ALIDA ROUFFE

Vue 264 fois

Profession:
Actrice et chanteuse française.

Date et lieu de naissance:
20-03-1874, à Bordeaux, département de la Gironde, en France.

Date et lieu du décès:
21-11-1949, à Marseille, département des Bouches-du-Rhône, en France.

Cause du décès:
De mort naturelle à l'âge de 75 ans.

Nom de naissance:
Joséphine Marie Rouffe.

État civil:
?

Taille:
?

Commentaires: 0

Anecdotes

Alida Rouffe et Fernandel - Dans le film de 1938 : Le Schpountz


photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à ALIDA ROUFFE.

Ajout de la vidéo le 15 mai 2022 par Philippe de CinéMémorial

 

Enfant de la balle, fille du mime Louis Auguste César Rouffe et de Joséphine (née Gaudefrin) des parents, artistes lyrique ambulants. Alida Rouffe, de son vrai nom Joséphine Marie Rouffe, est une comédienne et chanteuse française, née le 20 mars 1874 à Bordeaux en Gironde.  Elle a un an, quand la famille s’installe à Marseille où Joséphine grandit et fit sa scolarité. Adolescente, elle débute au théâtrale et fera essentiellement sa carrière dans le Sud de la France. Elle suit aussi les traces de son père en se produisant fréquemment à l'Alcazar de Marseille, une salle de spectacle, où de futures vedettes comme Fernandel, Raimu où encore Maurice Chevalier, ont fait leur débuts.

Elle devient chanteuse d’opérette sur les scènes lyriques de la région et même au-delà, notamment à Nîmes où elle interprète le rôle de Dame Marthe dans « Faust » un opéra en cinq actes de Charles Gounod ; elle chante aussi dans « Moineau » (1931) un opéra en trois actes de Louis Beydts, et un peu plus tard dans « Lady Poum » (1935) d’Oscar Strauss au Théâtre municipal de Montpellier.



Lors du choix des acteurs pour sa nouvelle pièce « Marius » (1929), Raimu donne quelques noms à Pagnol dont celui de la grande comédienne Alida Rouffe. Marcel Pagnol, contacte Alida mais il essuie un refus catégorique, c’est que cette provençale bien en chair refuse de quitter son Midi et le chant des cigales. Finalement c’est avec beaucoup d’arguments et de tacts qui réussit à la convaincre.

Arrivée dans la capitale par le train, elle fait la connaissance de la troupe de Pagnol. Très vite mise en scène, elle est irrésistible dans le rôle d’Honorine Cabanis, la mère de Fanny (Orane Demazis) où son verbe haut perché avec l'accent du midi qui sent bon la lavande et le romarin, fait sensation aux côtés d’un Raimu jouant César, Pierre Fresnay le ptit Marius, Fernand Charpin Panisse, Paul Dullac Escartefigue et Pierre Asso Monsieur Brun. La pièce, un réel succès, sera transposée au grand écran en 1931 par d'Alexandre Korda.

Dans une comédie musicale et romantique « Mam'zelle Nitouche » (1931) de Marc Allégret, l'organiste d'un couvent (Raimu) tenue par la mère supérieure (Alida Rouffe) est secrètement le compositeur d'une opérette, avec sa complicité Nitouche (Gina Manèze), une jeune pensionnaire délurée sort de l'établissement religieux et profite de l’opérette pour faire ses débuts sur les planches et tombe amoureuse d'un beau lieutenant (Jean Rousselière).



Elle retrouve la bande à Pagnol avec le deuxième volet de sa trilogie « Fanny » (1932) de Marc Allégret, Honorine, apprend avec stupéfaction que sa fille Fanny (Orane Demazis) attend un enfant (Césariot) de Marius (Pierre Fresnay) qui est parti loin en mer, bien qu'elle soit toujours amoureuse de Marius, Fanny accepte d'épouser Panisse le maitre voilier pour donner un père à son enfant, mais un jour, Marius revient et veux reconquérir le cœur de Fanny.

Marcel Pagnol lui offre d’autres compositions, elle est Sidonie, la sœur de Cigalon (Alexandre Arnaudy) dans le film du même nom en 1935, Cigalon, un grand chef cuisinier à beaucoup trop de talent pour s'abaisser à préparer des plats simples pour des clients qu’il juge indigne de sa cuisine, jusqu'au jour où, sa voisine Mme Toffit (Marguerite Chabert) profite du mauvais caractère du seul restaurateur de la ville pour ouvrir son propre établissement, la guerre est déclarée, mais Mme Toffit finit par épouser ce grand chef.

En 1936, Marcel Pagnol rassemble la même équipe et réalise le dernier volet de la trilogie « César » (1936), l'histoire est centré sur Césariot (André Fouchet) devenu adulte, il va apprendre que son géniteur est en fait Marius, Panisse, très âgé, va bientôt mourir, dès lors Césariot œuvre à ce que Marius et Fanny se retrouvent et vivent enfin leur amour, resté intact après vingt ans.

Un petit rôle celui de Mme Fenuze une cliente d’une épicerie dans une farce que subit Irénée (Fernandel) dit « Le Schpountz » (1938) de Marcel Pagnol, Irénée commis épicier un peu mythomane, à qui le cinéma lui a tourné la tête, est convaincu qu'il deviendra un acteur célèbre, il se fait piéger par une équipe de tournage qui lui réserve une plaisanterie cruelle, avec les complices Orane Demazis, Robert Vattier, et Maupi le barman.
Dans le classique de Marcel Pagnol « La femme du boulanger » (1938), Raimu découvre un matin que sa jeune femme Aurélie (Ginette Leclerc) est partie avec un berger (Charles Moulin), tout le village se mobilise afin de retrouver sa boulangère avec Fernand Charpin le maire du village, Alida Rouffe la bonne du curé Robert Vattier et Charles Blavette dit Tonin. 

Dans une comédie bon enfant « Le Club des fadas » (1938) d'Émile Couzinet, pour redonner un second souffle à son village endormi et redonner à ses compatriotes le gout de rire, et de la bonne humeur, Lamadou (Fernand Charpin) fonde un club avec ses amis Alida Rouffe , Annie Toinon , Paulette Garmier et Robert Vattier.

Une fantaisie marseillaise « Le Paradis des voleurs » (1939) de Lucien-Charles Marsoudet, dans une baraque foraine un boss ruiné (Fernand Charpin) vole les bijoux de sa tante Flavie (Alida Rouffe), mais étant poursuivi, il donne les bijoux à un couple de danseurs (Paulette Dubost et Roland Toutain) les deux artistes vont tenter leur chance loin de la baraque miteuse et se produisent dans les Folies Parisiennes, avec Julien CaretteRaymond Aimos et Édouard Delmont.



En 1945, à 71 ans, Alida Rouffe se retire du cinéma après une dernière apparition dans la comédie dramatique «  Le Gardian »  de Jean de Marguenat, un gardian de Camargue, (Tino Rossi) est fiancé à Livette (Loleh Bellon), la fille d'un riche fermier, mais il se laisse envoûter par une bohémienne Zinzatra (Lilla Vetti), celle-ci vient en fait pour se venger et va tenter de le tuer, avec entre autres Marcel Maupi et Édouard Delmont.

Oubliée de tous, c’est dans le dénuement le plus total et la solitude qu’elle s’éteint à l’âge de 75 ans (sans précision) à Marseille, le 21 novembre 1949, elle repose au Cimetière Saint-Pierre de Marseille dans la sépulture familiale pas loin de ses amis Edouard Delmont et Milly Mathis

Source : Gary Richardson - Fait le 15 mai 2022 par Philippe de CinéMémorial.

 

commentaires (0)