KATHERINE DEMILLE

Vue 505 fois

Profession:
Actrice américaine.

Date et lieu de naissance:
29-06-1911, à Vancouver en Colombie Britannique au Canada.

Date et lieu du décès:
27-04-1995, à Tucson en Arizona aux États-Unis.

Cause du décès:
De la maladie d'Alzheimer à l'âge de 83 ans.

Nom de naissance:
Katherine Paula Lester.

État civil:
Au cours de sa vie, elle se maria à 1 reprise et mère de 5 enfants

Mariée le 03 octobre 1935 avec l'acteur : ANTHONY QUINN. Divorcée le 21 janvier 1965.
Ils eurent cinq enfants, elle perd son premier garçon Christopher né en 1939, âgé de deux ans
Deux filles suivront Christina en 1941 et Catalina en 1942 et un garçon Duncan en 1945 et Valentina en 1952.

Taille:
(1m62)

Commentaires: 0

Anecdotes

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à KATHERINE DEMILLE

Source : SPANISH FILMS - Ajout de la vidéo le 06 juillet 2020 par Philippe de CinéMémorial

 

Katherine DeMille est née Katherine Paula Lester le 29 juin 1911 à Vancouver en Colombie Britannique au Canada. Fille d’un officier de l'armée canadienne Edward Gabriel Lester, tué lors de la Première guerre mondiale sur le sol Français à Vimy et sa mère Cecile Bianca Bertha Colani, une actrice d’origine italienne décédée de la tuberculose en 1920. Agée de neuf ans la petite Katherine Lester fut placée dans un orphelinat de Vancouver. A onze ans, elle est adoptée par le réalisateur et producteur Cecil B. DeMille et sa femme Constance, elle rejoint leurs deux enfants naturels sous le nom de DeMille.

Baignée dans le monde du cinéma, c'est tout naturellement qu'elle choisit à 19 ans de se lancer dans ce métier. Cette jeune fille à la beauté sombre débute en 1930 sous la direction de son père adoptif dans «Madame Satan» sans être créditée au générique. Elle se fait remarquer avec «Viva Villa!» (1934) de Jack Conway, elle est Rosita Morales une mexicaine épouse de Pancho Villa incarné par Wallace Berry qui lève une armée de la liberté contre le gouvernement mexicain en place. Prêtée à la Columbia Pictures, elle est Mashka dans «Le baron Gregor» (1935) un film d'horreur de Roy William Neill avec Boris Karloff une brute, un tyran qui opprime les paysans, il viole et tue leurs femmes . Cecil B. DeMille, la dirige dans son épopée historique «Les croisades» (1935) elle est Alice la princesse de France promise à Richard Cœur de Lion incarné par Henry Wilcoxon mais celui-ci préfère épouser la princesse de Navarre rôle tenu par Loretta Young. Dans le drame aéronautique «The Sky Parade» (Lovering1936) de Otho, elle campe une parachutiste qui rejoint trois copains William Gargan, Kent Taylor et Jimmie Allen pour fonder une compagnie aérienne commerciale, ils cherchent aussi à mettre au point un pilote automatique mais l’affaire tourne mal lorsque celui-ci est convoité par des espions.

Dès 1936 elle joue dans une comédie dramatique avec quelques interludes musicaux « St. Louis Blues» (1936) de John Cromwell elle est la méchante rivale de Barbara Stanwyck pour l'amour de Joël McCrea ; puis elle partage la tête d'affiche avec Warner Oland dans le rôle titre «Charlie Chan aux jeux olympiques» (1937) de H. Bruce Humberstone, elle incarne une espionne qui à volé une arme secrète de guidage des avions militaires; elle côtoie Ricardo Cortez qui joue un Robin de bois moderne dans «Le Robin des Bois de Californie» (1937) de Gus Meins ; dans «L’île de la destinée» (1939), elle est l'épouse de Gilbert Roland un trafiquant d'armes, elle élimine ses ennemis avec une sarbacane chargée de fléchettes empoisonnées . La voila en Egypte dans «Les bas-fonds du Caire» 1940, de Leslie Kardos, elle est Shari, la femme de George Zucco qui ordonne à son gang de voler les Sept Joyaux du septième Pharaon découverts récemment par une expédition archéologique américaine. Sa beauté exotique l’amène à jouer une fille des îles aux cotés de Dorothy Lamour dans «Aloma, princesse des îles» (1941) de Alfred Santel.

Mariée à Anthony Quinn depuis 1937, Katherine se retire des écrans quelques années le temps de donner naissance à quatre enfants, elle perd son premier garçon Christopher né en 1939, âgé de deux ans, il s'est noyé dans l'étang aux nénuphars de leur voisin l'acteur WC Field, deux filles suivront Christina en 1941 et Catalina en 1942 et un garçon Duncan en 1945, elle mettre au monde Valentina plus tard en 1952.

C’est aux cotés de son mari qu’elle fait son retour avec «L’Espoir noir» (1947) de Phil Karlson, basé sur l'histoire vraie du cheval Black Gold, qui a remporté le Derby du Kentucky en 1924 elle est l'épouse d'Anthony qui vit comme un Indien dans un ranch, il rêve de voir sa jument pur-sang, Espoir Noir, gagné le Derby. Elle enchaîne avec «Les conquérants du nouveau monde» (1947) de Cecil B. DeMille, elle est Hannah la femme indienne de Howard Da Silva un odieux trafiquant d'armes qui vend des fusils aux indiens et attise leur tension envers les colons blancs de plus il détient une esclave Paulette Godard qu’il vend à Gary Cooper. En 1956 après son dernier film un western de Harry Homer «Le tueur et la belle» le deuxième film avec Anthony, Katherine décide de se retirer pour s'occuper de sa famille. Elle laisse en héritage une filmographie en demi-teinte fort et de constater qu’il lui manqua un rôle majeur pour atteindre l’aura d’une star à part entière.

Marié en 1935, Anthony Quinn n’était pas un mari fidèle, en raison de la relation avec le designer de costume italien Jolanda Addolori, le couple divorce en 1965. Plus tard Katherine déménage à Tuscon en Arizona pour vivre avec l'une de ses filles et petits-enfants. Atteint de la maladie d'Alzheimer depuis quelques années, Katherine DeMille décède le 27 avril 1995 à l'âge de 83 ans de cette terrible maladie.

Source : Gary Richardson - Fait le 06 juillet 2020 par Philippe de CinéMémorial.