HOWARD DA SILVA

Vue 189 fois

Profession:
Acteur américain.

Date et lieu de naissance:
04-05-1909, à Cleveland, dans l'État de l'Ohio aux Etats-Unis.

Date et lieu du décès:
16-02-1986, à Ossining, dans l'État de New York aux Etats-Unis.

Cause du décès:
Emporté par un lymphome à l'âge de 76 ans.

Nom de naissance:
Harold Silverblatt.

État civil:
Au cours de sa vie, il se maria à 3 reprises et père de 6 enfants :

Marié le 10 janvier 1941 avec : JANE LOUISE TAYLOR - Divorcé le 28 juillet 1948
Ils eurent 1 enfant.

Marié le 17 août 1950 avec l'actrice : MARJORIE NELSON - Divorcé le 09 mai 1961
Ils eurent 2 enfants.

Marié le 30 juin 1961 avec l'actrice : NANCY NUTTER - Jusqu'au décès de Howard le 16 février 1986.
Ils eurent 3 enfants.

Taille:
(1m79)

Commentaires: 0

Anecdotes

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à HOWARD DA SILVA

Source : SPANISH FILMS - Ajout de la vidéo le 08 juin 2020 par Philippe de CinéMémorial

 

Howard DaSilva est né Harold Silverblatt le 4 mai 1909 à Cleveland, une ville située sur la rive sud du lac Érié, dans l'État de l'Ohio aux Etats-Unis. Ses parents sont tous deux juifs nés en Russie. Diplômé de l'Institut Carnegie de technologie, il travaille comme métallurgiste avant de rejoindre en 1928 le Civic Repertory Théatre où il apprend le métier d'acteur sous la tutelle d'Eva Le Gallienne. Il se retrouve ensuite à Broadway dans des comédies musicales notamment dans la légendaire comédie «The Cradle Will Roc» (1938) avant d’être repéré par l’industrie du cinéma.

Sa mine patibulaire, sa voix rauque, le regard en retrait, le visage fermé on ne pouvait pas mieux choisir comme acteur pour incarner une série de films où ses personnages ne peuvent être que des méchants ou des sales types. A quelques exceptions près, Howard Da Silva fut l'un des acteurs les plus virulents, et l'un des plus démonstratifs de l'âge d'or d’Hollywood. Très vite il est cantonné à jouer des personnages au caractère corrosif et faire partie des «sales gueules» d’Hollywood. Avec un terrain de prédilection pour les films noirs, thrillers et films d’action.

Rebaptisé avec le pseudonyme de Howard Da Silva, il tient le rôle d’un mutin rebelle dans «Le vaisseau fantôme» (1940) de Michael Curtiz, où le navire est dirigé par le sadique capitaine Wolf Larsen, Edward G. Robinson, surnommé le loup ; il est méconnaissable en juge corrompu dans «Le retour de Bill Hickok» (1941) de Ray Enright, au coté de Ward Bond en shérif véreux. En 1943 il fait un retour remarquable avec son rôle du psychopathe Jud Fry dans la comédie musicale «Oklahoma!» signé Richard Rodgers et Oscar Hammerstein, une intrigue amoureuse jouée au St. James Theatre de New York.

En 1945, George Marshall met en scène le film noir «Le dahlia bleu», démobilisé, Johnny, Alan Ladd trouve sa femme dans les bras du propriétaire de la boite de nuit, le lendemain sa femme est retrouvée morte, Johnny est suspecté du meurtre. Il campe le tyrannique capitaine Thompson, dans «Révolte à bord» (1946) de John Farrow une mutinerie déclenchée par Alan Ladd éclate à bord. Nicholas Ray ne s’y trompe pas, il profite de sa «sale trogne» pour en faire un criminel brutal plus vrai que nature dans «Les amants de la nuit» (1949), un borgne qui ne contrôle pas ses impulsions, compagnon d’évasion de Bowie, Farley Granger. Puis un inspecteur de police tenace face à un tueur en série Peter Lorre qui kidnappe et tue des petites filles dans «M le maudit» (1950) de Joseph Losey.

Malheureusement, dans les années 50, Howard Da Silva est victime de la chasse aux sorcières, inscrit sur la liste noire il est soupçonné d’être un sympathisant communiste, refusant de répondre aux questions du comité, sa carrière est stoppée en un clin d’œil Est-il communiste ou pas l’histoire ne le dit pas. Eloigné des écrans, il mettra dix ans avant de retrouver sporadiquement les plateaux de cinéma. Néanmoins il continua de travailler au théâtre. En 1962 Frank Perry le relance avec «David and Lisa», où il tient le rôle du psychiatre d’un foyer pour adolescents perturbés. Puis termine la décénie en donnant la réplique à deux grosses pointures dont Paul Newman dans «L’outrage» (1964) de Martin Ritt et Steve McQueen dans « Nevada Smith (1965) de Henry Hathaway.

Les années 70, lui sont plus favorables il se voit offrir des rôles de composition citons ; «1776», en 1971, de Peter H. Hunt, les cheveux longs, le crâne dégarni, il dépeint le patriote Benjamin Franklin, pompeux, humoristique, spirituel et finalement courageux qui s’oppose à la couronne britannique,. Dans le téléfilm «Missiles d’Octobre» (1974) de Anthony Page, il incarne le dirigeant soviétique Nikita Khrouchtchev lors de la guerre froide et dans «Les fichiers privés de J. Edgar Hoover» (1977) de Larry Cohen, il est le président des Etats-Unis Franklin D. Roosevelt. Pour Frank Perry, il campe le magnat Hollywoodien Louis B. Mayer dans le biopic «Maman très chère» (1981) sur la vie de Joan Crawford incarnée par Faye Dunaway et termine son parcours cinématographique en jouant un photographe new-yorkais, fasciné par le reclus de la star Greta Garbo, dans le film «À la recherche de Garbo» en 1984.

Howard Da Silva décède à l’age de 76 ans emporté par un lymphome.

Source : Gary Richardson - Fait le 08 juin 2020 par Philippe de CinéMémorial.