ANTHONY QUAYLE

Vue 380 fois

Profession:
Acteur britannique.

Date et lieu de naissance:
07-09-1913, à Aisndale, petite ville au nord de Liverpool., Royaume-Uni.

Date et lieu du décès:
20-10-1989, à Chelsea, Londres, Royaume-Uni.

Cause du décès:
De cause inconnue à l'âge de 76 ans.

Nom de naissance:
John Anthony Quayle - Surnom : Tony.

État civil:
Marié en 1934 avec l'actrice : HERMIONE HANNEN - Divorcé en 1941.

Marié en 1947 avec l'actrice : DOROTHY HYSON - Jusqu'au décès d'Anthony en 1989.
Ils eurent trois enfants. Il est le père de l'actrice : JENNY QUAYLE, née en mars 1950.

Taille:
(1m85)

Commentaires: 0

Anecdotes

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à ANTHONY QUAYLE

Ajout de la vidéo le 02 juin 2020 par Philippe de CinéMémorial

 

Anthony Quayle vient au monde dans une famille originaire de l’île de Man en mer d'Irlande, le 7 septembre 1913, à Ainsdale, dans l'arrondissement de Southport, qui faisait alors partie du Lancashire County en Angleterre. Son père était un avocat du Lancashire et amateur de théâtre. Après ses premières études à l'école privée d’Abberley Hall school, il fréquente l’un des plus prestigieux établissements d'enseignement secondaire la Rugby School dans le Warwickshire. Tenant de son père l’amour du théâtre , il intègre la Royal Academy of Dramatic Art de Londres et fait ses débuts dans le vaudeville. Puis en 1932, il rejoint le Old Vic Théatre et dépeint une variété de pièces du répertoire classique. Il reçoit d’excellentes critiques notamment avec la production très acclamée de «Richard II » de William Shakespeare, aux côtés de John Gielgud dans le rôle titre et Anthony jouant le duc de York. Il joue également à Broadway en face de l'actrice américaine Ruth Gordon dans «The Country Wife» (1936) du dramaturge William Wycherley, une comédie satirique centrée sur les vices et les hypocrisies.

Le cinéma ne pouvait pas rester indifférent face ce gaillard d’un 1,85m, à la carrure athlétique et dotée d’une voix puissante. Bien qu’il débute timidement en 1935 avec une courte apparition non crédité comme avec Laurence Olivier et Harry Baur suivi trois ans plus tard de «Pygmalion» (1938) du même réalisateur … Lorsque la Deuxième Guerre mondiale éclate, il est mobilisé dans l’artillerie d’abord comme simple soldat, et après avoir suivi des cours d’élève officier il est nommé au grade de sous-lieutenant d’artillerie. En 1940 il contribue à l'effort de guerre comme officier de liaison dans le cadre du SOE (Special Operations Executive) en Albanie, un service destiné a diriger des missions secrètes derrière les lignes ennemies afin de déstabiliser le régime nazi et soutenir les organisations de résistance dans toute l'Europe occupée. De cette période il relate ses souvenirs dans deux livres Eight hours from England (1945) et On Such a Night (1947).

De retour à la vie civile, de 1948 à 1956, Anthony Quayle dirige la société Shakespeare Memorial Theatre à Stratford-upon-Avon où avec ses confrères Laurence Olivier et John Gielgud, il se distingue avec l’originalité de ses mises en scène. Parallèlement à sa prolifique carrière théâtrale il va intelligemment alterner théâtre et cinéma et aussi beaucoup de séries télévisées en apportant à l’écran un jeu naturel même quand il incarne des personnages tenaces ou obstinés. Citons , «Hamlet» en 1948 une adaptation de la pièce éponyme de William Shakespeare de et avec Laurence Olivier où il joue Marcellus un officier de la garde. Son passage dans l'armée lui permet d'endosser avec aisance le rôle du Commandant Harwood qui reçoit la mission de détruire un puissant navire de guerre allemand dans le film de guerre maritime «La bataille du Rio de la Plata» (1956) de Michael Powell ; il étoffe sa filmographie avec des rôles plus complexes, on le voit en mari infidèle dans « La femme en robe de chambre» (1957) de Jack Lee Thompson où l’ambigu scientifique américain accusé d’avoir tué sa fiancée Zsa Zsa Gabor, soit disant une espionne américaine dans «Le secret» (1957) de Herbert Wilcox.

En 1961, il retrouve le réalisateur Lee Thompson qui l’invite dans son film de guerre «Le désert de la peur» (1958) il est l’étrange capitaine sud africain van der Poel qui s’avère être un officier allemand du nom de Otto Lutz ; Lee Thompson signe l’un de ses plus grands films de guerre, «Les canons de Navarone», Anthony campe le Major Roy Franklin qui dirige un commando de choc pour détruire deux canons sur l'île de Keros, une production aux nombreuses récompenses avec une pléiade de grosses pointures tels ; Anthony Quinn ,Gregory Peck, David Niven , Gia Scala, Irène Papas ; en 1962 David Lean réalise le cultissime «Lawrence d’Arabie» (1962) il est le colonel de l'armée britannique Harry Brighton avec Peter O’Toole dans le rôle titre avec entre autres dans les rôles principaux Alec Guinness, Anthony Quinn, Jack Hawkins et Omar Sharif .

Sa carrure de soldat lui permet d’endosser l’habit du général romain Verulus dans le péplum «La chute de l’empire romain» (1963) de Anthony Mann avec Alec Guinness l'empereur Marc Aurel. Sa polyvalence exceptionnelle lui permet de jouer avec beaucoup de rigueur deux rôles d’officiers Allemands : celui d’un officier britannique qui est en fait un agent allemand infiltré dans «Opération Crossbow» (1964) de Michael Anderson avec George Peppard et l’autoritaire Amiral Canaris, le chef du puissant service de renseignements de la Wehrmacht aux ordres d'Hitler dans «L'aigle s'est envolé » (1976) de John Sturges avec Michael Caine, Donald Sutherland et Robert Duvall.

Avec virtuosité, il est bouleversant d’humanité dans le mélodrame italien réalisé par Luigi Comencini « L’incompris» (1966) où la mort presque volontaire de son fils lui fait tragiquement prendre conscience de son égoïsme citons aussi son rôle du Cardinal Wosley très convaincant face à un Henri VIII puissamment interprété par Richard Burton dans «Anne des mille jours» (1966) de Charles Jarrott.

Anthony Quayle fut un grand comédien reconnu par la profession, deux fois nominé pour l'Oscar mais sans le gagner, dans les années 70, sans doute découragé, il se tourna davantage vers la télévision. En 1985 pour sa contribution au septième art britannique, il est fait chevalier de l’ordre de l’empire britannique par sa souveraine Elisabeth II … Anthony Quayle fut marié deux fois, en première noce avec l'actrice anglaise Hermione Hannen en 1934 et divorcé en 1941 puis convole avec l'actrice américaine Dorothy Hyson de 1947 jusqu'au décès de l'acteur le 20 octobre 1989 d'un cancer du foie, trois enfants sont nés sa dernière union.

Source : Gary Richardson - Fait le 22 juin 2020 par Philippe de CinéMémorial.