ARMIDA

Vue 240 fois

Profession:
Actrice et danseuse mexicaine.

Date et lieu de naissance:
21-05-1911, à Sonora, État au nord du Mexique.

Date et lieu du décès:
23-10-1989, à Victorville, Californie, États-Unis.

Cause du décès:
D’une crise cardiaque à l’âge de 78 ans.

Nom de naissance:
Armida Vendrell.

État civil:
Mariée en 1938 avec l'acteur : BUD GLENN - Divorcée en 1948.

Taille:
(1m50)

Commentaires: 0

Anecdotes

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Armida Vendrell, est issue d'une famille d'artistes espagnoles immigrés au Mexique au début du 20é siècle. Elle voit le jour le 21 mai 1911 à Sonora un État au nord du Mexique. Son père Joaquin Vendrell était magicien, connu sous le pseudonyme de - Le Grand Arnold - . Elle est encore qu'une enfant quand la famille décide de s'installer aux Etats-Unis, où sa mère Marie et son père exploitent une petite salle de cinéma à Douglas en Arizona. Avec ses deux sœurs Lydia et Delores, elle chante et danse durant les entractes pendant que le père fait des numéros d'illusionniste.

A 17 ans, elle quitte l’Arizona et fait son chemin dans le vaudeville dans l'ancien théâtre de l’Hidalgo sur la Plaza de Los Angeles. Après avoir progressé avec des numéros de fantaisie, Armida croise le directeur artistique Gus Edwards qui l’emploie à Broadway avec de nouveaux sketchs vaudevillesques. Un sésame qui lui ouvre les portes d’Hollywood et de la célébrité Dotée d’un beau visage magnifié par de grand yeux noirs, les cheveux couleur corbeau, un sourire qui lui confère un charme indéniable, le tout complété par un tempérament typiquement latino, il n’en fallait pas plus pour attirer l’attention des studios United Artists à la recherche de beautés mexicaines. A tout juste 18 ans, la jeune et distinguée actrice va promener son joli minois dans une trentaine de films et sera vite moulée dans des rôles de chanteuses et de danseuses exotiques. Elle séduit le public avec la revue musicale «The Show of Shows» (1929) de John G. Adolfi ; suivi du western «Border Romance» (1929) de Richard Thorpe où elle joue la belle sénorita Conchita Cortez.

Au début des années 30, sa carrière évolue avec la Warner Bros qui lui signe un contrat de cinq ans. Une opportunité qui lui permet de mettre en valeur ses dons de danseuse endiablée et de chanteuse au timbre de voix pétillant. Citons : le western «On the Border» en1930 signé William C. McGann où elle campe la danseuse espagnole Pepita ; la gitane Fidelia dans «Le Général Crack» (1930) d’Alan Crosland avec John_Barrymore dans le rôle titre. Dans «Wings of Adventure» (1930) de Richard Thorpe, elle interprète la Mexicaine Maria Valdez retenue prisonnière du célèbre bandit Panthera interprété par l'acteur italien Fred Malatesta. Citons encore, Rosita une danseuse latine profondément amoureuse de William Haines dans «Les Marines arrivent» (1934) de David Howard, avec Conrad Nagel et Esther Ralston ; la sénorita Dominga dont Harry Carey n’est pas insensible à la belle danseuse du café dans le western «Border Cafe» (1937) de Lew Landers; puis elle accompagne Gene Autry le cowboy chantant dans «Rootin' Tootin' Rhythm» (1937) de Mack V. Wright.

Toujours dans le même registre , elle débute les années 40 avec la comédie musicale «Les nuits de la Conga» de Lew Landers avec le rôle de Carlotta De Vera où tout feu tout flamme elle chante la célèbre chanson La Cucaracha ; elle endosse le rôle de l’indigène Tutara dans le film d’aventures «Au sud de Tahiti / Princesse des Iles» (1940) signé George Waggner aux cotés de Maria Montez dans le rôle titre, et à contre emploi, elle incarne d’une façon remarquable Dolores Mendoza une agent secret mexicaine, où sous couverture d’une célèbre chanteuse elle enquête sur un gang de contrebande dans «Bad Men of the Border» (1945) de Wallace Fox.

Armida compose encore en fin de carrière quelques personnages exotiques avant de se retirer. On la voit dans un sérial en quinze épisodes tenir le rôle de l’indigène Zalea dans «Congo Bill, le roi de la jungle» (1948) de Spencer Gordon Bennet et Thomas Carr ; et celui de Wanama dans «Jungle Goddess» (1948) de Lewis D. Collins ; «Rhythm Inn» (1951) de Paul Landres signe sa dernière apparition au grand écran où elle danse aux cotés de Jane Frazee la chanteuse d’un club local.

Un bilan cinématographique d’une trentaine de comédies ou de films musicaux souvent teintés d’une intrique amoureuse ou policière dans lesquels Armida a déployé avec l’énergie d’une latino ses talents de danseuse et de chanteuse sans pour autant atteindre le statut de star à part entière Elle fut mariée qu’une seule fois avec Bud Glenn en 1938 mais divorcée en 1948. Elle s’éteint le 23 octobre 1989 à Victorville (Californie) à l’âge de 68 ans d’une crise cardiaque.

Source : Gary Richardson - Fait le 21 avril 2020 par Philippe de CinéMémorial.