MARIA CASARES

Vue 22304 fois

Profession:
Actrice et femme de théâtre française d'origine espagnole.

Date et lieu de naissance:
21-11-1922, à La Corogne en Espagne.

Date et lieu du décès:
22-11-1996, à Alloue, en France.

Cause du décès:
Suite d'un cancer à l'âge de 74 ans.

Nom de naissance:
Maria Victoria Casarès Quiroga in Corunna.

État civil:
Mariée le 19 juin 1978 avec : ANDRÉ SCHLESSER - Jusqu'au décès d'André en 1985.
Ils n'eurent aucun enfant.

Taille:

Commentaires: 2

Anecdotes

Elle est la fille de Santiago Casarès Quiroga (1884-1950), un avocat devenu 1er ministre pendant la Seconde République d'Espagne. Le 18 juillet 1936, il démissionne suite à l'éclatement de l'insécurité militaire. Sa mère Gloria est décédée en 1945.

Casarès et le cinéma "Mes premiers rapports avec le cinéma furent virulents, hagards, hallucinants même, et je plains Marcel Carné d'avoir eu à me supporter. J'ai haï Robert Bresson sur le plateau. Il nous tuait doucement, gentiment, pour en garder la carapace" (entretien avec P. Cardinal).

De Camus, Casarès a joué Le Malentendu, en 1943, L'État de siège, en 1948, Les Justes, en 1950, et, en 1953 à Angers, ses adaptations de La Dévotion à la croix et des Esprits, de Larivey, mises en scène par lui-même.

Le 20 novembre 1936, elle se réfugie à Paris. Elle suit la classe des élèves étrangers du lycée Victor Duruy et obtient son bac de philosophie. Elle est reçue au Conservatoire et en sort 1ère de sa promotion.

En juillet 1942, elle passe une audition où elle est engagée dans son théâtre des Mathurins. Elle y joue jusqu'en 1945, "Deirdre des douleurs", "Solness le constructeur", "Le malentendu", "Federico" avec Gérard Philipe…

En 1948, elle remporte le prix d'interprétation féminine grâce au film "La Chartreuse de Parme" avec Gérard Philipe et "Orphée" (1950) de Jean Cocteau avec Jean Marais lui vaut l'admiration de tous, comme si ce rôle avait été écrit spécialement pour elle.

En 1952, elle entre à la Comédie-Française. Elle y interprète "Don Juan" et "Le Carrosse du Saint-Sacrement". Depuis 20 ans, elle arpente le monde pour jouer les plus grands auteurs de théâtre.

En 1979, elle s'installe dans sa maison de La Vergne. Pour remercier la France de l'avoir adoptée, elle signe sur son testament qu'elle lègue sa demeure à son pays, n'ayant pas eu d'enfant.

María Casarès est décédée d'un cancer le 22 novembre 1996 à La Vergne, en France.

Elle est enterrée auprès de son époux "André Schlesser" décédé en 1985.

 

Source : Vargen de "Les légendes du cinéma"

 

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à MARIA CASARÈS dans un extrait de : Orphée de Jean Cocteau

Ajout de la vidéo le 20 octobre 2009 par Philippe de CinéMémorial

 

Une prêtresse du rituel théâtral :

Sept années de cinéma lui ont suffi. Sept fois plus de temps de scène ne la rassasie pas.

En 1936, Maria Victoria Casarès Quiroga in Corunna quitte l'Espagne pour la France, car son père, avocat, n'appréciait pas les spectacles donnés par les troupes de Franco. Après un Conservatoire médiocre, elle est engagée, en 1942, simultanément aux Mathurins de Marcel Herrand (pour Deirdre des douleurs, de l'Irlandais Synge) et dans Les Enfants du Paradis, de Carné, grâce à Jean-Louis Barrault qui joue Deburau et dont elle interprète la femme, Nathalie.

La carrière cinématographique de Casarès ne s'étend que sur sept années, avec onze films. En 1944, Robert Bresson lui réserve une de ses Dames du bois de Boulogne, la machiavélique, avec son long manteau bordé de fourrure noire et son caniche blanc. En 1947, elle est la Sanseverina dans La Chartreuse de Parme de Christian-Jaque. Elle tourne aussi pour Cocteau: Orphée, en 1949, et Le Testament d'Orphée, en 1950.

L'exutoire théâtral :
L'existence purement théâtrale de Maria Casarès est foisonnante, chaleureuse, sans la moindre concession et avec des méandres qui enrobent, d'une belle constance, le même style de paysages. Des festivals elle est la championne: Angers, Lyon, Carcassonne, le Marais, Châteauvallon, sans oublier Buenos Aires et, surtout, Avignon, où elle paraît souvent. Ses principaux lieux de travail ont un air de famille: petits théâtres de création, Compagnie Renaud Barrault, T.N.P. de Paris puis de Villeurbanne, Théâtre de la Ville, à Paris. De 1952 à 1954, elle fait un détour par la Comédie-Française. En 1961 et 1963, elle se laisse guider par Maurice Béjart pour "A la recherche de Don Juan" et La Reine verte. En 1969, elle est la Mère Courage de Brecht ... à Bobino !

Ceux qui lui font confiance ont nom: Herrand, Camus, Barrault, Cocteau, Vilar, Wilson, Chéreau. Le nombre de rôles créés ou repris approche la centaine. Pour les auteurs, Shakespeare vient en tête, suivi d'Albert Camus dont Maria Casarès était très proche, Claudel, Ibsen, Racine, etc. En espagnol, elle joue Yerma, de Lorca, et Divines Paroles, de Valle-Inclán, à Buenos Aires (1963-1964), Le Repoussoir, de Raphaël Alberti, en Espagne (1976-1977). Bref, pas un "grand" qui ne soit à son répertoire. Parmi les rôles importants, on peut aussi mentionner ceux que lui ont amenés Les Épiphanies, de Pichette (1947), avec Gérard Philipe et Roger Blin; Le Diable et le Bon Dieu, de Sartre (1951), avec Pierre Brasseur, comme dans Cher Menteur, de J. Kitty, adapté par Cocteau (1960); Les Paravents, de Jean Genet, joués deux fois: en 1966 à l'Odéon de Barrault, en 1983 chez Chéreau, à Nanterre; La Célestine, en 1972; Œdipus-Rex, de Cocteau et Stravinsky, à l'Opéra de Paris, en 1979; Peer Gynt, en 1981, avec Gérard Desarthe. Il est évident que, face à un tel palmarès, aucun rôle au cinéma ne fait le poids.

Une santé théâtrale à toute épreuve :
Vingt ans avant, Maria Casarès aurait été classée par les gens de cinéma dans la catégorie des " Femmes-cobras"; son masque vipérin, ses yeux fascinants l'y prédisposaient. Mais elle échappe à tout emploi conventionnel, avec sa voix qui charrie d'autant plus d'émotions que celles-ci sont profondes et font mal. " Elle ne triche jamais, écrit le metteur en scène Jorge Lavelle, toute sa sensibilité, toute son énergie passent dans ce qu'elle fait, avec la même impudeur que celle d'un écrivain."
Cette " impudeur" a sa source dans ce que Casarès décrit elle même de son "besoin féroce d'indépendance et de vie multipliée…, d'une morale personnelle aux prises avec la revendication constante de libertés..., d'une acceptation vivante, profonde et véhémente devant la vie et la mort ".

Dussane, qui fut son professeur au Conservatoire, la montre, tandis qu'elle joue Le Carrosse du Saint-Sacrement à la Comédie-Française: Pas et gestes ondulant perpétuellement aux limites de la danse, espièglerie féroce et grâce ardente, et cette pointe de sauvage méchanceté au cœur même de la séduction qui est comme la signature de la gitane, c'est la diabolique Clara Gazul elle même." C'est le rituel théâtral vécu par une de ses servantes les plus passionnées.

Quand j'ai joué Médée, dit-elle, je vomissais même parfois, avant le grand monologue. Je craignais tant de m'imposer, de ne pas laisser crier Médée à travers moi. Je bouchais tout, et je ne m'aimais pas. Ça m'arrive de moins en moins de m'aimer." C'est bien ce qu'a ressenti Pierre Brasseur dans le texte ci-contre.

Pierre Brasseur, dans Ma vie en vrac, n'est pas tendre: " Je crois qu'elle aime par-dessus tout être actrice. Elle aime jouer dans le sens de s'amuser - s'amuser à être une autre car elle ne se plaît pas. Je crois même qu'elle se déteste. Voilà pourquoi elle se regarde sévèrement dans la glace jusqu'à ce que l'autre, le personnage, l'ait remplacée. A ce moment-là, elle entre en transes et c'est oublié. Et c'est perdu!... Sa chair est chaude, son œil crève les murs, elle ne regarde pas son partenaire, elle l'observe. Elle est à la fois inquiétante et pitoyable. C'est un démon fait d'âme fragile et de pierre précieuse" (1972).

 

SES RÉCOMPENSES :

 

1961 : Prix du Brigadier pour Cher Menteur de Jérôme Kilty, Théâtre de l'Athénée.

1988 : Prix du Syndicat de la critique : Meilleure comédienne pour Hécube

1989 : Molières : Molière de la comédienne pour Hécube

1990 : Grand Prix national du théâtre

1947 - Pour : LA CHARTREUSE DE PARME - Meilleure interprétation féminine, Festival International du Film, Locarno, Suisse

 

Source : Didier Thouart et Jacques Mazeau. les grands seconds rôles du cinéma français. - Fait le 19 février 2011 par Philippe de CinéMémorial.

 

Filmographie

 

20 LONGS MÉTRAGES DÉTAILLÉS
_________________________________

1994 - AMÉRIQUE DES AUTRES .L'

 

1989 - MONTE BAJO

 

1989 - CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE .LES

 

1988 - LECTRICE .LA

 

1987 - DE SABLE ET DE SANG

 

1984 - BLANCHE ET MARIE

 

1975 - ADIEU NU .L'

 

1975 - FLAVIA LA DÉFROQUÉE

 

1959 - TESTAMENT D'ORPHÉE .LE

 

1956 - THÉÂTRE NATIONAL POPULAIRE .LE

 

1951 - OMBRE ET LUMIÈRE

 

1949 - ORPHÉE

 

1949 - HOMME QUI REVIENT DE LOIN .L'

 

1948 - BAGARRES

 

1947 - CHARTREUSE DE PARME .LA

 

1946 - AMOUR AUTOUR DE LA MAISON .L'

 

1946 - SEPTIÈME PORTE .LA

 

1946 - REVANCHE DE ROGER LA HONTE .LA

 

1945 - ROGER LA HONTE

 

1945 - DAMES DU BOIS DE BOULOGNE .LES

 

1943 - ENFANTS DU PARADIS .LES

 

____________________________________________

 

100 PARTICIPATIONS THÉÂTRALES

1996 - LES ŒUVRES COMPLÈTES DE BILLY THE KID
De Michael Ondaatje, mise en scène Frank Hoffmann, Théâtre national de la Colline : Celsa Gutiérrez

 

1995 - DOSTOÏEVSKI VA À LA PLAGE
De Marco Antonio de la Parra, Théâtre de la Colline : Teresa

 

1994 - LES GÉANTS DE LA MONTAGNE
De Luigi Pirandello, mise en scène Bernard Sobel, Théâtre de Gennevilliers : Isle

 

1993 - THREEPENNY LEAR
De William Shakespeare, mise en scène Bernard Sobel, Théâtre de Gennevilliers : Le Roi Lear

 

1993 - OSTINATO
(extraits) De Louis-René des Forêts, mise en scène Michel Dumoulin, Festival d'Avignon : voix off

 

1993 - MEIN KAMPF
De George Tabori, mise en scène Jorge Lavelli, Théâtre de la Colline

 

1992 - ORESTE
De Vittorio Alfieri, mise en scène Jean Gillibert, Maison des arts et de la culture de Créteil

 

1991 - VIE DE LA RÉVOLUTIONNAIRE PÉLAGIE VLASSOVA
De Tver de Bertolt Brecht, mise en scène Bernard Sobel, Théâtre de Gennevilliers

 

1991 - LES COMÉDIES BARBARES
De Ramón María del Valle-Inclán, mise en scène Jorge Lavelli, Festival d'Avignon Théâtre de la Colline : Dona Maria

 

1990 - TARTUFFE
De Molière, mise en scène Bernard Sobel, Théâtre de Gennevilliers : Madame Pernelle

 

1990 - "ELLE"
De Jean Genet, mise en scène Bruno Bayen, Théâtre de Gennevilliers

 

1989 - LE DÉPÔT DES LOCOMOTIVES
De Michel Diaz, mise en scène Georges Vitaly, Théâtre Mouffetard

 

1989 - LA VIE QUE JE T'AI DONNÉE
De Luigi Pirandello, mise en scène Michel Dumoulin, Théâtre Hébertot : Donn'Anna Luna

 

1988 - LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE
De Denis Llorca, Nouveau Théâtre de Besançon

 

1988 - HÉCUBE

D'Euripe, mise en scène Bernard Sobel, Théâtre de Gennevilliers

 

1987 - CE SOIR ON IMPROVISE
De Luigi Pirandello, mise en scène Lucian Pintilie, Théâtre
De la Ville

 

1986 - TROPISMES
De Nathalie Sarraute, mise en scène Michel Dumoulin, Festival d'Avignon

 

1986 - QUAI OUEST
De Bernard-Marie Koltès, mise en scène Patrice Chéreau, Théâtre des Amandiers : Cécile

 

1986 - L'USAGE DE LA PAROLE
De Nathalie Sarraute, mise en scène Michel Dumoulin, Festival d'Avignon, (lecture)

 

1986 - ELLE EST LÀ
De Nathalie Sarraute, mise en scène Michel Dumoulin, Festival d'Avignon, Théâtre de la Villette

 

1985 - LA NUIT DE MADAME LUCIENNE
De Copi, mise en scène Jorge Lavelli, Festival d'Avignon, Théâtre de la Commune : Vicky Fantomas

 

1984 - LE SACRE DE LA NAISSANCE
De Saint-John Perse d'après Sophocle, mise en scène Denis Llorca, Nouveau Théâtre de Besançon

 

1983 - LES PARAVENTS
De Jean Genet, mise en scène Patrice Chéreau, Théâtre des Amandiers : la mère

 

1982 - LES POSSÉDÉS
De Fedor Dostoïevski, mise en scène Denis Llorca, Festival d'Avignon

 

1981 - PEER GYNT
D'Henrik Ibsen, mise en scène Patrice Chéreau, Théâtre de la Cité Villeurbanne, Théâtre de la Ville

 

1980 - ŒDIPUS REX
De Igor Stravinski, livret Jean Cocteau, mise en scène Jorge Lavelli, Opéra de Paris

 

1980 - LE CONTE D'HIVER
De Shakespeare, mise en scène Jorge Lavelli, Festival d'Avignon, Théâtre de la Ville, temps

 

1980 - BRITANNICUS
De Racine, mise en scène Jean Meyer, Théâtre des Célestins

 

1978 - LA PREMIÈRE
De Ohm Cromwell, mise en scène Valerio Popesco Bruxelles

 

1978 - FAUST
De Christopher Marlowe, mise en scène Jean-Marie Patte, Festival d'Automne de Paris

 

1978 - AGAMEMNON
De Eschyle, mise en scène Jean Gillibert, Festival de Châteauvallon

 

1977 - LA MANTE POLAIRE
De Serge Rezvani, mise en scène Jorge Lavelli, Théâtre de la Ville

 

1976 - LES REVENANTS
De Henrik Ibsen, mise en scène Pierre Maxence

 

1976 - LE REPOUSSOIR
De José Luis Alonso, Madrid

 

1975 - VIA 2
De Jean-Henri Meunier

 

1975 - AMERS
De Saint-John Perse, mise en scène Guy Shelley

 

1973 - PENTHÉSILÉE
De Heinrich von Kleist, mise en scène Jean Gillibert, Festival de Châteauvallon

 

1973 - BAJAZET
De Racine, mise en scène Jean Gillibert, Petit Odéon

 

1972 - LA CÉLESTINE
De Fernando de Rojas, mise en scène Jean Gillibert, Festival de Châteauvallon

 

1971 - LES CUISINES DU CHÂTEAU
De Claude Cyriaque, Théâtre de Malakoff

 

1971 - LE BORGNE EST ROI
De Carlos Fuentes, mise en scène Jorge Lavelli, Espace Cardin : Donata

 

1970 - LE BORGNE EST ROI
De Carlos Fuentes, mise en scène Jorge Lavelli, Festival d'Avignon : Donata

 

1970 - EARLY MORNING
De Edward Bond, mise en scène Georges Wilson, Festival d'Avignon

 

1969 - MÈRE COURAGE
De Bertolt Brecht, mise en scène Jean Tasso, Bobino

 

1969 - LA DANSE DE MORT
De August Strindberg, mise en scène Claude Régy, TNP Théâtre de Chaillot

 

1969 - À LA RECHERCHE DE...
De Maurice Béjart, Théâtre de la Monnaie Bruxelles

 

1968 - LA NUIT OBSCURE
De Saint Jean de la Croix, chorégraphie Maurice Béjart, Théâtre de la Monnaie Bruxelles, Festival d'Avignon

 

1968 - LA NUIT OBSCURE
De Saint Jean de la Croix, chorégraphie Maurice Béjart, Festival d'Avignon

 

1967 - MÉDÉE
De Sénèque, mise en scène Jorge Lavelli, Festival d'Avignon : Médée

 

1967 - LE TRIOMPHE DE L'AMOUR
De Marivaux, mise en scène Jean Vilar, Festival du Marais

 

1967 - HENRY VI
De William Shakespeare, mise en scène Jean-Louis Barrault, Théâtre de la Porte Saint-Martin : Marguerite d'Anjou

 

1966 - LES PARAVENTS
De Jean Genet, mise en scène Roger Blin, Théâtre de l'Odéon

 

1965 - LES ENCHAÎNÉS
De Eugene O'Neill, mise en scène Jorge Lavelli, Théâtre Récamier

 

1965 - LE REPOS DU SEPTIÈME JOUR
De Paul Claudel, mise en scène Pierre Franck, Théâtre de l'Œuvre

 

1964 - DIVINES PAROLES
De Ramón del Valle-Inclán, mise en scène Jorge Lavelli, Teatro Coliseo Buenos Aires

 

1963 - YERMA
De Federico García Lorca, mise en scène Margarita Xirgu, Teatro San Martin Buenos Aires

 

1963 - LA REINE VERTE
De Maurice Béjart, musique Pierre Henri, Théâtre Hébertot

 

1961 - À LA RECHERCHE DE DON JUAN
De Maurice Béjart, Opéra National de Bruxelles

 

1960 - L'ŒUVRE DE LORCA

Anthologie de ses poèmes, Festival de Montauban

 

1960 - HAMLET
De William Shakespeare, mise en scène Claude Barma, Grand Théâtre de la Cité Carcassonne

 

1960 - CHER MENTEUR
De Jerome Kilty, Théâtre de l'Athénée

 

1959 - LE SONGE D'UNE NUIT D'ÉTÉ
De William Shakespeare, mise en scène Jean Vilar, Festival d'Avignon

 

1958 - PHÈDRE
De Racine, mise en scène Jean Vilar

 

1958 - MARIE TUDOR
De Victor Hugo, mise en scène Jean Vilar, Festival d'Avignon : Marie

 

1958 - LE TRIOMPHE DE L'AMOUR
De Marivaux, mise en scène Jean Vilar, Festival d'Avignon : Léonide

 

1958 - LE CID
De Corneille, mise en scène Jean Vilar

 

1958 - LE CARROSSE DU SAINT SACREMENT
De Prosper Mérimée, mise en scène Jean Vilar

 

1956 - MACBETH
De William Shakespeare, mise en scène Jean Vilar, Festival d'Avignon : Lady Macbeth

 

1956 - LE TRIOMPHE DE L'AMOUR
De Marivaux, mise en scène Jean Vilar

 

1956 - CE FOU DE PLATONOV
De Anton Tchekhov, mise en scène Jean Vilar

 

1955 - MARIE TUDOR
De Victor Hugo, mise en scène Jean Vilar, Festival d'Avignon : Marie

 

1955 - LA VILLE
De Paul Claudel, mise en scène Jean Vilar, Festival d'Avignon, Lâla

 

1954 - MACBETH
De William Shakespeare, mise en scène Jean Vilar, Festival d'Avignon : Lady Macbeth

 

1954 - L'ENNEMI
De Julien Green, mise en scène Fernand Ledoux, Théâtre des Bouffes-Parisiens

 

1954 - LE PÈRE HUMILIÉ
De Paul Claudel, mise en scène Pierre Franck, Festival de Lyon

 

1954 - JEDERMANN
De Hugo von Hofmannsthal, mise en scène Charles Gantillon, Festival de Lyon

 

1953 - MITHRIDATE
De Racine, mise en scène Jean Marchat, Festival d'Angers

 

1953 - LES ESPRITS
De Pierre de Larivey, mise en scène Albert Camus, Festival d'Angers

 

1953 - LE CARROSSE DU SAINT SACREMENT
De Prosper Mérimée, mise en scène Jacques Copeau, Comédie-Française : la Périchole

 

1953 - LA DÉVOTION DE LA CROIX
De Pedro Calderón de la Barca, adaptation Albert Camus, mise en scène Marcel Herrand, Festival d'Angers : Julia

 

1952 - SIX PERSONNAGES EN QUÊTE D'AUTEUR
De Luigi Pirandello, mise en scène Julien Bertheau, Comédie-Française

 

1952 - LE ROI JEAN
De William Shakespeare, Festival d'Angers

 

1952 - JEANNE D'ARC
De Charles Péguy, mise en scène Charles Gantillon, Festival de Lyon-Charbonnières

 

1952 - DOM JUAN
De Molière, mise en scène Jean Meyer, Comédie-Française : Elvire

 

1951 - LE DIABLE ET LE BON DIEU
De Jean-Paul Sartre, mise en scène Louis Jouvet, Théâtre Antoine : Hilda

 

1951 - LA SECONDE
De Colette, mise en scène Jean Wall, Théâtre de la Madeleine

 

1949 - LES JUSTES
De Albert Camus, mise en scène Paul Œttly, Théâtre Hébertot : Dora Doulebov

 

1949 - LE ROI PÊCHEUR
De Julien Gracq, mise en scène Marcel Herrand, Théâtre Montparnasse

 

1948 - L'ÉTAT DE SIÈGE
De Albert Camus, mise en scène Jean-Louis Barrault, Théâtre Marigny

 

1948 - LA MAISON
De Bernarda Alba de Federico García Lorca, mise en scène Roger Leenhardt

 

1947 - LES ÉPIPHANIES
De Henri Pichette, mise en scène Georges Vitaly, Théâtre des Noctambules : l'Amoureuse

 

1946 - ROMÉO ET JEANNETTE
De Jean Anouilh, mise en scène André Barsacq, Théâtre de l'Atelier Jeannette

 

1946 - DIVINES PAROLES
De Ramón del Valle-Inclán, mise en scène Jean Marchat, Théâtre des Mathurins

 

1945 - LES FRÈRES KARAMAZOV
De Fedor Dostoïevski, mise en scène André Barsacq, Théâtre de l'Atelier : Grouchenka

 

1944 - LES NOCES DU RÉTAMEUR
De John Millington Synge, Théâtre des Mathurins

 

1944 - LE MALENTENDU
De Albert Camus, mise en scène Marcel Herrand, Théâtre des Mathurins

 

1944 - FEDERIGO
De René Laporte, Théâtre des Mathurins

 

1943 - LE VOYAGE DE THÉSÉE
De Georges Neveux, mise en scène Jean Marchat, Théâtre des Mathurins

 

1942 - SOLNESS LE CONSTRUCTEUR
De Henrik Ibsen, Théâtre des Mathurins

 

1942 - DEIRDRE DES DOULEURS
De John Millington Synge, mise en scène Marcel Herrand, Théâtre des Mathurins

 

 

____________________________________________

 

22 COURTS MÉTRAGES

1972 - JEAN VILAR, UNE BELLE VIE
Documentaire - Réal : Jacques Rutman

 

1972 - DEUX MÉMOIRES .LES
Documentaire - Réal : Jorge Semprun

 

1970 - LES RENCONTRES DE MÉRIMÉE
Court métrage - Réal : Jacques de Casembroot

 

1967 - D'AMOUR ET DE PIERRE
Court métrage - Réal : Jean-Marie Isnard - Uniquement que les commentaires

 

1963 - HIERONYMUS BOSCH
Court métrage - Réal : François Weyergans - Uniquement que les commentaires

 

1961 - THAMAR ET AMMON
Court métrage - Réal : Harry Kumel - Uniquement que les commentaires

 

1961 - SATAN MON PROCHAIN
Court métrage - Réal : Francis Lacassin et Raymond Bellour - Uniquement que les commentaires

 

1958 - LE THÉÂTRE NATIONAL POPULAIRE
Court métrage - Réal : Georges Franju

 

1958 - DE CŒUR ET DE PIERRE
Court métrage - Réal : Harry Kumel - Uniquement que les commentaires

 

1957 - L'ENFANT DE THALASSA
Court métrage - Réal : Edouard Luntz - Uniquement que les commentaires

 

1955 - LES JARDINS DU SEIGNEUR
Court métrage - Réal : Jean-Claude Huisman - Uniquement que les commentaires

 

1954 - VARSOVIE QUAND MÊME
Court métrage - Réal : YannickBellon - Uniquement que les commentaires

 

1954 - LE MYSTÈRE DE LA LICORNE
Court métrage - Réal : Jean-Claude Sée - Uniquement que les commentaires

 

1953 - LA TRAGIQUE RECHERCHE DE LA PERFECTION : LÉONARD DE VINCI
Court métrage - Réal : Enrico Fulschignoni - Uniquement que les commentaires

 

1952 - CŒUR D'AMOUR ÉPRIS
Court métrage - Réal : Jean Aurel - Uniquement que les commentaires

 

1951 - LA VIE DE JÉSUS

Réal : Marcel Gibaud - Uniquement que les commentaires

 

1951 - LA CITÉ DES TRÉSORS
Court métrage - Réal : Julien Bonardier - Uniquement que les commentaires

 

1951 - EN SOUVENIR DE MOI
Court métrage - Réal : Marcel Gibaud - Uniquement que les commentaires

 

1949 - GUERNICA
Court métrage - Réal : Alain Resnais et Robert Hessens - Uniquement que les commentaires

 

1944 - LA VIE SECRÈTE DES VISAGES
Court métrage - Réal : Albert Guyot

 

1942 - ÉTOILES DE DEMAIN
Court métrage - Réal : René Guy-Grand

 

 

_______________________FIN_____________________

 

commentaires (2)

hugongerard

19-10-2010 09:19:51

Une grande dame du théâtre cette Casarés , mais dommage qu ' elle ait privilégié , plus le théâtre que le cinéma .