GENE WILDER

Vue 648 fois

Profession:
Acteur, réalisateur, scénariste et producteur américain.

Date et lieu de naissance:
11-06-1933, à Milwaukee, Wisconsin, États-Unis.

Date et lieu du décès:
29-08-2016, à Tamford, Connecticut, États-Unis.

Cause du décès:
De la maladie d'Alzheimer à l'âge de 83 ans.

Nom de naissance:
Gerald Jerome Silberman.

État civil:
Marié le 22 juillet 1960 avec : MARY MERCIER - Divorcé en 1965.

Marié le 27 octobre 1967 avec : MARY JOAN SCHUTZ - Divorcé le 24 novembre 1980
Il a adopté la fille de Mary Joan (Katharine) en 1967, juste après l'avoir épousé.

Marié le 18 septembre 1984 avec : GILDA RADNER - Jusqu'au décès de Gilda le 20 mai 1989.
Gilda a été diagnostiquée d'un cancer de l' ovaire alors qu'elle était en cours de traitement pour de l'infertilité.

Marié le 08 septembre 1991 avec : KAREN BOYER - Jusqu'au décès de Gene en 2016.

Taille:
(1m.80)

Commentaires: 0

Anecdotes

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

 

Gene Wilder, un géant de la comédie américaine, est mort à l’âge de 83 ans, lundi 29 août 2016.

Son regard clair exprimait l’étonnement face au chaos du monde (chaos souvent provoqué par ses personnages), la douceur de son expression contredisait la violence comique des situations qu’il traversait à l’écran – qu’il fût amoureux d’une brebis, défenseur solitaire d’un shérif noir en butte au racisme des cow-boys du coin ou compagnon de cavale d’un petit truand. Gene Wilder, acteur des meilleurs films de Mel Brooks, collaborateur de Woody Allen et réalisateur lui-même, est mort, lundi 29 août à Stamford (Connecticut), des suites de la maladie d’Alzheimer. Il avait 83 ans.
Gene Wilder est né Jerome Silberman, le 11 juin 1933 à Milwaukee (Wisconsin), dans une famille juive. Son père était né en Russie, dont la famille de sa mère était également originaire. L’acteur a raconté dans son autobiographie, Kiss Me Like A Stranger (« embrasse-moi comme un inconnu ») que ses premiers efforts comiques datent de la maladie de sa mère. Jerome Silberman avait 11 ans et le médecin lui recommanda de « faire rire » la patiente, qui venait d’être victime d’un accident cardiaque.


Avec son collègue et ami de toujours Richard Pryor

Actors Studio et Broadway

Après des études à l’université d’Iowa, il part étudier l’art dramatique au Royaume-Uni à l’école de l’Old Vic, à Bristol. Il revient à New York et entre à l’Actors Studio de Lee Strasberg. Après avoir effectué son service militaire comme infirmier psychiatrique, Jerome Silberman prend pour pseudonyme Gene Wilder, en hommage au dramaturge Thornton Wilder. Il se fait un nom sur Broadway et, en 1963, joue dans Mère Courage, de Brecht, aux côtés d’Anne Bancroft.
Dans les coulisses, il rencontre le compagnon de cette dernière, Mel Brooks, qui lui propose de jouer dans Springtime for Hitler, un film que le comique (qui n’a jusque-là travaillé que pour la scène et la télévision) est en train d’écrire. Wilder y serait Leo Bloom, comptable timide qui veut monter la plus mauvaise pièce imaginable afin de conserver les fonds investis dans le spectacle. Il faudra quatre ans pour que Les Producteurs arrive sur les écrans, et ce sera un échec commercial. Il ne gagnera que bien plus tard son statut de film culte.

Willy Wonka et Frankenstein

Entre-temps, Gene Wilder a fait ses débuts à l’écran dans un rôle bref, mais spectaculaire, d’otage aux mains de Bonnie and Clyde dans le film d’Arthur Penn (1967). Il décroche deux rôles importants d’affilée, dans Commencez la révolution sans nous, de Bud Yorkin (1970), puis dans Charlie et la chocolaterie – la première version, réalisée par Mel Stuart en 1971 –, Wilder aura des mots très durs pour le remake signé Tim Burton en 2005. Même si sa version du personnage de Willy Wonka est aujourd’hui considérée comme supérieure à celle de Johnny Depp, à l’époque, le film est vu avec méfiance par les parents et constitue un nouvel échec commercial.

Son apparition en psychiatre qui tombe amoureux d’une patiente ovine dans Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le sexe, de Woody Allen (1972), lui vaut son premier succès public. C’est à ce moment que Gene Wilder propose à Mel Brooks une parodie du mythe de Frankenstein dans laquelle un descendant du docteur a du mal à assumer son héritage (c’est à Wilder que l’on doit la réplique : « Mon nom se prononce Frankenstine, pas Staillene »). D’abord réticent, le réalisateur embarque le comédien dans l’aventure du Shérif est en prison, avant d’accepter de prendre la direction de Frankenstein Jr., qui sera un immense succès international.

Passage à la réalisation

Gene Wilder passe alors à la réalisation avec Le Frère le plus futé de Sherlock Holmes (1975) qui réunit la troupe de Brooks (Marty Feldman, Madeline Kahn, Dom DeLuise). Ce pastiche des récits d’Arthur Conan Doyle supporte mal la comparaison avec les parodies de Mel Brooks à l’époque. Gene Wilder réalisera quatre autres films, dont, en 1984, La Fille en rouge, remake d’Un éléphant ça trompe énormément, d’Yves Robert, dans lequel il reprend le rôle créé par Jean Rochefort. En 1976, Gene Wilder trouve en la personne du comique afro-américain Richard Pryor un partenaire d’élection. Les deux hommes sont réunis par Arthur Hiller pour Transamerica Express, thriller comique qui triomphe au box-office, les deux hommes que tout oppose (Wilder est aussi sobre que Pryor est porté à l’excès) tourneront encore trois films ensemble dont Faut s’faire la malle (1980), dirigé par Sidney Poitier.

En 1981, Gene Wilder épouse Gilda Radner, membre de la troupe originelle de « Saturday Night Live », il la dirige dans Nuit de noces chez les fantômes (1986), trois ans avant la mort de Radner, atteinte d’un cancer de l’ovaire. Gene Wilder, qui avait abandonné le cinéma en 1993 et n’avait depuis fait que de rares apparitions à la télévision, a financé et animé les institutions de lutte contre le cancer fondées à la mémoire de Gilda Radner.

Source : LE MONDE Par Thomas Sotinel - Fait le 30 août 2016 par Philippe de CinéMémorial.

SES RÉCOMPENSES :

2002 - Prix pour l’ensemble de sa carrière par la société des critiques de cinéma de Las Vegas, États-Unis.

1974 - Pour le film : FRANKENSTEIN JUNIOR - Prix Nebula - Meilleur scénario par les écrivains américain de science-fiction et de fantastique, États-Unis.