MARI BLANCHARD

Vue 8168 fois

Profession:
Actrice américaine.

Date et lieu de naissance:
13-04-1927, à Long Beach, Californie, États-Unis.

Date et lieu du décès:
10-05-1970, à l'hôpital de Woodland Hills, Californie, États-Unis.

Cause du décès:
D'un cancer à l'âge de 43 ans.

Nom de naissance:
Mary E. Blanchard.

État civil:
Au cours de sa vie, elle se maria à 3 reprises, pas d'enfants :

Mariée le 13 février 1960 avec : REESE HALE TAYLOR, Jr. - Divorcée en 1961. Mariée en 1965 avec : GEORGE SHEPARD - Divorcée en 1966. Mariée en 1967 avec : VINCENT J. CONTI - Jusqu'au décès de Mari le 10 mai 1970.

Taille:
(1m64)

Commentaires: 1

Anecdotes

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à MARI BLANCHARD

Ajout de la vidéo le 15 août 2020 par Philippe de CinéMémorial

Ajout de la vidéo le 02 août 2020 par Philippe de CinéMémorial.

 

Fille d'un magnat du pétrole et du Dr Mary Sennott, une psychothérapeute. Mary Blanchard est née le 13 avril 1927 à Long Beach, dans l’état de Californie aux Etats-Unis. A l'âge de neuf ans elle a souffert d'une grave poliomyélite qui a clos ses espoirs de carrière de danseuse. Pendant plusieurs années, elle a travaillé dur pour remettre en état ses membres paralysés , grâce à des massages hawaïens, des bains d'eau chaude et de la natation, un sport qu’elle pratiqua assidûment allant jusqu’a se faire remarquer dans de petites compétitions. Adolescente elle s’enfuit de chez elle pour suivre le cirque itinérant Cole Brothers dans lequel elle pratique le domptage d’éléphant, la voltige et le trapèze volant.

Revenue sur terre par sa mère qui n’a pas apprécié cette escapade, elle change d’orientation et s'inscrit à l'Université de Californie du Sud, où elle obtient un diplôme en droit international, dès lors elle s’installe à New York à la recherche d’un emploi commercial. Mais son rêve est ailleurs et vers la fin des années 40, elle rejoint l'Agence Conover comme mannequin de publicités. C'est lors d'une publicité pour un bain moussant sur une page du magazine Hollywood reporter, qu'elle est repérée par un talent scout de la Paramount qui lui offre un contrat qu'elle s'empresse d'accepter et de troquer le Y de son prénom pour un I .

Ses débuts se révèlent pas très encourageants, la plupart de ses rôles étant de la figuration ou des petits rôles , dans son premier film «Copacabana» (1947) de Alfred E. Green avec Groucho Marx, un film musical, elle danse derrière une Carmen Miranda survoltée ; Dans «Dix de la légion» (1951), de Willis Goldbeck avec Burt Lancaster, son rôle se limite à une promenade symbolique dans une rue, faisant tournoyer un parasol, elle est souriante et séduisante pour les soldats de la Légion étrangère. A partir de 1952 Mari travaille en free lance, et c’est avec les studios Universal que sa jeune carrière s’enrichit. Petite blonde aux yeux bleus, le regard malicieux, posant de manières aguicheuses, elle porte souvent une perruque noire pour jouer des rôles de garces ou de femmes de mauvaise réputation, c’est ainsi que, dans «Back of the front» (1952) de George Sherman elle est la complice d’un trafiquant de drogue. Du même réalisateur dans «Le prince de Bagdad» (1953) elle incarne Selima une danseuse voilée dont s’amourache Antar Victor Mature dans le rôle titre, puis dans «Deux nigauds chez Vénus» (1953) de Charles Lamont avec Bud Abbott elle est Allura la cruelle Reine de Vénus qui a banni les hommes de sa planète.

Dans un western «Le défilé sauvage» (1954) de Jesse Hibbs, elle campe la propriétaire d’un ranch qui demande à Joel McCrea et à son équipe de l’aider à capturer un superbe étalon noir qu'elle a jadis élevé. La même année, dans «Le nettoyeur» de George Marshall, un shérif Audie Murphy entreprend de faire respecter la loi dans une ville de l'Ouest où règne la corruption, il rencontre la séduisante chanteuse de saloon Mari Blanchard qui ne manque pas d’audace, quand elle interprète, un French cancan endiablé . Puis elle joue une princesse arabe dans «Le fils de Simbad » (1955) de Ted Tetzlaff avec Vincent Price.

Elle revient à ses vieux démons dans «Les cavaliers du diable» (1955) de Harold D. Schuster elle est Texas Rosed membre d’un gang de hors-la-loi qui dévalise les trains. Passagère en fuite après avoir tuer son mari dans «La diligence de la peur» (1956) de William F. Claxton avec Forrest Tucker. Sans oublier son rôle de garce jusqu'au bout de ses mèches redevenues blondes dans le mélodrame «No place to land» (1958) où pour rendre jaloux John Ireland qui n'a pas de sentiment pour elle, elle épouse Robert Middleton qu'elle trouve répulsif un triangle amoureux qui finira en drame. Un dernier rôle flamboyant en tant que patronne d’un saloon gaie et sympathique auprès du joyeux John Wayne et la belle Maureen O’Hara dans «Le Grand McLintock » (1963) de Andrew V. McLaglen.

Mari Blanchard prend sa retraite du grand écran pour le petit écran ou elle fut Kathy O'Hara une tenancière d'hôtel dans les 18 épisodes de la série «Klondike» de 1960-1961 avec James Coburn.

Après deux mariages ratés, elle trouve la stabilité auprès du photographe Vince Conti épousée en 1966.

En 1963, elle a été diagnostiquée d'un cancer et après une longue lutte, Mari Blanchard s'éteint de cette terrible maladie le 10 mai 1970 dans une communauté de retraités le Motion Picture Country House and Hospital de Los Angeles à l'âge de 43 ans seulement. Ses cendres furent dispersées en mer.

Source : Gary Richardson - Fait le 15 août 2020 par Philippe de CinéMémorial.

 

commentaires (1)

hugongerard

21-01-2010 13:36:58

Mais je l ' a connais , cette superbe nana , un splendide canon , elle avait repris le rôle de Frenchy , jadis tenue par Marlène Dietrich dans le film de Georges Marshall ( Femme ou démon ) Marshall referra un remake sous le tître du Nettoyeur ( 1955) , il y a une même une bagarre de femmes dans ce western restée célèbre entre Frenchy ( Mari Blanchard ) et une autre actrice , mais j ' ai oublié son nom . Dans la version originale Femme ou démon , c ' est Una Merkel avec laquelle Marlène se bat .