ANNE-MARIE FERRIERES

Vue 174 fois

Profession:
Actrice Belge.

Date et lieu de naissance:
07-02-1888, à Tournai, Belgique.

Date et lieu du décès:
30-08-1992, à Ixelles, Agglomération bruxelloise, Brabant, Belgique.

Cause du décès:
De vieillesse à l'âge de 104 ans.

Nom de naissance:
Jeanne Laure Alvina Hovine.

État civil:
?

Taille:
?

Commentaires: 0

Anecdotes

Fille d'un médecin et de théâtre (comme l'était déjà son père avant lui) et d'une mère comédienne amateur.

 

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

MORT D'ANNE-MARIE FERRIERES,LA DOYENNE DES SCENES BELGES ON M'AIMAIT BIEN, DIT-ELLE

Mardi 1er septembre 1992

Anne-Marie Ferrières, doyenne du théâtre belge, s'est éteinte dimanche à Bruxelles, à l'âge de 104 ans. Elle était née Jeanne Hovine, à Bruxelles, le 7 février 1888, d'un père médecin... de théâtre (comme l'était déjà son père avant lui) et d'une mère comédienne amateur. C'est à Tournai, dont sa famille est originaire, que la petite fille assiste un jour de ducasse à un spectacle sur la mort de Jeanne d'Arc. C'est décidé: elle aussi, elle sera Jeanne, un jour. Elle commencera en tout cas par être «Poil de Carotte» et autre Riquet à la Houppe travesti aux côtés de sa maman.

Autodidacte des planches, Jeanne, qui ne s'appelle pas encore Anne-Marie, l'est aussi du dessin. Au sortir des matinées où l'emmène parfois son père, elle croque de mémoire les scènes qu'elle vient de voir et qu'un éditeur lui achète bientôt 25 centimes pièce. Elle illustre aussi les livres qu'écrit sa soeur Laure, sa «jumelle de coeur» comme elle disait joliment, donne des cours particuliers, expose en divers lieux bruxellois...

Le critique d'art du «Soir» de l'époque la repère, et notre journal lui propose de créer, avec sa soeur, une page hebdomadaire pour les enfants. Dans la ligne du «Journal d'une poupée belge 1914/1918» qu'elles avaient signé précédemment, Jeanne et Laure créent Nic et Nac, petites jumelles (tiens, tiens...) vêtues de costumes à carreaux noirs et blancs, qui, dans nos colonnes d'abord, en albums ensuite, connaîtront onze ans de succès, de 1924 à 1934 - date à laquelle elles feront même l'objet d'une adaptation à grand spectacle au Théâtre des Galeries !

Jeanne poursuivra longtemps encore sa carrière d'illustratrice. Mais elle se tourne de plus en plus vers le théâtre, un métier «honteux» s'il en est au regard de la bonne bourgeoisie tournaisienne. C'est pourquoi, ni vue ni connue, elle s'est métamorphosée en Anne-Marie Ferrières, du prénom de sa nièce et du nom d'un village de la province de Liège sur lequel elle a posé le doigt au hasard d'une carte de Belgique. Pourtant, quand Jules Delacre ou son ami Jacques Copeau veulent la faire monter à Paris, Anne-Marie, qui a toujours placé la famille au-dessus de tout, refuse. Et ce n'est qu'après la mort de son père qu'elle sautera véritablement le pas du professionnalisme. Entrée dès l'entre-deux-guerres au Rataillon d'Albert Lepage, elle fait ensuite partie de la première petite troupe montée par Théo Fleischmann pour le tout jeune INR: sur les ondes nationales, elle lit des poèmes, participe aux pièces radiophoniques, fait même office de speakerine.

De «Sire Halewijn» (dont Ghelderode en personne lui demande d'être la créatrice) à la «Princesse Maleine» de Maeterlinck, du «Soulier de Satin» à «Phèdre», de «Tripes d'or» à «Bajazet» ou aux «Deux orphelines», Anne-Marie Ferrières pratique tous les genres, tous les auteurs: Calderon, Avermaete, Pirandello, Sion, Anouilh, Plisnier, Montherlant, Camus, Bertin, Crommelynck, Closson..., sur toutes les scènes bruxelloises: du Poche aux Galeries, en passant par le Parc, le National, le Rideau, le Molière. Elle s'honorera d'avoir été la partenaire de Jules Berry, Berthe Bovy, Fernand Ledoux, Madeleine Renaud et épinglera, au rang de ses meilleurs souvenirs, «Monna Vanna» de Maeterlinck, «Andromaque» et puis «Mamouret» de Jean Sarment où, à l'âge de 40 ans, elle incarne... une centenaire. Ce qui lui vaudra d'ailleurs de se spécialiser dans les rôles de composition, tant comiques que tragiques.

C'est à la Comédie Claude Volter qu'Anne-Marie Ferrières terminera sa carrière en beauté, et à un âge plus que respectable, entre «Photo-Finish» de Peter Ustinov, «Port Royal» de Montherlant et «Abdication à Buckingham Palace» de Royce Ryton, où son interprétation de la Reine Mary lui vaut l'Ève du Théâtre à 85 ans !. Fêtée... comme une reine par tous ses pairs en 1988, à l'occasion de son centième anniversaire, elle nous confiait au cours d'un long tête-à-tête agrémenté d'un confortable verre de porto: Ce que j'aime, c'est entrer dans la peau d'un personnage au point de me sentir changée. Car quand on joue avec ferveur, on prend presque la personnalité de ce double.

Que peut-on souhaiter à mon âge que je n'ai ? Tout ce que je demande, c'est de l'amitié et de la simplicité. Dans mes souvenirs, il y a... de tout - et rien de très extraordinaire, finalement. Mais en général, j'ai rencontré beaucoup de sympathie, tant de la part du public que de celle de mes partenaires. On m'aimait bien...

Source : Le Soir.be - Fait le 18 décembre 2016 par Philippe de CinéMémorial.

 

Filmographie

 

6 LONGS MÉTRAGES DÉTAILLÉS
_________________________________

1974 - ISABELLE DEVANT LE DÉSIR

1970 - PAIX SUR LES CHAMPS

1968 - BRUNO, L'ENFANT DU DIMANCHE

1959 - VIVE LE DUC !

1947 - PÈLERIN DE L'ENFER .LE

1946 - FORÇATS D'HONNEUR - LE CHEMIN DE BUCHENWALD

 

_______________________FIN_____________________

 

commentaires (0)