BUD SPENCER

Vue 1531 fois

Profession:
Acteur italien.

Date et lieu de naissance:
31-10-1929, à Naples, Italie.

Date et lieu du décès:
27-06-2016, à Rome, Italie.

Cause du décès:
De mort naturelle à l'âge de 86 ans.

Nom de naissance:
Carlo Pedersoli.

État civil:
Marié en 1960 avec la fille d'un producteur de cinéma : MARIA AMATO
Ils eurent trois enfants : Giuseppe, Christine et Diamante.

Taille:
(1m92)

Commentaires: 0

Anecdotes


Photo avec son épouse Maria.

Il a marqué des générations de téléspectateurs. Bud Spencer est décédé lundi « sans souffrir », a dit son fils. Pour beaucoup, il restera le truculent acteur de western spaghetti et l’inséparable acolyte de Terence Hill, mais en dehors du grand écran, le colosse Italien a fait plein d’autres choses. Voici quelques anecdotes méconnues et un aperçu des autres talents du comédien...

Avec Terence Hill, ils tournent dix-huit films ensemble, sur une période de vingt-x Un prénom qui sent le houblon

Sa bière préférée était la Budweiser et il était fan de Spencer Tracy. C’est pourquoi Carlo Pedersoli - c’est son vrai nom - a choisi le pseudonyme « Bud Spencer » en 1967 avant de tourner dans les westerns spaghetti qui l’ont rendu célèbre.


Il a participé aux Jeux olympiques

Avant le grand écran, Bud Spencer a tâté du grand bassin. Et à un très bon niveau puisqu’il a été sacré sept fois champion d’Italie de natation, devenant le premier Italien à effectuer le 100m nage libre en moins d’une minute. Des chronos qui lui ont permis de représenter son pays au JO d’été 1952 et 1956, mais il s’arrête aux demi-finales du 100 m. Et il ne fait pas mieux en 1960. A la fin de sa vie, il retrouve ses premières amours aquatiques, puisqu’il décroche, en 2007, un diplôme d’entraîneur de natation et de water-polo.

Il a enregistré des chansons en français

Au début des années 1960, sous son vrai nom, il a écrit et chanté deux chansons pour enfants. Une fois sa carrière d’acteur lancée, il a enregistré d’autres morceaux qui ont été commercialisés sans révolutionner la musique.

Il a aussi écrit plusieurs textes de chansons pour d’autres interprètes, en étant crédité en tant que Carlo Pedersoli. Cette année, il a sorti un album, Futtetenne (« Fous-t’en » en napolitain), composé de chansons en napolitain, en italien ou en français, dont ce J’aime Paris.

Il avait son brevet de pilote

Après le tournage de Maintenant, on l’appelle Plata, en 1972, Bud Spencer décroche son brevet de pilote de jet et d’hélicoptère. Une passion pour les airs qui le conduit à créer sa propre entreprise de transport, Mistral Air, en 1984. Une société dont il se désengage depuis, mais qui est toujours en activité en tant que filiale de la Poste italienne.

Il a fait de la politique

Aux élections régionales de 2005, Bud Spencer figure sur la liste de Francesco Storace, le candidat de Forza Italia, le parti de centre-droit de Silvio Berlusconi. Mais il n’est pas élu. En 2013, il soutient la candidature de sa fille Cristiana aux municipales de Rome. Elle représente Le Peuple de la liberté [qui allait ensuite être renommé Forza Italia].

Ecrivain

Les dernières années de sa vie, Bud Spencer les consacre à la rédaction de ses mémoires. Les 2 premiers tomes de son œuvre se sont vendus à plus de 200 000 exemplaires !

Source : 20Minutes - Fait le 28 juin 2016 par Philippe de CinéMémorial.

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à BUD SPENCER

Source de la vidéo : Source : 20Minutes - Ajout de la vidéo le 30 juin 2016 par Philippe de CinéMémorial

 

Enfance, formation et débuts

Issu d'une famille aisée de la bourgeoisie de Naples, Carlo Pedersoli naît dans le quartier napolitain de Santa Lucia.

En 1940, sa famille émigre vers Rome, où il devient un excellent nageur et un brillant étudiant. En 1947, il suit son père, industriel ruiné par la guerre, en Amérique du Sud (d'abord au Brésil à Rio de Janeiro, où il abandonne ses études et exerce divers petits métiers : bibliothécaire, ouvrier), puis en Argentine, où son père tente de refaire sa vie. Carlo revient en Italie à l'âge de vingt ans, et reprend ses études et ses cours de nageur.

Il ne tarde pas à se faire remarquer du fait de ses qualités athlétiques. À tel point qu'il débute dans les mythiques studios romains de Cinecitta, dans des péplums (Quo Vadis, 1951).

Sportif de haut niveau

Carlo Pedersoli en 1950.

Ne pratiquant plus la natation en Amérique du Sud, Carlo Pedersoli revient dans les bassins à son retour dans la péninsule italienne et réussit de bons temps. Ainsi, malgré le manque d'entraînement, il devient le premier Italien sous la minute sur 100 mètres nage libre. Le 19 septembre 1950, il réalise 59 s 5. Il décide de persévérer dans la natation, même s'il le reconnait lui-même, il ne s'investit jamais pleinement dans la pratique de son sport. Il réussit, néanmoins, à abaisser le record d'Italie à 58 s.

Il obtient sept titres nationaux et la médaille d'argent du 100 mètres nage libre des Jeux méditerranéens de 1951, derrière Alex Jany. Il joue également au water-polo à un haut niveau, puisque avec sa sélection nationale, il remporte la médaille d'or aux Jeux méditerranéens de 1955 et le championnat d'Italie 1956 avec la section nautique de la Lazio.

Cependant, il atteint ses limites aux Jeux olympiques, car en 1952, comme en 1956, il ne dépasse pas les demi-finales du 100 mètres. En 1956, il est ainsi invité à l'Université Yale, qui s'intéressait à ses performances. En 1957, lassé de la vie de sportif amateur, il repart en Amérique du Sud. Au Venezuela, il dirige, notamment, une équipe de construction de la Panaméricaine.

Acteur

De retour en Italie, Carlo Pedersoli épouse en 1960 Maria Amato, la fille d'un producteur de cinéma, avec laquelle il a trois enfants, Giuseppe, Christine et Diamante. Aimant relever des défis, il devient tour à tour chanteur ou inventeur, enregistrant plusieurs brevets.

Grâce à un physique imposant (plus d'un 1,90 m), il entame en 1967, à 38 ans, avec Dieu pardonne... moi pas ! de Giuseppe Colizzi, une longue série de western spaghetti où sa truculence rappelle Obélix. Comme la plupart des acteurs italiens de western spaghettis, il adopte un pseudonyme anglo-saxon, Bud Spencer (Bud d'après la bière Budweiser, Spencer en hommage à son idole Spencer Tracy).

Selon le producteur Matthias Wendlandt, si Terence Hill respectait les dialogues, Bud Spencer était plutôt là pour s'amuser. Les films dans lesquels il a joué montrent une certaine continuité avec son passé de sportif de haut niveau, refusant de se faire doubler par des cascadeurs jusqu'au début des années 1990. Avec Terence Hill, ils tournent dix-huit films ensemble, sur une période de vingt-sept ans. Malgré une qualité relative, la plupart reçoivent un succès international.

Dans On l'appelle Trinita (1970), le duo obtient un succès public certain qui ne se démentira pas, Bud Spencer jouant « le géant au cœur d'or, le cow-boy aventurier défenseur de la veuve et de l'orphelin, qui frappe dur mais toujours avec le sourire ».

En 2004, il tourne pour la dernière fois dans En chantant derrière les paravents d'Ermanno Olmi. Au total, il a joué dans une cinquantaine de films.

Malgré sa grande popularité, il a regretté de ne pas être suffisamment considéré par le monde du cinéma, qui voyait avant tout en lui un acteur de série B : « en Italie, Terence Hill et moi n’existons tout simplement pas [...] malgré la grande popularité que nous avons également aujourd’hui auprès des enfants et des plus jeunes. Nous n’avons jamais reçu un seul prix, ni n’avons été invités aux festivals. ».

Politique

Aux élections générales italiennes de 2006, Carlo Pedersoli est candidat dans le Latium sur la liste de Forza Italia, où il échoue à se faire élire6. Son entrée en politique était motivée par sa volonté de répondre aux appels du Premier ministre d'alors, Silvio Berlusconi.

Il déclara également qu'il avait tout fait dans sa vie à l'exception de danseur de ballet, jockey, et politicien, et que les deux premiers étaient tout simplement impossible.

Dernières années

Bud Spencer en 2015.

Dans ses dernières années, éloigné du cinéma, Carlo Pedersoli ne dédaigne pas les invitations de la fédération italienne de natation, le comblant d'aise. Il a ainsi reçu ses diplômes d'entraîneur en natation à titre honorifique, lui, le dilettante. Il a également été invité à remettre des médailles lors des Mondiaux de Rome en 2009.

À la fin de sa vie, il se consacrait à la rédaction de ses Mémoires, faisant de rares apparitions publiques2, arrivant au troisième tome destiné au public allemand. Les deux premiers livres se sont vendus à plus de deux cent mille exemplaires.

Vie personnelle et mort

Carlo Pedersoli était un pilote accompli, ayant eu des brevets de pilote d'avion mais aussi d'hélicoptère8 ; il a par ailleurs fondé une entreprise de transport aérien, « Mistral Air », en 1984.

Il mesurait 1,92 m pour un poids de 130 kg et parlait le français parfaitement. Il crut au communisme jusqu'à un voyage en Union soviétique.

Il meurt le 27 juin 2016, à l'âge de 86 ans dans un hôpital de Rome entouré de sa famille : « Papa s’est envolé en paix à 18 h 15. Il n’a pas souffert, il nous avait tous autour de lui et sa dernière parole a été “Merci” », a indiqué son fils, Giuseppe Pedersoli.

SES RÉCOMPENSES :

Palmarès sportif en Natation

19-09-1950, il devient le premier Italien à nager le 100 mètres nage libre en moins d'une minute, avec un temps de 59s.
1951 : Médaille d'argent au 100 mètres nage libre lors des Jeux Méditerranéens.
1952 : Demi-finaliste du 100 mètres nage libre aux Jeux Olympiques de Helsinki avec un temps de 58.9s.
1952 : Éliminé au premier tour du relais 4 x 200 mètres nage libre
aux Jeux Olympiques de Helsinki avec un temps de 9 min.17s.
1956 : Demi-finaliste du 100 mètres nage libre aux Jeux Olympiques de Melbourne avec un temps de 59 s.

Water-polo

1956 : Champion d'Italie avec l'équipe du S.S. Lazio.

Récompenses

17-01-2005 : il reçoit le Caïman d'Or de la Fédération italienne de natation.
24-01-2007 : il reçoit des mains du président de la Fédération italienne, Paolo Barelli, un diplôme d'entraîneur de natation et de water-polo.

Source : Wikipédia - Fait le 28 juin 2016 par Philippe de CinéMémorial.

Filmographie

 

17 LONGS MÉTRAGES DÉTAILLÉS
_________________________________

 

1994 - PETIT PAPA BASTON

 

1985 - SUPER-FLICS DE MIAMI .LES

 

1984 - ATTENTION LES DÉGÂTS

 

1983 - QUAND FAUT Y ALLER, IL FAUT Y ALLER

 

1981 - SALUT L’AMI, ADIEU LE TRÉSOR

 

1979 - CUL ET CHEMISE

 

1978 - PAIR ET IMPAIR

 

1976 - DEUX SUPER-FLICS

 

1974 - DEUX MISSIONNAIRES .LES

 

1974 - ATTENTION ON VA S'FACHER

 

1972 - MAINTENANT, ON L'APPELLE PLATA

 

1971 - ON CONTINUE À L'APPELER TRINITA

 

1971 - CORSAIRE NOIR .LE

 

1970 - ON L'APPELLE TRINITA

 

1969 - QUATRE DE L'AVE MARIA .LES

 

1968 - COLLINE DES BOTTES .LA

 

1967 - DIEU PARDONNE... PAS MOI !

 

31 Films en solo sous le nom de Bud Spencer
_________________________________

 

2008 - PANE E OLIO
Réal : Giampaolo Sodano

 

2008 - KILLING IS MY BUSINESS, HONEY
Réal : Sebastian Niemann

 

2003 - EN CHANTANT DERRIÈRE LES PARAVENTS
Réal : Ermanno Olmi

 

1999 - HIJOS DEL VIENTO
Réal : José Miguel Juarez

 

1997 - TRE PER SEMPRE
Réal : Franco di Chiera

 

1997 - FIREWORKS
Réal : Leonardo Pieraccioni

 

1997 - AL LIMITE
Réal : Eduardo Campoy

 

1991 - ANGE OU DÉMON

 

1986 - ALLADIN

 

1983 - ESCROC, MACHO ET GIGOLO

 

1982 - CAPITAINE MALABAR DIT LA BOMBE
Réal : Michele Lupo

 

1982 - BANANA JOE

 

1981 - ON M'APPELLE MALABAR
Réal : Michele Lupo

 

1980 - PIED PLAT SUR LE NIL
Réal : Steno

 

1980 - FAUT PAS POUSSER
Réal : Michele Lupo

 

1979 - SHÉRIF ET LES EXTRA-TERRESTRES .LE
Réal : Michele Lupo

 

1978 - MON NOM EST BULLDOZER
Réal : Michele Lupo

 

1978 - INSPECTEUR BULLDOZER
Réal : Steno

 

1977 - EMBROUILLE .L'
Réal : Marcello Fondato

 

1976 - GRANDE BAGARRE .LA

 

1974 - COGNEUR .LE
Réal : Steno

 

1973 - FLIC HORS-LA-LOI
Réal : Steno

 

1972 - VENGEANCE DU SICILIEN .LA

 

1972 - AMIGO MON COLT A DEUX MOTS À TE DIRE

 

1972 - RAISON POUR VIVRE, UNE RAISON POUR MOURIR .UNE

 

1971 - QUATRE MOUCHES DE VELOURS GRIS

 

1971 - ANGES MANGENT AUSSI DES FAYOTS .LES

 

1969 - À L'AUBE DU CINQUIÈME JOUR

 

1969 - CINQ HOMMES ARMÉS

 

1968 - 5 GACHETTES D'OR

 

1967 - PAS DE PITIÉ POUR LES SALOPARDS
Réal : Giorgio Stegani

 

7 Films en solo sous le nom de Carlo Pedersoli
_________________________________

 

1959 - ANNIBAL
Réal : 'Edgar George Ulmer et Carlo Ludovico Bragaglia

 

1957 - IL COCCO DI MAMMA
Réal : Mauro Morassi

 

1957 - ADIEU AUX ARMES .L'

 

1955 - HÉROS DE NOTRE TEMP
Réal : Mario MONICELLI

 

1954 - TORPILLES HUMAINES
Réal : Antonio Leonviola

 

1951 - QUO VADIS

 

1949 - QUEL FANTASMA DI MIO MARITO de Camillo MASTROCINQUE

 

_______________________FIN_____________________

 

commentaires (0)