SUSAN CABOT

Vue 9215 fois

Profession:
Actrice américaine.

Date et lieu de naissance:
09-07-1927, à Boston, Massachusetts, États-Unis.

Date et lieu du décès:
10-12-1986, à Encino, Californie, États-Unis.
Enterrée à : Hillside Memorial Park Culver City à Los Angeles, Californie.

Cause du décès:
Homicide, battue à mort, elle était âgée de 59 ans.

Nom de naissance:
Harriet Shapiro.

État civil:
Liaison avec l'acteur : MARLON BRANDO.

Liaison en 1959 avec le: ROI HUSSEIN DE LA JORDANIE.

Mariée en 1944 avec : MARTIN SACKER - divorcée en 1951.

Mariée en 1968 avec : MICHAEL ROMAN - divorcée en 1983.

Ils eurent 1 fils : Timothy (né en 1964)

Taille:
5' 2" (157 cm)

Commentaires: 5

Anecdotes

Sa vie personnelle a inclus une relation intime avec le Roi Hussein de la Jordanie en 1959, qui a rompu quand il a appris qu'elle était d'origine juive.

Dans la nuit du 10 décembre 1986, vers 10:30 heures, la police d'Encino a répondu à un appel comme quoi qu'il y avait un intrus dans la maison de Susan Cabot.

Lorsque les policiers sont arrivés, ils ont trouvé Susan Cabot matraquée à mort avec une barre d'haltérophilie dans sa chambre à coucher.

L'attaque a été si vicieuse que des éclaboussures de sang ont été trouvées sur les miroirs aux murs et au plafond.

Timothy, a déclaré aux policiers qu'un "grand latino aux cheveux bouclés, vêtu comme un guerrier Ninja", que lui et sa mère avaient été attaqués avec des "méthodes Ninja" et qui s'était échappé avec environ 70.000 dollars en espèces.

Timothy déclare également qu'il a combattu avec l'intrus, et a été assommé.

D'après la preuve médico-légale, il est estimé que Susan Cabot, qui était dans son lit et avait pris un somnifère, dormait au moment de son assassinat.

Timothy avait quelques plaies superficielles et la police conclut qu'il n'était pas étranger à l'assassinat de sa mère.

Il avouât son acte, mais revient sur son récit a plusieurs reprises.

Il a été accusé d'homicide involontaire et il a eu trois ans de probation

 

Fait le 14 janvier 2010 par Philippe de CinéMémorial.

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à SUSAN CABOT

Source : Spanish Films - Ajout de la vidéo le 19 août 2020 par Philippe de CinéMémorial

 

Harriet Pearl Shapiro voit le jour le 9 juillet 1927 à Boston dans l’État du Massachusetts aux Etats-Unis dans une famille russo-juive Elle a vécue une enfance tourmentée, très tôt dans sa vie, son père a disparu et sa mère Elizabeth née Charterisk a souffert de problèmes émotionnels et a été institutionnalisée. Devenue orpheline la petite Hariet à passé sa petite enfance dans une dizaine de foyers d’accueil. Pour échapper en grande partie à sa triste jeunesse elle s'est mariée très jeune à l'âge de 17 ans avec un décorateur d'intérieur nommé Martin Sacker un mariage qui tourna court en 1951.

Elle a fréquenté le lycée à Manhattan, où elle a rejoint le club dramatique de son l'école. Tout en cherchant sa voie, elle a prit un emploi comme illustratrice de livres pour enfants pendant la journée et dotée d'une jolie voix, elle chante le soir, dans une discothèque de musique country de Manhattan. Premier pas au grand écran avec la 20th Century-Fox pour un rôle de figuration dans «Le carrefour de la mort» (1947) de Henry Hathaway. Ce n’est que trois ans plus que cette jolie petite brune qui chante dans une boite de Manhattan est repérée par un directeur de casting de la Columbia Pictures qui lui offre un contrat de sept ans et se voit rebaptisée Suzan Cabot. Le studio, l'emploi en 1950 dans «L'île de Samoa» de William A. Berke, elle est Moana une jolie Polynésienne, amoureuse de Jon Hall.

Très typée, on la voit plusieurs fois en Indienne, comme la jeune squaw Monahseetah dans «La révolte des Sioux » (1950) de George Sherman avec Van Heflin et Yvonne De Carlo ; elle est Nono l'épouse du chef Apache Cochise incarné par Jeff Chandler dans «Au mépris des lois» (1952) de George Sherman ; une femme indienne qui parle comme une femme blanche dans «Fort Massacre» (1958) de Joseph M. Newman. Puis elle fait équipe avec Audie Murphy pour trois westerns «Duel sans merci» (1952) de Don Siegel, elle incarne Dusty Fargo qui tombe dans les bras d'un jeune pistolero soucieux de venger son père ; dans « Le tueur du Montana» (1953) Murphy campe le même rôle, un jeune pistoléro qui abandonne sa mission après sa rencontre avec Rita Susan Cabot la fille d’un rancher qu’il devait tuer ; elle le retrouve une dernière fois dans « Chevauchées avec le diable» (1954) de Jesse Hibbs avec le même scénario elle tombe amoureuse de Clay un fils venge la mort de son père et de son frère , avec Dan Duryea et Russell Johnson. Par la suite insatisfaite des rôles qu'on lui confie et frustrée par le manque de progrès de sa carrière, elle a demandé à être libérée de son contrat. Après un bref passage à Broadway, elle est sollicitée par le producteur Roger Corman, le pape de la série B. Il a su concevoir, produire et réaliser des petits films de genre qui s'inscrivirent dans la mouvance de ce qui fonctionnait alors, des genres variés tels que les films pour le public féminin, de guerre, policier et d'horreur où Suzan Cabot va s’épanouir avec une grande liberté. Citons en exemple : «Carnival Rock» (1956) où dans un triangle amoureux elle est Natalie la chanteuse vedette dans une discothèque rock and roll ; plus dramatique dans « Sorority girl» (1957) de Roger Corman elle est Sabra Tanner, qui mal dans sa peau va se révéler démoniaque jusqu'à exploiter cruellement les éléments faibles de son entourage ; Roger Corman signe en 1958 «Mitraillette Kelly» Charles Bronson surnommée ainsi par sa petite amie Florence Susan Cabot, il campe un petit gangster teigneux qui poussé par Flo dans un projet de kidnapping le mènera à sa chute.

Citons encore du réalisateur le film fantastique «Les femmes viking et le serpent de mer » (1957), un groupe de femmes vikings partent en mer rejoindrent leur mari, elle se heurtent à un gigantesque monstre aquatique. Sa filmographie s'arrête avec un film d’horreur «La femme guêpe» (1969) à la tête d’une fabrique de produit de beauté, pour rajeunir, elle s’injecte des doses massives d’un produit dérivé de la gelée royale, mais peu à peu elle se transforme en guêpe meurtrière qui fond sur ses proies pour les dévorer dans un antre secret. Sa vie personnelle et sa triste fin : Susan Cabot a eut une relation intime avec le Roi Hussein de Jordanie en 1959, qui a rompu quand il a appris qu'elle était d'origine juive et de père inconnu. De cette relation, (qui n'a jamais été confirmé comme étant le père, bien qu'il lui octroyé une somme mensuelle de 1500 $ par mois) elle donne naissance à Timothy en 1964 qui a souffert du nanisme. Son deuxième mari, l'acteur Michael Roman, a adopté le garçon après son mariage avec Susan en 1968. Cependant, le mariage s'est rompu en 1983 à cause de la fragilité mentale de Suzan, elle sombrait peu à peu dans la paranoïa et souffrait de pensées suicidaires. Elle était devenue de plus en plus incapable de prendre soin d'elle-même, l'intérieur de sa maison était jonché de détritus, et la nourriture gâtée gisait partout.

Et puis c'est le drame , le 11 décembre 1986, son fils Timothy âgé de 25 ans, souffrant de troubles psychologique tue sa mère avec une barre d'haltérophilie pendant qu'elle dormait dans la chambre de sa maison à Encino en Californie où elle s’était retranchée depuis 1970. Elle avait 59 ans. Au cours de son procès il fut accusé d'homicide involontaire et il a eu trois ans de probation, de plus il a été démontré que Cabot recevait toujours 1500 $ par mois de Hussein après leur séparation. Son corps repose au «Hillside Memorial Park Cemetery», à Los Angeles...

Source : Gary Richardson - Fait le 19 août 2020 par Philippe de CinéMémorial.

 

commentaires (5)

hugongerard

26-01-2010 16:01:47

Merci Philippe , d ' avoir ajouté une page sur Susan Cabot sur ce site .

hugongerard

08-11-2010 18:37:08

Pourquoi l aurait-on assassinée ? .

vargen57

18-04-2012 16:45:36

Je ne connaissais pas cette actrice, pourquoi a-t-il participé à l'assassinat de sa mère ?! Tu as des informations sur le procès du fils ?

Philippe de CinéMém

19-04-2012 16:28:44

C'est tout ce que j'ai comme information, désolé Cordialement Philippe de CinéMémorial

Philippe de CinéMém

19-04-2012 16:29:25

C'est tout ce que j'ai comme information, désolé Cordialement Philippe de CinéMémorial