LUCAS GRIDOUX

Vue 108 fois

Profession:
Acteur français.

Date et lieu de naissance:
16-04-1896, à Hertza, en Roumanie.

Date et lieu du décès:
19-04-1952, à l’Hôpital Pitié Salpêtrière de Paris, France.

Cause du décès:
Est décédé à l'âge de 56 ans.

Nom de naissance:
Lucas Grimberg

État civil:
?

Taille:
?

Commentaires: 0

Anecdotes

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Fils de Moïse et de Piesa Grimberg, Lucas Grimberg vient au monde le 16 avril 1896 à Hertza, en Roumanie. Au début des années 30, ses origines juives l’obligent à fuir son pays natal et à venir s’installer en France. Il débute sa carrière au théâtre avec le nom de scène de Lucas Gridoux travaillant plus particulièrement au Vieux-Colombier et chez Gaston Baty.

Du théâtre au cinéma il n’a qu’un pas qu’il franchit en 1931. Son physique le prédestine à jouer des rôles de compositions : des fourbes, des traîtres, des escrocs, des bandits, des espions, toute une panoplie de personnages antipathiques qu’il interprète avec un jeu naturel qui donne une authenticité psychologique à ses personnages.

Il campe un fakir dans «Amour à l’américaine» de Claude Heymann il enchaîne avec «Rapt» (1931) de Dimitri Kirsanoff , il se fait remarquer pour son interprétation de Manu, l’idiot du village qui tombe amoureux de Elsi, Dita Parlo, qui va se servir de lui pour réaliser sa vengeance. Julien Duvivier lui offre le rôle de Judas dans «Golgotha» (1935), l’apôtre maudit qui facilita l’arrestation de Jésus incarné par Robert Le Vigan, et Jean Gabin en Ponce Pilate. Il retrouve Julien Duvivier et Jean Gabin dit «Pépé le Moko» (1936), il y campe l’inspecteur Slimane, vicieux à souhait qui tente de mettre la main sur Pépé un caïd du milieu parisien réfugié dans la Casbah d’Alger avec sa bande, Pépé sera victime de l’amour de Gaby Mireille Balin une jolie parisienne sophistiquée. Il campe le général chinois Tasï dans «Les pirates du rail» (1937) de Christian-Jaque, il doit empêcher les attaques des trains par une bande de pillards mené par Erich von Stroheim le terrible chef Tchou-King. Il campe un espion dans «La citadelle du silence» (1937) de Marcel L’Herbier dénoncé aura le sort qu'il mérite.

Jean Delannoy signe le mélodrame «Tamara la complaisante » (1937), en Sibérie , Victor Francen, un marchand de fourrures s'est laissé prendre aux charmes de la belle Tamara, Véra Korène, il tue son petit ami Mossilieff interprèté par Lucas Gridoux, puis se suicide en s'attachant sur son cheval selon une tradition mongole. Dans «Bar du Sud» (1938), il est Malou-Kahim Pacha impliqué dans trafic d’armes dirigé par un baron Jean Galland. Charles d’Espinay l’habille en Musulman dans «Yamilé sous les cèdres» (1939); il est Aboud aux cotés de Rachid, Charles Vanel, qui veut que sa fille Yamilé, Denise Bosc, épouse un chrétien alors que Yamilé aime le séduisant Osman-bay, Jacques Dumesnil, un musulman, son refus lui coûtera la vie.

Comme beaucoup de juifs, Lucas Gridoux disparaît des écrans pendant l’Occupation. Il revient en 1946, mais il ne retrouve plus le succès qui était le sien avant-guerre. Dans le film historique «L’affaire du collier de la reine» de Marcel L’Herbier, il tient le rôle d’un membre du Parlement qui doit jugé la comtesse de La Motte alias Viviane Romance. Pour «Les gosses mènent l’enquête» (1945) de Maurice Labro, il campe un commissaire de police; dans ce thriller où un professeur et un élève sont retrouvés pendus dans une salle de classe, les collégiens décident de mener eux-mêmes l’enquête devant l’incompétence de la police.

Par la suite, ses rôles n’apportent plus rien a sa prestigieuse carrière, citons «La kermesse rouge» (1946 ), de Paul Mesnier,où il joue un antiquaire ; dans «L’impasse des deux anges» (1948), de Maurice Tourneur, il est l’impresario de Marianne, Simone Signoret, une vedette de music-hall ; un guérisseur dans «Le cas du docteur Galloy» (1949) de Maurice Boutel ; Perruchot l'un des clochards dans «Le clochard milliardaire » (1950) de Léopold Gomez qui accompagne Henri Guisol qui pour hériter d'un grosse fortune il doit se mettre dans la peau d'un clochard avec entre autres Raymond Souplex, Jacqueline Gauthier et Raymond Pellegrin ; un contrôleur des impôts dans «Bibi Fricotin» (1950) de Marcel Blistène avec Louis de Funès et Maurice Baquet dans le rôle titre. Jacques Daroy lui offre un dernier grand rôle dans «Porte d’Orient» (1951) où il est le Malais, une crapule, homme main du frauduleux Zarapoulos, Marcel Dalio.

Mémorable acteur de composition, Lucas Gridoux n’hésitait pas se métamorphoser pour endosser ses personnages, il laisse son empreinte dans une quarantaine de films dont certains sont de petits chef-d’œuvres. Il décède à l’age de 56 ans, le 19 avril 1952, à l’Hôpital Pitié Salpêtrière de Paris.

Source : Gary Richardson - Fait le 22 août 2020 par Philippe de CinéMémorial.