DANE CLARK

Vue 3966 fois

Profession:
Acteur américain.

Date et lieu de naissance:
18-02-1913, à Brooklyn, New York, États-Unis.

Date et lieu du décès:
11-09-1998, à Santa Monica, Californie, États-Unis.

Cause du décès:
D'un cancer du poumon à l'âge de 85 ans.

Nom de naissance:
Bernard Elliot Zanville. - Surnom : Brooklyn Average Joe.

État civil:
Au cours de sa vie, il se maria à deux reprises et n'a jamais eu d'enfants.

Marié en 1941 avec : MARGOT YODER - Jusqu'au décès de Margot en 1970.

Marié en 1971 avec : GERALDINE FRANK - jusqu'au décès de Dane Clark en 1998

Taille:
(1m76)

Commentaires: 0

Anecdotes


photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à DANE CLARK

Ajout de la vidéo le 24 janvier 2017 par Philippe de CinéMémorial.

 

Dane Clark est né Bernard Elliot Zanville le 18 février 1913 à Brooklyn dans l’Etat de New York aux Etats-Unis. Ses parents Samuel Zanville et son épouse Rose (née Korostoff) étaient des immigrants juifs russes. Son père était propriétaire d'un magasin de produits de sport, et sa mère une femme au foyer. Après avoir obtenu son diplôme de l'Université Cornell à Ithaca, il a obtenu un doctorat en droit à la faculté de droit de l'Université St. John de Queens de New York. Mais la grande dépression de 1929 qui frappe les Etats-Unis l'oblige à abandonner son ambition d'avocat et de travailler comme entre autres ouvrier de construction, boxeur et aussi comme mannequin ce qui lui a permit de rencontrer des gens du spectacle.


C’est sur les conseils de son ami John Garfiled que Dane tente sa chance comme acteur, il débute d’abord à la radio puis au théâtre jouant de petites pièces dans un collectif théâtral appelé « groupe de théâtre » basé à New York, avant d’obtenir progressivement des rôles de plus en plus importants via Broadway dans des productions telles que « Dead End » (1935-1937) de Sydney Kingley où « Des souris et des hommes » (1937-1938) de John Steinbeck.

Puis en 1940 il se rend dans la capitale du cinéma. Il fait ses premiers pas pour la Warner Bros sous son patronyme de Bernard Zanville et débute par quelques petits rôles pas toujours crédités au générique. Citons son rôle d’avocat dans « Tennessee Johnson » (1942) de William Dieterle avec Van Heflin et Lionel Barrymore, sa prestation lui permet de signer un contrat à long terme avec la Warner Bros.

Dans « Convoi vers la Russie » il est le marin Pulaski sur un bateau marchand en prise avec un sous-marin allemand avec Humphrey Bogard le capitaine du bateau, selon la rumeur c'est lui qui le baptisa du nom de Dane Clark, un pseudonyme qu'il garda durant toute sa carrière .Dane Clark se retrouve au générique de quelques films sur la Guerre du Pacifique, citons ; le sous-marinier agressif Tin Can dans « Destination Tokyo » (1943) de Delmer Daves avec Cary Grant le capitaine du sous-marin et John Garfield ; un pilote d'avion de chasse qui combat les avions japonais dans « Bombes sur Hong Kong » (1945) de Robert Florey, avec Dennis Morgan et Andrea King; un Marine dans le drame de guerre émouvant « L’ orgueil des marines » (1945) de Delmer Daves, avec John Garfield son copain de combat devenu aveugle à Guadalcanal, avec Eleanor Parker et Ann Todd.


Dane Clark a été élu la 16e star la plus populaire au box-office américain en 1945 et dans l'édition de septembre 1946 du Movie Life Magazine. Dans un registre dramatique, Jean Negulesco en fait un gangster sauvage et incontrôlable dans « Deep valley » (1947) il est face à Ida Lupino une fille de ferme qui par amour pour lui elle l'aide à s'échapper, avec Wayne Morris et Fay Bainter ; dans un thriller signé Vincent Sherman « Du sang sur le tapis vert » (1948) il est Ben Arno un joueur de poker qui se fait assassiné, s'ensuit une enquête pénible et dramatique avec Gordon MacRae, Edmond O'Brien et Virginia Mayo ; dans une œuvre forte « Le fils du pendu » (1949) de Frank Borzage, accablé par le poids des péchés d'un père exécuté, lors d’une rixe il tue involontairement son rival amoureux de sa fiancée (Gail Russell), paniqué, il cache le corps. Tourné en France par Frank Tuttle dans « Le traqué » (1950) , Simone Signoret accepte d'aider son ancien amant (Dane Clark) un truand américain à fuir les forces de police, mais les anciens amants tombent sous les balles avec Fernand Gravey en commissaire ; il campe encore un rôle austère dans « Never trust a gambler » (1951) de Ralph Murphy où, après avoir tué accidentellement un détective, fuyant la loi, il se cache dans la maison de son ex-femme (Cathy O'Donnell) lors de la fusillade finale il utilise sa femme comme otage.

A partir des années cinquante avec la montée en puissance de la télévision, il est davantage présent au petit écran et tourne de nombreuses séries télévisées ou téléfilms. En 1953 dans « Meurtre par procuration » de Terence Fisher, il rencontre la belle blonde (Brenda Lee) qui lui propose une grosse somme d'argent pour l'épouser, il accepte, mais le lendemain il se réveille dans l'appartement d'une autre femme avec du sang sur son manteau, il est accusé de meurtre.

Dans « Massacre » (1956) de Louis King, il joue un agent de la police montée Mexicaine, dépêché pour arrêter un groupe de contrebandiers qui vendent des fusils aux Amérindiens Yaquis. Puis, suite à un désaccord avec la Warner sa carrière qui semblait prometteuse s’arrête nette lors d’une prise de bec avec Jack Warner le patron du studio au sujet du renouvellement de son contrat, le ton monte, Warner le traita de cabotin et Dane le frappa, dès lors Warner s'arrangea pour le griller auprès des autres grands studios. Dane quitta Hollywood en 1956 et végéta dans des films de série B notamment à Londres et en France. Fin des années 70, de retour à Hollywood il tourne encore trois films avant de se retirer définitivement et termine sa carrière à la télévision.


Dane Clark fut marié en 1941 en première noce avec une peintre Margot Yoder, un mariage qui se termine au décès de Margot en 1970, en deuxième noce avec Geraldine Frank, une ancienne mannequin, et courtier en valeurs mobilières de 1971 jusqu'au décès de Dane le 11 septembre 1998 d'un cancer du poumon à l'âge de 85 ans.

Source : Gary Richardson - Fait le 22 septembre 2020 par Philippe de CinéMémorial.