GABRIEL GABRIO

Vue 179 fois

Profession:
Acteur français.

Date et lieu de naissance:
13-01-1887, à Reims dans la Marne, France.

Date et lieu du décès:
31-10-1946, à Berchères-Sur-Vesgre, en Eure-et-Loir, France.

Cause du décès:
Au terme d'une longue maladie à l'âge de 59 ans.

Nom de naissance:
Édouard Gabriel Lelièvre.

État civil:
?

Taille:
(1m83)

Commentaires: 0

Anecdotes

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Gabriel Gabrio, un grand gaillard d’ 1,83, les cheveux noirs et les yeux bleus est né Édouard Gabriel Lelièvre, le 13 janvier 1887, à Reims dans le département de la Marne. Le plus jeune d’une fratrie de seize enfants, d’un père qui travaille comme remueur de bouteilles dans l’une des plus célèbres caves de champagne de la maison Pommery.

Gamin, il s’amusait à créer des marionnettes fabriquées avec des manches à balai et des morceaux de tissus qu’il chapardait à ses parents, et offrait à ses copains de petites saynètes guignolesques. Adolescent son père lui trouve un emploi d’apprenti peintre sur vitraux, un métier qui ne le passionne pas vraiment. Décidé d’assouvir sa passion, il débute au théâtre Casino de sa ville natale, un début qui manque d’assurance et pas très encourageant, néanmoins il gagne un contrat et part en tournée trouvant petit à petit sa maturité théâtrale. Mais son élan est interrompu par la Première Guerre mondiale. Il rejoint l'armée, où il est de service pendant quatre ans. Après la démobilisation, Gabriel se rend à Paris et retrouve son activité théâtrale. il joue entre autres dans «Judith» un drame au théâtre du Gymnase en 1922 de Henry Bernstein; puis enchaîne au théâtre de la Chimère avec « Je veux revoir ma Normandie » en 1923 de Lucien Besnard et en 1924 au Théâtre de l'Odéon dans une chronique médiévale «Ysabeau» de Paul Fort. L’année suivante, il prend le chemin des studios de cinéma sous la direction d’Henri Frescourt, il est Léon Verton un imposteur au grand cœur dans «Le fils d’Amérique» (1924) puis le même réalisateur voit en ce grand costaud le personnage idéal pour incarner Jean Valjean dans l’emblématique œuvre Hugolienne «Les misérables» (1925) un sérial en quatre parties avec Sandra Milowanoff jouant Cosette et Fantine , Jean Toulout Javert et Renée Carl l’affreuse mère Thénardier. Un réel succès qui lui ouvre la voie à la célébrité. Il est Dagobert un vieux soldat dans «Le juif Errant» (1926) signé Luitz-Morat un feuilleton en cinq épisodes inspiré du roman d'Eugène Sue avec André Marnay dans le rôle titre.

Gabriel Gabrio tente une carrière internationale, en Italie, il tient le rôle du général Vorileff dans «Heures d’angoisse » (1928) de Gennaro Righelli en Angleterre il est Pietro donnant la réplique à Elissa Landi en gitane dans un drame romantique «La lueur sur la cime» (1929) de Adelqui Migliar et John Stafford, et dans le mélodrame franco-espagnol muet «La bodega» (1930) il est Firmin, qui travaille chez Pablo, Jean Coste un propriétaire viticole, un jour son patron abuse de sa fille Maria, Concha Piquer. Il aborde le cinéma parlant sans difficulté. Il va imposer sa personnalité un peu bornée et bourrue dans plusieurs chefs-d’œuvre. Citons ; le jeune étudiant Sulphar enrôlé lors de la Première Guerre mondiale dans une œuvre forte et poignante «Les croix de bois» (1932) signée Raymond Bernard, avec ses camarades Pierre Blanchar , Charles Vanel, et Aimos, il vit les horreurs de la guerre des tranchées tandis que fleurissent les croix de bois sur les tombes, il finit par perdre ses idéaux.; il est Jacques le fils de la terrible mère Frochard une mègère alcoolique interprété par Yvette Guilbert dans «Les deux orphelines» (1933) de Maurice Tourneur avec Rosine Dérean et Renée Saint-Cyr ; il est César Borgia le cruel et machiavélique frère d’Edwige Feuillère dans rôle titre «Lucrèce Borgia» (1935) d’Abel Gance elle est victime des machinations de son frère ; Nikita un révolutionnaire qui tue Razumov Pierre Fresnay dans «Sous les yeux d’Occident» (1936) de Marc Allégret; un homme de main teigneux de Jean Gabin dans l’œuvre de Julien Duvivier «Pépé le Moko» (1936) avec la très belle Mireille Balin et Lucas Gridoux l'inspecteur Slimane. Dans l’univers provençal de Marcel Pagnol, il montre une autre facette de son talent, il campe le personnage émouvant de Panturle dans «Regain» (1937) il tombe amoureux de Arsule, Orane Demazis une petite femme misérable traitée comme une bête de somme par Fernandel, le rémouleur.

A l’aube de la Deuxième Guerre mondiale sa carrière semble en retrait, il ne tournera plus que quatre films dont le brutal lieutenant Heim un agent double dans le film d’espionnage de René Jayet «Deuxième bureau contre kommandantur» (1939) ; celui d’un bourreau dans «Les visiteurs du soir» (1941) de Marcel Carné avec Jules Berry, Arletty et Alain Cuny sorti en 1942 en France occupée par les Allemands. Il termine son parcours avec Maurice Tourneur qui en fait le patron d’une carrière en Haute-Provence, dans le drame familial «Le val d’enfer» (1943) avec Ginette Leclerc une femme volage qui perdra la vie. Début 1944, en mauvaise santé Gabriel Gabrio se retire dans sa villa appelée Jean Valjean (en souvenir de son succès dans les misérables) dans le village de Berchères-sur-Vesgre, dans l’Eure-et-loir où il décède le 31 octobre 1946 à l'âge de 59 ans. Une rue du village porte son nom, un hommage bien mérité pour ce merveilleux acteur aujourd’hui bien oublié.

Source : Gary Richardson - Fait le 01 juin 2020 par Philippe de CinéMémorial.