VERA CARMI

Vue 126 fois

Profession:
Actrice Italienne.

Date et lieu de naissance:
23-11-1914, à Turin en Italie.

Date et lieu du décès:
06-09-1969, à Rome en Italie.

Cause du décès:
De cause naturelle à l'âge de 54 ans

Nom de naissance:
Virginia Doglioli.

État civil:
Mariée au footballeur : ALDO GIUSEPPE BOREL (1912-1979)

Taille:
?

Commentaires: 0

Anecdotes

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Vera Carmi est née le 23 novembre 1914, à Turin dans le Nord de l’Italie, sous le nom de Virginia Doglioli. Après avoir débuté au théâtre dans les salles de Turin où elle excelle dans le théâtre dramatique. Elle déménage à Rome. Lors d’un concours de beauté, le réalisateur Ferdinando Maria Poggioli la choisit pour jouer une jeune fiancée dans «Adieu jeunesse» (1940). D’une beauté raffinée, la chevelure ondulée d’un blond cendré, la belle piémontaise au yeux verts émeraude ne tarde pas être sollicité dans des romances à l’italienne, dans un courant artistique appelé «Les Téléphones Blancs» Avec son visage tamisé de mélancolie, Vera Carmi pose sur ses partenaires son regard humide et fascinant. Elle peut malgré tout être glaciale, comme cette femme émancipée dans le drame judiciaire «Les lèvres serrées» (1942) de Mario Mattoli. Malheureusement, la guerre vient d’éclater en Europe. Dans ce contexte difficile, les quelques films qu’elle tourne passent inaperçus. Et dans l’immédiat après-guerre, en raison des difficultés économiques du pays, elle se tourne vers le théâtre et rejoint la compagnie de Eduardo De Filippo, où elle apparaît dans les comédies les plus célèbres de l’auteur et du réalisateur napolitain.

En 1945, Mario Soldati lui donne un nouvel élan au cinéma, avec «Les ennuis de M. Travet», où elle campe la belle et ambitieuse Rosa Travet, une bourgeoise courtisée par un arrogant et bourru Gino Cervi, avec Alberto Sordi. Mario Bonnard, la met dans les bras du beau Fosco Giachetti dans la romance à l’italienne «Adieu ma belle Naples» (1946), il campe un compositeur de musique qui vit une histoire d’amour avec Vera Carmi une touriste américaine, il lui dédie l’une de ses plus belles chansons lors de son départ.

Dans un univers plus sombre, on la découvre en espionne allemande à Naples durant la Seconde Guerre mondiale, dans «O sole mio» (1946) de Giacomo Gentilomo, dans lequel elle finit abattue par la résistance. En 1949, dans «Dimanche d’août» de Luciano Emmer. L’un des premiers films du courant néoréalisme italien, on assiste par un dimanche ensoleillé à la ruée des habitants de Rome vers la plage d’Ostie, elle joue la douce veuve qui fascine Emilio Cigoli; Massimo Serato et Marcello Mastroianni complètent la distribution. Outre son activté au grand écran Vera Carmi s’engage dans le théâtre de variétés, elle élargi aussi ses activités en se produisant à la radio, et fera également de rares apparitions à la télévision dans des drames typiques de l'époque.

Dans le drame romantique déchirant «Les deux sœurs» (1952) de Mario Volpe, Vera Carmi, alias Franca, se retrouve enceinte après avoir été séduite par un jeune marquis qui fini par l’abandonner pour sa sœur (Jole Paoli). Dans le mélodrame bouleversant «Prisonnière des ténèbres» (1952), une petite fille devient aveugle lorsqu’elle voit sa mère se faire assassiner par un voleur, devenue adulte Vera Carmi, retrouve la vue grâce à Paul Campbell un jeune médecin, elle va découvrir qu’il est le fils de celui qui a tué sa mère. Elle est aussi la Sœur Anna dans «Marquée par le destin » (1953) de Mario Costa, avec Amedeo Nazzari et Jacques Sernas. Dans un mélodrame historique «Haine, amour et trahison» (1954) de Mario Bonnard, elle campe une infirmière en chef pendant la Première Guerre mondiale, deux frères s'opposent sévèrement pour leurs engagements politiques, cette opposition se double d'une rivalité amoureuse pour la même fille Brigitte Bardot, avec Pierre Cressoy, Camillo Pilotto et Lucia Bosè. En 1955 Franco Rossi, signe «Amis pour la vie» une belle histoire d’amitié entre deux enfants Mario et Franco, interprétés respectivement par Geronimo Meynier et Andrea Sciré, Véra joue la mère de Mario.

On la voit encore dans «Les anges aux mains noires» (1955) de Mario Bonnard, «Les prisonniers du mal» (1955) de Mario Costa et dans «Les milliardaires» (1956) de Guido Malatesta, son dernière rôle celui d'une secrétaire.

Vera Carmi à menée toute sa carrière en Italie ; une activité intense et variée au théâtre, un bilan riche et éclectique au cinéma passant aux rôles dramatiques a des personnages plus sensibles où elle joua avec justesse de sa sensibilité mélancolique. Bien qu’elle fut très populaire dans les années 40/50 Vera n'a pas gagné son statut de star à part entière, d'une part la guerre éclata et bouleversa le panorama cinématographique italien et de plus elle se retira à 42 ans.

Elle est décédée subitement à Rome, le 6 septembre 1969, à seulement 54 ans. L’actrice était la première épouse du footballeur Aldo Giuseppe Borel.

Source : Gary Richardson - Fait le 13 août 2020 par Philippe de CinéMémorial.

 

Filmographie

 

51 LONGS MÉTRAGES
_________________________________

 

 

1956 - PRISONNIERS DU MAL .LES

 

1956 - MAI TI SCORDERÒ
Réal : Giuseppe Guarino

 

1956 - I MILIARDARI
Réal : Guido Malatesta

 

1955 - ANGES AUX MAINS NOIRES .LES

 

1955 - AMIS POUR LA VIE
Réal : Franco Rossi

 

1954 - TRIESTE CANTICO D’AMORE
Réal : Max Calandri

 

1954 - HAINE, AMOUR ET TRAHISON

 

1954 - AMOUR VIENDRA .L'
Réal : Giacomo Gentilomo

 

1953 - PASSIONE
Réal : Max Calandri

 

1953 - MARQUÉE PAR LE DESTIN

 

1953 - HO PIANTO PER TE
Réal : Gino Rippo

 

1953 - FILLE DU RÉGIMENT .LA

 

1953 - EN AMOUR ON PÈCHE À DEUX
Réal : Vittorio Cottafavi

 

1952 - PRISONNIÈRE DES TÉNÈBRES
Réal : Giacomo Gentilomo

 

1952 - PENNE NERE

 

1952 - AGENCE MATRIMONIALE
Réal : Giorgio Pastina

 

1951 - MILANO MILIARDARIA
Réal : Marcello Marchesi, Marino Girolami & Vittorio Metz

 

1951 - BUON VIAGGIO POVER’UOMO
Réal : Giorgio Pastina

 

1951 - ANEMA E CORE
Réal : Mario Mattoli

 

1950 - DEUX SOEURS .LES
Réal : Mario Volpe

 

1949 - DIMANCHE D'AOÛT

 

1947 - SEPT ANS DE MALHEURS !...
Réal : Carlo Borghesio

 

1947 - NOËL AU CAMP 119
Réal : Pietro Francisci

 

1947 - JE SUIS L’ASSASSIN
Réal : Roberto Bianchi Montero

 

1947 - ÎLE DE MONTE-CRISTO .L'
Réal : Mario Sequi

 

1947 - FIACRE 13 .LE

 

1946 - MODELLE DI VIA MARGUTTA .LE
Réal : Giuseppe Maria Scotese

 

1946 - ADIEU MA BELLE NAPLES

 

1945 - TREPIDAZIONE
Réal : Toni Frenguelli

 

1945 - TEMPESTA D’ANIME
Réal : Giacomo Gentilomo

 

1945 - O SOLE MIO
Réal : Giacomo Gentilomo

 

1945 - I DIECI COMANDAMENTI
Réal : GIORGIO WALTER CHILI

 

1945 - ENNUIS DE MONSIEUR TRAVET .LES
Réal : Mario Soldati

 

1944 - FINALMENTE SÌ
Réal : Ladislao Kish

 

1944 - CIRCO EQUESTRE ZA-BUM
Réal : Mario Mattoli

 

1944 - 07… TAXI
Réal : Albert d’Aversa

 

1943 - VISPA TERESA .LA
Réal : Mario Mattoli

 

1943 - TOUT POUR UNE CHANSON
Réal : Mario Mattoli

 

1943 - SIGNORA IN NERO .LA
Réal : Nunzio Malasomma

 

1943 - FIANCÉ DE MA FEMME .LE
Réal : Carlo Ludovico Bragaglia

 

1943 - DEUX COEURS PARMI LES FAUVES
Réal : Giorgio Simonelli

 

1942 - UNA VOLTA ALLA SETTIMANA
Réal : Ákos Ráthonyi

 

1942 - REDENZIONE
Réal : Marcello Albani

 

1942 - LÈVRES CLOSES
Réal : Mario Mattoli

 

1942 - FORTUNE VIENT DU CIEL .LA
Réal : Ákos Ráthonyi

 

1942 - FOLLE JOURNÉE .LA
Réal : Gianni Franciolini

 

1941 - VILLA DA VENDERE
Réal : Ferruccio Cerio

 

1941 - AMOUR CHANTE .L'
Réal : Ferdinando Maria Poggioli

 

1940 - MARITO PER IL MESE DI APRILE .UN
Réal : Giorgio Simonelli

 

1940 - CHEVALIER SANS NOM .LE
Réal : Ferruccio Cerio & Ladislao Vajda

 

1939 - ADIEU JEUNESSE
Réal : Ferdinando Maria Poggioli

 

_______________________FIN_____________________

commentaires (0)