Accueil   |   Acteurs   |   Nouvelles   |   Filmographie   |   Liens   |   Livre d'or   |   Contact
DAMIA
Cette page a été vue 2421 fois
        

INFORMATIONS :

 

Profession :

 

Chanteuse et actrice française.

Date et lieu de naissance :

05-12-1889, à Paris 13e, France.

Date et lieu du décès :

30-01-1978, à La Celle-Saint-Cloud, dans les Yvelines en France.
Elle est inhumée au cimetière de Pantin.

Cause du décès :

Suites a une chute accidentelle dans le métro à l'âge de 88 ans.

Nom de naissance :

Marie-Louise Damien.

État civil :

?

Taille :

?

 

ANECDOTES :

 

Ses parents étaient originaires des Vosges : son père de Nonville, sa mère de Bleurville. Marie-Louise allait souvent en vacances chez ses grands-parents maternels à Darney, où ils possédaient une ferme, avant que ses parents ne s'installent à Paris, où son père devient agent de police.

Baptisée « la tragédienne de la chanson », elle est aussi admirée par des écrivains de tous bords, de Jean Cocteau à Robert Desnos. Plus tard, des cinéastes comme Jean Eustache, Aki Kaurismäki ou Claude Chabrol refont entendre ses chansons.

Damia meurt le 30 janvier 1978, à La Celle-Saint-Cloud, des suites d’une chute accidentelle dans le métro. Elle est inhumée au cimetière de Pantin.

 


                              

 

 

Ajouter votre commentaire

 


SA BIOGRAPHIE

 

Hommage à DAMIA

 

Damia.flv" id="playerbio1" onclick="this.blur()" style="text-decoration:none;border:0px;display:block;width:500px;height:350px">

 

Ajout de la vidéo le 19 Avril 2012 par Philippe de CinéMémorial

 

Elle a dix-huit ans quand Roberty, le mari de Fréhel, la remarque alors qu'elle est figurante au Châtelet. - Il lui donne des cours de chant et la fait débuter vers 1910 au Petit Casino puis à la Pépinière sous le nom de Maryse Damia... - Mayol la remarque et l'engage aussitôt pour son Concert.

Les débuts sont relativement lents mais, petit à petit, sa réputation de diseuse pas comme les autres se répand. - Durant la guerre de 14-18, elle chante au front puis elle rencontre Loïe Fuller, avec qui elle part en tournée, qui lui enseigne la science des éclairages et de la lumière mais surtout celle de la mise en scène. - À son retour, le personnage de Damia est né. - Elle le conservera longtemps, jusqu'en 1956 où, l'âge de 64 ans, elle remplit sa dernière salle, vêtue de son éternel fourreau noir dont Juliette Gréco s'inspirera.

Son tour de chant ne variait pas beaucoup :

Un seul projecteur annonçait sa venue. Le rideau s'entrouvrait et Damia paraissait ; jetait un coup d'œil dans la salle et entamait sa première chanson et son public était conquis.

Selon la chanson qu'elle interprète, elle danse, s'assied par terre, passe et repasse dans le rayon du projecteur braqué sur elle, ouvre ses bras. - Tout est choisi en fonction de ce qu'elle peut faire sur scène.

Sa grande période va du début des années trente au début des années quarante où elle enregistre, coup sur coup, "C'est mon gigolo" (L. Casucci, A. Mauprey, J. Lenor), "Le grand frisé" (L. Daniderff, E. Ronn), "Tu m'oublieras" (J. Lenoir, H. Diamant Berger), "La chaîne" (L. Daniderff, E. Ronn), "La ginguette a fermé ses volets" (L. Montagné, C. Zimmer), "Sombre dimanche" (S. Erzso, J. Marèse, F.-E. Gonda) - que Georgius ne manqua pas de parodier avec son "Triste Lundi" - "Johnny Palmer" (C. Pingault, C. Webel), "Tout fout l'camp" (Juel, R. Asso)...

Parallèlement à son activité scénique, elle tourne dans quelques films :

C'est elle, la Marseillaise dans le Napoléon d'Abel Gance (en 1927) - Elle est de la distribution de Tu m'oublieras en 1930 et de Sola en 1931 sous la direction de H. Diamant-Berger. On la voit brièvement dans La tête d'un homme de Julien Duvivier en 1933 et dans Les perles de la couronne de Sacha Guitry (et de Christian-Jaque) en 1937 et on la revoit, vieillie, en 1956, en mendiante dans le cent soixantième remake de Notre-Dame de Paris, celui de Jean Delannoy en 1956 avec Gina Lollobrigida et Anthony Quinn.

Damia meurt à 89 ans, dans sa résidence de Saint-Cloud le 30 janvier 1978.

Bibliographie :

Francesco Rapazzini - Damia, une diva française, aux éditions Perrin, 2010.

 

 

Source : dutempsdescerisesauxfeuillesmortes.net - Fait le 19 avril 2012 par Philippe de CinéMémorial.

 


 
Ajouter votre commentaire

 

 

9 LONGS MÉTRAGES DÉTAILLÉS

************************************

 

1973 - MAMAN ET LA PUTAIN .LA

 

1956 - NOTRE-DAME DE PARIS

 

1955 - GOUBBIAH, MON AMOUR

 

1937 - PERLES DE LA COURONNE .LES

 

1935 - NAPOLÉON BONAPARTE

 

1932 - TÊTE D'UN HOMME .LA

 

1931 - TU M'OUBLIERAS

 

1931 - SOLA

 

1925 - NAPOLÉON

 


 

2 COURTS MÉTRAGES

************************************

 

1936 - RADIO
Court métrage de 56 Min. de Maurice Cloche

 

1933 - MAUVAISE PRIÈRE .LA
Court métrage de Maurice Cloche

 


Commentaires

Ajouter un commentaire:
Nom:
Email:
Commentaire:
Question de sécurité: quel est le nom de ce site ?