ANDREA KING

Vue 5169 fois

Profession:
Actrice et chanteuse américaine, d'origine française.

Date et lieu de naissance:
01-02-1919, à Paris, France.

Date et lieu du décès:
22-04-2003, à Woodhland Hills, en Californie aux États-Unis.
Elle est enterré au cimetière de Sion épiscopale à Charles Town, en Virginie-Occidentale.

Cause du décès:
De mort naturelle à l'âge de 84 ans.

Nom de naissance:
Georgette André Barry.

État civil:
Mariée le 06 octobre 1940 avec : NAT WILLIS
Jusqu’au décès de Nat Willis le 27 juillet 1970 - Ils eurent une fille : Deb Callahan.

Taille:
(1m66 m)

Commentaires: 0

Anecdotes


Le 6 octobre 1940, elle épouse Nat Willis jusqu'à son décès le 27 juillet 1970. Ils eurent un enfant.

Sa mère, Lovina Belle Hart, était une actrice de théâtre qui était conductrice d'ambulances pour la Croix-Rouge américaine pendant la Première Guerre mondiale elle est décédée en 1986 à l'âge impressionnant de 101 ans.

Son père était français (Georges André Barry, pilote au sein de l'Escadrille La Fayette, tué peu avant l'armistice.

Elle a continué à faire la télévision et du cinéma des apparitions occasionnelles à travers la fin des années 1990, peu de temps avant sa mort en 2003. Elle a également écrit des histoires pour enfants et une autobiographie.

Sa fille Deb Callahan vit actuellement dans la région de Chicago avec son mari Tim, et trois petits-enfants de Andrea: Kate, Drew et Christopher.

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à ANDREA KING

Ajout de la vidéo le 24 avril 2015 par Philippe de CinéMémorial

 

Georgette André Barry est née à Paris en France, le 1er février 1919 d'une mère américaine Lovina Belle Hart, une danseuse à New York auprès de la légendaire Isadora Duncan. En 1917 sa mère arrive en France et devient ambulancière de la croix rouge américaine vers la fin de la Première Guerre mondiale. Concernant son père : selon la version de sa mère, Georges André Barry un pilote de l'escadrille Lafayette serait décédé en 1918 peu de temps avant l’armistice, son avion aurait été abattu au-dessus de l'Allemagne pendant la Grande Guerre. Andrea tente des recherches afin de connaître ce père qu’elle n’a pas connu ni même vu en photo; elle découvre que cet homme n’a jamais été pilote de l’escadrille Lafayette et qu’aucun acte d’état civil ne mentionne un mariage, ni un décès à ce nom. Finalement elle apprend qu’elle a une demi sœur Evelyn Yates fille d’un diplomate américain présent en France à cette époque. Même si cela semble probable que cet homme pourrait être son père, sa mère maintient les faits et emporte la vérité avec elle lors de son décès en 1986.


Georgette à quelques mois lorsque sa mère regagne les Etats-Unis et épouse quelques années plus tard un banquier nommé Douglas McKee. Pendant ses études secondaires à Edgewood dans le Connecticut, Georgette joue dans une production scolaire le rôle de Juliette de William Shakespeare. A quatorze ans, elle débute au théâtre à Broadway sous le pseudonyme de Georgette McKee du nom de son beau-père, elle joue entre autres dans « Fly Away Home » (1935), mise en scène par l’acteur Thomas Mitchell, avec le jeune Montgomery Clift.

D’une éblouissante beauté, la très allurale jeune femme apparaît pour la première fois au cinéma pour la RKO dans «The Ramparts Nous Watch» (1940) de Louis De Rochemont. Quatre ans plus tard, elle signe à la Warner Bros sous le pseudonyme de Andréa King. Après quelques films mineurs son parcours cinématographique va prendre un tournant décisif, on lui confie des personnages de femmes fatales ou de femmes au destin tragique qui vont accroître sa notoriété, citons : le drame de guerre «Hotel Berlin» (1945) de Peter Godfrey, elle campe la maîtresse d’un nazi Raymond Massey sa trahison lui fait perdre la vie ; dans un thriller angoissant « Shadow of a woman » (1946) de Joseph Santley, elle soupçonne son mari médecin de vouloir empoisonner son fils ; elle côtoie l’horreur avec «La bête avec cinq doigts» (1946) de Robert Florey, elle campe l’infirmière de Victor Francen, un pianiste , lorsqu'il décède, sa main paralysée se désincarne pour tuer.

Elle tourne également pour d'autres studios notamment pour Universal, elle affiche un portrait d'une femme fatale au venin de glace et calculatrice dans «Et tournent les chevaux de bois » (1947) de et avec Robert Montgomery ; dans «J’étais une voleuse » (1950) de Charles Lamont, elle dirige une bande voleurs avec Tony Curtis son petit copain; et pour la MGM dans « Les âmes nues» (1950) de Gerald Mayer elle est pris en otage par un jeune psychopathe Marshall Thompson. Elle retrouve la Warner pour «L'esclave libre » (1957) de Raoul Walsh, une esclave achetée par Clark Gable qui en tombe amoureux avec Yvonne De Carlo et Sidney Poitier.

Fin des années 50 elle s’éloigne du grand écran et trouve un emploi plus stable à la télévision. Elle fait son retour huit ans plus tard pour une poignée de films mais sans rôle attachant. Andrea King fut mariée à un avocat Nat Willis en 1940, une fille Deborah Anne est née en 1955, ils furent unis jusqu'au décès de son mari d'un cancer du poumon en 1970. Sa lumière s’éteint à l’âge de 84 ans le 22 avril 2003 dans un hospice à Woodland Hills, en Californie.


Son étoile pour la télévision se trouve, au Walk of Fame au numéro 1541 sur Vine Street.

Source : Gary Richardson - Fait le 18 juin 2020 par Philippe de CinéMémorial.