DOLLY DAVIS

Vue 827 fois

Profession:
Actrice française.

Date et lieu de naissance:
30-10-1896, à Paris dans le 20e, France.

Date et lieu du décès:
03-11-1962, à la clinique Pierre Cherest de Neuilly-sur-Seine, France.

Cause du décès:
Des suites d’une intervention chirurgicale à l'âge de 66 ans.

Nom de naissance:
Julienne Alexandrine David.

État civil:
Épouse du couturier Georges Trabrach.(pas de dates)

Taille:
?

Commentaires: 0

Anecdotes

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Celle qui se fera appeler plus tard Dolly Davis est née Julienne Alexandrine David, le 30 octobre 1896, dans le vingtième arrondissement de Paris. Cette ravissante jeune fille à l’esprit vif fait un peu de dactylographie dans un cabinet notarial avant de poser pour des peintres sur toiles, notamment pour Jacqueline Marval. Amoureuse du septième art Dolly lisait de nombreuses revues cinématographiques et allait une fois par semaine au cinéma de son quartier, si bien qu’elle savait redire la distribution de chaque film qu’elle voyait.

Le regard doux et le visage rieur, elle est vite repérée par Maurice de Marsan, qui trouve en sa personne la jeune fille idéale pour son prochain film «La Bourrasque (1919) et lui donne le premier rôle féminin. Elle enchaîne une série de petits rôles d’ingénues dans des comédies sentimentales très en vogue à cette époque, notons : celui de cette jeune fille rieuse dans «L’idée de Françoise» (1921) de Robert Saidreau, ou la petite ménagère convoitée par son voisin dans «Par-dessus le mur» (1923) de Pierre Colombier.

Un jour tandis qu'une amie lui faisait visiter le studio Gaumont, elle est présentée au réalisateur Marcel Manchez, qui lui propose le rôle principal de son nouveau film «Claudine et le Poitssin» (1924) un gros succès qui lui apporte la notoriété et de ce fait d’être sollicité par de nombreux réalisateurs. Nicolas Rimsky, son fiancée dans son film «Paris en cinq jours» (1925) lui offre un séjour en bateaux-mouches sur la Seine à Paris, une escapade héroï-comique. Elle obtient un rôle majeur dans «Feu!» (1926) de Jacques de Baroncelli, lors de la guerre du Rif, le commandant d’un torpilleur, Charles Vanel, arraisonne un yacht abandonné dans lequel se trouve Dolly, ils vont tombés amoureux, mais au court d’un combat, il ordonne le feu contre le yacht, sacrifiant son amour. Dans la comédie légère «La petite chocolatière» (1927) de René Hervil, André Roanne, doit épouser la fille de son patron, mais sa rencontre avec Benjamine, Dolly Davis, la fille d’un riche chocolatier remet tout en cause et l’on assiste à de nombreux quiproquos.

Dolly Davis passe admirablement le cap du parlant et cumule les tournages à un rythme soutenu jusqu’en 1935. En 1930, elle est la vedette de la version française du premier film sonore italien «La dernière berceuse» de Gennaro Righelli, elle y campe une jeune étudiante qui doit rompre ses fiançailles a cause d’un bébé que sa mère lui laisse en mourant, voyant sa vie se briser, elle tente de se suicider, son fiancé arrive a temps. Elle enchaîne avec «Un trou dans le mur» (1930) de René Barberis, Jean Murat, se fait engagé comme chauffeur dans un château où un trésor est décrit dans un vieux parchemin, il tombe amoureux de la nièce du châtelain, et partage avec elle le trésor qu’elle a déniché avant lui. On la voit ensuite dans un film à suspense «Échec et mat» (1931) de Roger Goupillières, une histoire qui tourne à la tragédie, un écrivain décide avec deux de ses amis de faire croire à l’assassinat de l’un d’eux, mais le pseudo assassiné l’est véritablement. Dans «Une nuit de folies» (1934) de Maurice Cammage, sous la surveillance de son mari, André Roanne, elle prend des risques en s’autorisant une sortie dans un endroit où se côtoient des souteneurs, des voyous et des aguichantes entraîneuses. Elle retrouve André Roanne en époux dans la comédie sentimentale «L’école des vierges» (1935) de Pierre Weill ou persuadée qu’il la trompe, elle décide d’en faire autant mais l’irréparable est évité à temps.

Après ce film, Dolly Davis n’apparaît plus que deux fois au cinéma. En 1936, dans «Bichon» de Fernand Rivers, une chronique bourgeoise où tout les membres d’une famille s’agitent autour d’un bébé. Et termine son parcours cinématographique avec un rôle inhabituel dans «Bar du Sud» (1938) de Henri Fescourt, où elle est Mimi Pinson, une entraîneuse de bar.

Epouse du couturier Georges Trabrach, elle se retire définitivement à l’age de 42 ans. Se rappelant qu’elle a beaucoup posée pour des peintres, elle prend à son tour les pinceaux et se consacre à la peinture le reste de sa vie. Elle décède le 3 novembre 1962, des suites d’une intervention chirurgicale à la clinique Pierre Cherest de Neuilly-sur-Seine.

Source : Gary Richardson - Fait le 13 mai 2020 par Philippe de CinéMémorial.

 

Filmographie

 

48 LONGS MÉTRAGES
_________________________________

 

1938 - BAR DU SUD

 

1936 - BICHON

 

1935 - TROIS JOURS DE PERM’

 

1935 - ÉCOLE DES VIERGES .L'

 

1934 - TRAIN DANS LA NUIT .UN

 

1934 - NUIT DE FOLIES .UNE

 

1934 - GOSSE POUR CENT MILLE FRANCS .UN
Réal : Gaston Schoukens

 

1932 - BRUMES DE PARIS
Réal : Maurice Sollin

 

1932 - ALLO MADEMOISELLE

 

1931 - GAGNE TA VIE

 

1931 - ÉCHEC ET MAT

 

1931 - AMOUR EN VITESSE .L'

 

1930 - TROU DANS LE MUR .UN

 

1930 - MA FIANCÉE DE CHICAGO

 

1930 - DERNIÈRE BERCEUSE .LA

 

1930 - CHANSON DES NATIONS .LA

 

1929 - POLICHE
Réal : Olga Tschechowa

 

1928 - ROSES BLANCHES DE GILMORE .LES
Réal : Rudolf Meinert

 

1928 - ORIENT
Réal : Gennaro Righelli

 

1928 - LIGHTS OF PARIS
Réal : Pierre Hemp

 

1928 - FEMME DU VOISIN .LA

 

1928 - DOLLY

 

1928 - CRIME PASSIONNEL
Réal : Richard Loivenbein

 

1927 - PETITE CHOCOLATIÈRE .LA

 

1927 - MERVEILLEUSE JOURNÉE .LA

 

1927 - FEU !

 

1927 - CHAUFFEUR DE MADEMOISELLE .LE

 

1927 - CAFÉ ÉLECTRIC

 

1926 - MADEMOISELLE JOSETTE MA FEMME

 

1926 - FIANÇAILLES ROUGES .LES

 

1926 - FAUTEUIL 47 .LE

 

1926 - CAFÉ CHANTANT
Réal : Gustav Ucicky

 

1925 - VOYAGE IMAGINAIRE .LE

 

1925 - PARIS EN CINQ JOURS

 

1925 - MON FRÈRE JACQUES
Réal : Marcel Manchez

 

1925 - BRANCHE MORTE .LA
Réal : Giuseppe Guarino

 

1924 - PARIS

 

1924 - IL NE FAUT PAS JOUER AVEC LE FEU
Réal : Mario Nalpas

 

1924 - CLAUDINE ET LE POUSSIN
Réal : Marcel Manchez

 

1924 - CALVAIRE DE DONNA PIA .LE
Réal : Henry Krauss

 

1923 - PAR-DESSUS LE MUR
Réal : Pierre Colombier

 

1923 - GENEVIÈVE

 

1922 - VIDOCQ
Sérial en 10 épisodes

 

1922 - HANTISE

 

1921 - IDÉE DE FRANÇOISE .L'
Réal : Robert Saidreau

 

1920 - CONTE DE NOËL
Réal : ??

 

1920 - BOURRASQUE .LA

 

1920 - AGÉNOR ET LA MAIN QUI VOLE
Réal : ??

 

SES COURTS MÉTRAGES:
____________________________________________

 

1934 - EGLANTIN ET BALUCHON
Court métrage - Réal : ?

 

1933 - GROS LOT .LE
Court métrage - Réal : Maurice Cammage

 

1933 - DEUX PAPAS .LES
Court métrage - Réal : Charles Félix Tavan

 

1932 - FINE PARTIE .UNE
Court métrage - Réal : Marco de Gastyne

 

1920 - ÉTRENNES À TRAVERS LES ÂGES .LES
Court métrage - Réal : Pierre Colombier

 

_______________________FIN_____________________

commentaires (0)