ROBERT CASTEL

Vue 494 fois

Profession:
Acteur français.

Date et lieu de naissance:
21-05-1933, à Bab-El-Oued en Algérie.

Date et lieu du décès:
05-12-2020, à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris en France.

Cause du décès:
D'une longue maladie à l'âge de 87 ans.

Nom de naissance:
Robert Adolphe Moyal.

État civil:
Au cours de sa vie, il se maria à 1 reprise :

Veuf de l'actrice : LUCETTE SAHUQUET.

Taille:
?

Commentaires: 0

Anecdotes

14 juillet 2011 - Chevalier de la Légion d'honneur.

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à ROBERT CASTEL

Ajout de la vidéo le 08 décembre 2020 par Philippe de CinéMémorial

 

Robert castel de son vrai nom Robert Moyal comédien, humoriste et musicien juif d'Algérie est né le 21 mai 1933 dans le quartier populaire de Bab El Oued. Fils du musicien Lili Labassi, (né Moyal) une grande figure de la chanson maghrébine et l'un des maîtres du chaâbi, une musique arabo-andalouse typique d’Algérie. Ayant apprit le tar (tambourin traditionnel), à 13 ans il accompagne son père à la percussion et à la guitare à un gala au Casino d’Alger. (Il continuera d’apparaître sur scène avec son père jusqu'à son décès en 1969; ensemble, ils ont enregistrés six 45 tours).

Après ses études de lettres où il a exercé un moment la profession d’instituteur, et de journaliste critique musical au quotidien L’Écho d’Alger, il s’oriente vers le théâtre comique où son accent caractéristique des pieds noirs sera sa marque de fabrique artistique tout au long de sa carrière.

En 1956 il intègre la troupe du Centre régional d'art dramatique d'Alger où il fait la connaissance de Lucette Sahuquet et Marthe Villalonga. Sous la direction de Geneviève Baïlac la troupe crée la pièce de théâtre « La famille Hernandez », un enchaînement de scènes de vie algéroise. La pièce connaît un tel succès en Algérie qu’elle est présentée à Paris en 1957 au Théâtre Charles de Rochefort, où le public parisien rit aux larmes en découvrant le bagou typique des pieds-noirs. Robert Castel interprètera Robert le bègue plus de 1.700 fois... Mais en pleine guerre d’Algérie, il est rappelé au pays pour un long service militaire de vingt-huit mois à Méchria, à la frontière avec le Maroc.

En 1962, il quitte définitivement l’Algérie nouvellement indépendante et s’installe à Paris avec Lucette Sahuquet, qui deviendra son épouse Ensemble il feront du music-hall et interpréteront plusieurs sketchs humoristiques à l’accent pied-noir notamment à l'Olympia en première partie de Philippe Clay ou de Frank Sinatra.

En 1963 avec Lucette Sahuquet et Marthe Villalonga, ils jouent au Théâtre des Trois Baudets, une fantaisie musicale composée par lui-même et Jacques Bedos intitulée «Purée de nous z’ôtres», la pièce met en scène les tribulations de rapatriés d'Algérie, fraîchement débarqués à Paris, dans un contexte de forte hostilité aux pieds-noirs, malgré le coté dramatique la pièce est fort bien accueillie avec rire et larmes, elle sera jouée 400 fois.

Rapidement choisi pour prêter ses traits et sa verve au cinéma, Robert Castel commence sa carrière cinématographique à l’âge de 24 ans dans un drame passionnel aux cotés d’Edith Piaf et Michel Auclair dans « Les Amants de demain » (1958) de Marcel Blistène, puis il est Bob la tenaille dans le policier « Un témoin dans la ville » (1958) d’Édouard Molinaro avec Lino Ventura et Franco Fabrizi. Il reçoit un rôle majeur dans le drame d’Alain Cavalier « L’insoumis » (1964) Amerio un pied noir aide un ancien combattant de la guerre d'Algérie (Alain Delon) à participer à l'enlèvement d'une avocate (Lea Massari) qui défend des révolutionnaires Algériens, Amerio perdra la vie.

C’est ensuite une galerie de comédies et de seconds rôles truculents, bien souvent avec les mêmes compères où son savoureux accent pied-noir fait merveille. Citons quelques uns de ses meilleurs rôles ; un agent de police dans « Un idiot à Paris » (1967) de Serge Korber avec Jean Lefebvre et Bernard Blier ; un agent au commissariat dans « Les gros malins » (1968) de Raymond Leboursier avec Michel Galabru et Francis Blanche ; Norbert un joueur de tiercé dans « Trois hommes sur un cheval » (1969) de Marcel Moussy avec Robert Dhéry et Colette Brosset ; un pied noir dans « La ville bidon » (1970) de Jacques Baratier avec Bernadette Lafont et Jean Pierre Darras ; l’agent secret Georghiu du chef adjoint des services secrets (Bernard Blier) dans « Le grand blond avec une chaussure noire » (1972) d’Yves Robert avec Pierre Richard et Mireille Darc ; Saporo, un membre de l'OAS dans « Le complot (1973) » de René Gainville avec Jean Rochefort ; le directeur de l'hôtel dans « Le plumard en folie » (1973) de Jacques Lemoine avec Alice Sapritch, Paul Préboist et Michel Galabru ; le patron de la Crêpe d'Alger dans « Vos gueules les mouettes ! » (1974) de Robert Dhéry avec Colette Brosset et Pierre Mondy.

En 1974, Yves Boisset lui confie un rôle dramatique dans « Dupont Lajoie » un film à tendance raciste où Robert Castel montre une autre facette de son talent celui de Loulou le responsable du camping Beau-soleil où Isabelle Huppert est la victime violée de Jean Carmet ; puis il enchaîne en truand avec Jean Lefebvre et Darry Cowl qui opèrent un sombre trafic d'alcool dans « Les Borsalini » (1979) de Michel Nerval ; un prof d'anglais dans « Le bahut va craquer ! » (1980) de Michel Nerval avec Claude Jade, Darry Cowl et Michel Galabru ; le patron du bistrot dans « Le braconnier de dieu » (1982) de Jean-Pierre Darras avec Jean Lefebvre, Michel Galabru et Pierre Mondy ; le Mède Indjapahn dans « Iznogoud » (2004) de Patrick Braoudé avec Michaël Youn dans le rôle titre et Jacques Villeret le calife ; le juif Maurice Bensoussan, le père de Pascal (Dany Boon) dans « Ils sont partout » (2015) d’Yvan Attal avec Benoît Poelvoorde qui sera son dernier rôle au grand écran.

En dehors de sa présence au cinéma, dans les années 70/80, vif et provocateur il multiplia les sketchs télévisés (entre 100 et 200) avec Lucette sa partenaire fétiche et aussi quelques sketchs avec le chanteur Enrico Macias, le couple fut aussi l’invité des émissions de divertissements notamment les shows des Carpentier ou les jeux comme « Alors raconte» et « L’Académie des neuf », et participent au feuilleton « Les Saintes Chéries ».

En 1987 Robert Castel perd son épouse Lucette Sahuquet décédée d’un cancer, le couple n’a pas eu d'enfant. Pendant une année, Robert Castel arrête tout, puis il monte un nouveau spectacle, « Ni sala, ni malec! » qu’il présente en solo au Théâtre libertaire de Paris (TLP-Déjazet)…

Ces dernières années, il était apparu sur le petit écran dans la saison 2005 de « Plus belle la vie » incarnant Henri Laroque ou le téléfilm « Les Prédateurs » en 2007 traitant du procès de l’affaire Elf …

Robert Castel avait également un goût prononcé pour la musique, en 2007, il fait partie du collectif musical El Gusto, un orchestre chaâbi algérien qui se produira dans de nombreuses tournées à travers le monde. On le voit aussi participer sur le plateau des « Grosses Têtes » de Philippe Bouvard sur RTL de 2008 à 2009. En 2013 ce boulimique de travail remonte sur scène pour un dernier one-man-show « Nostalgérie ».

Robert Castel décède le 5 décembre 2020 l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, à l’âge de 87 ans, des suites d’une longue maladie.

Source : Gary Richardson - Fait le 08 décembre 2020 par Philippe de CinéMémorial.

 

Filmographie

 

43 LONGS MÉTRAGES DÉTAILLÉS
_____________________________

 

2016 - ILS SONT PARTOUT

 

2006 - DU JOUR AU LENDEMAIN

 

2004 - IZNOGOUD

 

2002 - TROIS ZÉROS

 

2000 - MARCHANDS DE SABLE .LES

 

1997 - MADAME DUBOIS, HÔTEL BELLEVUE

 

1982 - SANDY

 

1982 - P'TITES TÊTES .LES

 

1982 - C'EST FACILE ET ÇA PEUT RAPPORTER 20 ANS

 

1982 - BRACONNIER DE DIEU .LE

 

1981 - BAHUT VA CRAQUER .LE

 

1980 - MAIS QU'EST-CE QUE J'AI FAIT AU BON DIEU POUR AVOIR UNE FEMME QUI BOIT DANS LES CAFÉS AVEC LES HOMMES ?

 

1979 - SACRÉS GENDARMES

 

1979 - BORSALINI .LES

 

1978 - VAS-Y MAMAN

 

1978 - JE SUIS TIMIDE, MAIS JE ME SOIGNE

 

1977 - ARRÊTE TON CHAR... BIDASSE !

 

1975 - PLUMARD EN FOLIE .LE

 

1975 - GRANDS MOYENS .LES

 

1975 - C'EST DUR POUR TOUT LE MONDE

 

1975 - ATTENTION LES YEUX !

 

1974 - VOS GUEULES LES MOUETTES !

 

1974 - PAR ICI LA MONNAIE

 

1974 - DUPONT LAJOIE

 

1973 - PERMIS DE CONDUIRE .LE

 

1973 - PAR LE SANG DES AUTRES

 

1973 - DEUX HOMMES DANS LA VILLE

 

1973 - COMPLOT .LE

 

1972 - GRAND BLOND AVEC UNE CHAUSSURE NOIRE .LE

 

1972 - ELLE COURT, ELLE COURT LA BANLIEUE

 

1971 - IL ÉTAIT UNE FOIS UN FLIC

 

1970 - VILLE-BIDON .LA

 

1970 - HOMME-ORCHESTRE .L'

 

1969 - TROIS HOMMES SUR UN CHEVAL

 

1969 - HONTE DE LA FAMILLE .LA

 

1968 - GROS MALINS .LES

 

1967 - IDIOT À PARIS .UN

 

1965 - MONNAIE DE SINGE

 

1964 - INSOUMIS .L'

 

1960 - CHIEN DE PIQUE

 

1959 - TÉMOIN DANS LA VILLE .UN

 

1959 - AMANTS DE DEMAIN .LES

 

1954 - PORT DU DÉSIR .LE

 

16 PARTICIPATIONS POUR LA TÉLÉVISION
____________________________________________

 

 

2007 - PRÉDATEURS .LES
Réal : Lucas Belvaux
Série Télévisée

 

2006 - SOUS LE SOLEIL
Série Télévisée

 

2005 - PLUS BELLE LA VIE
Série Télévisée de 2005 à 2006

 

2001 - DÉRACINÉS .LES

 

2000 - DÉTOUR .LE
Téléfilm

 

1997 - HISTOIRE DU SAMEDI .L'
Série Télévisée

 

1996 - SURPRISES DU CHEF .LES
Téléfilm

 

1992 - GROSSES TÊTES .LES

 

1987 - QUI C'EST CE GARÇON ?

 

1984 - CINÉMA 16
Série Télévisée

 

1980 - CHANGEMENTS DE DÉCORS
Série Télévisée

 

1977 - COMIQUE NÉ .UN

 

1972 - SIX HOMMES EN QUESTION
Réal : Abder Isker
Téléfilm

 

1971 - SAINTES CHÉRIES .LES
Série Télévisée

 

1966 - TRAIN BLEU S'ARRÊTE 13 FOIS .LE
Réal : Michel Drach - Série Télévisée

 

3 COURTS MÉTRAGES:
________________________________________

 

2009 - TEENAGERS
Court métrage de Paul Verhoeven

 

2008 - MATIN D’ESPÉRANCE .UN
Court métrage de Paul Verhoeven

 

1970 - CHAMBRES DE BONNE
Court métrage de Jean-Pierre Moulin

 

_______________________FIN_____________________

commentaires (0)