ci-gît précédé de La Culture indienne. Une consultation à la Salpêtrière révèle un cancer inopérable du rectum. Interdiction, le 1er février, de l'émission radiophonique Pour en finir avec le jugement de dieu ; nombreux remous et protestations.

Le 4 mars, il est trouvé mort, assis au pied de son lit, par le personnel de la maison de santé. L'ultime cahier, inachevé, porte ces derniers mots : de continuer à / faire de moi / cet envoûté éternel / etc etc .

 

Source: Gallimard - Antoninartaud.net - Fait le 21 février 2011 par Philippe de CinéMémorial.

 

 

Filmographie

 

22 LONGS MÉTRAGES DÉTAILLÉS
_________________________________

1971 - BONAPARTE ET LA RÉVOLUTION

 

1935 - NAPOLÉON BONAPARTE

 

1935 - LUCRÈCE BORGIA

 

1935 - KOENIGSMARK

 

1934 - SIDONIE PANACHE

 

1934 - LILIOM

 

1932 - MATER DOLOROSA

 

1932 - ENFANT DE MA SOEUR .L'

 

1932 - COUP DE FEU À L’AUBE

 

1931 - VERDUN, SOUVENIRS D'HISTOIRE

 

1931 - FAUBOURG MONTMARTRE

 

1931 - CROIX DE BOIS .LES

 

1931 - OPÉRA DE QUAT'SOUS .L'

 

1930 - FEMME D'UNE NUIT .LA

 

1929 - TARAKANOVA

 

1928 - VERDUN, VISIONS D'HISTOIRE

 

1928 - PASSION DE JEANNE D'ARC .LA

 

1928 - ARGENT .L'

 

1926 - JUIF ERRANT .LE

 

1926 - GRAZIELLA

 

1925 - NAPOLÉON

 

1924 - SURCOUF

 

1 DOCUMENTAIRE ET 2 COURTS MÉTRAGES
____________________________________________

1966 - DÉSORDRE À VINGT ANS .LE
Documentaire de Jacques Baratier

 

1928 - COQUILLE ET LE CLERGYMAN .LA
Court métrage de Germaine Dulac - Scénario : Antonin Artaud

 

1924 - FAIT DIVERS
Court métrage de Claude Autant-Lara

 

_______________________FIN_____________________

 

commentaires (1)

hugongerard

04-02-2012 09:48:51

Son rôle fût campé par Sami Frey dans : En compagnie d ' Antonin Artaud , le film de Gérard Mordillat .