CONCHITA MONTENEGRO

Vue 123 fois

Profession:
Actrice et danseuse espagnole.

Date et lieu de naissance:
11-09-1912, à Saint-Sebastien au pays basque espagnol

Date et lieu du décès:
22-04-2007, à Madrid, Espagne.

Cause du décès:
De mort naturelle à l'âge de 94 ans.

Nom de naissance:
Concepción Andrés Picado.

État civil:
Mariée en 1935 avec : RAUL ROULIEN - Jusqu'en (19??) Mariée avec RICARDO GIMÉNEZ-ARNAU (?)

Taille:
(1m60)

Commentaires: 0

Anecdotes

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à CONCHITA MONTENEGRO

Source : Spanish Films - Ajout de la vidéo le 21 juin 2020 par Philippe de CinéMémorial

 

Conchita Montenegro est née Concepción Andrés Picado le 11 septembre 1912 à Saint-Sebastien au pays basque espagnol. Fille de Julián Andrés Picado, et de Anunciación son épouse, installés à Saint-Sébastien, où son père était un représentant commercial. Par la suite la famille Picado déménage à Madrid, où Conchita fit ses études primaires dans un couvent. Avec sa sœur Juanita, elle étudie la danse et l'art dramatique à l'École de théâtre de l'Opéra de Paris, jusqu’à l’âge de 14 ans. Revenue en Espagne, Concepción sert de modèle notamment pour le célèbre peintre espagnol Ignacio Zuloaga y Zabaleta.

Par la suite avec Juanita, elle forme un duo artistique " Las Dresnas de Montenegro " et triomphent dans les principaux théâtres de Madrid, de Londres, Paris, Berlin et de Rome. Avec sa sensualité et sa beauté, les yeux bruns, les cheveux noirs ondulés et un teint d'olive elle est vite découverte par le monde du cinéma. Rebatisée Conchita Monténégro, la jeune basque fait ses premières apparitions cinématographiques, en 1927, dans deux films espagnols muets, «Sortilegio» de Agustín de Figueroa et dans « Rosa de Madrid» de Eusebio Fernández.

L'année suivante, elle se rend à Paris et interprète dans «La femme et le pantin» de Jacques de Baroncelli, la fascinante Conchita Pérez une belle fille provocante qui s'amuse à aguicher un riche propriétaire qui est fou d’elle Dans ce film elle à une séquence dans laquelle elle danse le flamenco complètement nue, ce qui créa un scandale en Espagne, mais qui lui ouvrit les portes d’Hollywood. Dotée d’un charisme, d’une beauté exubérante qui éclate à l’écran, et malgré qu’elle ne parle pas un piètre mot d’anglais, à 19 ans elle est la première actrice hispanique sollicitée à Hollywood à la faveur d'un contrat avec la Metro-Goldwyn-Mayer pour doubler les versions de films américains destinés au marché hispanophone.

Après trois mois d’apprentissage, elle maîtrise la langue de Shakespeare et contribue à quelques productions Hollywoodiennes en version anglaise et française. De cette période américaine citons en version hispanophone ; «De frente, marchen» (1930) de Salvador de Alberich avec Buster Keaton ; «Sevilla de mis amores» (1930) de et avec Ramon Novarro ; en anglais elle donne la réplique à Robert Montgomery et Norma Shearer dans «Strangers may kiss » (1931) où elle tient le rôle d'une danseuse espagnole. Elle côtoie Leslie Howard dans «Never the twain shall meet» (1931) de W.S. Van Dyke, il tombe amoureux de Tamea une fille indigène aux pieds nus, d’une nature sauvage et libérée.

Ils viveront hors plateau une histoire d’amour passionnée jusqu’au décès de l’acteur en 1943 (participant à l’effort de guerre son avion a été abattu par les bombardier allemand au-dessus du golfe de Gascogne). Conchita Montenegro quitte la MGM et signe avec la Fox Film Corporation où elle va imposer sa silhouette gracile de danseuse exotique et de chanteuse au timbre de voix sensuelle dans quelques beaux succès, en témoigne son rôle de la chanteuse de saloon Carmencito qui tombe amoureuse de Warner Baxter dans «The Cisco Kid» (1931) de Irving Cummings, un gangster qui devient par la suite un héros mexicain ; puis elle est Panchita aux cotés de Victor McLagen un baroudeur dans «Risque tout» (1933) de Ford Beebe ; et la jolie tzigane Tinka dans «Caravane» (1934) de Erik Charell avec Charles Boyer et Annabella la Princesse Wilma.

Dans un drame de guerre «Enfer dans les cieux» (1934) de John G. Blystone, elle est Aimée amoureuse de Warner Baxter un pilote de l'escadrille française de la Première Guerre mondiale qui veut combattre un as de l'aviation allemande connu sous le nom de Le Baron. Elle retrouve les studios parisiens pour la version française de «Parisian life» «La vie parisienne » (1936) de Robert Siodmak, un riche Brésilien Max Dearly, revient trente-cinq ans plus tard accompagné de sa petite-fille Conchita elle va découvrir la vie parisienne ; aux cotés de Tino Rossi et Michelle Alfa elle est la danseuse Pénélopea dans un film chantant «Lumières de Paris » de Richard Pottier.

Elle joue ensuite à Buenos Aires dans un drame «El grito de la juventud» (1938) de Raul Roulien , un étudiant en médecine Vicente Climent remet en cause sa carrière de médecin lorsque son amie Conchita est gravement malade. Pour Jean Choux elle est la belle et envoûtante danseuse Deliah dans «La naissance de Salomé» (1940) puis pour Carmine Gallone la belle Aloysia Weber dans le film biographique «Mélodies éternelles» (1940) ce film retrace de manière romancée la vie de Mozart joué par Gino Cervi qui tombe amoureux de la belle Aloysia Après ce film, elle revient dans son pays natal où elle aspire au repos.

Néanmoins en 1942 elle accepte de tourner deux films inspirés des évènements récents de la guerre civile et de la lutte contre le communisme dont «Rojo y Negro» et «Boda en el infierno» où elle campe une jeune femme russe qui est contraint de défendre son honneur, tuer un commissaire communiste. Après avoir joué dans le rôle titre la légendaire danseuse «Lola Montes » (1944), elle se retire définitivement de l'écran, à l'age de 32 ans après avoir épouser un diplomate espagnol d’origine aragonaise, Ricardo Giménez-Arnau, en poste auprès du Saint-Siège à Rome.

Un retrait tel un exil, elle refusera dès lors tout contact avec la profession. Elle avait un passe-temps favori, elle collectionnait les poupées et des animaux en peluche. Devenue veuve en 1970, Conchita Monténégro décède le 22 avril 2007 presque centenaire mais en ayant tout oublié de son passé. Elle légua son corps à la science.

Source : Gary Richardson - Fait le 21 juin 2020 par Philippe de CinéMémorial.

 

Filmographie

 

37 LONGS MÉTRAGES
_________________________________

 

1944 - LOLA MONTES
Réal : Antonio Román

 

1943 - IDOLOS
Réal : Florián Rey

 

1942 - ROJO Y NEGRO
Réal : Carlos Arévalo

 

1942 - BODA EN EL INFIERNO
Réal : Antonio Román

 

1942 - AVENTURA
Réal : Jerónimo Mihura

 

1941 - ENFANT DU MEURTRE .L'

 

1940 - OR DU CRISTOBAL .L'

 

1940 - NAISSANCE DE SALOMÉ .LA
Réal : Jean Choux

 

1940 - EL ÚLTIMO HÚSAR
Réal : Luis Marquina

 

1940 - AMORE DI USSARO
Réal : Luis Marquina

 

1939 - YO SOY MI RIVAL
Réal : Luis Marquina

 

1939 - UOMO DEL ROMANZO .L'
Réal : Mario Bonnard & Luis Marquina

 

1939 - DANUBE BLEU .LE

 

1938 - LUMIÈRES DE PARIS

 

1938 - EL GRITO DE LA JUVENTUD
Réal : Raul Roulien

 

1935 - VIE PARISIENNE .LA

 

1935 - ASEGURE A SU MUJER
Réal : Lewis Seiler

 

1934 - HELL IN THE HEAVENS
Réal : John G. Blystone

 

1934 - HANDY ANDY

 

1934 - GRANADEROS DEL AMOR
Réal : John Reinhardt & Miguel de Zárraga

 

1934 - CARAVANE

 

1933 - RISQUE TOUT

 

1933 - DOS NOCHES
Réal : Carlos F. Borcosque

 

1933 - CHANSON INTERDITE .LA
Réal : Frank R. Strayer

 

1932 - MARIDO Y MUJER
Réal : Bert E. Sebell

 

1931 - SU ÚLTIMA NOCHE
Réal : Carlos F. Borcosque & Chester M. Franklin

 

1931 - STRANGERS MAY KISS

 

1931 - ROI DES CABALLEROS .LE

 

1931 - NEVER THE TRAIN SHALL MEET

 

1931 - IL FAUT MARIER LE PRINCE
Réal : Lewis Seiler

 

1931 - CISCO KID .THE

 

1930 - SEVILLANA .LA
Réal : Ramon Novarro

 

1930 - EN CADA PUERTO UN AMOR
Réal : Carlos F. Borcosque & Marcel Silver

 

1930 - DE FRENTE, MARCHEN
Réal : Salvador de Alberich & Edward Sedgwick

 

1928 - FEMME ET LE PANTIN .LA

 

1927 - SORTILEGIO
Réal : Agustín de Figueroa

 

1927 - ROSA DE MADRID
Réal : Eusebio Fernández Ardavín

 

_______________________FIN_____________________

commentaires (0)